Loading...
La RévolutionLouis XVIPersonnel politique de Louis XVI

Le procès de Louis XVI

“ In speaking to you for what may be the last time, I wish to declare that I have nothing for which to reproach myself and my defenders have spoken the truth. I have never been afraid to have my conduct examined publicly, but my heart is grieved to...

Le 10 août 1792

La journée du 10 août commence en réalité dans la nuit du 9 au 10 août. En pleine nuit, le tocsin sonne au couvent des Cordeliers. Une heure plus tard, toutes les églises de Paris répondent au signal donné par Danton. Ce sont les quarante-huit sections de Paris, dont les révolutionnaires se sont rendus maîtres. Danton lance alors les sections parisiennes à l’assaut de l’hôtel de Ville, met à la porte la municipalité légale et y installe sa “commune insurrectionnelle”, qui s’effondrera le 9 thermidor avec Robespierre.

Geneviève Casile, Marie-Antoinette (1976), observe le ciel rouge de Paris ce matin-là…

Le commandant de la garde Nationale, Galliot de Mandat, favorable à Louis XVI, est convoqué à l’hôtel de ville. C’est un piège. Dès qu’il y pénètre, il est assassiné. Son corps est jeté dans la seine, et sa tête, plantée sur une pique. Santerre, le roi des faubourgs, le remplace.

Les Tuileries constituent le dernier objectif. Pour défendre le palais, le Roi peut compter sur ses mille à mille deux cents gardes Suisses, sur trois cents chevaliers de Saint louis, sur une centaine de nobles et de gentilshommes qui lui sont restés fidèles. La Garde nationale est passée dans le camp adverse. Seul le bataillon royaliste des “filles de Saint Thomas” est demeuré fidèle au souverain.

Image des Années Lumière (1989) de Robert Enrico

Roederer, le “procureur syndic du département” convainc le Roi de se réfugier à l’assemblée Nationale avec sa famille. Ceux qui ne font pas partie de la famille royale ne sont pas autorisés à les accompagner.

LOUIS XVI : TRISTE CHRONOLOGIE 3/4 : 20 JANVIER 1793 - Les Rois ...
La famille royale juste avant le départ des Tuileries : à l’arrière-plan on devine le combat des soldats contre les émeutiers…

Les Tuileries sont envahies par la foule. On craint pour la vie de la Reine. Le Roi décide de gagner l’Assemblée nationale. Il est accompagné par sa famille, Madame Élisabeth, la princesse de Lamballe, la marquise de Tourzel, ainsi que des ministres, dont Étienne de Joly, et quelques nobles restés fidèles.

Image du film “Un Roi et son peuple
Dernier ordre de Louis XVI, le 10 août 1792 | Paris Musées
Le 10 août 1792, le dernier acte de Louis XVI, Roi des Français, est l’ordre donné aux Suisses “de déposer à l’instant leurs armes“.
Jane Seymour est Marie-Antoinette dans les Années Lumières (1989)
             Images d’Un Peuple et son Roi (2018) de Pierre Schoeller
Image des Années Lumière (1989)
lumière - Film - La Révolution Française : les années lumière, les années terribles Al1010Images des Années Lumières (1989) de Robert Enrico
Across the courtyard we went, stumbling over the uneven cobblestones, and through a low wicket gate in the flank of the Tower. A twisting staircase made of thick slabs of stone rose up into the darkness above us. A guard bearing a torch climbed up...
Gravure allemande représentant la Famille Royale à l’Assemblée

Louis XVI entre en disant :

« Je suis venu ici pour éviter un grand crime qui allait se commettre. »

Louis XVI et sa famille sont conduits jusque dans la loge grillagée du greffier de l’Assemblée nationale (ou loge du logotachygraphe) , où ils restent toute la journée.

On August 10, 1792: The royal family taking refuge after the storming of the Tuileries Palace.
Gérard François Pascal Simon, baron (1770-1837)
“Still kept on the box at the Assembly, we witnessed the horrors of all kinds which there took place. Sometimes they assailed my father and all his family with [the basest and most atrocious] insults, triumphing over him with cruel joy; sometimes...

Le 10 août 1792, le dernier acte de Louis XVI, Roi des Français, est l’ordre donné aux Suisses “de déposer à l’instant leurs armes“.

Journée du 10 août 1792 — Wikipédia

Le Roi est suspendu de ses fonctions.

Le soir du 10 août 1792

La famille royale est logée temporairement aux Feuillants dans des conditions difficiles: quatre pièces du couvent seulement leur sont dédiées… pendant trois jours.

Le 13 août 1792

La prison du Temple 1792-1795 : l'épreuve de la famille royale
Caricature qui montre Louis XVI coiffé du bonnet vert des forçats
“At the barrier of Paris we found an immense crowd assembled on the road along which our unfortunate King had to pass. Everybody had his head covered, by order of M. de la Fayette, who had, moreover, enjoined the most absolute silence, in order, he...
Un peuple et son roi | BUF
Laurent Lafitte est Louis XVI dans Un Peuple et son Roi (2018) de Pierre Schoeller

La Commune décide de transférer la famille royale au Temple… en passant par la place Louis XV qu’on a déjà rebaptisée Place de la Révolution, on montre au Roi comme la statue de son grand-père est en train d’être déboulonnée pour faire disparaître toutes les marques du régime qui devient dès lors ancien…

tiny-librarian:
“  The carriage was not allowed to take the shortest road, but was conducted some miles round, that it might be led in triumph down the Champs Élysées, where a vast mob was waiting to feast their eyes on the spectacle, whose display...

Selon Madame de Tourzel, la famille royale, accueillie par Santerre, voit d’abord la cour du palais illuminée de lampions comme s’ils étaient attendus pour une fête ; on retrouve l’ambiance des grands couverts qui rythmaient la vie de Cour à Versailles et aux Tuileries…

Charles-Eloi Vial

Après un splendide dîner servi dans l’ancien palais du comte d’Artois ( où la famille royale espère encore être logée) , la messe est dite dans un salon. Après avoir visité les lieux, Louis XVI commence à répartir les logements.

“[After 1791] Their Majesties did not perform their Easter devotions in public, because they could neither declare for the constitutional clergy, nor act so as to show that they were against them.
The Queen did perform her Easter devotions in 1792;...

A onze heures du soir 

Alors que le Dauphin est gagné par le sommeil et que madame de Tourzel est surprise d’être emmenée en direction de la Tour, le Roi  comprend qu’il a été joué par la Commune.

Pétion, qui estimait que la grande Tour était en trop mauvais état, a résolu de loger la famille royale dans la petite en attendant la fin des travaux ordonnés pour isoler la prison du monde extérieur.

Charles-Eloi Vial

La Tour qui tant frémir Marie-Antoinette, autrefois,  qu’Elle avait demandé à Son beau-frère qu’il la détruise. Était-ce un pressentiment de Sa part? 

Résultat de recherche d'images pour "la prison du Temple"
La Tour du Temple
Louis XVI gets disarmed in the Temple tower. “From me one has nothing to fear”.
A son arrivée au Temple, on retire au Roi tout objet coupant avec lequel il pourrait attenter à ses jours…

Le 20 septembre 1792

Le duc d’Orléans, Philippe Égalité, cousin du Roi, est élu député à la Convention.

Bastille - Reconstitutions de la tour du Temple et de la Bastille pour l'Exposition universelle de 1889 713ae610
Louis XVI, statue de cire du Musée Grévin

Le 21 septembre 1792

Abolition de la royauté.

Repas de la Famille Royale au Temple dans le film de Jean Delannoy (1956)
The royal family in the Temple tower.

” Un maçon fut appelé pour pratiquer des trous dans le mur de l’antichambre de la tour du Temple, afin de placer énormes boulons à la porte massive. Alors que l’homme prenait le petit-déjeuner, le petit prince s’amusait avec ses outils. Le Roi prit alors le marteau et le burin par la main de son fils et lui montra comment les utiliser.
Le maçon, ému de voir le travail du roi, dit à Sa Majesté :
Quand vous sortirez d’ ici, vous pourrez dire que vous même vous avez travaillé à votre prison“.
Ah ! dit le roi dit,  Quand et comment je pourrai jamais m’en sortir ?

Le petit prince fondit en larmes, le roi laissa tomber le marteau et le burin et rentra dans sa chambre, où il marcha en haut et en bas à pas précipités pour toute la journée…”

 Jean-Baptiste Cléry
Résultat de recherche d'images pour "Marie-Antoinette Geneviève Casile""
Repas de la Famille Royale au Temple dans Marie-Antoinette (1975) de  Guy-André Lefranc
Reconstitution d’une chambre du Temple avec du mobilier provenant de chacune, au musée Carnavalet. Paris

Le 20 novembre 1792

Découverte de l’ “armoire de fer” aux Tuileries.

L'Armoire de Fer.
L’Armoire de fer, ouverte par le serrurier Gamain (gravure allégorique). – L’apparition du squelette de Mirabeau rappelle les rapports qu’entretenait l’orateur avec la Cour.

Le 3 décembre 1792

Pétion renforce la décision de faire juger Louis XVI par la Convention.

SCHŒLLER
Louis Garrel est Robespierre dans Un Peuple et son Roi (2018) de Pierre Schoeller

La question qui se pose au gouvernement concerne le sort à réserver à Louis XVI : prison à vie, exil ou condamnation à mort ? Les députés de la Convention sont divisés : les Girondins voudraient lui éviter un procès, mais des preuves irréfutables de sa trahison ont été découvertes ; les Montagnards, eux, militent pour qu’ils soient exécuté. Le 3 décembre 1792, Maximilien Robespierre (1758-1794), figure de proue des Montagnards, prononce un célèbre discours qui influence fortement la décision finale. Il estime en effet que seule la mort du Roi peut assurer la légitimité de la Révolution et lui permettre de continuer. Ce discours d’une grande violence illustre bien le radicalisme de Robespierre, qui s’exprimera ensuite dans les mesures prises par le comité de Salut public (la Terreur) :

Il n’y a point de procès à faire. Louis n’est point un accusé, vous n’êtes point des juges ; vous êtes, vous ne pouvez être que des hommes d’État et les représentants de la nation. Vous n’avez point une sentence à rendre pour ou contre un homme, mais une mesure de salut public à prendre, un acte de Providence nationale à exercer. Quel est le parti que la saine politique prescrit pour cimenter la République naissante ? C’est de graver profondément dans les cœurs le mépris de la royauté, et de frapper de stupeur tous les partisans du roi. […] Louis fut roi, et la République est fondée. La question fameuse qui vous occupe est décidée par ces seuls mots : Louis est détrôné par ses crimes ; Louis dénonçait le peuple français comme rebelle ; il a appelé, pour le châtier, les armes des tyrans ses confrères.
La victoire et le peuple ont décidé que lui seul était rebelle. Louis ne peut donc être jugé, il est déjà condamné ; il est condamné, ou la République n’est point absoute. Proposer de faire le procès de Louis XVI, de quelque manière que ce puisse être, c’est rétrograder vers le despotisme royal et constitutionnel ; c’est une idée contre-révolutionnaire car c’est mettre la révolution elle-même en litige. En effet, si Louis peut être encore l’objet d’un procès, Louis peut être absous ; il peut être innocent ; que dis-je ! il est présumé l’être jusqu’à ce qu’il soit jugé. Mais si Louis peut être présumé innocent, que devient la révolution ? N’est-elle pas encore incertaine et douteuse ?
»

Maximilien Robespierre, Discours à la Convention, 1792
Robespierre.
Maximilien Robespierre
Louis Garrel en Robespierre dans Un Peuple et son Roi

Le 11 décembre 1792

tiny-librarian:
“ When M. de Malesherbes went to the Temple to announce the result of the vote, he found Louis with his forehead resting on his hands, and absorbed in a deep reverie. Without inquiring concerning his fate, he said: “For two hours I...
Louis XVI préparant son procès avec Malesherbes

Louis comparaît devant la Convention pour la première fois. On lui autorise des avocats : il demande l’aide de Tronchet (1726-1806), de Sèze et de Guy-Jean Target (1733-1806). Celui-ci refuse. Il se trouve trop vieux et en mauvaise santé. C’est donc Raymond de Sèze qui le remplace.

Raymond de SÈZE Le Défenseur : généalogie par Base collaborative Pierfit -  Geneanet
Raymond de Sèze

Monsieur de Malesherbes (1721-1794) se porte volontaire.

Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes (1721-1794).jpg
Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes
La Révolution Française, Robert Enrico & Richard T. Heffron, 1989 ...
Jean-François Balmer dans Les Années Terribles (1989) de Richard Heffron
Convention nationale - Wikiwand
C’est dans la salle du Manège des Tuileries que se réunit la Convention nationale et qu’a donc lieu le procès du Roi

C’est Bertrand Barère (1755-1841) qui préside la Convention nationale. Il fait lire l’acte énonciatif d’accusation qui fut rédigé sur la base du Rapport sur les crimes imputés à Louis Capet de Robert Lindet (1746-1825) . Il procèdera personnellement à l’interrogatoire de Louis XVI.

Illustration.
Bertrand Barère

Louis XVI fait son entrée dans la salle de la Convention nationale. Barère prend la parole :

« Louis, la Nation française vous accuse, l’Assemblée nationale a décrété, le 3 décembre 1792, que vous seriez jugé par elle ; le 6 décembre 1792, elle a décrété que vous seriez traduit à sa barre. On va vous lire l’acte énonciatif des délits qui vous sont imputés… Vous pouvez vous asseoir. »

“ In speaking to you for what may be the last time, I wish to declare that I have nothing for which to reproach myself and my defenders have spoken the truth. I have never been afraid to have my conduct examined publicly, but my heart is grieved to...

Les principaux chefs d’accusation :

Parmi les trente-trois chefs d’accusation, on peut retenir :

  • 1. Avoir tenté de dissoudre l’ Assemblée nationale constituante le 20 juin 1789 ;
  • 4. Avoir refusé de contresigner l’abolition des privilèges, votée le 4 août 1789, et la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, votée le 26 août 1789 ;
  • 5. Avoir tenté de corrompre certains députés de l’Assemblée constituante, notamment Mirabeau (1749-1791) ;
  • 7. Avoir fui à Varennes le 21 juin 1791, et avoir ordonné le massacre du peuple demandant la fin de la monarchie réuni au Champs-de-Mars le 17 juillet 1791 ;
  • 8. Avoir accepté tacitement (par le silence) la convention de Pilnitz d’août 1791, prévoyant le retour de la monarchie absolue en France par intervention militaire des autres puissances européennes ;
  • 15. Avoir accepté de même l’existence de l’armée des émigrés postée à Coblentz, et destinée à marcher sur Paris – et avoir lié intelligence avec celle-ci ;
  • 18. Avoir tenu un double-jeu diplomatique envers les puissances européennes, et avoir formé des alliances secrètes avec elles ;
  • 25. Avoir usé du veto royal contre le décret visant les prêtres réfractaires ;
  • 33. Avoir donné l’ordre de tirer sur le peuple, et avoir fait « couler le sang des Français ».
LES ACTEURS DE LA REVOLUTION :  ROBESPIERRE (34/50)

Louis XVI écoute les chefs d’accusation assis dans le fauteuil où il avait accepté la Constitution. Après que le secrétaire lui a donné lecture de l’acte énonciatif d’accusation, le président Bertrand Barère reprend ensuite chaque article de l’accusation et questionne Louis XVI.

procès - Le procès du roi - Page 2 Palais10
Bas relief érigé dans la salle des Pas-Perdus (1826) à la Cour d’appel de Paris représentant Chrétien-Guillaume Lamoignon de Malesherbes et Louis XVI.
.

Le Président : Vous êtes accusé d’avoir attenté à la souveraineté du peuple, le 20 juin 1789.

Louis : Aucune loi ne me défendait alors de faire ce que je fis à cette époque.

Le Président : Le 14 juillet 1789, la veille de la prise de la Bastille, vous avez fait marcher des troupes contre Paris ; vous avez fait répandre le sang des citoyens.

Louis : J’étais le maître de faire marcher des troupes où je voulais. Jamais mon intention n’a été de faire couler le sang.

Le Président : Vous avez longtemps éludé de faire exécuter les décrets du 4 août. Vous avez permis que, dans des orgies faites sous vos yeux, la cocarde tricolore ait été foulée aux pieds.

Louis : J’ai fait les observations que j’ai cru justes et nécessaires sur les décrets qui m’ont été présentés. Le fait est faux pour la cocarde ; jamais il ne s’est passé devant moi.

Le Président : Vous avez répandu de l’argent parmi les ouvriers du faubourg Saint-Antoine, pour les mettre dans votre parti.

Louis : Je n’avais pas de plus grand plaisir que celui de donner à ceux qui avaient besoin ; il n’y avait rien en cela qui tînt à quelque projet.

Le Président : Vous avez feint une indisposition pour aller à Saint-Cloud ou à Rambouillet, sous le prétexte de rétablir votre santé.

Louis : Cette accusation est absurde.

Le Président : Le 17 juillet, vous avez fait verser le sang des citoyens au Champ-de-Mars.

Louis : Ce qui s’est passé le 17 juillet ne peut m’être imputé.

Le Président : Vous avez payé vos gardes du corps à Coblentz ; les registres de Septeuil en font foi.

Louis : Dès que j’ai su que les gardes du corps se formaient de l’autre côté du Rhin, j’ai défendu qu’ils reçussent aucun paiement.

Le Président : Vous vous êtes tu sur le traité de Pilnitz, par lequel des rois étrangers s’étaient engagés à rétablir en France la monarchie absolue.

Louis : Je l’ai fait connaître sitôt qu’il est venu à ma connaissance. Au reste, c’est une affaire qui, d’après la constitution, regarde les ministres.

Le Président : Vous avez fait couler le sang au 10 août.

Louis : Non, monsieur ; ce n’est pas moi, je me défendrai jusqu’à la fin, ce n’est pas moi !

Le Roi déchu prononce ces mots avec une véhémente indignation.

L’interrogatoire est terminé.

Pierre Schoeller. « Un peuple actif et décisif » sur le sort de l'ordre  ancien | L'Humanité
Images de Un Peuple et son Roi (2018) de Pierre Schoeller

 « Louis, avez-vous quelque chose à ajouter ? », lui demanda le Président.

« Je demande communication des accusations que je viens d’entendre et des pièces qui y sont jointes et la facilité de choisir un conseil pour me défendre ».

On lui présente les pièces produites à l’appui de l’acte énonciatif d’accusation.

Louis dit : « Je ne les reconnais pas ». Il ne reconnaît pas davantage sa signature et son cachet aux armes de France au bas d’une lettre à l’évêque de Clermont, et affirme ignorer l’existence de « l’armoire de fer » aux Tuileries.

L’audience est terminée.

CM2 Dolomieu
Image des Années Terribles (1989) de Richard Heffron

Le 25 décembre 1792

Louis XVI rédige son testament :

Au nom de la très Sainte Trinité du Père du Fils et du St Esprit. Aujourd’hui vingt cinquième jour de Décembre, mil sept cent quatre vingt douze. Moi Louis XVIe du nom Roy de France, étant depuis plus de quatre mois enfermé avec ma famille dans la Tour du Temple à Paris, par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même depuis le onze du courant avec ma famille de plus impliqué dans un Procès dont il est impossible de prévoir l’issue à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune Loy existante, n’ayant que Dieu pour témoin de mes pensées et auquel je puisse m’adresser. Je déclare ici en sa présence mes dernières volontés et mes sentiments.

Je laisse mon âme à Dieu mon créateur, je le prie de la recevoir dans sa miséricorde, de ne pas la juger d’après ses mérites, mais par ceux de Notre Seigneur Jésus Christ qui s’est offert en sacrifice à Dieu son Père, pour nous autres hommes quelqu’indignes que nous en fussions, et moi le premier.

Je meurs dans l’union de notre sainte Mère l’Eglise Catholique, Apostolique et Romaine, qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de St Pierre auquel J.C. les avait confiés. Je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole et les commandements de Dieu et de l’Eglise, les Sacrements et les Mystères tels que l’Eglise Catholique les enseigne et les a toujours enseignés. je n’ai jamais prétendu me rendre juge dans les différentes manières d’expliquer les dogmes qui déchire l’Eglise de J.C., mais je m’en suis rapporté et rapporterai toujours si Dieu m’accorde vie, aux décisions que les supérieurs Ecclésiastiques unis à la Sainte Église Catholique, donnent et donneront conformément à la discipline de l’Eglise suivie depuis J.C. Je plains de tout mon cœur nos frères qui peuvent être dans l’erreur, mais je ne prétends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en J.C. suivant ce que la charité Chrétienne nous l’enseigne.

Je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés. J’ai cherché à les connaître scrupuleusement à les détester et à m’humilier en sa présence, ne pouvant me servir du Ministère d’un Prêtre Catholique. Je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite et surtout le repentir profond que j’ai d’avoir mis mon nom, (quoique cela fut contre ma volonté) à des actes qui peuvent être contraires à la discipline et à la croyance de l’Eglise Catholique à laquelle je suis toujours resté sincèrement uni de cœur. Je prie Dieu de recevoir la ferme résolution ou je suis s’il m’accorde vie, de me servir aussitôt que je le pourrai du Ministère d’un Prêtre Catholique, pour m’accuser de tous mes péchés, et recevoir le Sacrement de Pénitence.

Je prie tous ceux que je pourrais avoir offensés par inadvertance (car je ne me rappelle pas d’avoir fait sciemment aucune offense à personne), ou à ceux à qui j’aurais pu avoir donné de mauvais exemples ou des scandales, de me pardonner le mal qu’ils croient que je peux leur avoir fait.

Je prie tous ceux qui ont de la Charité d’unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes péchés.

Je pardonne de tout mon cœur à ceux qui se sont fait mes ennemis sans que je leur en aie donné aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de même que ceux qui par un faux zèle, ou par un zèle mal entendu, m’ont fait beaucoup de mal.

Je recommande à Dieu, ma femme, mes enfants, ma sœur, mes Tantes, mes Frères, et tous ceux qui me sont attachés par les liens du Sang, ou par quelque autre manière que ce puisse être. Je prie Dieu particulièrement de jeter des yeux de miséricorde sur ma femme, mes enfants et ma sœur qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grâce s’ils viennent à me perdre, et tant qu’ils resteront dans ce monde périssable.

Je recommande mes enfants à ma femme, je n’ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux; je lui recommande surtout d’en faire de bons chrétiens et d’honnêtes hommes, de leur faire regarder les grandeurs de ce monde-ci (s’ils sont condamnés à les éprouver) que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire solide et durable de l’Éternité. Je prie ma sœur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de Mère, s’ils avoient le malheur de perdre la leur.

Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu’elle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrois lui avoir donnés dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle si elle croyoit avoir quelque chose à se reprocher.

Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu’ils doivent à Dieu qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur Mère, et reconnaissants de tous les soins et les peines qu’elle se donne pour eux, et en mémoire de moi. je les prie de regarder ma sœur comme une seconde Mère.

Je recommande à mon fils, s’il avait le malheur de devenir Roy de songer qu’il se doit tout entier au bonheur de ses Concitoyens, qu’il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j’éprouve. Qu’il ne peut faire le bonheur des Peuples qu’en régnant suivant les Loys, mais en même temps qu’un Roy ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cœur, qu’autant qu’il a l’autorité nécessaire, et qu’autrement, étant lié dans ses opérations et n’inspirant point de respect, il est plus nuisible qu’utile.

Je recommande à mon fils d’avoir soin de toutes les personnes qui m’étoient attachées, autant que les circonstances où il se trouvera lui en donneront les facultés, de songer que c’est une dette sacrée que j’ai contractée envers les enfants ou les parents de ceux qui ont péri pour moi, et ensuite de ceux qui sont malheureux pour moi. Je sais qu’il y a plusieurs personnes de celles qui m’étaient attachées, qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles le devaient, et qui ont même montré de l’ingratitude, mais je leur pardonne, (souvent, dans les moment de troubles et d’effervescence, on n’est pas le maître de soi) et je prie mon fils, s’il en trouve l’occasion, de ne songer qu’à leur malheur.

Je voudrais pouvoir témoigner ici ma reconnaissance à ceux qui m’ont montré un véritable attachement et désintéressé. D’un côté si j’étais sensiblement touché de l’ingratitude et de la déloyauté de gens à qui je n’avais jamais témoigné que des bontés, à eux et à leurs parents ou amis, de l’autre, j’ai eu de la consolation à voir l’attachement et l’intérêt gratuit que beaucoup de personnes m’ont montrés. Je les prie d’en recevoir tous mes remerciements; dans la situation où sont encore les choses, je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement, mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître.

Je croirais calomnier cependant les sentiments de la Nation, si je ne recommandais ouvertement à mon fils MM. de Chamilly et Hue, que leur véritable attachement pour moi avait portés à s’enfermer avec moi dans ce triste séjour, et qui ont pensé en être les malheureuses victimes. Je lui recommande aussi Cléry des soins duquel j’ai eu tout lieu de me louer depuis qu’il est avec moi. Comme c’est lui qui est resté avec moi jusqu’à la fin, je prie M. de la Commune de lui remettre mes hardes, mes livres, ma montre, ma bourse, et les autres petits effets qui ont été déposés au Conseil de la Commune.

Je pardonne encore très volontiers a ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gênes dont ils ont cru devoir user envers moi. J’ai trouvé quelques âmes sensibles et compatissantes, que celles-là jouissent dans leur cœur de la tranquillité que doit leur donner leur façon de penser.

Je prie MM. de Malesherbes, Tronchet et de Sèze, de recevoir ici tous mes remerciements et l’expression de ma sensibilité pour tous les soins et les peines qu’ils se sont donnés pour moi.

Je finis en déclarant devant Dieu et prêt à paraître devant lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi.

Fait double à la Tour du Temple le 25 Décembre 1792.

Louis.

Louis XVI wrote his last will and testament on Christmas Day, 1792, nearly a month before his execution. I will be posting a few excerpts from the will, which may be read in full here.
–
In the name of the Very holy Trinity, Father, Son and Holy...

Le 26 décembre 1792

Seconde comparution de Louis XVI devant la Convention.

La défense est prête le 26 décembre. Desèze fait valoir la thèse de l’inviolabilité. Il discute les faits de l’acte énonciatif. Il demande, si Louis XVI est jugé comme un simple citoyen, qu’il soit, selon la loi, constitué deux jurys, l’un d’accusation, l’autre de jugement; que le prévenu ait la faculté de récusation; que la majorité des deux tiers soit requise pour la sentence; que le vote soit secret et non motivé par les juges. C’est dans cette partie de son plaidoyer que Desèze prononce le mot célèbre :

« Je cherche en vous des juges, et je ne trouve que des accusateurs. » 

Louis XVI pendant son procès… on lui refuse l’usage du rasoir …

C’est le dernier jour du procès de Louis XVI, devenu pour ses juges simplement Louis Capet. Son avocat, Raymond de Sèze prononce sa plaidoirie appelée à marquer.

« Citoyens représentants de la Nation, il est donc enfin arrivé ce moment où Louis accusé au nom du peuple français, peut se faire entendre au milieu de ce peuple lui-même ! Il est arrivé ce moment où entouré des conseils que l’humanité et la loi lui ont donnés, il peut présenter à la Nation une défense et développer devant elle les intentions qui l’ont toujours animé ! Citoyens je vous parlerai avec la franchise d’un homme libre : je cherche parmi vous des juges, et je n’y vois que des accusateurs ! Vous voulez prononcer sur le sort de Louis, et c’est vous mêmes qui l’accusez ! Vous voulez et vous avez déjà émis votre vœu ! Vous voulez prononcer sur le sort de Louis et vos opinions parcourent l’Europe ! Louis sera donc le seul Français pour lequel il n’existe aucune loi, ni aucune forme ! Il ne jouira ni de son ancienne condition ni de la nouvelle ! Quelle étrange et inconcevable destinée ! Français, la révolution qui vous régénère a développé en vous de grandes vertus ; mais craignez, qu’elle n’ait affaibli dans vos âmes le sentiment de l’humanité, sans lequel il ne peut y en avoir que de fausses ! Entendez d’avance l’Histoire, qui redira à la renommée : « Louis était monté sur le trône à vingt ans, et à vingt ans il donna l’exemple des mœurs : il n’y porta aucune faiblesse coupable ni aucune passion corruptrice ; il fut économe, juste et sévère ; il s’y montra toujours l’ami constant du peuple. Le peuple désirait la destruction d’un impôt désastreux qui pesait sur lui, il le détruisit ; le peuple demandait l’abolition de la servitude, il commença par l’abolir lui-même dans ses domaines ; le peuple sollicitait des réformes dans la législation criminelle pour l’adoucissement du sort des accusés, il fit ces réformes ; le peuple voulait que des milliers de Français que la rigueur de nos usages avait privés jusqu’alors des droits qui appartiennent aux citoyens, acquissent ces droits ou les recouvrassent, il les en fit jouir par ses lois. Le peuple voulut la liberté, il la lui donna ! Il vint même au-devant de lui par ses sacrifices, et cependant c’est au nom de ce même peuple qu’on demande aujourd’hui… » Citoyens, je n’achève pas… Je m’arrête devant l’Histoire : songez qu’elle jugera votre jugement et que le sien sera celui des siècles. »

Plaidoirie de Raymond Romain de Sèze

En venant à la réfutation des chefs d’accusation, Romain de Sèze les divise adroitement : tenant pour nuls ceux qui sont antérieurs à la Constitution ou qui ont été amnistiés par elle, et ceux qui lui sont postérieurs mais dont les ministres assument légalement, la responsabilité, il nie l’appel à l’étranger et déclare Louis XVI irresponsable des tractations menées par ses frères avec l’Autriche. Il nie pareillement l’envoi des subsides aux émigrés, l’accusation manquant à vrai dire de preuves formelles. C’est la partie la moins solide de la défense, ce qui importe d’ailleurs assez peu, les députés de la Convention ayant la conviction que Louis XVI a pactisé avec l’ennemi.

Déclaration de Louis XVI pour sa défense :

« On vient de vous exposer mes moyens de défense, je ne les renouvellerai point ! En vous parlant peut-être pour la dernière fois, je vous déclare que ma conscience ne me reproche rien, et que mes défenseurs ne vous ont dit que la vérité.
Je n’ai jamais craint que ma conduite fût examinée publiquement, mais mon cœur est déchiré de trouver dans l’acte d’accusation l’imputation d’avoir voulu répandre le sang du peuple, et surtout que les malheurs du 10 août me soient attribués.
J’avoue que les preuves multipliées que j’avais données dans tous les temps de mon amour pour le peuple, et la manière dont je m’étais toujours conduit, me paraissaient devoir prouver que je craignais peu de m’exposer pour épargner son sang, et éloigner à jamais de moi une pareille imputation
. »

Le roi devait bientôt paraître pour la seconde fois à la barre de la convention.
Il n’avait pu se faire la barbe depuis qu’on avait enlevé ses rasoirs, et il en souffrait beaucoup, ce qui le forçait de se laver le visage plusieurs fois le jour avec de l’eau fraîche.
Le roi me dit de me procurer des ciseaux ou un rasoir, mais qu’il ne voulait pas en parler lui-même aux municipaux.
Je pris la liberté de lui observer que, s’il paraissait ainsi à l’assemblée, le peuple verrait au moins avec quelle barbarie en agissait le conseil général.
” Je ne dois pas, me répondit sa majesté, chercher à intéresser sur mon sort”.
Je m’adressai aux commissaires, et la commune décida le lendemain qu’on rendrait les rasoirs du roi, mais qu’il ne pourrait s’en servir qu’en présence de deux municipaux.

Journal de Cléry
Tronchet, François Denis, d'après Roland.jpg
François-Denis Tronchet, avocat de Louis XVI
“ You have just heard the arguments for my defense; I shall not repeat them. Speaking to you perhaps for the last time, I declare to you that my conscience reproaches me with nothing and that my counsel have told you nothing but the truth. I have...
Louis XVI et ses deux avocats

Le 27 décembre 1792

 Antoine Saint-Just (1767-1794) démasque dans Louis le tyran souple et modeste, qui a opprimé avec souplesse, qui se défend avec modestie : dans l’incohérence de ses actes, il ne voit – sincèrement – que perfidie forte et calculée.

Le 13 janvier 1793

Nous apprenons par les papiers publics que la Convention Nationale doit prononcer demain sur Louis Capet. Privés de prendre part à vos délibérations, mais instruits par une lecture réfléchie des pièces imprimées et par la connaissance que chacun d’entre nous avait acquise depuis longtemps des trahisons non interrompues de ce roi parjure, nous croyons que c’est un devoir pour tous les députés d’annoncer leur opinion publiquement et que ce serait une lâcheté de profiter de notre éloignement pour nous soustraire à cette obligation.
Nous déclarons donc que notre voeu est pour la condamnation de Louis Capet par la Convention Nationale, sans appel au peuple. Nous proférons ce voeu dans la plus intime conviction, à distance des agitations, où la vérité se montre sans mélange, et dans le voisinage du tyran piémontais.

Hérault de Séchelles

Grégoire prétend dans ses mémoires qu’une première rédaction de la lettre lui fut présentée par ses collègues et qu’elle contenait les mots ” à mort “; mais il ne consentit à la signer qu’après les avoir fait effacer.
M. Aulard déclare à ce sujet n’avoir pas trouvé aux Archives l’original de la lettre. La minute existe cependant, à sa date, dans le cahier de correspondance de Hérault de Séchelles. Elle est toute entière de son écriture et ne contient aucune rature : Hérault de Séchelles ne fut donc pas régicide 

Emile Dard : Hérault de Séchelles
tiny-librarian:
“ On December 11th, 1792, Louis XVI was brought from the Temple Prison to stand before the National Convention. The trial had begun eight days previously, with the indictment against him being presented on the second day. He was...
procès - Le procès du roi Hc3b4t10
procès - Le procès du roi 03rued10

Le 15 janvier 1793

VOTES SUR LA MORT DE LOUIS XVI

Les votes sur la mort de Louis XVI ont lieu à la Convention nationale à la suite de son procès.

Le premier des cinq appels nominaux, au terme du procès de Louis XVI par la Convention, a lieu le mardi 15 janvier 1793, à la Convention nationale. Il s’agit de l’appel nominal sur les deux premières questions ainsi conçues :

1° « Louis Capet est-il coupable de conspiration contre la liberté publique et d’attentats contre la sûreté générale de l’État, oui ou non ? »

Absents pour cause de maladie8
par commission 20
Voix non comptées27
Omis ou s’étant abstenus 3
Ont répondu Oui (dont 10 par écrit)691
Total égal au nombre des membres749

2° « Le jugement de la Convention nationale contre Louis Capet sera-t-il soumis à la ratification du peuple, oui ou non ? »
Chaque département est appelé successivement en commençant par la lettre G, et les membres prononcent leur vœu à la tribune.

« Le jugement de la Convention nationale sera-t-il soumis à la ratification du peuple?» il faut compter :

Absents par maladie938
par commission 20
Abstentions et voix non comptées9
Ont répondu Oui287711
Ont répondu Non424
Total 749
Ces chiffres, qui ne sont pas conformes à la lettre du procès-verbal de la Convention, sont le résultat du travail critique de Belhomme, les Régicides.

Les deux premiers appels portent sur la culpabilité de Louis et sur la ratification (ou non) du verdict par le Peuple: oui pour la première question; Non pour la seconde.


Du mercredi 16 janvier 1793 à six heures du soir au jeudi 17 janvier à sept heures du soir

Sans interruption, en commençant par le département de la Haute-Garonne, a lieu l’appel nominal sur la troisième question :

3°  « Quelle peine sera infligée à Louis ? »
C’est alors que Mailhe, le premier à s’exprimer, déclare :
« Par une conséquence naturelle de l’opinion que j’ai déjà émise sur la première question, je vote pour la mort de Louis. Je ferai une seule observation. Si la mort a la majorité, je pense qu’il serait digne de la Convention nationale d’examiner s’il ne serait pas politique et utile de presser ou de retarder le moment de l’exécution. Cette proposition est indépendante de mon vote. Je reviens à la première question et je vote pour la mort. »

Le soir du 16 janvier, M. de Malesherbes entra et annonça au Roi que l’appel nominal n’était pas encore terminé . Le feu prit dans ce moment dans la cheminée d’une chambre où logeait le porteur de bois au Palais du Temple. Un rassemblement de peuple assez considérable entra dans la cour. Un municipal vint tout effrayé dire à M. de Malesherbes de se retirer sur-le-champ. Il sortit après avoir promis au Roi de revenir l’instruire de son jugement . ” Quelle est la cause de votre frayeur ” demandai-je à ce commissaire ?
” On a mis le feu au Temple, me dit-il, on l’a mis exprès pour sauver Capet dans le tumulte, mais je viens de faire environner les murs par une forte garde.”
Bientôt on appris que le feu était éteint, et que c’était un simple accident .

Journal de Cléry

Le 17 janvier 1793

La question du sursis est posée, d’autant plus que, sur demande de Garrau, Mailhe réitère ses observations.

Le samedi 19 janvier 1793

Malgré une opposition farouche de Marat rejetée, sur la motion de Choudieu, la Convention décrète qu’elle discutera immédiatement la question du sursis du jugement de Louis Capet, et décrète que la question sera ainsi posée :

4° « Y aura-t-il un sursis à l’exécution du jugement de Louis Capet ? » et qu’il sera répondu par oui ou par non.

L’appel nominal a lieu par ordre alphabétique de département en commençant par le Gers.

procès - Le procès de Louis XVI - Page 2 93480010

Du 16 au 18 janvier 1793

La Convention vote la mort du Roi, le sursis temporaire à l’exécution de la peine n’étant pas retenu.

tiny-librarian:
“ On January 14th and 15th, 1793, the verdict in the Trail of Louis XVI was delivered.
The verdict was a foregone conclusion of guilty; none of the 693 men who participated voted innocent. The punishment of death was decided on the...
procès - Le procès de Louis XVI - Page 2 Vote-m10
procès - Le procès de Louis XVI Dsc00126
procès - Le procès de Louis XVI Dsc00127

Philippe Égalité est l’un de ceux qui ont donné leur voix pour la peine capitale.

procès - Le procès de Louis XVI Dsc00129
Ba de « Un peuple et son roi » de Pierre Schoeller (L'exercice de l'Etat)  avec Laurent Lafitte, Olivier Gourmet, Gaspard Ulliel, Louis Garrel et  Adèle Haenel en pleine Révolution française |
Denis Lavant est Marat dans Un Peuple et son Roi (2018) de Pierre Schoeller

Troisième appel nominal : sur la peine

L’assemblée se compose de………………………………….. 745 votants
Décédé……………………………………………………………………. 1

Reste :                                          744 membres

Non votants :

Malades……………………………………………………………………. 6
Absents sans cause et censuré……………………………….. 2
Absents par commission………………………………………… 11
Se sont dispensés de voter………………………………………. 4

Reste :                                       721 membres

Pour la peine de mort, avec réserve de la
commutation ou de la fixation du délai………………….. 1

Pour la peine de mort avec demande d’une
discussion sur l’époque d’exécution………………………… 23

Pour la mort, avec sursis jusqu’à l’expulsion
des Bourbons………………………………………………………………. 8

Pour la peine de mort avec sursis jusqu’à la paix
avec la faculté de consommer l’exécution dans
les 24h de l’invasion du territoire, si elle a lieu………… 2

Pour la mort………………………………………………………………… 366

Pour la détention jusqu’à la fin de la guerre et
le bannissement aussitôt la conclusion de la paix…… 319

Pour la prison……………………………………………………………… 2

Quatrième appel nominal de contrôle, et résultat rectifié du scrutin

L’Assemblée est composée de…………………………………….. 749 membres

Il s’est trouvé :
15 membres sont absents par commision
7 membres sont absents pour maladie
1 membre est absent sans cause (le mort probablement )
5 membres sont non votants
Total : 28

Restent ………………………………………………………………………. 721 votants
La majorité absolue est de……………………………………….. 361

Sur quoi,

La prison……………………………………………………………………. 2

La détention ou le bannissement à la paix, ou le bannissement immédiat, ou
pour la réclusion, et quelques-uns y ont ajouté la peine de mort conditionnelle,si le territoire était envahi……………… 286

La mort avec sursis soit après l’expulsion des Bourbons, soit à la paix, soit à la ratification de la Constitution……………………………… 46

Total : 334

La mort…………………………………………………………………….. 361

La mort en demandant une discussion sur point de savoir s’il conviendrait à l’intérêt public qu’elle fût ou non différée et en déclarant leur vœu indépendant de cette demande………………………………. 26

Total : …………………………………………………………………………387

Résumé :

387 : pour la mort sans condition
334 : pour la détention ou la mort condionnelle
28  :  absents ou non votants

Total : 749

À l’issue d’un long procès, le citoyen Capet est reconnu coupable de “conspiration contre la liberté publique et la sûreté générale de l’État” et condamné à la peine de mort le 18 janvier 1893 par 361 votes sur 721 votants. Le dernier recours est rejeté le 19 janvier 1793.

Pendant les quatre nuits et les trois jours pleins qui séparent la sentence de mort du 17 janvier du jour de l’exécution, les royalistes ne font aucun effort sérieux et concerté pour sauver le prince : la Commune a d’ailleurs pris de minutieuses précautions; et, malgré la pitié croissante dont les gardiens et familiers du Temple se sentent pris pour le père de famille séparé peut-être inutilement des siens, la surveillance devient de plus en plus rigoureuse.

Le procès et la mort de Louis XVI dans Les Années Terribles (1989) de Richard Heffron

Le 20 janvier 1793

Vers deux heures de l’après-midi

La Convention envoie à la maison du Temple une délégation chargée de notifier le verdict au condamné. Ladite délégation est conduite par Dominiqure Garat (1749-1833), ministre de la Justice. Il est dans sa tâche assisté de Jacques-René Hébert (1757-1794), substitut du procureur de la Commune, et de Malesherbes.

Les voyant arriver, le Roi déchu remarque les sanglots de son avocat. Avant même l’énoncé du verdict, il lui déclare :

 « Je m’attendais à ce que vos larmes m’apprennent ; remettez-vous, mon cher Malesherbes. »

Garat lui annonce alors l’énoncé du verdict puis lui précise aussitôt que la sentence sera mise en œuvre dans les vingt-quatre heures. À la surprise de tous, l’ancien Roi reste impassible. Hébert, l’ayant jusqu’alors toujours méprisé et insulté dans ses articles parus dans Le Père Duchesne, écrira : 

« Il écouta avec un sang-froid rare la lecture du jugement. Il eut tant d’onction, de dignité, de noblesse, de grandeur dans son maintien et ses paroles, que je ne pus y tenir. Des pleurs de rage vinrent mouiller mes paupières. Il avait dans ses regards et dans ses manières quelque chose de visiblement surnaturel à l’homme. Je me retirai, voulant retenir des larmes qui coulaient malgré moi et bien résolu de finir là mon ministère. »

Jacques-René Hébert

Louis XVI écrit alors cette dernière lettre à la Convention Nationale :

procès - Le procès du roi - Page 2 2014-011
Lettre de Louis XVI à la Convention Nationale

Je demande un délai de trois jours pour pouvoir me préparer à paraître devant Dieu. Je demande pour cela de pourvoir voir la personne que j’indiquerai aux commissaires de la Commune et que cette personne soit à l’abri de toute inquiétude et de toute crainte pour cet acte de charité qu’elle remplira auprès de moi. Je demande d’être délivré de la surveillance perpétuelle que le Conseil Général a établi depuis plusieurs jours.

Je demande dans cet intervalle à pouvoir voir ma famille quand je le demanderai et sans témoins. Je désirerais bien que la Convention Nationale s’occupât tout de suite du sort de ma famille, et qu’elle lui permit de se retirer librement et convenablement où elle le juge utile et à propos

Je recommande à la bienfaisance de la Nation toutes les personnes qui m’étaient attachées. Il y en a beaucoup qui avaient mis toute leur fortune dans leurs charges, et qui n’aient plus d’appointements doivent être dans le besoin et même de celles qui ne vivaient que de leurs appointements. Dans les pensionnaires il y a beaucoup de vieillards, de femmes et d’enfants qui n’avoient que cela pour vivre


À la Tour du Temple le 20 janvier 1793.

Louis

La délégation se retire puis revient donner la réponse de la Convention à ces différentes requêtes : celles-ci sont toutes accordées, hormis le délai supplémentaire de trois jours. L’exécution aura donc lieu comme prévu le lendemain.

La délégation se retire définitivement. Il est six heures en cette soirée du 20 janvier 1793.

Le délai demandé est refusé mais Louis pourra faire ses adieux à sa famille et se confesser avant que mort ne s’en suive le lendemain.

Le 20 janvier 1793 au soir 

Louis XVI passe la soirée avec sa femme, ses enfants et sa sœur .

Aucune description disponible.

Il promet à la Reine de La voir le lendemain matin. Il ne le fera pas pour Lui épargner cette peine.

““What a meeting have I gone through. Why should I love so tenderly, and why should I be so tenderly beloved?” ”
–Louis XVI to the Abbé de Edgeworth, on his last meeting with his family before his execution
“He wept for sorrow over us, and not from fear of death.
”
–the narrative of Marie Thérèse Charlotte, daughter of Louis XVI and Marie Antoinette
“ “Adieu–” He uttered that “adieu” in so expressive a manner that the sobs redoubled. Madame Royale fell fainting at the king’s feet, which she clasped; I raised her and helped Madame Élisabeth to hold her.
The king, wishing to put an end to this...

Le lundi 21 janvier 1793

Vers six heures du matin

L’abbé Henri-Edgeworth de Firmont (1745-1807), un prêtre insermenté, recommandé par Madame Élisabeth, célèbre l’ultime messe de Louis XVI.

tiny-librarian:
“ I determined to procure the means of administering the sacrament to his Majesty, at any risk to myself, since he had been so long deprived of the opportunity of receiving it.
Memoirs of the Abbé Edgeworth: Containing His Narrative...
Il utilise ce calice qui se trouve dans l’église romane de Saint-Urcize, au cœur de l’Aubrac, qui fut transmis de prêtre en prêtre. Au début du XIXème siècle , l’abbé Saint-Pée d’Amont l’offrit à un parent Pierre-Jean Ipcher, futur curé de Saint-Urcize, pour la célébration de sa première messe.
After Louis XVI was informed about the outcome of his sentencing, he wrote a letter to be delivered to the Convention. In the letter, he asked:
• For a delay of 3 days in order to prepare himself before God; to allow a priest he chose personally to...

À sept heures

Louis XVI confie ses dernières volontés à l’abbé. Il transmet à Cléry son cachet aux armes de France pour le Dauphin et son alliance pour la Reine.

“Your sacrifice is especially generous because you are risking your life, and you will not be able to save mine.
”
–Louis XVI to Guillaume-Chrétien de Malesherbes, one of three men who agreed to defend the king at his trial. Malesherbes was executed...

A propos de l’anneau, il confie à son valet à l’intention de la Reine :

 « Dites-lui bien que je le quitte avec peine. »

“ M. de Malesherbes came at nine in the morning; I went to meet him. "All is lost,“ he said; "the king is condemned to death.” The king, who saw him coming, rose to receive him. The minister threw himself at his feet, his sobs choked him, and it was...

Il conserve au doigt l’anneau du sacre.

En ce matin du 21 janvier, la température extérieure est basse : il fait 3 °C. Un brouillard épais enveloppe Paris.

tiny-librarian:
“ “ Decree of the National Convention of the 15th to the 20th of January.
ARTICLE I. The National Convention declares Louis Capet last King of the French, guilty of conspiracy against the liberty of the Nation, and of criminal...

Dans la seconde cour de la maison du Temple, la voiture verte du maire de Paris Nicolas Chambon (1748-1826) attend, ce dernier ayant obtenu que le Roi ne soit pas conduit dans la charrette des condamnés.

Jean-François Balmer dans Les Années Terribles (1989)

Louis XVI y prend place avec l’abbé . Deux personnes de la milice s’installent face à eux. Avant de monter, le Roi se tourne vers l’un des concierges de la prison et lui déclare :

 « J’ai eu un peu de vivacité avec vous avant-hier soir, ne m’en veuillez pas ! »

Vers neuf heures

La voiture quitte le Temple au son de tambours et de trompettes. Des canons sont postés à chaque endroit stratégique. Le convoi est précédé d’environ deux cents gendarmes à cheval.       Les Parisiens sont venus en nombre assister à l’exécution, tant sur le trajet qu’à l’emplacement de la guillotine. Les volets sont clos et les boutiques fermées. La plupart des personnes sont silencieuses.

Vers dix heures et quart

Le cortège arrive place de la Révolution et s’arrête au pied de l’échafaud. Accueilli par le bourreau Charles-Henri Sanson (1739-1806) à sa descente du carrosse, le monarque désigne son confesseur à l’un des bourreaux et lui dit :

“Je vous recommande le prêtre que voici. Ayez soin qu’après ma mort il ne lui soit fait aucune insulte”.

Calme, il ôte ensuite lui-même sa redingote brune et sa cravate. À la demande de Sanson, il ouvre le col de sa chemise.

Louis XVI guillotiné | Histoire et analyse d'images et oeuvres
Reading Treasure
An Elegiac Ode on the Death of Louis XVI by Edmund Eyre
“ Now from life, and labours freed,
he receives his virtues’ meed;
Tastes of bliss to men unknown,
Far above an earthly throne.
What, tho’ no sculptur’d, marble-bust,
Is seen to...
Image de Marie-Antoinette (1938) de Van Dyke

Voyant qu’on veut lui lier les mains, le Roi refuse :

« Me lier ! Non, je n’y consentirai jamais. Faites ce qui vous est commandé, mais vous ne me lierez pas, renoncez à ce projet. »

On January 21st, 1793, Louis XVI was brought to the scaffold of the guillotine and executed. His last words, cut off by drums and as recorded by his confessor, were:
“I die innocent of all the crimes laid to my charge. I pardon those who have...

Évoquant l’exemple du Christ, l’abbé de Firmont réussit à le convaincre. Louis XVI déclare alors à ses bourreaux :

« Faites ce que vous voulez, je boirai le calice jusqu’à la lie. ».

On lui lie alors les mains dans le dos par son propre mouchoir ; un assistant de Sanson découpe grossièrement son col puis le rabat et lui coupe les cheveux. Accompagné par des roulements de tambour, le Roi, assisté de l’abbé Edgeworth, monte sur l’escalier et rejoint les cinq bourreaux (Sanson et ses quatre assistants) sur la plate-forme.

An illustration of Louis XVI on the scaffold from Histoire populaire de France, volume 4. 1880.
[source: Archive.org]

Contre toute attente, Louis XVI s’avance sur le bord gauche de l’estrade. Il fait signe aux tambours de s’arrêter et déclare d’une voix forte :

« Je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort. Je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France. »

Il veut poursuivre mais Santerre (1752-1809) donne l’ordre de faire battre à nouveau les tambours pour couvrir sa voix. L’abbé de Firmont lui crie alors :

« Fils de Saint Louis, montez au Ciel ! »

The Last Look of Louis XVI, King of France; 1793 Swedish engraving. [credit: Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie]
Le dernier regard de Louis XVI, 1793 gravure suédoise
Image de Marie-Antoinette (1938) de Van Dyke
Un peuple et son roi», une révolution ancienne au présent | Slate.fr
Laurent Lafitte est Louis XVI dans Un Peuple et son Roi (2018) de Pierre Schoeller

A dix heures vingt-deux minutes

Sa planche bascule, la lunette de bois se referme sur sa tête et le bourreau Sanson actionne le couperet.

Gros, un assesseur du bourreau, saisit la tête sanguinolente et la présente au peuple. Quelques Parisiens crient « Vive la Nation ! Vive la République ! Vive la liberté ! »

Jacques Roux, commissaire de la Commune de Paris, rédige le procès-verbal de l’exécution ; il précise que des citoyens recueillent sur l’échafaud ensanglanté le sang du Roi avec leurs mouchoirs, leurs piques ou leurs sabres.

Résultat de recherche d'images pour "Louis XVI"
Résultat de recherche d'images pour "bourreau montrant la tête de Louis XVI"

Le canon tonne et prévient la famille du Roi restée à la Tour du Temple que l’exécution a eu lieu.

Masque mortuaire de Louis XVI

En 1815

La Restauration considère comme régicides quatre catégories de conventionnels les 361 qui ont voté la mort ; les 26 qui ont voté la mort avec l’amendement Mailhe ; les 46 qui ont voté la mort avec sursis; et ceux qui, en dehors des catégories précédentes, ont voté contre le sursis; total : 455.

>Louis XVI décida de soulager son peuple en le dispensant du droit de Joyeux avènement, impôt perçu à chaque changement de règne.
> Louis XVI créa le corps des pompiers.
> Louis XVI autorisa l’installation de pompes à feu, pour approvisionner Paris en eau de manière régulière.
> Louis XVI créa un mont-de-piété à Paris pour décourager l’usure et venir en aide aux petites gens.
> Louis XVI abandonna aux équipages de ses vaisseaux le tiers de la valeur des prises qui lui était réservé en temps de guerre.
> Louis XVI décida d’aider l’abbé de l’Épée dans son œuvre pour l’éducation des « sourds-muets sans fortune» auquel il enseignait un langage par signes de son invention. Le Roi lui versa alors une pension de 6000 livres sur sa propre cassette, contre l’avis de l’archevêché qui soupçonnait cet homme de jansénisme.
> Louis XVI dota l’école de Valentin Hauy pour les aveugles.
> Louis XVI donna l’ordre à ses commandants de vaisseaux de ne point inquiéter les pêcheurs Anglais et obtint la réciproque pour les pêcheurs Français.
> Louis XVI donna le droit aux femmes mariées et aux mineurs de toucher eux même leur pensions sans demander l’autorisation de leur mari ou tuteur (il faudra de nouveau attendre 1965 car le code Napoléon s’est empressé d’abolir cette mesure !).
> Louis XVI ordonna aux hôpitaux militaires de traiter les blessés ennemis « comme les propres sujets du Roi » 90 ans avant la première convention de Genève !
> Louis XVI décida d’abolir le servage et la main morte dans le domaine royal et le droit de suite qui permettait aux seigneurs de faire poursuivre les serfs ou mainmortables qui quittaient leur domaine.
> Louis XVI ordonna l’abolition de la question préparatoire et préalable (torture)
> Louis XVI accorda le premier, le droit de vote aux femmes dans le cadre de l’élection des députés à l’assemblée des états généraux.
> Louis XVI décida de faire construire à ses frais, des infirmeries « claires et aérées » dans les prisons.
> Louis XVI s’inquiéta du sort qui était réservé aux prisonniers détenus en préventive de par leur inculpation, avant le procès. Par ailleurs, il décida de leur accorder une indemnité ainsi qu’un droit d’annonce dans le cas où leur innocence serait reconnue lors de leur procès (sujet d’une étonnante actualité) !
> Louis XVI supprima de très nombreuses charges de la maison de Roi (plus du tiers).
> Louis XVI permit aux femmes d’accéder à toutes les maîtrises.
Louis XVI finança tous les aménagements, de l’hôtel-Dieu pour que chaque malades ait son propre lit individuel.
Louis XVI employa le premier, l’expression « Justice sociale ».
Louis XVI fonda un hôpital pour les enfants atteints de maladies contagieuses, aujourd’hui nommé : « Hôpital des enfants malades »
> Louis XVI créa le Musée des Sciences et Techniques, futur Centre National des Arts et Métiers.
> Louis XVI fonda l’école des mines.
> Louis XVI finança sur ses propres fonds, les expériences d’aérostation des frères Montgolfier.
> Louis XVI finança également les expériences de Jouffroy pour l’adaptation de la machine à vapeur à la navigation.
> Louis XVI exempta les Juifs du péage corporel et autres droits humiliants.
> Louis XVI accorda sept millions aux victimes du froid excessif en 1784.
> Louis XVI accorda des pensions de retraites, à tous ceux qui exerçaient une profession maritime.
> Louis XVI demanda l’établissement annuel de la balance du commerce.
> Louis XVI créa le droit de propriété des auteurs et compositeurs de musique.
> Louis XVI accorda l’état-civil aux non-catholiques.
> Louis XVI créa l’Ecole de musique et de danse de l’Opéra de Paris et le musée du Louvre.

Et malgré ça, on l’a guillotiné !

Louis XVI a la parole de Paul et Pierrette Girault de Coursac
vivelareine:
“A non-exhaustive list of books related to Louis XVI
Biographies
• The Life of Louis XVI by John Hardman
• Louis XVI, or the End of a World by Bernard Fay
• The Last Days of Louis XVI and Marie Antoinette by Rupert Furneaux
Reign of...
laurent-lafitte-film-un-peuple-et-son-roi-affiche-studiocanal-francesoir.jpg
Affiche de Un Peuple et son Roi (2018) de Pierre Schoeller

Sources :

-Edmé-Etienne Belhomme, ancien inspecteur d’Académie, Les Régicides (1893) Paris, au siège de la Société, 3, rue de Furstenberg

-Paul et Pierrette Girault de Coursac, Enquête sur le Procès du Roi (1992), Editions François-Xavier de Guibert 

Louis XVI a la parole de Paul et Pierrette Girault de Coursac, éditions de L’ŒIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!