Loading...
La RévolutionLouis XVI

La fête de la Fédération

Fête de la Fédération La fte de la Fdration le 14 juillet 1790 au ChampdeMars

En 1790

L’Assemblée constituante décide d’organiser une grande « Fédération des troupes de ligne et des gardes nationales » sur le modèle des fédérations qui se répandent en province depuis l’année précédente.

Le 7 juin 1790

Talleyrand (1754-1838) propose à l’Assemblée constituante le principe d’une fête célébrant l’unité des Français, où les gardes nationaux serviraient de représentants : la fête de la Fédération sur le Champ-de-Mars.

Portrait de Charles Maurice de Talleyrand-Périgor...
Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

L’acteur central de cette fête sera la garde nationale. Sous ce nouveau nom, la milice bourgeoise a été réorganisée par La Fayette (1757-1834), au lendemain du 14 juillet 1789, pour mettre fin à la situation insurrectionnelle créée par la prise de la Bastille tout en conservant contre les troupes royales les forces d’une armée civique. Pour contrôler les éléments armés susceptibles de déclencher des émeutes, à Paris comme en province, il est décidé de réunir en un serment commun les gardes nationaux, désignés au terme d’une élection à deux degrés, et les troupes de ligne, représentées par les soldats les plus anciens.

La fête est fixée à la date anniversaire de la prise de la Bastille, et minutieusement organisée pour éviter tout débordement. 50 000 hommes armés, venus de tous les points du territoire, défilent au Champ-de-Mars, devant 300 000 personnes. Sous une pluie battante se succèdent procession militaire, messe sur l’autel de la patrie célébrée par Talleyrand assisté de trois cents prêtres, serment du Roi à la Constitution et serment de La Fayette au Roi, à la nation et à la Constitution. Louis XVI, réticent aux évolutions en cours, ne tire pas parti de cet événement unique, laissant tout le triomphe à La Fayette.

A partir du 1er juillet 1790

Les travaux de la première fête nationale ne commencent que le 1er juillet 1790, avec 1 200 ouvriers.

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Travau10

Il faut terrasser et transformer en un vaste cirque le Champs-de-Mars qui, à l’époque, n’est qu’un terrain de manœuvres au milieux des champs, servant à l’Ecole militaire.  Ils sont nourris, mais mal payés et, quand on leur reproche leur lenteur, ils menacent de quitter le chantier.  On fait alors appel à la bonne volonté des Parisiens. Ils répondent en masse, la légende veut même que tout Paris dans sa diversité sociale est présent.

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Federa12
Les parisiens au champ de Mars” d’Etienne-Charles Leguay

Il s’agit de transformer le Champ-de-Mars en un vaste cirque, d’une capacité de 100 000 spectateurs, au centre duquel s’élèvera l’autel de la patrie. On fait appel à la bonne volonté des Parisiens. Ils répondent en masse. La Fayette, en manches de chemise, travaille comme un tâcheron. Bientôt, c’est une fourmilière humaine, où les tape-dur du faubourg Saint-Antoine côtoient les nobles tirés à quatre épingles, où les moines coudoient les bourgeois, où les courtisanes donnent la main aux dames des beaux quartiers. Les charbonniers, les bouchers, les imprimeurs, viennent avec leurs bannières enguirlandées de tricolore. On chante gaiement, le Ça ira et autres couplets patriotiques.

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Fete_f11

Les musiques militaires jouent leurs marches respectives. Les soldats se mêlent aux gardes nationaux, et cette bigarrure d’uniformes ajoute à la confusion. Ce chantier tient de la kermesse, mais chacun travaille de son mieux, qui poussant une brouette, qui s’attelant à une charrette, qui pelletant ou remuant des pierres. A l’intention des élégantes, les modistes ont imaginé de ravissants bonnets de police. On fraternise ! On se met en quatre pour héberger les fédérés venus de province : ils sont au moins 50 000, non tous fortunés. Les « commerçantes de Cythère » étaient invitées à modérer leurs tarifs à l’intention de ces jeunes gens.

Detail from Les préparatifs de la fête de la Fédération ; la journée des brouettes, juillet 1790 by Charles-Etienne Leguay, 1790. [credit: © RMN-Grand Palais / Agence Bulloz]
Préparatifs au Champs de Mars….

Serait-ce forcer le trait que de dire que la vraie fête s’est en fait déroulée avant la cérémonie officielle ? On est porté à le croire, à feuilleter l’abondant dossier iconographique, qui met l’accent sur ces journées fiévreuses du mois de juillet, consacrées à l’aménagement du Champ de Mars où devait prendre place la cérémonie. Les choses se présentent mal : reflet de cette acceptation à regret peut-être, l’impulsion officielle est pour le moins désordonnée : des projets concurrents sont proposés, le parti adopté — un vaste espace entouré de gradins destinés à accueillir le public — suppose d’énormes terrassements. S’opère alors cette mobilisation parisienne, vantée et encouragée par la presse, illustrée par l’image.
Par le temps incertain d’un mois de juillet pluvieux, on s’en vient au Champ de Mars, piocher, rouler la brouette, tirer et pousser les charrois de terre. L’accent est mis sur l’unanimité : qu’il s’agisse des gouaches de Lesueur, des aquatintes de Janinet ou d’autres estampes plus anonymes ; on y retrouve l’homme du peuple — ainsi le cordonnier avec son tablier de travail, le bourgeois en redingote, gardant son quant à soi, la coquette au chapeau empanaché, démesuré comme c’est la mode en cette saison, voisinant avec la femme du peuple porteuse déjà du bonnet phrygien. Les religieux se sont mobilisés en masse : place au capucin qui retrousse son froc ; les abbés font acte de présence, mais fragiles se protègent du soleil qui tape fort entre les ondées par un parasol. « A bas, à bas le parasol » dit la légende.

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Captu403
Détail du tableau d’Hubert Robert

Tel qu’on peut l’imaginer à partir de quelques grandes compositions comme celle d’Ernouf, grandiose et étrange, car l’auteur a situé son évocation minutieuse et précise dans un cadre de trophées et de feuillages de palmiers, le Champ de Mars a des aspects de foire joyeuse, de campement avec des tentes pour s’abriter, de chantier aussi, de fête où l’on chante pour se donner du courage : Allons z’amis au Champ de Mars, mais aussi le Ça ira qui se voit intronisé à cette occasion comme l’un des refrains d’une révolution à la fois euphorique et batailleuse.

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  118

Le 3 juillet 1790

Dans les jardins du château de Saint-Cloud, Marie-Antoinette rencontre le marquis de Mirabeau qui Lui expose son plan pour sauver la monarchie.

Seymour - Les Années Lumières (Enrico) et Les Années Terribles (Heffron), avec Jane Seymour - Page 4 Zmir10
L’apparition de la Reine dans Les Années Lumière (1989)
Seymour - Les Années Lumières (Enrico) et Les Années Terribles (Heffron), avec Jane Seymour - Page 4 Zmir210
Marie-Antoinette ( Jane Seymour )
Seymour - Les Années Lumières (Enrico) et Les Années Terribles (Heffron), avec Jane Seymour - Page 4 Zmir310
Mirabeau ( Peter Ustinov )
L’entrevue de Saint-Cloud, dans les Années Lumières (1989)

Le 9 juillet 1790

Chemin faisant, le chantier avance : le Roi lui-même a voulu donner l’exemple en contribuant par un coup de pioche symbolique.

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Le_roi10

Le paysage prend figure : au fond — côté Invalides — une vaste tribune officielle, dont les mâts porteront les oriflammes des 83 départements ; à l’entrée — côté Seine — un imposant arc de triomphe par où pénétreront les cortèges officiels, et surtout les corps de troupe : gardes nationaux et soldats de ligne

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Prepar10

Ces participants attendus arrivent à Paris, logés par la municipalité chez les particuliers. Pour beaucoup, qui en feront confidence dans leurs mémoires, c’est la première, l’unique, montée à la capitale. Certains ont pris le coche d’eau, venant du Lyonnais ou de la Bourgogne ; d’autres ont loué une potache ; d’autres encore, plus spartiates, sont venus à pied, comme les Bretons, que les joies d’étapes arrosées dédommagent des fatigues du chemin. On profite de Paris : les gens sérieux ont leur programme touristique, ils pousseront jusqu’à Ermenonville pour visiter le tombeau de Jean-Jacques Rousseau ; pour les autres, des livrets sont prêts qui détaillent les bons endroits, voire les appâts de nymphes qui les attendent au Palais Royal.

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Champ_10
Ce tableau d’Hubert Robert (détail) montre la proximité des lieux avec les Tuileries
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  319

On imagina de célébrer le 14 juillet, anniversaire de la prise de la Bastille, par une fédération solennelle de tous les départements du royaume, et de toutes les troupes, où le roi prêterait serment d’être fidèle à la Nation, à la Loi et à la Constitution, quoiqu’elle ne fut pas encore fixée.

Cette idée proposée à la Convention fut adoptée et suivie ensuite d’un décret qui l’ordonna. L’ancien Champ de Mars, devant l’École militaire, fut destiné pour l’emplacement de la cérémonie. Une multitude d’ouvriers y travaillèrent tous les jours, et le résultat fut une avenue immense, terminée d’un côté par l’École militaire, devant laquelle on construisit un échafaudape pour placer le roi, l’Assemblée nationale, la municipalité, les députés delà commune de Paris, etc; au-dessus, une tribune pour la reine et la famille royale, et des deux côtés une vaste galerie pour les ministres, les ambassadeurs et autres personnes. Le fauteuil du roi était sur le même niveau que celui de l’Assemblée, placé à sa droite, et autour de lui des tabourets pour les secrétaires de l’Assemblée. Il n’y avait aucun siège pour les officiers de la suite du roi, qui devaient se tenir debout sur les deux escaliers qui descendaient de la tribune de la reine à l’emplacement où était le fauteuil du roi.

Au centre de cette immense avenue, qui était garnie de trois rangs de bancs circulaires pour les spectateurs, on avait élevé un grand autel auquel on montait par quatre-vingt marches, et entouré de vases remplis de parfums, sur lequel devait être célébrée la messe. De l’autre côté de l’École militaire, il y avait un grand arc de triomphe, rempli d’inscriptions et d’emblèmes relatifs à la liberté, et derrière on avait jeté un pont de bateaux sur la Seine, par où devait entrer toute la procession. Les députés des départements, ceux de l’armée, de la marine, et les officiers généraux de tout grade devaient entourer l’autel. Le grand intervalle qui existait entre l’autel et les gradins était rempli par la garde nationale de Paris sous les armes, indépendamment des ouvriers de tout genre, qui étaient occupés nuit et jour à préparer cet emplacement. Tout ce qui était attaché à la Révolution s’empressait de se réunir aux ouvriers : les dames s’y distinguaient, et on en voyait de très parées mener des brouettes, au son des instruments et au chant de Çà ira qui était la chanson favorite des révolutionnaires .

Valentin Ladislas, comte d’Esterházy

Le 12 juillet 1790

Constitution civile du clergé.

Le 14 juillet 1790

Fete-Federation-1790
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Champ_11
Plan général du Champ de Mars et du nouveau Cirque, où la Nation française a prêté le serment fédératif sur l’Autel de la Patrie, le 14 juillet 1790fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Captu406
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Export18

La fête de la Fédération

Le 14 juillet, tout est prêt, y compris un Autel de la Patrie et un arc de Triomphe construit pour l’occasion à l’emplacement actuel de la Tour Eiffel. Les fédérés de toutes la France défilent dessous avec leurs tambours et leurs drapeaux ; ils sont 100 000 (selon les syndicats et 50 000 selon la police – on trouve les deux chiffres dans les sources). La foule des Parisiens prend place sur les talus que l’on a élevés autour de l’esplanade. Louis XVI prend place dans le pavillon dressé devant l’École militaire.

Résultat de recherche d'images pour "fête de la fédération""

La Fayette est alors le premier à prêter serment, au nom des gardes nationales fédérées :

« Nous jurons de rester à jamais fidèles à la nation, à la loi et au roi, de maintenir de tout notre pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et acceptée par le roi et de protéger conformément aux lois la sûreté des personnes et des propriétés, la circulation des grains et des subsistances dans l’intérieur du royaume, la prescription des contributions publiques sous quelque forme qu’elle existe, et de demeurer unis à tous les Français par les liens indissolubles de la fraternité. ».

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Export21
Aucune description disponible.
Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

Nommé à cet office par le Roi, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord célèbre la messe devant 100 000 personnes le 14 juillet 1790, même s’il est peu familier de l’exercice, qu’il doit d’ailleurs réviser auprès de Mirabeau qui l’a bien plus entendue que lui, notamment en prison… 

Image illustrative de l’article Alexandre-Angélique de Talleyrand-Périgord
Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord est plus connu comme homme politique que comme évêque…. aussi s’il s’agit-là d’un Talleyrand-Périgord évêque, ce n’est pas lui, mais son oncle paternel, Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord (1736-1821)

Montant sur l’estrade supportant l’autel, Talleyrand aurait dit à La Fayette : 

« Par pitié, ne me faites pas rire »

Résultat de recherche d'images pour "fête de la fédération""

La Fayette devient le personnage le plus considéré de France (la fête de la fédération marque le zénith de sa carrière politique).

Résultat de recherche d'images pour "fête de la fédération""
Sam Neil incarne La Fayette dans Les Années Lumière (1988) de Robert Enrico

Puis c’est au tour du président de l’Assemblée de prêter serment au nom des députés et des électeurs. Le Roi, la Reine et le Dauphin prêtent à leur tour le serment de fidélité aux lois nouvelles.

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  10934011
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Export23
La loge du Roi et de l’amphithéâtre couvert pour l’Assemblée nationale
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est F%C3%AAte-de-la-F%C3%A9d%C3%A9ration-282x300.jpg.
Image des Années Lumières de Robert Enrico (1989)

Et enfin, c’est au tour du reste des participants et de la foule de le prononcer « à l’heure de midi, de concert et au même instant par tous les habitants et dans toutes les parties du royaume ».

Illustration.
Georges Washington de La Fayette à onze ans, peint sur Le serment de La Fayette à la fête de la Fédération (14 juillet 1790).
Aucune description disponible.

Le Roi prête serment de fidélité aux lois nouvelles :

 «Moi, roi des Français, je jure d’employer le pouvoir qui m’est délégué par la loi constitutionnelle de l’État, à maintenir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et acceptée par moi et à faire exécuter les lois».

Seymour - Les Années Lumières (Enrico) et Les Années Terribles (Heffron), avec Jane Seymour - Page 4 Zfed210
Images des Années Lumière (1989) de Robert Enrico
Seymour - Les Années Lumières (Enrico) et Les Années Terribles (Heffron), avec Jane Seymour - Page 4 Zfed10
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Export22

La Reine, se levant et montrant le Dauphin :

«Voilà mon fils, il s’unit, ainsi que moi, aux mêmes sentiments».

Seymour - Les Années Lumières (Enrico) et Les Années Terribles (Heffron), avec Jane Seymour - Page 4 Zfed310
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  - Page 2 Dubois14
Serment du Roi, de la Reine et de la Garde nationale à la Patrie par Dubois, vers 1791
Photo : Musée Carnavalet
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Feite_10
Seymour - Les Années Lumières (Enrico) et Les Années Terribles (Heffron), avec Jane Seymour - Page 4 Zfed410
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  - Page 2 Imgp0089
 Serment fédératif du 14 juillet 1790 , gravure de Lecœur d’après Swebach dont voici l’oeuvre:fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  - Page 2 Aze_ca10

Chacun voulait voir la cérémonie de la Fédération, et la peur de ne pas trouver de place détermina un grand nombre de personnes à passer la nuit au Champ de Mars, les uns excités par un zèle patriotique, et les autres par la curiosité qu’inspirait un spectacle aussi extraordinaire. La pluie qui tombait par torrents ne diminua pas le zèle de chacun, et toutes les places se trouvèrent remplies. Une foule immense était derrière, et les coteaux de Passy et de Chaillot étaient également couverts de spectateurs. Les parapluies de diverses couleurs que nécessitait la pluie continuelle faisaient aussi un singulier effet. C’était le coup d’œil le plus extraordinaire, et qui aurait été magnifique s’il eût été éclairé par le soleil d’un beau jour.

Mémoires de Madame de Tourzel, alors gouvernante des Enfants de France
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Ryvolu10

Le cortège se mit en marche à six heures du matin, et parcourut les rues centrales de la capitale pour se rendre au Champ de Mars par le Cours-la-Reine. Pour y arriver commodément, on avait construit un pont de bateaux à son extrémité. Deux compagnies de volontaires ouvraient la marche; elles étaient suivies du corps municipal, des électeurs et des présidents de district. Des chasseurs et des vétérans précédaient ensuite les quarante-deux premiers départements, marchant par ordre alphabétique, chacun étant précédé de sa bannière où était inscrit le nom de son département, et ayant son oriflamme propre. Les officiers portaient l’épée nue. Les troupes de ligne venaient ensuite, et l’on y distinguait avec plaisir les gardes du corps, les carabiniers, les hussards et l’artillerie. Elles avaient à leur tête MM. de Ségur et de Mailly, maréchaux de France, suivis des lieutenants généraux et des maréchaux de camp, précédés de l’oriflamme. La marine, commandée par le comte d’Estaing, marchait ensuite; puis les quarante et un derniers départements, suivis de chasseurs et d’une compagnie de cavalerie qui fermait la marche.

Mémoires de Madame de Tourzel, alors gouvernante des Enfants de France
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Fetede10
L’événement traité dans Les Années Lumière (1989)

Le ciel ne fut pas favorable à la fête. Les averses se succédaient continuellement; des torrents d’eau inondaient les rues, et la pluie ne cessa d’accompagner les bataillons tout le temps de leur marche. Quoique trempés jusqu’aux os, ils ne laissèrent échapper aucune plainte, et l’ordre de la marche n’en fut pas dérangé un instant. Les spectateurs bordaient leur passage; les croisées étaient garnies d’un monde prodigieux, et le reste de la ville déserte présentait le spectacle le plus extraordinaire.

Mémoires de Madame de Tourzel, alors gouvernante des Enfants de France
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Fete_f12
Fête de la Fédération Nationale célébrée au Champ de Mars à Paris le 14 juillet 1790
par Hubert Robert

La colonne n’arriva qu’à midi à la place Louis XV. L’Assemblée s’y rendit, le président à la tête, marchant entre deux haies de drapeaux qui les escortèrent jusqu’au Champ de Mars, où leur arrivée et celle du Roi furent annoncées par des salves d’artillerie.

Mémoires de Madame de Tourzel, alors gouvernante des Enfants de France
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  14591710

Le Roi arriva le dernier, avec la famille royale, en grande cérémonie, et accompagné d’un nombreux cortége. Quand chacun fut placé, l’évêque d’Autun, qui officiait, fit la bénédiction des drapeaux et célébra la messe immédiatement après; elle ne commença qu’à quatre heures. A l’élévation, M. de la Fayette, nommé par le Roi major général de la fédération, donna le signal du serment, monta à l’autel et le prononça; à l’instant, tous les sabres furent tirés et les mains levées. M. de la Fayette vint alors avertir le Roi que c’était le moment de prononcer le serment. La pluie tombait à grands flots, et un grand nombre de spectateurs qui étaient inondés cherchaient à en diminuer l’effet, en étendant leurs parapluies. Comme ils empêchaient de voir le Roi, la multitude se mit à crier: «A bas, à bas les parapluies!» M. de la Fayette, qui n’entendit d’abord que les mots: A bas, crut probablement que ce cri le regardait; il hésita un moment, et sa pâleur ordinaire redoubla sensiblement; mais, rassuré promptement, il continua sa marche et arriva au Roi, qui prononça la formule du serment. M. de Bonnai, président de l’Assemblée, la répéta, et avec lui trois cent mille voix. La Reine éleva plusieurs fois entre ses bras Mgr le Dauphin pour le faire voir au peuple et à l’armée, qui fit éclater des démonstrations de joie et d’amour pour le Roi et la famille royale.

Les personnes sincèrement attachées à la religion virent avec peine que, dans une cérémonie qui n’était rien moins que religieuse, et où l’attention se portait uniquement sur un spectacle aussi extraordinaire que celui dont on était témoin, on ne se fût pas borné à faire prêter le serment sur les saints Évangiles, plutôt que d’exposer à une sorte de profanation les mystères les plus augustes de notre religion.

Après la cérémonie, une partie des fédérés alla dîner au château de la Muette, où l’on avait préparé des tables pour les recevoir. D’autres revinrent à Paris, et quelques-uns repartirent le soir même pour leurs provinces. M. de la Fayette se rendit à la Muette, où on lui prodigua, comme au Champ de Mars, les témoignages d’idolâtrie populaire dont M. Necker avait été l’objet l’année précédente. Il était alors à l’apogée de sa gloire; elle eut la durée de la faveur populaire, et ne lui laissa que le regret de n’avoir pas su profiter de sa position pour sauver son Roi et sa patrie des dangers qui les menaçaient. Sous le nom de liberté, qu’il prononçait avec tant de complaisance, la France était livrée à l’anarchie la plus complète, et tout ce qui y existait de gens honnêtes et vertueux gémissait sous le joug le plus tyrannique.

Mémoires de Madame de Tourzel, alors gouvernante des Enfants de France
fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  - Page 2 Feite_16
La fête de la Fédération par Dubois, vers 1791

Le Roi retourna aux Tuileries aux cris répétés de: «Vivent le Roi et la famille royale!» Le duc de Villequier et plusieurs autres personnes sensées, qui épiaient avec soin la disposition des esprits, pensaient que le Roi pouvait tirer parti de cette journée, et auraient voulu qu’il montât à cheval, et qu’au lieu de prêter le serment exigé, il déclarât au milieu du Champ de Mars qu’étant pour cette fois à la tête de l’élite de la nation, il lui représentait qu’il trouvait un inconvénient réel à jurer fidélité à une Constitution qui n’était pas encore terminée, et dont l’ensemble pouvait seul démontrer les avantages et les inconvénients; qu’il était prêt, après cette observation, à faire le serment d’observer les articles décrétés, si la nation réunie lui en témoignait le désir. Le Roi consulta probablement son conseil. Les hommes qui le composaient n’avaient pas assez d’énergie pour oser risquer une pareille démarche, et ils l’en auront sûrement détourné, sous le prétexte des dangers qu’elle pouvait entraîner. La suite des événements donna malheureusement lieu de se repentir de n’avoir pas saisi cette occasion.

Mémoires de Madame de Tourzel, alors gouvernante des Enfants de France
Louis XVI by Jean Antoine Houdon (1790)
Louis XVI par Jean Antoine Houdon (1790)

Malgré la pluie qui clôture la journée, le public retourne ravi dans ses foyers.

fédération - La Fête de la Fédération (14 juillet 1790)  Fete_f10
Fête de la Fédération au Champ de Mars le 14 juillet 1790 par Auguste Couder, 1844
Extrait des Années Lumière (1989) de Robert Enrico
Tour Eiffel (Eiffel Tower), Champ de Mars, 7e Arrondissement, Paris, France
Le Champ de Mars, aujourd’hui

C’est bien plus tard, le 6 juillet 1880, que le 14 juillet deviendra officiellement jour de la Fête nationale française, sur proposition du député Benjamin Raspail.

Sources :

-Luce-Marie Albigès, « Fête de la Fédération, 14 juillet 1790 », Histoire par l’image

Les Années Lumière (1989) , film de Robert Enrico

-François Furet, Mona Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française. Article Fédération.Paris, (1988) Des Etats généraux au 18 brumaire  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!