Loading...
Journaux, mémoires, souvenirs et correspondances privéesPersonnel politique de Louis XVI

Le marquis de Bombelles

Le 8 octobre 1744

Marc-Marie, marquis de Bombelles naît à Bitche. Il est le fils du comte Henri François de Bombelles, gouverneur de Bitche de 1740 à 1760, cordon rouge de l’Ordre royal et militaire de Saint Louis, et de sa seconde épouse, Geneviève Charlotte de Badains. Marc-Marie fait ses premières armes lors de la guerre de Sept Ans (1756-1763).

C’est un page, officier, diplomate puis ecclésiastique français.

En avril 1765

Il devient commandant d’une compagnie des hussards de Berchiny (plus tard, il parviendra au grade de maréchal de camp avec la décoration de Saint-Louis).

En 1768

Il entre au service diplomatique, comme conseiller d’ambassade en Hollande, attaché auprès du baron de Breteuil, ambassadeur, qui le protège.

En mars 1771

Il devient de camp de cavalerie.

En mars 1772

Il est nommé conseiller d’ambassade à Naples.

En 1774

A la mort du roi Louis XV,  il conserve sa faveur à la Cour.

Dimanche 11 juin 1775

Louis XVI est sacré à Reims.

Fichier:Louis XVI en costume de sacre - Joseph-Siffred Duplessis ...Louis XVI par Joseph-Siffred Duplessis (1777)

En 1775

Bombelles devient Ministre du Roi Louis XVI après la Diète de l’Empire, à Ratisbonne, jusqu’en 1779.

 Le 23 janvier 1778

Il épouse à Versailles Marie-Angélique de Mackau (1762-1800), dame pour accompagner mais aussi amie intime de Madame Élisabeth (1764-1794), sœur du Roi, dont la mère est la sous-gouvernante de la Princesse.

En 1780

Il est nommé Chevalier de Saint-Louis.

Le 1er juillet 1780

Naissance de son fils, Louis-Philippe de Bombelles (qui mourra le 7 juillet 1843 à Vienne).

Le 17 mai 1782

Le comte et de la comtesse du Nord, c’est sous ce nom que voyage le grand-duc Paul et son épouse Sophie-Dorothée (devenue Maria Feodorovna après sa conversion à l’Église orthodoxe), arrivent à Fontainebleau, où les attendent les envoyés du Roi, et leur ambassadeur, le prince Baradinsky.

On logea fort magnifiquement la suite de madame la grande-duchesse. Madame de Benckendorf eut un joli appartement, et comme je m’y étais retirée un instant avant le souper, madame la marquise de Bombelles, dame pour accompagner madame Elisabeth de France, sœur du roi, vint m’y chercher. C’était une fort aimable personne que madame de Bombelles. 

Son mari, ministre du roi près de la diète générale de l’empire, avait succédé dans
ce poste au baron de Mackau, père de sa femme.
Le beau-frère de la marquise, M. le comte de Bombelles, est maréchal de camp et sert dans les gardes-
françaises. Le marquis de Bombelles est seigneur
des fiefs de Avorck et Achenheim, en Alsace, à une
lieue de Strasbourg. Son père était lieutenant général des armées du roi et commandant des ville et château de Bitche, de la frontière de la Lorraine allemande et de la Sarre.

Mémoires de la baronne d’Oberkirch

En 1784

Il est promu brigadier de cavalerie. Il est aussi chevalier de l’Ordre de Saint Lazare.

Le 6 novembre 1785

Naissance de son fils Charles-René de Bombelles ( 1785-1856), qui deviendra, en 1834, le mari morganatique de Marie-Louise d’Autriche (1791-1847), seconde épouse de Napoléon Ier (1769-1821) alors duchesse de Parme et de Plaisance.

D’octobre 1786 jusqu’en avril 1788

Il devient ambassadeur du Roi de France près la Cour du Portugal.

Le 9 mars 1788

Bombelles est promu Maréchal de camp.

Le 5 mai 1789

Ouverture des États-Généraux.

Résultat de recherche d'images pour "Ouverture des états généraux"

Le 4 juin 1789

Mort du Dauphin, Louis-Joseph-Xavier-François, à Meudon.

Mort du Dauphin dans les Années Lumières de Robert Enrico (1989)

Le 20 juin 1789

Serment du Jeu de paume

Tableau de Jacques-Louis David

Le 26 juin 1789

Naissance à Versailles de son fils Heinrich Bombelles (1789-1850) qui sera choisi comme grand maître de cour par Metternich et l’archiduchesse Sophie (1805-1872), chargé de l’éducation du jeune François-Joseph (1830-1916).

Le 14 juillet 1789

Prise de la Bastille.

Le 16 juillet 1789

Fuite en exil de Yolande de Polignac et sa famille, dont sa belle-sœur, la comtesse Diane de Polignac.

Le 17 juillet 1789

Réception de Louis XVI à l’Hôtel de Ville de Paris.

Peinture monumentale de Jean-Paul Laurens (vers 1887)

La nuit du 4 août 1789

Abolition des privilèges.

La Nuit du 4 août 1789, gravure de Isidore Stanislas Helman (BN)

En septembre 1789

L’Archiduchesse Marie-Elisabeth

Les Bombelles sont à Innsbruck et le marquis (1744-1822) est aussitôt très empressé d’aller faire sa cour à Marie-Elisabeth (1743-1808), Abbesse des lieux et sœur aînée de Marie-Antoinette, qui les prie à dîner Madame de Bombelles (1762-1800) et lui.

L’Archiduchesse nous as reçus avec une bonté singulière; elle nous a fait dîner avec les personnes les plus éminentes de la ville. Son palais est fort beau, elle y est très convenablement servie les jours de cérémonie; ce n’est pas de même, dit-on, dans l’habituel. L’Empereur (Joseph II) paie les gens de sa sœur, mais ne lui envoie que de vieux valets auxquels la maison de l’Archiduchesse sert d’hôtel des Invalides; ils sont insolents avec elle parce qu’elle ne sait pas se faire respecter, et elle n’a pas le crédit de faire avoir à ses gens une place pour ceux de leurs enfants ou neveux qui seraient en état de servir et que la princesse voudrait s’attacher. Ceux qui connaissent bien l’intérieur de la famille autrichienne disent que l’Empereur ne tient aussi sévèrement sa sœur que parce qu’il a peu d’opinion de sa tête, et moins encore de la décence qu’elle mettrait dans la manière de se faire servir s’il la laissait faire; c’est , ajoute-t-on, pour cela qu’il lui entretient une quantité convenable de gens tant vieux que d’autres parce que , s’il donnait leur abonnement en entretien à l’Archiduchesse, elle mettrait l’argent dans la poche, ou le dépenserait en fantaisie, en n’ayant pas alors le nombre nécessaire de serviteurs. 

Marc de Bombelles

Elle a fait changer pour nous la pièce et le ballet, elle a voulu que mes enfants (qu’elle à remplis de bonbons et de joujoux) eussent une loge à la Comédie et elle nous a fait les honneurs de la sienne comme une particulière très aimable. Nous voulions nous remettre en route demain mais cela n’a pas été possible. L’Archiduchesse a voulu absolument nous donner encore à dîner chez son Grand-maître , et en petit comité (…) 

Marc de Bombelles

Le 26 août 1789

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Le 5 octobre 1789

Des milliers de femmes du peuple venues de Paris marchent sur Versailles pour demander du pain.

LES ACTEURS DE LA REVOLUTION : MARIE-ANTOINETTE, REINE DE FRANCE ...

Le 6 octobre 1789

Vers cinq heures du matin, les appartements privés sont envahis. La Reine s’échappe en jupon par une porte dérobée. Plus tard, Sa présence est réclamée par la foule. Elle va au-devant du peuple, courageuse, au mépris de Sa vie.

Aucune description disponible.

Madame Élisabeth est la dernière à s’éveiller à sept heures et demi du matin… Elle rejoint toute la famille royale réfugiée dans la chambre d’apparat de son frère.

C’est Anne Letourneau qui interprète Madame Élisabeth dans Les Années Lumières de Robert Enrico (1989)

La famille royale est ramenée de force à Paris.

Portraits de Marie-Antoinette par Joseph Navlet Zparis10Départ du Roi de Versailles, par Joseph Navlet
Les Tuileries

La famille royale s’installe aux Tuileries et un semblant de vie de Cour se met en place.

En octobre 1789

Marc Marie de Bombelles est nommé Ambassadeur à Venise.

En décembre 1790

Étant toujours à Venise, il envoie au ministre sa démission, pour ne pas prêter le serment nommé civique exigé par l’Assemblée Constituante qu’il regarde comme illégale et inconstitutionnelle.

Il continue alors à faire office d’émissaire officieux de Louis XVI et de son frère le comte d’Artois auprès des différentes cours d’Europe, en lien avec la Reine de Naples, sœur de Marie-Antoinette.

La Reine Marie-Caroline insiste pour que les enfants de Monsieur de Bombelles lui soient présentés. Quand Monsieur et Madame de Bombelles se retirent, en entrant dans la gondole, ils trouvent une lettre avec cette adresse :

Aux enfants de l’estimable marquis de Bombelles, ambassadeur du roi de France.


Vous avez des parents si respectables que je ne puis vous désirer, mes chers enfants, que le bonheur de leur ressembler, et de montrer dans le cours de votre vie toute l’énergie, le désintéressement et les sentiments qu’ils ont témoignés, et qui leur ont valu l’estime publique, la mienne et tout mon attachement. Comme votre éducation n’est pas encore achevée, et qu’elle exigera quelques frais, j’oserai vous faire toucher, à vous, quatre frères, 12,000 fr par an, à l’endroit où vous résiderez, et jusqu’au moment où vos respectables parents seront de nouveau rentrés dans toutes les charges et emplois dont ils sont si dignes. Ceci est bien éloigné de ce que j’aurais désiré pouvoir faire, mais, ne voulant pas importuner le roi, mon époux, et mes facultés étant restreintes,  j’ai dû me restreindre. Recevez cela avec le sentiment qui me porte à vous l’offrir ; c’est celui de la plus sincère estime et attachement qu’à pour vos respectables parents, et du plus véritable intérêt qu’à pour vous votre éternelle amie.

Quand Monsieur de Bombelles dit à la Reine, en la remerciant, qu’il n’at pas mérité tant de bontés puisqu’il n’a pas servi sa couronne, elle lui répond d’un air majestueux :

                    ” … Monsieur, vous avez servi la cause de tous les rois. “

Depuis le mois d’avril 1791, le marquis de Bombelles vit des bienfaits de la Reine de Naples, qui s’est empressée de venir au secours d’une famille qui a préféré l’indigence à l’oubli de ses devoirs.

Le 20 juin 1791

Évasion de la famille royale de France. Le Roi part avec la Reine, le Dauphin, Madame Royale, Madame Élisabeth et Madame de Tourzel. Madame Elisabeth est mise au courant au dernier moment tant on craint qu’elle fasse échouer le plan par son indiscrétion…

La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes Louis_55

Départ de Monsieur et Madame ( le comte et la comtesse de Provence) qui prennent la route de Gand.

Le 21 juin 1791

Aucune description disponible.

 Le Roi et la famille royale sont arrêtés à Varennes.

akg-images - Arrestation de Louis XVI.Chez l’épicier Sauce à Varennes, par Prieur

Le 25 juin 1791

Portraits de Marie-Antoinette par Joseph Navlet Zzztem10

La famille royale rentre à Paris sous escorte. Dans la berline, les voyageurs sont accompagnés de Barnave et de Pétion, qui pensera avoir séduit la sœur du Roi…

Le Roi est suspendu.

Madame Élisabeth refusera toujours, même après Varennes, d’émigrer, alors que l’Assemblée ne se serait sans doute pas opposée à son départ (à l’instar de ce qui s’est passé par Mesdames Tantes, autorisées à quitter le territoire).

Le 20 juin 1792

Le peuple des faubourgs, encadré par des gardes nationaux et ses représentants, comme le brasseur Santerre (10 à 20 000 manifestants selon Roederer), pénètre dans l’assemblée, où Huguenin lit une pétition. Puis elle envahit le palais des Tuileries.

La foule envahit les Tuileries pour faire lever le veto.

20 juin 1792 - La journée du 20 juin 1792  800px-13Le peuple de Paris pénétrant dans le palais des Tuileries le 20 juin 1792
Jan Bulthuis, vers 1800
Escalier monumental des Tuileries (avant sa destruction)

20 juin 1792 - La journée du 20 juin 1792  800px-15

20 juin 1792 - La journée du 20 juin 1792  Ivr11_10

20 juin 1792 - La journée du 20 juin 1792  20_jui10

Mesdames de Lamballe, de Tarente, de La Roche-Aymon, de Mackau entourent alors la Reine, ainsi que Madame de Tourzel qui souligne dans ses Mémoires :

La Reine était toujours dans la chambre du Roi, lorsqu’un valet de chambre de Mgr le Dauphin accourut tout hors de lui avertir cette princesse que la salle était prise, la garde désarmée, les portes de l’appartement forcées, cassées et enfoncées, et qu’on le suivait.
On se décida à faire entrer la Reine dans la salle du Conseil, par laquelle Santerre faisait défiler sa troupe pour lui faire quitter le château. Elle se présenta à ces factieux au milieu de ses enfants, avec ce courage et cette grandeur d’âme qu’elle avait montrés les 5 et 6 octobre, et qu’elle opposa toujours à leurs injures et à leurs violences.
Sa Majesté s’assit, ayant une table devant elle, Mgr le Dauphin à sa droite et Madame à sa gauche, entourée du bataillon des Filles-Saint-Thomas, qui ne cessa d’opposer un mur inébranlable au peuple rugissant, qui l’invectivait continuellement.
Plusieurs députés s’étaient aussi réunis auprès d’elle.
Santerre fait écarter les grenadiers qui masquaient la Reine, pour lui adresser ces paroles : ” On vous égare, on vous trompe, Madame, le peuple vous aime mieux que vous le pensez, ainsi que le Roi ; ne craignez rien “.
-” Je ne suis ni égarée ni trompée, répondit la Reine, avec cette dignité qu’on admirait si souvent dans sa personne, et je sais (montrant les grenadiers qui l’entouraient) que je n’ai rien à craindre au milieu de la garde nationale “.
Santerre continua de faire défiler sa horde en lui montrant la Reine. Une femme lui présente un bonnet de laine ; Sa Majesté l’accepte, mais sans en couvrir son auguste front. On le met sur la tête de Mgr le Dauphin, et Santerre, voyant qu’il l’étouffait, le lui fait ôter et porter à la main.
Des femmes armées adressent la parole à la Reine et lui présentent les sans-culottes ; d’autres la menacent, sans que son visage perde un moment de son calme et de sa dignité.
Les cris de “Vivent la Nation, les sans-culottes, la liberté ! à bas le veto !” continuent.
Cette horde s’écoule enfin par les instances amicales et parfois assez brusques de Santerre, et le défilé ne finit qu’à huit heures du soir.
Madame Elisabeth, après avoir quitté le Roi, vint rejoindre la Reine, et lui donner de ses nouvelles.
Ce prince revint peu après dans sa chambre, et la Reine, qui en fut avertie, y entra immédiatement avec ses enfants.

Vers dix heures du soir

Pétion et les officiers municipaux font évacuer le château.

Louis XVI conserve sa détermination à défendre la Constitution en espérant un sursaut de l’opinion en sa faveur, ce qui se manifeste le 14 juillet, troisième fête de la fédération, étant l’objet de manifestations de sympathie.

““I am the queen.” A depiction of assault on the Tuileries of June 20th, 1792; several people in the mob allegedly believed Madame Elisabeth to be Marie Antoinette and Elisabeth, to protect the queen, stepped forward and attempted to stop a man from...

Le dévouement de Madame Élisabeth, prise par la foule pour la Reine, elle ne les détrompe pas pour donner à sa belle-sœur la possibilité de se réfugier et de sauver Sa vie.

photo de La reine c'est moi, madame Elisabeth 1792La Reine c’est moi, le 20 juin 1792. Madame Elisabeth prête à se sacrifier (château de Chambord)
Le 11 juillet 1792

“La patrie en danger”.

Le 10 août 1792

Image des Années Lumières (1989)
Aucune description disponible.Gravure allemande représentant la Famille Royale à l’Assemblée

Sac des Tuileries. On craint pour la vie de la Reine. La famille royale se réfugie à l’Assemblée législative où Elle est  placée dans la loge grillagée du logotachygraphe.

Journée du 10 août 1792 — Wikipédia

Le Roi est suspendu.

Le 13 août 1792

“At the barrier of Paris we found an immense crowd assembled on the road along which our unfortunate King had to pass. Everybody had his head covered, by order of M. de la Fayette, who had, moreover, enjoined the most absolute silence, in order, he...

La famille royale est transférée au Temple après avoir été logée temporairement aux Feuillants dans des conditions difficiles: quatre pièces du couvent seulement leur étaient dédiées… pendant trois jours.

tiny-librarian:
“  The carriage was not allowed to take the shortest road, but was conducted some miles round, that it might be led in triumph down the Champs Élysées, where a vast mob was waiting to feast their eyes on the spectacle, whose display...

Après un repas servi dans l’ancien palais du comte d’Artois ( où la famille royale espère encore être logée) , la messe est dite dans un salon.

“[After 1791] Their Majesties did not perform their Easter devotions in public, because they could neither declare for the constitutional clergy, nor act so as to show that they were against them.
The Queen did perform her Easter devotions in 1792;...

Résultat de recherche d'images pour "la prison du Temple"La Tour du Temple
I received La Revolution Francaise (from Larousse publishing) in the mail today. This was my second attempt to get this book! I originally purchased a copy from a seller on Abebooks but got a refund because it was 2 months since I ordered, and a...
   Promenade de la famille royale dans le jardin du Temple dans Les Années Terribles (1989) de Richard Heffron

Le 3 septembre 1792

Assassinat de la princesse de Lamballe (1749-1792) dont la tête, fichée sur une pique, est promenée sous les fenêtres de Marie-Antoinette au Temple.

3 septembre 1792, L'effroyable dépeçage de la princesse de ...Massacre de la princesse de Lamballe

Massacres dans les prisons.

Le 20 septembre 1792

La bataille de Valmy est remportée par l’armée française commandée par Dumouriez et Kellermann sur l’armée coalisée commandée par le duc de Brunswick.

Le 21 septembre 1792

Abolition de la royauté.

Fidèle au Roi Louis XVI, Bombelles émigre en Suisse après la bataille de Valmy. Il loge alors au château de Wartegg à Rorschach dans le canton de Saint-Gall, puis s’installe à Ratisbonne.

Château de Wartegg à Rorschach dans le canton de Saint-Gall

Le 21 janvier 1793

Exécution de Louis XVI qui a pu prendre congé de sa famille la veille et être accompagné à l’échafaud par un prêtre insermenté, l’abbé Edgeworth de Firmont (1745-1807).

Louis XVI guillotiné | Histoire et analyse d'images et oeuvres

Après l’exécution du Roi, Marie-Antoinette demeure au Temple avec ses deux enfants et sa belle-sœur Élisabeth.Quelques fidèles tentent de les faire évader.

Jane Seymour et Anne Letourneau dans Les Années Terribles (1989) de Richard Heffron

Le 3 juillet 1793

Louis-Charles, Louis XVII, est enlevé à sa mère et confié au cordonnier Antoine Simon (1736-1794).

Exposition "Heurs et malheurs de Louis XVII", musée de la … | Flickr

Le 2 août 1793 à deux heures quarante du matin

Marie-Antoinette est transférée de nuit à la Conciergerie.

LES ACTEURS DE LA REVOLUTION : MARIE-ANTOINETTE, REINE DE FRANCE ...

Le 16 octobre 1793

Exécution de Marie-Antoinette, place de la Révolution .

L'exécution de Marie-Antoinette le 16 octobre 1793 Maacha10

Le 10 mai 1794

Exécution de Madame Élisabeth sur la place de la révolution.

“ … Madame Élisabeth was placed nearest the steps to the scaffold, but she was the last of the twenty-five called to ascend them; she was to see and hear the killing of them all before her turn should come. During that time she never ceased to say...

On imagine l’émotion d’Angélique en apprenant les événements de France…

En 1796

Il est en Bavière. La médiocrité dans laquelle le place la démission qu’il a noblement donnée, se change en une détresse complète, lorsque les circonstances forcent le Reine Marie-Caroline de suspendre le paiement de sa pension.

En 1798

Il est en Moravie, à Brünn.

Le 30 septembre 1800

Son épouse décède en couches.

Louis XVIII ayant appris la perte cruelle que vient de faire Monsieur de Bombelles, lui écrit la lettre suivante :

Mittau, 30 octobre 1800
Le comte d’Avaray m’a communiqué, monsieur, votre lettre du 9 de ce mois. Je prends une part bien sincère à votre juste douleur ; heureux si je puis l’adoucir un jour en prouvant mes sentiments aux enfants de l’amie de ma sœur. Vous connaissez, monsieur, tous les miens pour vous.

En 1804

Après la mort de sa femme Marie-Angélique de Mackau, ruiné, Marc de Bombelles se retire dans la vie monastique et devient curé d’Oberglogau (aujourd’hui Głogówek), en Prusse .

Il ne rentre en France qu’au moment de la première Restauration pour devenir aumônier de Marie-Caroline de Naples, duchesse de Berry (1798-1870).

Marie-Caroline de Naples, duchesse de Berry.

Le 20 août 1817

Le Roi le désigne pour occuper le siège épiscopal d’Amiens.

Le 3 octobre 1819

Il est sacré évêque d’Amiens, à Paris

Image illustrative de l’article Marc-Marie de Bombelles

Mgr de Bombelles a été le seul évêque à avoir été militaire, il a été autorisé à porter sur sa mitre les deux étoiles de son grade et il est aussi un des rares évêques à avoir été père de famille.

En avril 1820

Il est amené, en tant qu’aumônier de la duchesse de Berry, à convoyer jusqu’à Lille les entrailles du duc de Berry, assassiné par Louvel.

Le 5 mars 1822

Bombelles meurt à Paris, à l’Élysée-Bourbon, résidence de la duchesse de Berry. Son corps sera transféré en son épiscopat, Amiens, où il repose avec ses prédécesseurs.
Louis XVIII, intervient pour qu’il soit inhumé dans le chœur de la Basilique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!