Loading...
Le château de MeudonLes théâtres de la vie de Marie-Antoinette

Le château de Meudon

Meudon - Le château de Meudon Vue-ge10
Restitution 3D du domaine de Meudon, vers 1708 par Hervé Grégoire et Franck Devedjian

Guillaume Valet (1370-1442), valet de chambre de Charles VII (1422-1461), trésorier du duc de Bourgogne et Prévôt des marchands de Paris de 1429 à 1431.semble faire reconstruire un manoir, au lieu de l’ancien castel.

Il meurt à Paris, le 14 février 1442. Jean Sanguin, dit “Bâtard de Sanguin”, hérite la seigneurie de son père ; il meurt à Paris le 13 novembre 1468.

“Bâtard de Sanguin”a plusieurs enfants, dont Antoine Sanguin, qui hérite de Meudon et porte ainsi le titre de seigneur de Meudon. Antoine épouse Marie Simon, et meurt le 18 octobre 1500.

En 1520

Antoine Sanguin, dit le cardinal de Meudon

Le manoir est démoli  par Antoine Sanguin (1493-1559), dit le cardinal de Meudon (grand aumônier de François Ier), fils du précédent, qui fait construire un corps de logis carré en brique et pierre d’un étage sur rez-de-chaussée, avec combles à lucarnes ouvragées.

Restitution de l’élévation du château de Meudon vers 1520 (futur corps central)

Le 5 septembre 1527

Antoine Sanguin fait don du château à sa nièce Anne de Pisseleu (1508-1580), devenue maîtresse de François Ier (1515-1547),ce qui en fait quasiment la première dame de France de l’époque.

Anne de Pisseleu, duchesse d’Etampes

Pour mieux loger sa maîtresse en titre, François Ier fait financer l’ajout de “somptueux édifices”, c’est-à-dire deux pavillons carrés de part et d’autre du corps initial, et deux ailes en retour terminées par des pavillons identiques. Ces agrandissements respectent le style du corps de logis. Un arc de triomphe est édifié au centre du mur de clôture, servant d’entrée majestueuse à la cour du côté de l’entrée.

Agrandissements d’Anne de Pisseleu, vers 1540

Du 11 juillet au 5 août 1537

François Ier fait un long séjour à Meudon. Il y viendra à de nombreuses reprises jusqu’à sa mort, en 1547.

En 1552

À la mort de François Ier, Anne de Pisseleu, alors en disgrâce, doit vendre le domaine de Meudon à Charles de Guise, cardinal de Lorraine (1524-1574).

Charles de Guise, cardinal de Lorraine

La famille des Sanguin quitte alors Meudon.

Le cardinal transforme sa nouvelle résidence en s’inspirant des modèles italiens, qu’il a pu découvrir lors de ces voyages à Rome.

Le 28 décembre 1552

Dans une lettre adressée à sa belle-sœur, Anne d’Este, le cardinal indique :

 “J’ay esté à Meudon tandis que j’estoys à Paris et je vous supplie vous asseurer que la maison estant achevée comme elle se peult aisément y adjoutant certaines petites invantions que je y ait pansées et nos testes de et marbres qui sont à Paris, elle est pour ne recognoistre gueres d’aultres plus belles maisons de ce Royaulme ni plus santantes ung grand prince. J’espère, avant Quaresme prenant, y tenir et vous et vostre mari et vous verrez si je suis bon profette et s’il y a faulte, reprochez le moy…”.

Le cardinal de Lorraine à la princesse d’Este

Le cardinal fait doubler les ailes côté cour d’une galerie surmonté d’une terrasse, sur des dessins du Primatice (1504-1570). Les intérieurs sont décorés de scènes du concile de Trente (qui a eu lieu en 1542), auquel il a participé activement.

Des jardins en terrasse et une première orangerie sont créés autour de petits bâtiments, dont un petit palais de fantaisie dédié aux nymphes et aux muses,

Entre 1552 et 1560

La fameuse “Grotte de Meudon” est édifiée encore sur les dessins de Primatice et décorée par des compositions de l’artiste. Celle-ci forme un petit palais, sous un soubassement formé d’arcades, à l’abri des regards, puisqu’une colline sépare visuellement ce lieu du Château-Vieux, ainsi qu’il est justifié sur une estampe d’Israël Silvestre représentant la Grotte.

La Grotte de Meudon par Israël Silvestre

En 1574

À la mort du cardinal de Lorraine, le château reste propriété de la famille de Guise.

Pendant les guerres de religion

Le château de Meudon est pillé.

Le 1er août 1589

C’est au château de Meudon que le futur Henri IV (1589-1610) apprend l’assassinat du Roi Henri III (1574-1589) par Jacques Clément.

Le 2 août 1589

Henri III meurt à Saint-Cloud, et Henri de Navarre devient Roi de France, en qualité de premier Roi Bourbon.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 220px-Gravure_d%C3%A9taill%C3%A9e_chastillon_vers_1600.jpg.
“Le magnifique château de Meudon”, par Claude Chastillon, vers 1600.

En 1618

Le duc de Lorraine charge son architecte, Gabriel Soulignac, de modifier le château et d’étendre les jardins.

En 1623

D’autres travaux sont réalisés par Soulignac, avec la construction d’une terrasse et d’un escalier proches de la Grotte.

Sous la Fronde (1648-1653)

Le domaine est encore pillé, puisque les princes lorrains, possesseurs de Meudon, prennent le parti de la rébellion contre l’autorité royale.

Dès 1649

Le Grand Condé, à la tête de l’armée royale, s’empare de Charenton, Saint-Denis, Saint-Cloud et de Meudon.

Le 12 septembre 1654

Meudon, en piètre état, est racheté par Abel Servien (1593-1659), surintendant des finances, qui prend le titre de baron de Meudon.

Dès l’achat

Servien fait faire de grands travaux d’embellissement par l’architecte Louis Le Vau (1612-1670). C’est qu’il est à l’apogée de sa carrière, et que Meudon doit refléter cette puissance. Le château est alors richement meublé et décoré. L’avant-corps central est remplacé par un pavillon octogonal, surmonté par un haut toit en pyramide tronquée. Au centre du pavillon se trouve un grand escalier à double révolution. Un grand escalier, orné de douze colonnes monolithes de marbre le précède. Le premier étage abrite un grand salon à coupole, ouvert sur les jardins, similaire à celui construit au même moment par Nicolas Fouquet (1615-1580) en son château de Vaux-le-Vicomte, lequel exerce la charge de surintendant des finances avec Servien, et sous l’autorité de ce dernier, qui est plus âgé que lui.

Servien fait édifier une vaste terrasse sur l’avant-cour, afin de dégager la vue sur le château, engloutissant au passage près du tiers du village de Meudon, qu’il déplace ailleurs.

Du côté des jardins, il fait construire une orangerie monumentale, toujours conservée de nos jours.

En 1657

Servien agrandit le parc, qui existe au moins depuis la duchesse d’Étampes : au prix de nombreux rachats de terre, il arrive à percer une “Grande Perspective” au sud du château, et aménage des bassins, et étangs, dont celui de Chalais.

Le 17 février 1659

Servien meurt, à Meudon même, dans son appartement du rez-de-chaussée, ayant englouti une véritable fortune dans Meudon, toujours en travaux.

Durant vingt ans

Son fils, Louis-François Servien (1644-1710), marquis de Sablé, conserve le domaine.

En 1679

Louis-François Servien est finalement contraint financièrement de vendre le domaine de Meudon à Louvois (1641-1691).

En 1683

Louvois obtient la surintendance des bâtiments, il se lance alors dans une série d’aménagements grandioses. Il fait enrichir la façade du château de bustes et de balcons sur colonnes, en marbre gris. Il redécore somptueusement tout l’intérieur.

En 1684

Il fait poser des boiseries.

En 1687

Nicodème Tessin le Jeune (1654-1728), architecte suédois, a pris soin de noter les faits suivants, lors de sa visite au château: 

« A Meudon, je suis allé avec un gentilhomme gascon et avec M. Silvestre (un graveur lorrain). Les vues, dont j’ai quelques unes, permettent d’en connaître les choses les plus importantes. La plus remarquable dans la maison était le plafond peint directement à l’huile sur la voûte par M. de La Fosse. Aux quatre angles de la composition, simulant le stuc, se trouvaient peintes deux figures assises et deux figures debout. Dans les coins et entre les statues, il y avait comme un œil-de-bœuf , car on y apercevait le ciel. (…) En haut, dans la salle ovale, les glaces faisaient très bien. Elles étaient disposées circulairement et étaient aussi hautes que les cinq fenêtres. Il n’y avait en dessous qu’un boiserie d’une demi-aune de haut. Dans chaque panneau se trouvaient juxtaposées trois glaces, d’environ 6 qv. de haut et, lorsqu’on se plaçait au centre du panneau, on pouvait se voir dans les trois glaces à la fois. A un bout de la galerie, il y avait un salon, dans lequel la table et tout le panneau compris entre les deux fenêtres étaient garnis avec du verre de miroir, et l’ouverture des portes était si grande que lorsqu’on se tenait au loin, on pouvait presque voir l’ensemble de la galerie. Il y a là, en outre, une profusion de belles, très grandes glaces.  (…) En dessous, dans la propre chambre de M. de Louvois, il y avait trois tuyaux de cuivre qui laissaient passer à volonté de la chaleur. Cette chaleur venait d’un poêle de cuivre placé dans la cheminé de la chambre voisine. Un tuyau d’aération passant sous le vestibule arrivait à cette cheminée, pour ensuite distribuer la chaleur, lorsqu’on ouvrait la fenêtre de cette chambre (comme la “machine à donner de la chaleur” à Versailles). (…) La maison est extérieurement en très mauvais état. Le site est accidenté au possible, mais néanmoins très agréable. (…) »

Nicodème Tessin le Jeune

À l’extérieur, Louvois fait réaliser de vastes travaux hydrauliques pour alimenter les plans d’eau du parc, et permettre les jets d’eau les plus spectaculaires.

Détail du tableau “Louvois chassant à Meudon”, vers 1683.

Durant toute la décennie 1680

Le parc haut est développé, tandis qu’André Le Nôtre (1613-1700) travaille sur les jardins sans discontinuité. Ce dernier crée pratiquement la totalité des jardins bas, invente de nouveaux bosquets et parterre, dont celui devant la Grotte. En somme, il réalise à Meudon tout ce que Louis XIV réalise de manière plus spectaculaire encore à Versailles au même moment.

En juillet 1681

La Reine de France, Marie-Thérèse (1638-1683), vient visiter Meudon.

Marie-Thérèse d’Autriche

Le 17 août 1684

Louvois fait préparer une grande fête à Meudon, en l’honneur de Monsieur (1640-1701), frère du roi, et de Madame (1652-1722), son épouse, propriétaires du château voisin de Saint-Cloud.

Le 2 juillet 1685

 Louis XIV (1638-1715), Monseigneur le Dauphin (1671-1711), la Dauphine (1660-1690), Monsieur et Madame, « accompagnés de la plus grande partie des Princes et des Seigneurs de la Cour », viennent à Meudon, où Louvois traite le Roi et toute la Cour « avec beaucoup de magnificence ». Il est donné « une magnifique collation, pendant laquelle tous les violons et hautbois de l’Opéra jouèrent des airs de la composition de Lully ».

Le Grand Dauphin et sa famille par Pierre Mignard

En 1686

Une réception est encore donnée à Meudon, en l’honneur des ambassadeurs de Siam, qui découvrent tant les jardins que le château.

Le 25 août 1689

Louvois reçoit une nouvelle fois Philippe d’Orléans à dîner à Meudon.

Le 16 juillet 1691

Louvois meurt brusquement à Versailles. Il était parvenu au faîte des honneurs, et la splendeur de Meudon symbolisait matériellement cette puissance.

Élévation du fond de la cour du Château-Vieux de Meudon. Vers 1685-1690

Le 1er juin 1695

Sur proposition de Louis XIV, la veuve de Louvois, Anne de Souvré et son fils Barbézieux acceptent d’échanger Meudon contre le château de Choisy et une compensation. Le château, estimé alors à 500.000 livres, et déjà considérablement embelli par les propriétaires successifs, va connaître sa période la plus brillante.

Louis XIV l’offre à son fils, Louis de France, dit le Grand Dauphin (1661-1711).

Le Grand Dauphin, par Hyacinth Rigaud

Dès 1695

Le Grand Dauphin fait faire de grands travaux au château de Meudon et contribue de sa cassette particulière aux frais et aux embellissements de ce château pour une somme de un million cent quarante mille livres, quoique le Roi son père l’ait mis au nombre des habitations royales et à la charge des bâtiments de la Couronne.

Durant seize années

On dépense au moins trois millions de livres pour embellir et entretenir le domaine, somme colossale. Le prince fait redécorer les appartements à son goût. Le Dauphin laisse s’exprimer à Meudon ses propres conceptions artistiques, rompant avec l’aspect parfois compassé du style Louis XIV. On systématise à Meudon l’utilisation des boiseries “à la Capucine”, lambris de bois sculptés et vernissés, rehaussé d’or. Le style Régence se met en place en partie à Meudon. Le Dauphin réunit au château ses riches collections, qui essayent de rivaliser avec celles du Roi. Il n’hésite pas à faire décorer certaines pièces à plusieurs reprises,

Essai de restitution du grand salon de l’aile des marronniers, vers 1705. Avec les tableaux placés par Monseigneur.
Meudon - Le château de Meudon Jardin10
Coupe du Château-Vieux de Meudon, vers 1705. Légende : 1.Petit Pont 2. Chapelle 3.Caves 4.Grand Vestibule 5.Rampe Ouest 6.Rampe Est 7. Appartement du duc de Bourgogne 8.Appartement de la duchesse de Bourgogne 9. Garde-robe de Monseigneur 10. Entresol de Monseigneur 11. Cabinet de Monseigneur 12. Salon des Maures 13.Antichambre de Louis XIV 14.Chambre de Louis XIV 15. Passage 16. Cabinet des glaces du roi 17. Garde-meuble 1 18.Logement 19. Garde-robe de Monseigneur. 20. Vue sur Paris. 21.Antichambre des jeux 22.Chambre des jeux 23. Passage 24. Salon du Petit Pont 25. Logements 26.Logement du premier médecin 27.Garde-robe du roi 28, 29 & 30. Logements.
Meudon - Le château de Meudon Chatea10
Restitution graphique du Château-Vieux de Meudon, état au cours du XVIIIe siècle par Hervé Grégoire et Franck Devedjian 

 En 1702

L’espace du Château-Vieux s’avère bien vite insuffisant. Le Grand Dauphin Louis fait réaménager l’aile des marronniers, ancienne cour des offices, afin de la relier au château par une galerie suspendue. Il y aménage au rez-de-chaussée un grand appartement de réception. Il fait également construire de nouveaux communs, qui sont encore visibles. Il confie également à Jules-Hardouin Mansart (1646-1708), l’architecte de tous ces travaux, la construction d’une chapelle.

Plan définitif de la chapelle de Meudon, vers 1775-1780. AN.

La chapelle a été achevée fin 1702, sur les plans de Mansartt. Cette construction, voulue par Monseigneur, est visée par Louis XIV. Cette chapelle est formée sur le même modèle que la chapelle royale de Versailles. que celle de Meudon précède de dix ans. La nef est voûtée en berceau et se termine par un cul-de-four au-dessus du sanctuaire.

Coupe de la tribune de la chapelle du château de Meudon, 1701.
Projet de coupe de la chapelle de Meudon. Dessin de Mansart, 1701.

La chapelle sera détruite entre 1805 et 1808.

En 1705

La place manque toujours pour loger les courtisans, de plus en plus nombreux. C’est, qu’à tout moment, Monseigneur peut devenir le prochain Roi de France, par la mort de Louis XIV vieillissant.

Le Dauphin décide alors de démolir la célèbre grotte, passée de mode, et d’y construire un nouveau château, le Château-Neuf. Tous les travaux de Meudon sont en effet réalisés par les mêmes artistes employés par le Roi, ceux qui travaillent pour l’institution des Bâtiments du Roi.

Le Château-Neuf comprend cinq niveaux, mais du fait de la forte pente, il n’a pas le même aspect du côté du parterre et du côté de la forêt. Il est composé de trois pavillons couronnés de toits à terrasse faîtière, reliés entre eux par deux corps de logis. Cette sobre architecture – qui ne doit pas faire ombre au caractère architectural du Château est enrichie par de fines sculptures sur les pavillons latéraux, et aux frontons centraux, où se retrouvent des anges soutenant les armes du Dauphin.

À l’intérieur, des enfilades d’appartements s’ouvrent sur un grand couloir médian. La décoration intérieure, qui met en lumière les collections du Dauphin, est composée de lambris vernissés ou peints de couleurs claires, rehaussées de dorures.

Un appartement d’apparat est prévu pour recevoir Monseigneur, puisque Louis XIV conserve son logement habituel au sein du Château-Vieux, malgré la construction nouvelle.

Louis XIV et sa descendance, tableau attribué à Nicolas de Largillière

De 1695 à 1711

 Le Dauphin passe près d’un tiers de l’année à Meudon. Le domaine constitue en effet le “château de famille” des membres de la famille royale, un modèle de ce que sera le Petit Trianon pour Marie-Antoinette.

En 1711

À la mort du Dauphin, le château est toujours parfaitement entretenu, puisque les Bâtiments du Roi en prennent soin. Néanmoins, jusqu’à la mort de Louis XIV, aucun membre de la proche famille royale ne revient à Meudon.

Le 16 mai 1718

Madame de Ventadour (1654-1744) fait tirer un feu d’artifice pour Louis XV (1710-1774), qui séjourne tout l’été à Meudon, deux ou trois fois par semaine.

Meudon - Le château de Meudon Meudon10

Le 6 juin 1718

Un nouveau feu d’artifice est tiré en l’honneur du Roi.

Meudon - Le château de Meudon Restit10
Vue de l’entrée du château de Meudon, vers 1715. Restitution 3D de Franck Devedjian et Hervé Grégoire, 2013
Meudon - Le château de Meudon Facade10
Élévation du Château-Neuf du côté du parterre par Mariette, vers 1715
Meudon - Le château de Meudon Chatea11
Reconstitution 3D de l’une des façades du Château-Neuf
Meudon - Le château de Meudon 13321711
Le vestibule inférieur et l’escalier reconstitué en 3D
Meudon - Le château de Meudon 13315311
Reconstitution en 3D du cabinet des glaces
Meudon - Le château de Meudon 13335610
Chambre de Monseigneur le Dauphin au temps de Louis XIV

Désormais, les Dauphins reçoivent Meudon comme résidence principale , et le vieux château sert à leur suite .

Le 27 septembre 1722

A la demande du jeune Roi, le Maréchal de Villars vient à Meudon voir le fortin construit pour Louis XV qui « lui parla souvent de son fort et le mena à toutes les attaques ».

Résultat de recherche d'images pour "Louis XV* enfant"
Louis XV

 Du 4 juin au 13 août 1723

Louis XV, l’ « Infante Reine », le Régent (1674-1723) et la Cour s’installent à Meudon pour un mois, le temps de remettre Versailles en état de loger les jeunes souverains.

Résultat de recherche d'images pour "Louis XV et le Régent"
Philippe d’Orléans, Régent et Louis XV
Meudon - Le château de Meudon 10
Vue du château de Meudon du côté des parterres. Gravure par Jacques Rigaud, vers 1730.
Meudon - Le château de Meudon Meudon10
Jardins et terrasses du château de Meudon

Voici une gravure représentant des Illuminations offertes au Dauphin, Louis-Ferdinand (1729-1765) au Château de Meudon en 1735 :

Meudon - Le château de Meudon 13325411
Vue sur l’escalier menant au vestibule : on aperçoit ici la statue du Mercure Volant
Meudon - Le château de Meudon 13342810
Statue dite Mercure volant
 faisait partie du grand escalier du château

Le 14 décembre 1725

La nouvelle Reine Marie Leszczynska (1703-1768), qui a épousé Louis XV le 5 septembre précédent, vient visiter Meudon pour la première fois.

A partir du 21 mai 1733

« Séjour des Enfans de France à Meudon en 1733.

Le séjour des Enfans de France à Meudon a été déterminé(…) dans une assemblée de médecins qui s’est tenue à Versailles, par rapport à leur santé, la mort de Madame Troisième et celle de Monsieur le duc d’Anjou ayant fait peur pour les autres.

Il est donné ordre à l’officier des gardes qui commande à Meudon de ne point laisser entrer le Roi dans la chambre de M. le Dauphin ny des dames. »

Schéma restituant la revue des troupes sur la Grande Terrasse du château de Meudon, au milieu du XVIIIe siècle.

Les parents de la reine : le séjour de Stanislas Leszcynski (1736-1737)

Le roi Stanislas en 1728.

Le 4 juin 1736, Stanislas Leszcynski, après son abdication d’avril, s’installe à Meudon provisoirement. « S. M. y va au moins une fois la semaine depuis que le roi et la reine de Pologne y habitent » (Duc de Luynes).

Le 30 septembre 1736, signature secrète de la fameuse “déclaration de Meudon” par le roi Stanislas sous la pression de Louis XV et le cardinal Fleury. Selon les termes de l’accord, la possession du duché de Bar sera “actuelle” pour Stanislas Leszczynski et “éventuelle” pour Louis XV.

Le 18 janvier 1737

Stanislas Leszcynski (1677-1766) remet les sceaux au nouveau chancelier qui prête serment entre les mains du Roi de Pologne. La cérémonie a lieu dans le grand vestibule du Château Vieux, au rez-de-chaussée du pavillon central.

Résultat de recherche d'images pour "Stanislas Leszczynski à Meudon"
Le tableau de Vincent est bien postérieur: il ne date que de 1778

Le 31 mars 1737

« Le Roi a été aujourd’hui à Meudon dire adieu au Roi et à la Reine de Pologne. »

duc de Luynes

Le 1er avril 1737

Les parents de la Reine quittent le château de Meudon. Les deux châteaux (le vieux et le neuf) sont alors démeublés.

Élévation de l’aile Ouest du Château-Vieux de Meudon, 1773 , par l’architecte Le Dreux de La Châtre (1721-1792)

Vers 1749

Adulte, Louis XV préfère à Meudon le château de Bellevue tout près qu’il fait construire pour Madame de Pompadour (1721-1764). Le château est utilisé pour le logement des courtisans, et les écuries du château sont utilisées pour desservir Bellevue, dont les écuries sont fort modestes.

En 1774

Le nouveau jeune Roi Louis XVI aime souvent venir chasser à Meudon.

Chasse du Roi (ici Louis XV)

Le 10 octobre 1775

Un an après son avènement, l’architecte Le Dreux dresse un inventaire, qui recense les “glaces, bronzes, marbres, tableaux et autres effets appartenant au Roi” placés au château. En marge sont tracés les schéma de l’ensemble de ces miroirs. Ce document est dressé en “exécution des ordres du comte d’Angevilliers“, surintendant des bâtiments de Louis XVI .

Meudon - Le château de Meudon Aile_o10

En mai 1778

Un édit du Roi réunit le domaine de Meudon à celui de Versailles ( qui sont séparés de neufs bons kilomètres) , “pour être régi & administré à l’avenir de la même manière“.

Meudon - Le château de Meudon 13332711
Plan de l’appartement du Roi à Meudon
Meudon - Le château de Meudon 13265810
Tapisseries provenant de Meudon

En 1783

Louis XVI dessine lui-même un pavillon, dit le “pavillon de Trivaux“, dans un style anglo-chinois, qui sera finalement corrigé dans un style plus français par l’architecte Heurtier. Ce pavillon est situé tout en haut du tapis vert de Meudon.

Meudon - Le château de Meudon Vue_pr10
“Vue prise à Meudon” : l’escalier et le Petit Pont. Fin du XVIIIe siècle. par Thiery de Sainte-Colombe (1734-1811)
Meudon - Le château de Meudon 13325510
Plan du vestibule à l’italienne au rez-de-chaussée
Meudon - Le château de Meudon 13307210
Reconstitution en 3D : vue du vestibule depuis le premier étage
Meudon - Le château de Meudon 13319812
Reconstitution en 3D : ouverture à l’italienne du vestibule

En 1787

L’état du Dauphin Louis-Joseph (1781-1789) s’empire : les fièvres se succèdent et son dos se déforme si bien qu’il est bientôt bossu. On l’installe alors loin de la cour à Meudon où Marie-Antoinette de Saint-Cloud tout prêt peut passer la plus grande partie de son temps à veiller son fils qui se montre toujours tendre.

Louis-Joseph par Wertmüller

Le 22 février 1788

Mon fils aîné me donne bien de l’inquiétude, mon cher frère. Quoiqu’il ait toujours été faible et délicat, je ne m’attendais pas à la crise qu’il éprouve. Sa taille s’est dérangée, et pour une hanche, qui est plus haute que l’autre, et pour le dos, dont les vertèbres sont un peu déplacées et en saillie. Depuis quelques temps, il a tous les jours la fièvre et est fort maigri et affaibli. Il est certain que le travail de ses dents est la principale cause de ses souffrances. Depuis quelques jours, elles ont beaucoup avancé, il y en a une même entièrement percée, ce qui donne un peu d’espérance. Le roi a été très faible et maladif dans son enfance, l’air de Meudon lui a été très salutaire. Nous allons y établir mon fils. Pour mon cadet, il a exactement en force et en santé ce que son frère n’en a pas assez. C’est un vrai enfant de paysan, grand, frais et gros.

Marie-Antoinette à Joseph II

A partir de 1788

Le duc d’Harcourt donne des bals “pour amuser Monsieur le Dauphin”.


Image de Louis XVI, l’homme qui ne voulait pas être Roi (2011) de Therry Binisti

Le 8 juin 1788

Voici la description du château de Meudon par l’un des visiteurs du Dauphin Louis-Joseph qui y est envoyé en convalescence:

J’ai accompagné mesdames les ambassadrices au château de Meudon. Le château neuf, où nous avons dîné chez M. le duc d’Harcourt, a été bâti par Monseigneur pour Mlle Choin qui était sa maîtresse. Ce château est dans une proportion qui le rendrait convenable à tout seigneur en état de dépenser deux à trois cent mille livres par an. Il n’en est pas de même du vieux château. Ce palais, que M. de Louvois avait augmenté, embelli avec une magnificence aussi indécente qu’incroyable, serait encore très facilement une demeure vraiment royale. Tous les plafonds sont peints en arabesque, comme si le goût régnant eût présidé à leur ordonnance. Les corniches, les cheminées, les parquets de superbes boiseries, rien n’aurait besoin d’être modernisé. Il y a, pratiqué dans une tourelle, un cabinet peint également en arabesque sur un fond d’or, qui est aussi frais de peinture que s’il sortait des mains d’un de nos meilleurs artistes. Il est question de faire de ce beau château la demeure de Mgr le Dauphin pour tous les étés, si nous n’éprouvons pas le chagrin de perdre ce prince.

Le marquis de Bombelles
Meudon - Le château de Meudon Greven10
Vue du château-Vieux et de la terrasse de Meudon par Charles-Léopold Grevenbroeck 

« Il n’en est pas de même du vieux château (celui du cardinal de Lorraine, construit par Philibert Delorme). Ce château fut démoli ensuite. ce palais que M. de Louvois avait augmenté, embelli avec une magnificence aussi indécente qu’incroyable, serait encore très facilement une demeure royale. Tous les plafonds sont peints en arabesque comme si le goût régnant eût présidé à leur ordonnance. Les corniches, les cheminées, les parquets de superbe boiserie, rien n’aurait besoin d’être moderne. Il y a pratiqué dans une tourelle un cabinet peint également en arabesque sur un fond d’or, qui est aussi frais de peinture que s’il sortait des mains d’un de nos meilleurs artistes.
Il est question de faire de ce beau château la demeure de M. le Dauphin pour tous les étés, si nous n’éprouvons pas le chagrin de perdre ce prince . On nous  l’a fait voir : j’aurais pleuré si j’eusse osé du lamentable état dans lequel je l’ai trouvé, courbé comme un vieillard , ouvrant des yeux mourants au milieu d’un teint livide. Il craint le monde, il a honte de se montrer. Si on le sauve du cruel marasme dans lequel il est encore, bien qu’un peu mieux, ce ne sera vraisemblablement qu’aux dépens de sa taille qu il réchappera.
Petit, l’anatomiste, espère cependant qu’il guérira sa personne et sa taille, mais il se plaint de n’avoir été appelé qu’au moment où le mal était presque incurable. Il caractérise la maladie du nom de vertébrale et diffère d’opinion avec Brunier, le premier médecin… Nos enfants de  France ont été souvent victimes de ces contlits d’opinion. Les soins que le duc et la duchesse d’Harcourt prennent de ce précieux enfant sont tout à fait respectables.
 »

Idem
Meudon - Le château de Meudon 13339411
Coupe de la chambre due Dauphin au Château de Meudon

En 1789

Mercy commente l’aggravation nette de la santé du petit Prince :

“Les articulations des pieds et des mains perdent leur flexibilité , on y remarque des tumeurs qui annoncent un rachitisme décidé. Les médecins ne savent plus de remède à y apporter.”

Louis-Joseph doit garder le lit en permanence où il souffre d’un corset qui doit redresser sa colonne vertébrale déformée. La tuberculose dont il est atteint le mine chaque jour davantage sous le regard impuissant de la Reine qui a le cœur brisé de voir ainsi son enfant.

Les rares sorties du Dauphin dans les jardins se font dans un fauteuil roulant.

Image des Années Lumières (1989) de R. Enrico

Au printemps de 1789

La princesse de Lamballe rend visite au Dauphin agonisant à Meudon, accompagnée de la marquise de Laage de Volude, sa dame de compagnie.

Louis XVI et Marie-Antoinette ont décidé de transporter leur fils mourant à Meudon, car l’air y était plus pur qu’à Versailles.
Elles en reviennent toutes remuées ; les deux dames l’avaient trouvé d’une raison et d’une patience, qui les avaient touchées au cœur.

Madame de Laage note dans ses mémoires :

« Quand nous sommes arrivées, on lui faisait la lecture. Il avait eu la fantaisie de se faire coucher sur un billard, on y avait étendu des matelas.

Nous nous regardâmes, la princesse et moi, avec la même idée, que cela ressemblait au triste lit de parade après leur mort. »

Madame de Lamballe ayant demandé au petit malade quel livre il lisait à ce moment : « Un moment fort intéressant de notre histoire, madame, le règne de Charles VII ; il y a bien là des héros ! » Et ses beaux yeux mourants se tournaient vers la princesse, en lui disant cela.

Dr Cabanès, Moeurs intimes du passé, “Education des princes”.

Le 2 avril 1789

L’état de Monsieur le dauphin n’a pas empiré depuis quinze jours, mais le peu de changement en mieux que l’on croit y apercevoir de temps en temps n’est pas de nature à donner des espérances fondées, et il est plus que probable qu’il faut y renoncer entièrement.

Marie-Antoinette à Joseph II

Le 10 mai 1789

L’état de Monsieur le dauphin est toujours à peu près le même. Un dévoiement, qui ne l’affaiblit pas autant qu’on aurait pu le craindre, est interprété diversement par les médecins. Les uns le regardent comme une crise salutaire, les autres prévoient qu’elle ne peut aboutir qu’à l’extinction du peu de force qui reste au malade. L’enflure ne diminue pas, et il n’existe aucun symptôme probable de guérison. 

Marie-Antoinette à Joseph II
Le Dauphin veillé par ses parents et son petit frère

“Voyant l’infinie douleur de Monsieur du Bourcet, son valet, le jeune garçon avait réclamé gentiment une paire de ciseaux, avec laquelle il coupa une mèche de ses cheveux pour la confier au loyal serviteur :

“Tenez, Monsieur, lui dit-il, voilà le seul présent que je puisse vous faire, n’ayant rien à ma disposition; mais, quand je serai mort, vous présenterez ce gage à mon papa et à ma maman; en se souvenant de moi j’espère qu’ils se souviendront de vous.” “

Il y avait à Meudon un serviteur un peu plus maladroit que les autres, qui faisait mal à Louis-Joseph lorsqu’il le prenait dans ses bras pour l’emmener prendre l’air. Un jour, Madame d’Harcourt, épouse du gouverneur de Louis-Joseph, appelle ce serviteur pour emmener le jeune malade dans le jardin. Louis-Joseph, sachant qu’il va encore avoir mal, s’écrie

Ah, ne sonnez pas. Un tel va venir, il est de service aujourd’hui, il me fait mal.
Il fait tout ce qu’il peut pour vous soulager, répond Madame d’Harcourt. Il est peut-être moins adroit que les autres mais il est aussi attentif, et le refus que vous ferez de son service le désespérera.

Alors Louis-Joseph change d’avis :

Sonnez, j’aime bien mieux souffrir que de faire de la peine à un brave homme.

Le 2 juin 1789 à dix heures du soir

Le bourdon de Notre-Dame sonne “la prière des quarante heures”

Le 3 juin 1789

On expose le saint sacrement dans toutes les églises de Paris.

“… le pauvre enfant va de pire en pire !… Tout ce qu’on dit de ce pauvre petit est incroyable ; brise le cœur de la reine ; c’est d’une tendresse extrême pour vous. L’autre jour, il l’a suppliée de déjeuner dans sa chambre ; hélas! Elle a avalé plus de larmes que de pain...”

Allégorie de la mort de Louis-Joseph

Le pauvre prince s’éteint à une heure du matin le 4 juin. La Reine est à son chevet.

Le jour de sa mort, Madame de Laage de Volude et la princesse de Lamballe se rendent à Meudon :

“… Monseigneur Le Dauphin a été exposé dans son cercueil. J’ai été à Meudon avec la princesse pour l’arroser avec l’eau bénite. Tout était blanc et argent partout ; et dans la chambre où il se trouvait il y avait tellement de lumière que je n’avais jamais rien vu de tel ; il avait sa couronne, son épée, ses ordres sur le petit cercueil recouvert d’un drap d’argent et deux rangées de moines de chaque côté qui priaient continuellement, jour et nuit…

Madame de Laage de Volude
Mort du Dauphin dans les Années Lumières de Robert Enrico (1989)

En raison des premiers remous causés par les Etats généraux, et de la nécessité de faire des économies, le Dauphin est enterré sans la pompe des funérailles solennelles auxquelles son âge et son rang lui donnaient droit.

Marie-Antoinette écrit à Joseph II:

“La nation n’a pas seulement eu l’air de s’apercevoir de la mort de mon pauvre petit dauphin”.

Deuil du Dauphin dans les Années Lumières de Robert Enrico (1989)

En 1791

Le château sert toujours de lieu de villégiature au nouveau Dauphin, ainsi que le représente une aquarelle d’Isabey:

Meudon - Le château de Meudon Yoyoyo10
Retour de la promenade de M. le Dauphin au vieux château de Meudon

En 1795

Le château (la partie Vieux-Château) est incendié.

Meudon - Le château de Meudon Hubert10
Huile sur toile peinte par Hubert Robert, en 1806
Meudon - Le château de Meudon Vue_d_10
Vue du château de Meudon à l’époque du Premier Empire 
Meudon - Le château de Meudon Vue_du12
Vue du château de Meudon vers 1812, Premier Empire.
Meudon - Le château de Meudon 13330911
Chaise et fauteuil de style Empire qui étaient à Meudon
Vue de Paris depuis Meudon (détail). Langlacé, 1818
Meudon - Le château de Meudon Photog10
Photographie du château-neuf de Meudon en 1850 prise par Louis-Auguste Martin (1811-1875)

Entre 1860 et 1870

Le Prince Napoléon par Flandrin

Le prince Napoléon, cousin de Napoléon III (fils du prince Jérôme) occupe très souvent le château de Meudon. Il y abrite sa liaison avec la comédienne Rachel .

Meudon - Le château de Meudon Chatea10
Meudon sous le Second Empire


Les réceptions y sont fastueuses comme celle donnée au Roi du Portugal en 1867.

Réception du Roi du Portugal par le Prince Napoléon, salon-serre du Château-Neuf de Meudon (ancien Vestibule haut).

En 1871

Meudon - Le château de Meudon Ruines10

Le château de Meudon est bombardé (c’est cette fois la partie du Château-Neuf qui est touchée) , l’installation de l’Observatoire permet cependant d’en conserver les parties les moins endommagées :

Meudon - Le château de Meudon Maquet10
Meudon - Le château de Meudon Destru10
Le Château-Neuf de Meudon en 1871, après l’incendie
Meudon - Le château de Meudon Intear10
Photographie prise du vestibule bas du Château-Neuf, après l’incendie, 1871 ; Musée d’Art et d’Histoire de Meudon
Meudon - Le château de Meudon Pict6711

En 1878

Le château de Meudon est transformé en observatoire servant de réceptacle à une lunette astronomique.

En 1927

Le château de Meudon est rattaché à l’Observatoire de Paris.

Sources :

  • BOMBELLES, Marc Marie, marquis de, Journal (1780-1822), publié par Jean Grassion et Frans Durif, sous la direction de son arrière-petit-fils, Georges, comte Clam Martinic, 8 tomes, éditions Droz, Genève, 1978 à 2013.
  • DUARTE, Christophe, Versailles passion, groupe FB https://www.facebook.com/groups/345409295656055
  • GROUCHY, Emmanuel-Henri, vicomte de, Les châteaux de Meudon et le château de Bellevue : Album de quarante-cinq photographies, Meudon, 1865, 32 p. et 45 pl. de photographies
  • https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447080c.r=vicomte+de+grouchy.langFR
  • GROUCHY, Emmanuel-Henri, vicomte de, Meudon, Bellevue et Chaville, Société de l’histoire de Paris, 1893, 176 p.
  • JANTZEN, Michel, avec la collaboration de Valérie Solignac, Plan général des jardins et châteaux de l’ancien domaine de Meudon. Étude historique et iconographique, commande du Ministère de la Culture, 1979.
  • JESTAZ, Bertrand, Jules Hardouin-Mansart, édition Picard, 2008, 2 tomes en coffret.

Source pour les vue reconstituées en 3 D : http://chateau-meudon.wifeo.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!