Loading...
Ailleurs dans le monde...L'AlmanachL'entourage de Marie-AntoinetteL'EtiquetteL'Histoire de Marie-AntoinetteL'impopularité de la ReineLa Cour de FranceLa matinée de Marie-AntoinetteLa RévolutionLes princes du sangMaison de la ReineSa famille de FranceUne journée de Marie-Antoinette

La princesse de Lamballe

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est la-princesse-de-Lamballe-683x1024.jpg. 
Marie-Thérèse de Lamballe 

Le 8 septembre 1749

Naissance de Marie-Thérèse de Savoie, au palais Carignan, à Turin.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Palazzo_Carignano_Turin_facade-1024x768.jpg.Le palais Carignan à Turin

Elle est le sixième enfant du prince de Carignan (1721-1778), Luigi-Vittorio di Savoie, prince de Carignan, et de Christine-Henriette de Hesse-Rheinfels-Rothenbourg (1717-1778), sœur des défuntes duchesse de Bourbon et Reine Polyxène de Sardaigne, défunte épouse du Roi Charles Emmanuel III .

Luigi Vittorio Carignano.jpgLouis-Victor de SavoieChristine Henriette of Hesse-Rotenburg.jpg                                                                                                        Christine-Henriette de Hesse-Rheinfels-Rothenbourg

Louis-Victor, son père, est un prince charmant à l’air martial qui ne se promène qu’en uniforme, espérant un jour diriger une armée si le Roi le sollicite pour la guerre. Il est aimé du peuple qui apprécie son enthousiasme, antithèse à la maussaderie royale. Sa haute taille en impose, tout autant que son visage allongé marqué en croix par un long nez droit et des sourcils incroyablement broussailleux qui surmontent des yeux noirs et pénétrants. Sa physionomie sévère impressionne, mais cette apparence est trompeuse. Très vite, le prince se révèle un hôte gracieux à la conversation diserte et charmante. A tous, grands ou petits, il présente la même attitude plaisante. Sa personnalité contrastée en fait à la fois un mécène des arts et un passionné de la gloire des armes qui s’enthousiasme pour tout ce qu’il entreprend.

En ce temps de paix, bien que gouverneur de la province d’Aoste, il se morfond dans l’inaction et se console en organisant manœuvres et parades des régiments qui dépendent de son autorité, pour mieux nourrir son imaginaire de hauts faits.

Avec son tempérament joyeux, Louis-Victor forme un couple curieusement uni avec Christine, dernière des dix enfants du landgrave de Hesse-Rheinfels-Rotenburg qu’il a épousée en 1740. L’union est désintéressée puisque les Hesse n’ont quasiment pas de dot à donner à leur fille qui n’apporte dans la corbeille de mariage que l’alliance de sa sœur Polyxène avec le Roi Charles-Emmanuel.

Ainsi, par sa tante maternelle, Marie-Thérèse est-elle la nièce du Roi de Piémont-Sardaigne, Charles-Emmanuel III (1701-1730-1773).

Petite, avec une magnifique chevelure blonde, Christine est une princesse terne, sans beauté ni esprit. Elle est d’un tempérament dépressif et envieux, accentué par une éducation protestante et revêche, qui lui a fait regarder avec dépit le mariage de Polyxène avec le Roi. Elle éprouve le même sentiment d’envie envers sa cadette, la ravissante Caroline (1714-1741), qui a épousé, en 1728, Louis-Henri, duc de Bourbon (1692-1740), le premier ministre de Louis XV.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Caroline_de_Hesse-Rheinfels-Rotenburg_.jpg.
Caroline-Charlotte de Hesse-Rheinfels-Rotenbourg et Kazazyan ,
duchesse de Bourbon, tante maternelle de Marie-Thérèse

Obscure dernière-née de la quatrième branche d’une insignifiante principauté allemande, Christine ne survit qu’en s’efforçant de marier ses filles dans les cours d’Europe. Elle se plaint sans cesse, sa vie n’est qu’une vallée de larmes.
Par son père, la future princesse de Lamballe est de très haute naissance et fortement liée aux Bourbons. Elle descend des ducs de Savoie qui obtiennent la couronne royale en 1713.
Son arrière-grand-père Victor-Amédée II, surnommé «le Renard de Savoie» passe son règne à louvoyer entre les cours de France, d’Espagne et du Saint-Empire afin d’obtenir cette couronne tant convoitée. Il épouse la nièce de Louis XIV, marie ses filles aux ducs  de Bourgogne et d’Anjou (qui devient le Roi Philippe V d’Espagne) et prend pour maîtresse la comtesse de Verrue dont il a deux enfants.


Victor-Amédée II, duc de Savoie, Roi de Sicile puis de Sardaigne, huile sur toile, 1706, palais de Venaria

Cette comtesse de Verrue étant née aristocrate française, de la famille des Luynes, finit par fuir son amant pour son pays d’origine. Elle laisse à leur père ses deux enfants illégitimes. Le garçon sera titré marquis de Suze. La fille, Marie-Victoire, épouse en 1714 un prince de branche cadette : Victor-Amédée, prince de Carignan. Le duc de Savoie imite Louis XIV en imposant des mariages entre ses enfants illégitimes et les branches collatérales de sa maison.

Le couple Carignan préfère mener une vie de plaisirs dans le Paris de la Régence. La princesse devient vite une proche du duc de Bourbon mais aussi du cardinal de Fleury. Discrète à la cour de France, menant longtemps joyeux train à l’hôtel de Soissons, autre branche savoyarde désormais éteinte et dont les Carignan récupèrent les biens, elle est très appréciée de la famille royale qui la reçoit toujours dans son intimité sous le titre incognito de marquise de Buscq.


Marie-Victoire de Savoie-Carignan (1690-1766), d’après Carl Van Loo, huile sur toile, vers 1742-1745, château de Racconigi

A la fin de sa vie, elle est réputée pour sa dévotion. Marie Leszczynska va jusqu’à la visiter lors de ses maladies de vieillesse, accompagnée de ses filles, du Dauphin et de la Dauphine. Elle n’oublie pas à son tour d’établir du mieux son fils et sa fille. Anne-Thérèse épouse le duc de Rohan-Soubise. La princesse de Savoie-Carignan a donc une autre petite-fille qui deviendra amie de Marie-Antoinette : la princesse de Guémenée, future Gouvernante des Enfants de France.

Son fils Louis- Victor épouse une princesse de Hesse, sœur de celle qui a épousé le duc de Bourbon dont la princesse de Savoie-Carignan est toujours proche.  Ainsi la princesse de Lamballe descend de Henri IV et de Marie de Médicis par leur fille Chrétienne duchesse de Savoie, de la duchesse de Chevreuse et du duc de Luynes, favoris d’Anne d’Autriche et de Louis XIII et se retrouve cousine au second degré de Louis XV. Ces parents si dissemblables mènent une vie relativement paisible, rythmée par les seuls états d’âme de Christine.

Marie-Thérèse est confiée aux soins d’une «dame poitrine» grasse et fraîche, sous la surveillance attentive de sa gouvernante, qui adore sa protégée. Fidèle en affection, la princesse n’oubliera pas, même aux heures de la révolution, de lui faire verser sa pension, si l’on en croit cette note de sa trésorerie domestique de 1791 : «N’omettez pas de compter dix louis pour la pension de ma nourrice de Turin.»

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 4 Attrib10

Dans les différentes résidences familiales où l’on ne respire pas la joie de vivre, Marie-Thérèse grandit au milieu de ses quatre sœurs aînées et de son frère Victor-Amédée (1753-1785). Trois autres enfants viendront agrandir la fratrie.

Tous reçoivent une éducation un peu maussade, plus marquée de rigueur allemande que de légèreté italienne. Ils vivent une enfance monotone, éloignés de la vie de cour et de ses intrigues. En arrivant à Versailles, Marie-Thérèse fera l’effet d’une petite provinciale… Au sein de cette troupe princière, la première née, Charlotte (1742-1794), future religieuse, donne le ton et tyrannise la fratrie par son caractère revêche.  Marie-Thérèse se console des avanies de ses aînées auprès de Gabrielle (1748-1828), née un an avant elle, avec laquelle elle entretient une grande complicité. La future princesse Lobkowicz sait se défendre de celle que les enfants surnomment «la reine Christine».

Marie-Thérèse reçoit au palais Carignan l’honnête formation intellectuelle d’une princesse de second rang à laquelle le Roi ne croit pas d’avenir et dans l’esprit de laquelle il vaut mieux ne pas nourrir d’ambitions. Elle parle couramment l’italien, l’allemand et le français. Comme elle n’est pas très appliquée et que nul ne l’y contraint, son esprit rêveur se satisfait de son imagination plus que du savoir. Les frivolités retiennent son attention plus que les disciplines académiques. Elle sent et jauge avec finesse, ce qui souvent lui tient lieu de connaissance. De manière générale, elle fait confiance à son intuition.

Le 20 décembre 1762

Décès de sa sœur, la princesse Polyxène de Savoie-Carignan (1746–1762), restée célibataire, à Turin.

D’un caractère doux et effacé en apparence, Marie-Thérèse s’accommode avec souplesse des situations dans lesquelles la vie la place. Mais sa réserve n’est qu’apparente et son père a compris qu’elle n’est pas absence de personnalité. Louis-Victor qui l’observe s’amuse du jeu de sa fille qui cache un caractère fier. Elle tient de lui une énergie subitement éveillée par la contrariété ou l’épreuve et une force qu’on n’attendrait pas de sa frêle apparence. Son entourage parle «d’une vivacité rêveuse » et « d’une gaieté attendrie« . Elle sait ce qu’elle veut, mais sait aussi dissimuler ses désirs sous des airs de détachement pour mieux parvenir à ses fins. Sa physionomie est un peu à l’image de son caractère : charmante, mais sans reliefs qui retiennent l’attention. En revanche, elle hérite de la splendide chevelure blonde de sa mère qui lui descend jusqu’au milieu du dos et fera l’admiration de la cour de Versailles. Cette blondeur abondante et difficile à discipliner encadre un visage ovale aux yeux en amande d’un bleu gris pâle. Tout cela lui donne parfois une apparence diaphane et irréelle d’une nymphe dont elle a aussi la grâce. Le piquant vient de son nez, pointu comme celui de sa mère et légèrement retroussé « en pied de marmite » et une bouche petite mais très bien dessinée avec des dents éclatantes et parfaitement rangées. Un léger zézaiement ajoute à ce charme qui pourrait être mutin si elle ne restait continuellement dans une prudente réserve. Marie-Thérèse est d’un tempérament inquiet et sans cesse aux aguets. Au-delà d’une apparente indifférence, sa sensibilité la rend   attentive aux événements comme aux individus et elle est souvent plus préoccupée de leur sort que du sien propre. Au point que l’on se demande un temps si la vocation religieuse ne serait pas le lot de son inclination au retrait.

Elle passe ainsi pour une enfant douce, sage et pieuse, traits de caractère qui vont pousser le duc de Penthièvre (lui-même fils du comte de Toulouse fils légitimé de Louis XIV et de Madame de Montespan), l’un des hommes les plus riches d’Europe, à la choisir comme épouse de son fils Louis Alexandre de Bourbon (1747-1768), prince de Lamballe.

Le duc de Penthièvre, beau-père de la princesse de Lamballe - Page 3Le duc de Penthièvre (1725-1793)

Le prince de Lamballe est un dévergondé et son père pense l’assagir en lui donnant une épouse vertueuse. Malgré le penchant de son père pour une vie paisible, malgré une mère à la douceur angélique, le prince de Lamballe est une sorte d’opposé ostentatoire et attentatoire aux qualités parentales.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Marie_Therese_Felicite_dEste_Duchess_of_Penthievre_-_Chateau_de_Bizy.png.
Marie-Thérèse-Félicité d’Este, princesse de Modène, duchesse de Penthièvre

Né le 6 septembre 1747, Louis-Alexandre subit dès ses premières années, une succession de drames qui marquent son caractère. Il a cinq ans lorsque son frère, le comte de Guingamp, meurt en 1752. A sept ans, il perd sa mère et voit son père sombrer dans un accablement distant. Il est confié aux soins de sa grand-mère, la comtesse de Toulouse. En 1755, son petit frère, le duc de Châteauvillain (1748-1755), décède d’une brusque fièvre, le laissant seul avec sa dernière sœur, Adélaïde (1753-1821). A son retour d’Italie, le duc de Penthièvre, qui désormais va l’élever seul, lui fait donner par l’abbé Imbert une éducation marquée par le sens du devoir, par les obligations de son rang et celles de sa foi chrétienne. Aucun des préceptes paternels ne semble trouver grâce à ses yeux. La formation du duc est à la fois trop austère et trop confiante. L’austérité a suscité le goût contraire pour le vice. Louis-Alexandre étouffe dans cette atmosphère patriarcale. Il révèle pourtant très jeune de réelles qualités militaires à la tête du régiment d’infanterie qui lui est confié. Dans les salons, il montre un visage affable, mais tout cela n’est que façade et mensonge : son psychisme s’est enfermé dans une indifférence distante qu’il croit protectrice et ne lui laisse au cœur qu’un vide abyssal.

« Monsieur le prince de Lamballe eut le malheur de faire un mauvais usage de sa liberté.»

Fortaire, majordome du duc de Penthièvre

Le prince de Lamballe se laisse entraîner dans les excès d’une sexualité compulsive, voire pathologique. Il ne goûte pas tant les prudes jeunes femmes de l’aristocratie que les professionnelles du Palais-Royal, telles «la Famfalle» ou «la Farine» qu’il retrouve dans maisons accueillantes de la rue Neuve-Saint-Etienne et la rue Valois-du-Roure.

Le 14 janvier 1767

Le Roi savoyard annonce à la Cour de Turin le mariage par procuration de Marie-Thérèse pour le 17 janvier. 

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 7 Lambal35
La princesse de Lamballe par Louis Carrogis, dit Carmontelle

Le 17 janvier 1767

Marie-Thérèse épouse le prince de Lamballe, arrière-petit-fils de Louis XIV (branche légitimée) par procuration à Turin.

Le 23 janvier 1767

La nouvelle princesse de Lamballe fait ses adieux à sa famille. 

Le 24 janvier 1767

Marie-Thérèse, par petites étapes de chemins de montagne, arrive à l’abbaye de Pont-de-Beauvoisin, frontière des deux Etats. Après que lui ont été présentées la vicomtesse d’Aché et la comtesse de Guébriant, ses dames de compagnie, et les officiers de son service, elle doit se dépouiller de ses vêtements italiens pour revêtir la garde-robe française que le duc de Penthièvre a fait constituer pour elle.  On sait, cependant, que deux ans plus tard, ce cérémonial ne se déroulera pas ainsi pour la Dauphine Marie-Antoinette, en aura-t-on donc fait usage pour la princesse de Lamballe? 

La suite turinoise salue la princesse et se retire.

C’est seule que Marie-Thérèse poursuit sa route au milieu de sa nouvelle suite française. L’hiver est particulièrement neigeux et la délégation piémontaise peine à regagner Turin. Au passage du Mont-Cenis, il faut descendre des voitures et aller à pied dans le froid hivernal. Deux dames de la princesse vont mourir dans cette équipée.

Le 25 janvier 1767

Elle est à La Tour-du-Pin.
A chaque relais, ce sont des harangues, des concerts, des soupers et des bals qui font coucher à point d’heure…

Le 26 janvier 1767

Elle atteint Roanne.

Le 27 janvier 1767

L’escorte arrive à Moulins.

Le 28 janvier 1767

Marie-Thérèse fait étape à La Charité.

Le 29 janvier 1767

On fait escale à Montargis.

Le 30 janvier 1767

Marie-Thérèse et sa suite arrivent à Montereau. Durant le repas, elle reçoit  un jeune homme roux (ce qu’elle devine malgré sa perruque… Judas n’est-il pas dit roux : elle entrevoit cela comme un mauvais présage…)  portant la livrée du duc de Penthièvre qui lui apporte un bouquet de fleurs de la part de son époux.

Le 31 janvier 1767

Le mariage a lieu à Nangis. Marie-Thérèse y paraît aux yeux des courtisans vêtue d’une robe blanche et rose, semée de boutons de fleurs en tissu, qui met en valeur son teint diaphane et s’accorde à ravir avec sa blondeur. Elle rencontre le duc de Penthièvre et le prince de Lamballe dans lequel, toute confuse, elle reconnaît le gentilhomme au bouquet de la veille.

«Nous nous mîmes tous deux à rire et les expressions nous manquèrent pour rendre nos sentiments » raconte la nouvelle princesse de Lamballe.

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 2 Charpe10
La Famille du duc de Penthièvre en 1768 dit aussi La Tasse de Chocolat,par Charpentier Jean-Baptiste, le Vieux

Même la comtesse de Genlis qui médit sur tout et tous est obligée d’en convenir :

« Madame de Lamballe est extrêmement jolie, quoique sa taille n’eût aucune élégance, et qu’elle eût des mains affreuses qui contrastent singulièrement avec la délicatesse de son visage.»

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Charpentier_-_The_Prince_of_Lamballe.png.
Détail du prince de Lamballe

Le 1er février 1767

Marie-Thérèse écrit à sa mère :

« Puissé-je n’avoir à vous faire partager que mon bonheur. M. de Lamballe est infiniment aimable, je puis vous assurer qu’il est beaucoup mieux que son portrait. Il est, à ce qu’il me paraît, d’un caractère affectueux et facile et m’a témoigné beaucoup de tendresse. Il est bien doux de trouver dans les devoirs les plus précieuses jouissances. Il faut en convenir, les Français sont bien aimables. Ma mère, votre fille sera heureuse en ce pays. Mon beau-père me comble de caresses.»

A portrait of the family of the duc de Penthièvre by Jean-Baptiste Charpentier le Vieux. 1767. From left to right: the prince de Lamballe; Marie Victoire de Noailles; the princesse de Lamballe; Marie Adélaïde de Bourbon; the duc de Penthièvre.
La famille du duc de Penthièvre par Jean-Baptiste Charpentier le Vieux  (1767) : le prince de Lamballe;
Marie Victoire de Noailles; la princesse de Lamballe; Marie Adélaïde de Bourbon; le duc de Penthièvre

Le 2 février 1767

La compagnie repart pour Paris et arrive à l’hôtel de Toulouse où aucune illumination extérieure n’a pu être organisée : les Penthièvre portent le deuil de la comtesse de Toulouse morte le 30 septembre 1766.
Le soir, un souper de cent trente couverts éclairé a giorno réunit les princes du sang. 

Résultat de recherche d'images pour
Le repas de noces a lieu dans la galerie de l’hôtel de Penthièvre , actuelle Banque de France

Penthièvre déploie devant ses cousins le luxe de son incroyable fortune.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Livre-aux-armes-de-la-princesse-de-Lamballe.jpg.
Livre aux armes de la princesse de Lamballe

Le 5 février 1767

Accompagnée de son époux et du duc de Penthièvre, Marie-Thérèse se rend à Versailles pour y être présentée par la comtesse de La Marche, reconnue pour sa rare laideur. Louis XV reçoit sa nouvelle nièce avec grâce, et selon le protocole l’embrasse sur les deux joues. L’accueil de la Reine est tout aussi charmant : elle manifeste  son affabilité coutumière. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Marie-Leszczynska-1024x785.jpg.Marie Leszczynska

Marie-Thérèse est ensuite conduite chez la Dauphine, Marie-Josèphe de Saxe, qui se meurt d’une tuberculose qu’elle a contractée en soignant son mari. Malgré sa fatigue, la Dauphine se montre attentive à la nouvelle venue qui ne sait comment se comporter devant cette moribonde. Puis c’est le tour des filles de France. Madame Adélaïde, l’aînée, juge sa nouvelle nièce un peu gauche. En revanche, Madame Victoire, douce et effacée, se montre d’emblée bienveillante. Marie-Thérèse trouvera souvent refuge auprès d’elle, lorsque, tourmentée par les avanies de la Cour, elle cherchera un asile.

« Elle est jolie sans avoir les traits réguliers. Elle est d’un caractère gai et naïf et n’a pas beaucoup d’esprit peut-être. Elle fuit les discussions et donne raison tout de suite plutôt que de se disputer. C’est une douce, bonne et obligeante femme, incapable d’une pensée mauvaise.C’est la bienveillance et la vertu même: jamais l’ombre d’une calomnie n’a osé l’atteindre.»

La baronne d’Oberkirch

Le 13 mars 1767

La Dauphine Marie-Josèphe (1731-1767) meurt de tuberculose, âgée de trente-six ans.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est marie-josephe-of-saxe-812x1024.jpg.
Marie-Josèphe de Saxe
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Louis-Alexandre-de-Bourbon-prince-de-Lamballe.jpg.
Louis-Alexandre-Joseph-Stanislas de Bourbon, prince de Lamballe

Pendant quelques semaines, Marie-Thérèse jouit de la douceur de se croire aimée. Malheureusement, les désillusions ne tardent pas.
L’attitude étonnante de son mari sème le trouble dans son esprit. De son épouse, Lamballe confesse :

« Elle brille par son manque de science amoureuse.»

Louis-Alexandre de Bourbon, prince de Lamballe

Le couple ne connaît pas le bonheur : très vite, le prince reprend ses habitudes et délaisse son épouse qui se réfugie auprès de son beau-père. Elle commence à développer des accès de mélancolie, est saisie de vapeurs qui la plongent dans des évanouissements plus ou moins longs. Son mari attrape des maladies sexuelles et la contamine plusieurs fois ; elle y gagne des cicatrices et des boutons.

Lamballe - La Princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe - Page 31 00112

En avril 1767

Le prince de Lamballe, à force de galanteries, se retrouve «poivré». Un rapport de police note ainsi la chose :

« Lamballe a présentement une très bonne galanterie. Il ignore lui-même qui lui a fait ce cadeau.»

Heureusement soignée, Marie-Thérèse s’en sort sans dommage. A la suite de cette péripétie, elle fait une sorte de dépression. Extrêmement tendue, elle est reprise par ses maux de tête lui cause de fréquents évanouissements.

Le 15 mai 1767

Marie-Thérèse écrit à sa mère : 

« Qu’est devenu le temps où je ne vous parlais que de mon bonheur? Est-il possible que quelques mois en aient borné le cours? N’aurai-je plus que des souvenirs et des larmes? Pourquoi faut-il que M. de Lamballe ait réuni tous les moyens de plaire, qu’il ait échauffé mon cœur de tous les feux de l’amour qu’il me témoignait, pour avoir changé tout à coup?  En vain, je cherche dans ma conduite ce qui aurait pu causer ce refroidissement et je n’y trouve aucune cause. [… ] Serait-ce parce que je ne suis pas encore grosse? Mais pourrait-il m’en faire un crime?  Il n’y a pas quatre mois que je suis mariée, d’ailleurs en se séparant de moi, ce n’est pas le moyen de me rendre mère. […] Son indifférence me tue.»  

Le 27 mai 1767

Christine répond à sa fille avec des paroles pleines d’illusions : elle ne veut pas que le projet matrimonial tourne à l’échec. 

« Vous avez bien fait, ma chère fille, de n’en parler à personne. Les hommes n’aiment pas qu’on fasse de semblables confidences. [… ] Ce moment de froid ne durera pas, si vous n’y opposez que de la tendresse et une conduite irréprochable. […] Prenez courage, ma chère fille, votre mari vous reviendra plus tendre et plus empressé et ce sera peut-être un moyen pur me donner un petit-fils que je chérirai comme j’aime sa mère.»

Marie-Thérèse sombre dans la tristesse. Elle a des évanouissements qui inquiètent son entourage. L’absence de bonheur est un poison lent qui la tue. 

Eté 1767

Les effets de la détérioration physique de Louis-Alexandre commencent par une fatigue qui le laisse chaque jour plus languissant. Il tousse beaucoup et se voûte comme prématurément vieilli. Il n’a pourtant pas encore vingt ans.

En septembre 1767

Marie-Thérèse voit disparaître les diamants de sa corbeille de mariage : ils partent dans l’escarcelle des prostituées de Paris. On a pensé à un vol.  Il s’agissait en fait d’un don du prince à une fille qu’il a engrossée. 

En novembre 1767

Le duc de Penthièvre parvient à récupérer les diamants de famille dont il paie la valeur à la prostituée qui les rend. Il lui dit qu’il prendrait soin de son enfant si elle est effectivement grosse comme elle semble le soupçonner et que dans tous les cas il pourvoirait à ses besoins, en retour, il exige d’elle qu’elle ne revoie pas le jeune prince son amant.

Le prince de Lamballe, malgré une constitution en apparence solide, est de santé fragile.

En avril 1768

Louis-Alexandre fait une chute de cheval ; il s’alite pour ne plus se relever. La syphilis est en train de gagner. On le ramène à Paris pour le soigner. Son état de délabrement est si avancé que les médecins essaient toutes les pharmacopées sans succès. On finit par proposer l’opération humiliante de la castration. Lamballe subit sans se plaindre ces traitements inhumains. Son épouse et son père se relaient sans discontinuer à son chevet.

“[The princesse de lamballe’s] situation, moreover, rendered her peculiarly interesting; married, when she was scarcely past childhood, to a young prince, who ruined himself by the contagious example of the Duc d’Orleans, she had had nothing to do...

La cruauté populaire le surnommera alors le prince « sans balle ».

Après l’opération, les médecins conseillent la campagne pour la convalescence. C’est à Lucienne (Louveciennes) que l’on transporte le moribond.

Le 20 avril 1768

Son aumônier, l’abbé Tascher, administre à Louis-Alexandre les sacrements de l’Eglise.

Début mai 1768

Le duc de Penthièvre demande à Fortaire de rester devant la porte de son fils afin d’en interdire l’entrée à Marie-Thérèse et à Adélaïde. Il ne veut pas qu’elles assistent à cette déchéance et subissent l’odeur pestilentielle du malade.

Le 6 mai 1768, à huit heures du matin

Louis-Alexandre de Lamballe décède de la syphilis. Il a demandé à être inhumé sans cérémonie à Rambouillet auprès de sa mère et de ses grand-parents.

Le 9 mai 1768

Le prince de Lamballe est inhumé. Aucun membre de sa famille ne l’accompagne. Sont présents pour l’accueillir le curé de la paroisse , quelques ecclésiastiques du canton et cent pauvres à qui le duc a fait distribuer du blé et payé l’impôt de la taille pour une année.

La princesse se retrouve veuve et sans enfant à dix-neuf ans.

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 2 Prince18
Marie-Thérèse de Lamballe par Jean-Baptiste Charpentier le vieux

Marie-Thérèse se réfugie quelques semaines à l’abbaye de Saint-Antoine-des-Champs, à proximité de la Bastille. C’est un lieu habituel de retraite surnommé «l’hôpital des âmes malades ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Labbaye_Saint_Antoine_des_Champs.jpg.
L’abbaye de Saint-Antoine-des-Champs

Elle y est accueillie par l’abbesse, Gabrielle-Charlotte de Beauvau, qui gouverne une vingtaine de cisterciennes. Adélaïde se retire dans un monastère de Montmartre. La femme et la sœur de Lamballe s’ensevelissent dans des cloîtres pour cacher leur honte d’une si scandaleuse existence.

Accomplissant ses devoirs chrétiens, Marie-Thérèse n’a pas de goût pour la piété. Elle et sa belle-sœur ont un grand appétit d’amusements après l’épreuve de la mort de Lamballe. C’est à cette époque que Penthièvre surnomme sa bru «Marie la Folle » à cause de l’exubérance de ses divertissements.

Pendant l’été 1768

Penthièvre vend le petit château de Lucienne à Louis XV qui l’offrira à sa nouvelle maîtresse, la comtesse du Barry, deux ans plus tard.
Bien que peu attristée de la perte de son mari, Marie-Thérèse se voit offrir la chaumière aux Coquillages (aujourd’hui, une dépendance du château de Rambouillet) par son beau-père (il la fait édifier pour elle).

Laiterie de la Reine et Chaumière aux coquillages - Yvelines Tourisme
La chaumière aux Coquillages

Cet ermitage au milieu d’un jardin à l’anglaise est significatif de l’engouement pour le pittoresque campagnard qui se développe à partir de 1760 et dont attestera également le hameau de la Reine à Versailles (construit entre 1783 et 1787). D’extérieur, cette construction ressemble à une chaumière et elle est de nouveau, comme à l’origine, couverte en chaume, mais l’intérieur est très richement décorée (marbre, coquillages, nacre) ; c’est le but d’une fabrique : étonner le visiteur. La chaumière est constituée de deux pièces. Une vaste salle, décorée à l’aide de coquillages, etc. Une salle plus petite se cache derrière deux portes dérobées de chaque côté de la cheminée. Cette pièce est décorée de peintures murales et d’un miroir, que le duc fit recouvrir de nacre afin que la princesse ne puisse plus voir son visage abîmé. Des automates, grandes ingéniosités du XVIIIe siècle, se trouvaient dans la plus petite des pièces. Ils ont été dérobés.

le mobilier de la chaumière au coquillages – Le Magazine de Proantic
La chaumière aux Coquillages

Le médecin chirurgien Seyffert, médecin de la cour et futur médecin personnel du prince François-Xavier de Saxe au Château de Chaumot, sauve la princesse d’une grave maladie, se gagnant ainsi la protection de Marie-Antoinette et une très grande réputation ; on viendra même de Paris à Chaumot pour se faire guérir par lui.

Louis de Bourbon (1725-1793) — Wikipédia
Le duc de Penthièvre

Le duc de Penthièvre, après le décès de son fils, garde sa belle-fille (Marie-Thérèse) auprès de lui. Ensemble, ils sont très actifs dans diverses œuvres pieuses et charitables.

Le 13 octobre 1768

Son frère, Victor-Amédée épouse Marie-Josèphe de Lorraine-Lambesc qui resserre les liens familiaux avec la France.

Le 18 novembre 1768

Il faut recevoir à l’hôtel de Toulouse le Roi de Danemark, Christian VII, âgé de dix-neuf ans (il est né en 1749 comme la princesse de Lamballe) qui vient d’arriver à Paris. Malgré une psychologie compliquée, il se montre spirituel et galant.

Le duc de Penthièvre lui fait donc les honneurs de l’Hôtel de Toulouse.

La réception de Christian VII soulève des problèmes d’étiquette qui préoccupent singulièrement le maître de cérémonie de la Cour. Les visites des princes sont réglées suivant les rites d’un rigoureux protocole.

En sa qualité de veuve, la princesse de Lamballe doit attendre son royal visiteur, « couchée dans son lit, tendu de gris, entre deux draps, tous les rideaux tirés, sauf un côté. »

L’usage veut, en effet, que les princesses veuves reçoivent le Roi dans leur lit, et non sur le lit. Deux fauteuils sont disposés, pour Christian VII et le duc de Penthièvre, dans « le balustre auprès du lit », tandis que les dames invitées assistent à la visite en grand habit.

Dr. Cabanès, La princesse de Lamballe intime, d’après les confidences de son médecin, Albin Michel éditeur, Paris.
Portrait du roi Christian VII par Roslin, 1772

Le 25 novembre 1768

Une éblouissante réception est donnée au Palais-Royal en l’honneur de Christian VII. Un dîner de près de mille personnes à l’occasion duquel les Orléans ont fait représenter en surtout de table la ville de Copenhague en biscuit de Sèvres.

Le 7 décembre 1768

Adélaïde de Penthièvre est présentée à la Cour par la comtesse de La Marche.

Le 1er janvier  1769

Le duc de Chartres, futur duc d’Orléans, prince du sang, épouse la belle-sœur de Marie-Thérèse : la fille du duc de Penthièvre est certes issue d’une branche illégitime de la maison de France mais elle est aussi, depuis la mort de son frère, la plus riche héritière du royaume.

En 1769

Après la période de deuil qui a suivi la mort de la Reine, le parti des dévots, soutenu par Mesdames, les filles du Roi, n’ayant pu remarier Louis XV à l’archiduchesse d’Autriche Marie-Élisabeth, pense à Marie-Thérèse. Ironie du sort, il est une nouvelle fois question pour elle de convoler avec un homme esclave de ses sens. Mais le projet fait long feu, la comtesse du Barry, nouvelle maîtresse du Roi avant d’en devenir la favorite officielle, ne voulant pas perdre ce prestigieux amant qu’elle tient, justement, par le plaisir des sens.

Le 5 avril 1769

Adélaïde de Penthièvre épouse Philippe de Chartres.

Le 4 mai 1770

La princesse de Lamballe recevait la lettre suivante du grand-maître des cérémonies :

« Madame, le Roi m’a ordonné d’informer Votre Altesse Sérénissime qu’il se rendra à Compiègne le 13 de ce mois, pour aller le 14 au-devant de Madame la Dauphine, à quelque distance au delà, et l’y ramener ensuite avec lui. Sa Majesté reviendra le 15 à Versailles, où se fera, le 16, la cérémonie du mariage de Monseigneur le Dauphin, à laquelle le Roi m’a donné ordre de vous inviter de sa part, ainsi qu’au souper qui aura lieu ce jour-là. Je suis avec un profond respect, etc. »

Pierre de Nolhac

Lundi 14 mai 1770

Compiègne : la première rencontre entre Marie-Thérèse de Carignan et Marie-Antoinette. La nuit venue, à la cérémonie du coucher, les deux jeunes femmes n’échangent qu’un sourire, un regard…


Mary Nighy est la princesse de Lamballe de Marie-Antoinette de Sofia Coppola (2006)
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 4 14712510

Le 16 mai 1770

Le Dauphin Louis-Auguste, futur Louis XVI, épouse l’Archiduchesse d’Autriche Marie-Antoinette. C’est la première rencontre entre les deux femmes. Marie-Thérèse a vingt-et-un ans, Marie-Antoinette bientôt quinze.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Mariage-Coppola.jpg.
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 7 Lambal43
La princesse de Lamballe, dessin de Cochin, 1776
Marie-Antoinette-0515

Les mois qui suivent

Marie-Thérèse les passe au côté de son beau-père, loin de la Cour, où elle ne possède encore aucune attache, où elle n’occupe aucune fonction

À partir de 1771

La princesse de Lamballe est de plus en plus assidue à la Cour et se rapproche de la Dauphine, qui voit en elle une alliée sûre et une amie sincère.

Le 14 février 1771

Mariage du comte de Provence (1755-1824) et de Marie-Joséphine de Savoie (1753-1810).

                 
Marie-Joséphine et Marie-Thérèse de Savoie par Gautier d’Agoty

Mercy note que la princesse fait preuve envers Marie-Antoinette «d’une affection toute particulière» et cela, ne lui plaît guère ; il estime simplement que «cette chère Lamballe» est trop disposée «à flatter les caprices et les fantaisies de la Dauphine qui la reçoit fréquemment seule».

                                               
Anita Louise est la princesse de Lamballe dans Marie-Antoinette (1938) de Van DykeL’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Anita-Louise-en-princesse-de-Lamballe-dans-Marie-Antoinette-1938.jpg.L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-Van-Dyke-Lamballe.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-Van-Dyke-Lamballe-et-mla-Reine.png.

A l’hiver 1772

Marie-Antoinette relance la mode des promenades en traîneau, qui étaient Son habitude à Vienne.

Le 6 octobre 1773

Adélaïde de Chartres donne naissance à son premier fils, titré duc de Valois, c’est le futur Louis-Philippe Ier. Marie-Thérèse espérait être sa marraine, mais c’est la Dauphine qui est choisie par les Orléans. 

Le 16 novembre 1773

Mariage du comte d’Artois, frère du Dauphin et de Marie-Thérèse de Savoie (1756-1805), sœur de Marie-Joséphine, comtesse de Provence.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est mariage-de-charles-philippe-de-france-comte-d-artois-et-de-marie-therese-d.jpg.

Par Polyxène de Hesse (1706-1735), sœur de Christine Henriette ( elle-même mère de Marie-Thérèse de Lamballe…), qui fut Reine de Sardaigne, par son mariage avec le Roi Charles-Emmanuel III de Sardaigne (1701-1773). les comtesses de Provence et d’Artois sont cousines de Marie-Thérèse de Lamballe, car il s’agit de leur grand-mère.


Polyxène de Hesse

En 1774

Devenue Reine, Marie-Antoinette continue à fréquenter la Princesse, mais de fausses et venimeuses rumeurs (lancées pour nuire et attisées par les ennemis de la Reine) commencent déjà à entacher leur amitié.

Toutefois, la Princesse conserve son caractère pieux et raisonnable, alors que la Reine se laisse aller à ses penchants de plus en plus frivoles.

tiny-librarian:
“ Morally, she was good. Nothing of a coquette, she was very sweet and almost ingenuous. Though but little blessed with natural wit, her gayety was nonetheless frank and full of spontaneity. She was not an enemy to pleasure ; but she...
La princesse de Lamballe par Pierre Delorme, conservé au château d’Eu

Le 19 avril 1774

La Dauphine emmène Marie-Thérèse à l’Académie royale de musique de Paris. 

An engraving of the princesse de Lamballe, after a portrait by Antoine Vestier.
La princesse de Lamballe par Antoine Vestier

Le 10 mai 1774

Louis XV, roi de France, âgé de 64 ans, deux mois avant sa mort, en mars 1774, par Montpetit
Louis XV par Montpetit
Gravure montrant la mort de Louis XV dans sa chambre de Versailles

Louis XV meurt , Marie-Antoinette devient Reine de France.

Résultat de recherche d'images pour Marie-Antoinette, portrait Au Globe par Gautier-Dagoty, 1775

En montant sur le trône, Marie-Antoinette se libère de Sa dame d’honneur, la comtesse de Noailles, qui est la tante de la princesse de Lamballe : la mère du duc de Penthièvre était une Noailles.

Marie Antoinette, reine d'un seul amour de Caroline Huppert, avec Emmanuelle  Béart - Page 2 | Emmanuelle béart, Fictional characters, Character
Emmanuelle Béart est Marie-Antoinette pour Caroline Huppert, en 1988.
Léa Gabrielle est Madame de Lamballe et Isabelle Gélinas Madame de Polignac

En juillet 1774

« Madame de Chartres et la princesse de Lamballe avaient décidé de dîner seules, à Vanves, chez la duchesse de Bourbon. Le duc de Chartres insista en vain pour les accompagner et finit par s’incliner devant leur volonté. Alors que les trois princesses allaient dîner, on vint les prévenir qu’un montreur d’animaux désirait leur faire voir un ours et un tigre parfaitement apprivoisés. Cette distraction imprévue piqua leur curiosité, et on introduisit les bêtes dans le parc. Les animaux ont commencé par des gentillesses qui les ont fait rire, puis, tout à coup, ils sont devenus méchants, ont brisé leurs chaînes et sont entrés au château. On avertit bientôt les princesses épouvantées qu’ils mangeaient tout ce qui se trouvait préparé pour le repas. Finalement, après beaucoup de singeries, l’ours et le tigre se démasquèrent ; c’étaient le duc de Chartres et le duc de Fitz-James… Voilà le genre de facéties auxquelles on ne se livrera jamais dans ce pays-ci.»

Mémoires secrets de Bachaumont
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 6 La_pri11
La princesse de Lamballe par Quentin de La Tour

Le 2 mars 1775

Madame la princesse de Lamballe est toujours fort accueillie de la Reine. Sa Majesté empressée de la voir, lui fait écrire de se rendre chez elle à son passage, lors de son retour de Rennes et de ne point craindre de paraître en tel état qu’elle fût. En entrant chez la souveraine, Son Altesse est agréablement surprise de se voir peinte sur une glace de l’appartement de la Reine. On ne doute plus aujourd’hui, dans un degré de faveur si marquée, qu’elle ne l’emporte et n’obtienne la surintendance, malgré la prétention des vraies princesses du sang.

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 3 Img_1328
La princesse de Lamballe par Louis-Auguste Brun

Dimanche 11 juin 1775

Louis XVI est sacré à Reims. Les princes de Carignan assistent aux événements. Curieusement Marie-Thérèse et son beau-père n’y sont pas : Adélaïde de Chartres attend son troisième enfant et elle a réclamé leur présence pour l’assister dans cette grossesse peut-être fragile puisqu’elle a déjà perdu un nourrisson. Penthièvre et sa bru la retrouvent donc au château d’Anet.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Louis-XVI-a-Reims.jpg.Louis XVI en costume de sacre 
Detail from The Coronation of Louis XVI, 11 June, 1775 by Jean-Michel Moreau, 1775.

Le 13 juillet 1775

« J’ai un beau projet en tête, écrit Marie-Antoinette, le 13 juillet 1775, au compte de Rosenberg, un vieil ami viennois qu’elle honore de ses confidences ; j’ai demandé au roi de prendre Madame de Lamballe pour surintendante. Jugez de mon bonheur ! Je rendrai mon amie intime heureuse et j’en jouirai encore plus qu’elle ! C’est encore un secret… je n’en parle pas à l’Impératrice, il n’y a que l’Empereur qui le sache. Prêchez-le bien à n’en pas parler…… »

Marie-Antoinette au comte de Rosenberg 

Le 20 août 1775

Mariage de Madame Clotilde, Gros Madame, et du prince de Piémont, futur Charles-Emmanuel IV de Sardaigne, frère des comtesses de Provence et d’Artois et donc cousin de la princesse de Lamballe

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Mariage-Clotilde.jpg.

Le 19 septembre 1775

Marie-Antoinette octroie à Son «cher cœur» le titre très lucratif de «surintendante de la Maison de la Reine», dont la charge consiste à organiser les plaisirs de celle-ci. Cependant très vite, la Reine se rend compte que son amie et cousine est trop sérieuse pour cette fonction et s’y ennuie.

En conséquence, la princesse prend possession de l’appartement que le Roi lui octroie au premier étage du Pavillon de la Surintendance, à l’extrémité de l’aile des Princes, coté ville. Son appartement a vue sur la rue et la petite cour intérieure de la Surintendance. Voisin de l’appartement des enfants de France, il communique au château, par l’escalier de Provence et quelques marches, à la galerie basse des Princes. 

Aucune description de photo disponible.Plan de l’Appartement de la princesse de Lamballe

Sur le palier du nouvel escalier l’antichambre de la princesse de Lamballe dispose une fenêtre où se tient sa sentinelle. La seconde salle à deux fenêtres est le petit salon où la princesse de Lamballe a coutume de recevoir la Reine. 

Vient ensuite une pièce similaire – grand salon de réception de la princesse de Lamballe -, qui ouvre ensuite sur la chambre-à-coucher de la princesse, belle pièce carrée a deux fenêtres sur la cour de Monsieur. Cette chambre donne sur deux cabinets intérieurs aux plafonds assez hauts, dont le premier a une fenêtre sur la cour et une autre sur la rue, le second servant de boudoir a deux fenêtres sur la rue. On y trouve là successivement un petit cabinet, un boudoir, une bibliothèque, une garde robe, des bains et une chambre pour la dame d’honneur, nous écrit madame de Laage de Volude.

La princesse dispose encore, dans cette enfilade, de deux grandes pièces ,– probablement entresolées – destinées à sa toilette. Elles servent de garde robe ou cabinet-de-toilette dont une est retranchée pour les commodités à l’anglaise à cause de leur proximité de la chambre-à-coucher. A côté, se trouve la chambre de la dame d’honneur de la princesse de Lamballe, au débouché de l’escalier intérieur. 

 
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 69a7b3ed395c58e3819934c502549344.jpg.
Marie-Antoinette

En automne 1775

Délaissant Marie-Thérèse (sans l’oublier pour autant), Marie-Antoinette se tourne alors vers «la plus fraîche et plus insolente» Yolande de Polignac qui, pour longtemps, prend la place de l’amie dévouée.

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 6 Lambal10
La princesse de Lamballe par Roslin
Résultat de recherche d'images pour
La princesse de Lamballe (1776) par Callet
Anne-Charlotte Punsano, en tenue de Marie-Thérèse-Louise de Savoie-Carignan, plus connue sous le nom de Princesse de Lamballe (1749-1792).
Anne-Charlotte Punsano, en tenue de Marie-Thérèse, princesse de Lamballe
https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMTA3ZjE4ZWIxZjU2YWY5NzcwNTk0YzNmOWE0YzlhMjgxOTU?width=480&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=45e0b467c2261cbd49e728ffb529d2c6131c4e0db5ea4999d52277f2e8a72c3d

La princesse et sa chaise

Marie-Thérèse-Louise de Savoie-Carignan a, comme de nombreux nobles de l’époque, une chaise de poste. Cette voiture était tirée non pas par deux chevaux, mais « par quatre, ce qui en faisait une des plus rapide du pays ».
Après la mort de la princesse de Lamballe, c’est son confident, l’abbé de la Coninais, qui s’en servira pour quitter Paris, vers son château de la Coninais, à Dinan. Il laissera les affaires de la princesse sur place, lorsqu’il fuira vers l’Angleterre.

Marie Antoinette & Marie Thérèse at Versailles by Henrich Lossow, 19th century. [source: 2Covet.com. Currently for sale.]
Marie-Antoinette et Marie-Thérèse de Lamballe à Versailles par Heinrich LossowMarie Antoinette & Marie Thérèse at Versailles by Heinrich Lossow 1843-1897  | 2CovetDétail de la princesse de Lamballe
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Anita-Louise-jouant-le-role-de-la-princesse-de-Lamballe.jpg.
Anita Louise jouant le rôle de la princesse de Lamballe

En début de l’été 1776

Marie-Thérèse est en cure à Plombières pour soigner sa santé fragile. Elle écrit à la Reine au sujet de son beau-frère qui réclame le gouvernement du Poitou.

Été 1776

Depuis le retour de la princesse de Lamballe, il se manifeste déjà des indices de la plus forte jalousie de la part de cette surintendante envers la comtesse de Polignac .  

treasure for your pleasure: marie antoinette — Ruth Hussey as the duchesse  de Polignac in Marie...
Ruth Hussey (Madame de Polignac) et Anita Louise (Madame de Lamballe)
autour de Norma Shearer (Marie-Antoinette) dans le film de 1938 de Van DykeL’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-Van-Dyke-Anita-Louise-en-princesse-de-Lamballe.png.

Il est certain que cette dernière a un avantage décidé, et il est assez extraordinaire que ce soit le prince de Ligne, qui tout à coup est parvenu à la plus haute faveur auprès de la Reine, qui a beaucoup contribué à appuyer et augmenter le crédit de la comtesse de Polignac .

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Madame-de-Lamballe-par-Roslin.jpg.
La princesse de Lamballe d’après Roslin par BW
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Gabrielle-Lazure-de-Lamballe.jpg.
Gabrielle Lazure est Madame de Lamballe dans Les Années Lumières (1989) de R. Enrico
La princesse de Lamballe – Marie-Antoinette Antoinetthologie

En septembre 1776

« La pension de la reine a été plus que doublée. Cependant, la reine a contracté des dettes et, néanmoins, on ne voit pas qu’elle ait augmenté ses charités et générosités si ce n’est par quelques galanteries à Mme de Lamballe.»

Le comte de Mercy

Ayant plus de temps à elle, la princesse de Lamballe part à la campagne, reprend ses activités charitables et rachète l’hôtel de Toulouse (siège actuel de la Banque de France à Paris) à son beau-père.

Il faut reconnaître que la princesse de Lamballe donne beaucoup. La Reine l’appelle «la caissière des pauvres»

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 2 Marie-89La princesse de Lamballe par Marie-Victoire Lemoine (1779)

Hiver 1776

L’hiver est particulièrement enneigé et c’est une nouvelle occasion des parties de traîneaux, accompagnées par le prince de Lambesc et quelques officiers.

« La princesse de Lamballe parut enveloppée de fourrures avec l’éclat et la fraîcheur  de vingt ans (elle en a vingt-sept). On pouvait dire que c’est le printemps sous la marte et l’hermine.»

Henriette Campan

« La reine a éprouvé un petit accident qui a fait connoître tout l’amour dont on est pénétré pour elle. Elle alloit par eau dans une de ses gondoles ; une fenêtre est venue à tomber, le coup a effleuré la reine et a causé une légère contusion au bras de Mme la princesse de Lamballe, qui s’est évanouie : cependant, grâce à une saignée, toutes les alarmes se sont dissipées, et cette princesse a éprouvé combien elle étoit chère à notre souveraine qui en ce moment lui a témoigné le plus tendre intérêt. »

Louis-François Metra

Début 1777

Marie-Thérèse cède son appartement de service à la comtesse de Provence et s’installe dans un grand logement au rez-de-chaussée du pavillon d’Orléans, en dessous de celui de son beau-frère, le duc de Chartres. Elle est ravie car ce cadre lui paraît plus digne de ses fonctions. La surintendante y donne à souper en l’honneur de la Reine quatre fois par semaine.

« La reine va moins fréquemment le soir chez la princesse de Guéménée que chez la princesse de Lamballe. Mais les séances chez cette dernière ne sont guère moins dangereuses, les intrigants s’y trouvent d’un genre un peu plus illustre, c’est la seule différence.»

Le comte de Mercy

Le 6 février 1777

Elle organise notamment un dîner suivi d’un bal auquel ne sont conviées que des femmes, ce qui choque la Cour et irrite la Reine.

« La Reine a soupé chez madame la princesse de Lamballe, où elles étaient douze femmes, sans aucun homme, apparemment par étiquette. Quoi qu’il en soit, cela a beaucoup ennuyé Sa Majesté, qui s’est pressée de se mettre en habit de bal (en sultane), et s’est rendue au Palais Royal; elle s’y est surtout amusée d’un quadrille qu’on lui a donné; il avait été composé par le sieur Gardel qui avait fait les répétitions et présidait à l’exécution.

Les habillements, dans le costume espagnol, étaient de la plus grande magnificence; il n’y en avait aucun qui ne coûtât 2,000 écus: ce sont des seigneurs et dames de la cour qui dansaient et l’ont fait aussi bien que les coryphées du second ordre de l’Opéra; on avait choisi les airs les plus délicieux de ce spectacle, et c’est son orchestre qui formait la symphonie. Le quadrille a duré un gros quart d’heure et a tellement plu à la Reine, qu’elle a demandé qu’on recommençât. M. le duc de Chartres avait la fièvre depuis deux jours et n’en avait rien dit pour ne pas troubler la fête; mais il n’a pu danser, ni être aussi gai que de coutume.

ll y a eu gros jeu, comme la première fois, à ce bal. On a calculé l’argent qui s’est perdu aux deux bals du Palais Royal; il se monte à 1,800,000 livres; ce qui n’a pas également satisfait tout le monde. On cite M. d’Autichamp, comme ayant fait la plus grosse perte.

Au reste, il est temps pour la santé de la Reine que le carnaval finisse.
On remarque qu’elle s’en altère et que Sa Majesté maigrit beaucoup.»

Le 12 février 1777

Marie-Thérèse entre dans la franc-maçonnerie en devenant membre de la loge féminine « la Candeur » . Elle s’intéresse au mouvement des Lumières, à l’Encyclopédie, à la condition des femmes et à l’amitié féminine.

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 10 Mosnie11Portrait de la Princesse peint par Jean-Laurent Mosnier en 1780.
Le portrait a été acquis dans les années 1990 par la ville de Lamballe en Bretagne.
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 10 1_jean10

« A la même époque j’ai fait aussi le portrait de la princesse Lamballe. Sans être jolie elle paraissait l’être à quelque distance ; elle avait de petits traits, un teint éblouissant de fraîcheur, de superbes cheveux blonds, et beaucoup d’élégance dans toute sa personne. (…) Me voilà bien loin, chère amie, de l’année 1779…»

Elisabeth Vigée Le Brun à la princesse Kourakin
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe Vigee_25
La princesse de Lamballe peinte par Élisabeth Vigée Lebrun, en gaulle ( 1782 )

En avril-mai 1777

Visite en France de l’Empereur Joseph II, sous le nom de comte de Falkenstein.

« La princesse de Lamballe a fort déplu à l’empereur. La reine convint que par engouement elle s’était trompée sur cette favorite et qu’elle était au repentir de l’avoir mise à la place qu’elle occupe.»

Mercy à l’Impératrice Marie-Thérèse, le 15 juin 1777
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 10 Captu473

Le 1er juin 1777

La Reine passe la journée à Trianon accompagnée des seules Mesdames de Lamballe et de Polignac.

Été 1777

La princesse de Lamballe prend les eaux de Plombières…

Quand elle revient des eaux de Plombières, Marie-Antoinette l’accueille avec des démonstrations de bonté qui toutefois ne trompent pas Mercy :

« (…) cet accueil n’est qu’une forme de bienséance qui devient de plus en plus embarrassante et gênante. La reine cherche quelquefois à se tromper elle-même à cet égard, mais comme elle permet toujours, à l’abbé de Vermond et à moi, de lui exposer sans détour nos réflexions et nos remarques, S. M. finit par convenir de bonne foi que nous ne nous méprenons guère sur le vrai état de ses affections. »

Mercy à l’Impératrice Marie-Thérèse

Le 1er septembre 1778

Décès de sa mère, Christine-Henriette de Hesse-Rheinfels-Rotenbourg (1717-1778), après une longue et douloureuse maladie, au palais Carignan de Turin.

Résultat de recherche d'images pour
Christine-Henriette de Hesse-Rheinfels-Rotenbourg

Elle avait eu neuf enfants : 

  • La princesse Charlotte de Savoie-Carignan (1742 –1794) est morte célibataire; elle était une religieuse;
  • Victor-Amédée II de Savoie-Carignan (Turin,1743 – 1780) marié à Joséphine de Lorraine (1753-1797) 
  • La princesse Léopoldine de Savoie-Carignan (1744 – 1807) qui a épousé Don Andrea IV Doria-Pamphili-Landi, 8e Prince di Melfi;
  • La princesse Polyxène de Savoie-Carignan (1746 – 1762) meurt, célibataire;
  • La princesse Gabrielle de Savoie-Carignan (1748 – 1828) mariée à  Ferdinand Philippe Joseph, prince de Lobkowicz;
  • Marie-Thérèse-Louise de Savoie-Carignan (Turin,  1749 – 1792) mariée à  Louis Alexandre de Bourbon, prince de Lamballe;
  • Le prince Thomas de Savoie-Carignan (1751 –1753)
  • Le Prince Eugène de Savoir-Carignan, comte de Villafranca (1753 – 1785) marié (sans approbation dynastique) à Élisabeth Anne Magon de Boisgarin;
  • La princesse Catherine de Savoie-Carignan (1762– 1823) mariée à Philippe Colonna, 9e Prince de Paliano.

Le 16 décembre 1778

Décès de son père, Louis-Victor de Savoie-Carignan (1721-1778) au palais Carignan de Turin. Marie-Thérèse est donc orpheline en cinq mois. Elle l’apprend le 22 décembre. Elle le savait malade et était déterminée à partir pour Turin dès après l’accouchement de la Reine.

Le 19 décembre 1778

Après un accouchement difficile, Marie-Antoinette donne naissance de Marie-Thérèse-Charlotte, dite Madame Royale, future duchesse d’Angoulême. L’enfant est surnommée «Mousseline» par la Reine.

Fichier:Marie Antoinette Adult1.jpg

En 1779

Béatrix-Étiennette Renart de Fuchsamberg d’Amblimont (1764-1842) – future marquise de Lage de Volude- est présentée au duc de Penthièvre et à sa belle-fille, la princesse de Lamballe. Elle plaît à la Princesse, qui, charmée de sa grâce et de sa vivacité, s’éprend bientôt pour elle d’une affection véritablement maternelle. La présence de la jeune fille devient si nécessaire à la Princesse que celle-ci veut la garder auprès d’elle. Son bonheur est de la former suivant ses goûts, et sur les leçons qu’elle-même a reçues. Compagne inséparable de Mme de Lamballe, Melle d’Amblimont la suit dans ses voyages aux différents châteaux du duc de Penthièvre, à Eu, à Vernon, à Sceaux, à Crécy, à Anet, à Rambouillet.

Lamballe - La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe - Page 9 Stepha10
Béatrix-Étiennette Renart de Fuchsamberg d’Amblimont  –
future marquise de Lage de Volude
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-Coppola-Polignac-et-Lamballe.jpg.
Image de Marie-Antoinette de Sofia Coppola Yolande de Polignac et Marie-Thérèse de Lamballe

En septembre 1780

Décès de son frère, Victor-Amédée II de Savoie-Carignan (Turin,1743 – 1780) à Turin.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Portrait-du-prince-de-Savoie-Carignan-frere-aine-de-la-princesse-de-Lamballe-par-Pio-Ignazio-Vittoriano-Campana.jpg.
Portrait du prince de Savoie-Carignan par Pio Ignazio Vittoriano Campana
Résultat de recherche d'images pour
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe Image_21
Portrait de la princesse de Lamballe, réalisé par Anton Hickel en 1788
et par Élisabeth Vigée Le brun  (1781) :
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 2 Lambal52
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-princesse-de-Lamballe-par-Claude-Bornet.jpg.
La princesse de Lamballe par Claude Bornet

Le 24 décembre 1778

Un réveillon est donné pour la Reine chez Madame de Lamballe.

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 7 1998_n10
La princesse de Lamballe, portrait attribué à Antoine Vestier
portraits de Madame de Lamballe - Page 3
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 7 Lambal42

La princesse a la faiblesse, en 1777, de se laisser affilier à la Franc-Maçonnerie, dont elle ne soupçonne pas les tendances.
Le but de la secte était, à cette époque, d’accaparer quelques personnes de la Cour, surtout celles admises dans l’intimité des souverains. La princesse aimant les fêtes ; on la prend par son faible.

 

Le 29 novembre 1780

Mort de Marie-Thérèse d’Autriche

Une mort à l’image de sa vie : un exemple de dignité et de force. Atteinte d’un «durcissement des poumons», elle se sentait, disait-elle, «devenir intérieurement comme de la pierre».

Elle a pris congé de ses enfants, les présents et les absents. En prononçant le nom de Marie-Antoinette, elle n’a pas caché son émotion, puis, reprenant son calme, elle a dit :

« J’ai toujours désiré mourir ainsi ; mais je craignais que cela ne me fût pas accordé. Je vois à présent qu’on peut tout avec la grâce de Dieu.»

Pendant la nuit du 29 novembre, elle a lutté contre le sommeil :

« Je crains de m’endormir, je ne veux pas être surprise, je veux voir venir la mort»

Cette leçon d’ultime courage, Marie-Antoinette ne l’oubliera pas à l’heure de Sa propre mort.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Mort-de-Marie-Therese-dAutriche-entouree-de-ses-enfants.jpg.

C’est pour Marie-Antoinette «le plus affreux malheur».

Nicolas Dupin, Sébastien-Jacques Leclerc | Dame de qualité portant une  lévite de deuil | Images d'Art
Tenue de deuil de la Cour à l’occasion de la mort de Marie-Thérèse 

La nouvelle du décès de l’Impératrice Marie-Thérèse n’arrive à Versailles que le 6 décembre 1780 :

« La douleur de la reine fut telle qu’on devait la prévoir et la craindre. Une heure après avoir appris cet événement, elle prit le deuil de respect, en attendant que le deuil de Cour fût prêt ; elle resta enfermée dans ses cabinets pendant plusieurs jours, ne sortit que pour entendre la messe, ne vit que la famille royale et ne reçut que la princesse de Lamballe ou la duchesse de Polignac. Elle ne cessait de parler du courage, des malheurs, des succès et des pieuses vertus de sa mère.»

Madame Campan
tiny-librarian:
“ During those two last days she sent everyone away as much as possible to spare them, but to Joseph she talked a great deal. Sitting up in her chair she signed many documents, wrote letters too, and made the alteration in her will...
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 5 Unknow21
Portrait de femme à la robe aux rubans gris, dit portrait de la princesse de Lamballe, attribué à Elisabeth Vigée Le Brun

Le 10 janvier 1781

Elle est élue grande maîtresse de la « Mère Loge Écossaise » .

« M. de Chartres, qui avait fait plusieurs voyages en Angleterre, était initié à tous les mystères des maçons, et la faction qui projetait déjà la subversion de l’ordre social, le conduisait, sans qu’il s’en doutât, au but qu’elle se proposait, persuadée que ces réunions, qui paraissaient si frivoles par le genre de travaux des sœurs, pouvaient être utile au projet qu’elle avait conçu de renverser du trône la branche régnante, pour y placer un chef de son choix, qui n’aurait d’autres prérogatives que celles du président des Etats-Unis, avec la seule différence que cette place serait héréditaire. Elle avait depuis longtemps jeté les yeux sur le duc en le nommant « Grand Orient de France » : ce qui lui donnait un nombre de partisans dans la classe la plus éclairée et la plus opulente du royaume.
Pour cacher ces trames, il fut proposé dans le conseil secret, de faire madame la princesse de Lamballe Grande Maîtresse. On ne put l’y déterminer qu’en lui disant, ce qui était vrai, que ces associations étaient d’une grande utilité pour les malheureux, et que sa présence ne ferait encore qu’exciter la générosité des frères. Et, quoiqu’elle eût un secret éloignement pour ces assemblées, comme elle était loin d’imaginer que des apparences si vertueuses cachassent des projets si destructeurs pour la maison royale, elle accepta.
»

La baronne Guénard de Méré

La princesse de Lamballe est initiée par la Loge La Candeur, de Paris, dont elle est cofondatrice. Promue Grande Maîtresse (en fait Vénérable-Maîtresse)de la Mère-Loge écossaise d’Adoption puis, en date du 18 janvier 1781, Grande Maîtresse de toutes les loges écossaises féminines régulières de France.
Voici ce qu’en dit le procès verbal de sa réception :

« Le dix-huitième jour du onzième mois de l’an de la science 5780, les membres de la révérente Mère-Loge écossaise d’Adoption ont offert à leur Sérénissime Sœur, Marie-Thérèse, Louise de Carignan, princesse de Lamballe, le titre de Grande Maîtresse de toutes les Loges écossaises régulières de France. La sérénissime Sœur l’a accepté et a subi les voyages et les épreuves et a prêté le serment. »

La princesse préside la Loge du Contrat Social …

En 1781, elle est élue Grande Maîtresse de la Mère Loge Écossaise d’Adoption, c’est-à-dire qu’elle est mise à la tête des Loges de Dames. Le jour de son installation, la « Sérénissime Sœur de Lamballe », le maillet en main, peut entendre le Frère Robineau lui chanter, au nom du rite, des couplets fort galants :

« Amour, ne cherche plus ta mère/Aux champs de Gnide ou de Paphos/Vénus abandonne Cythère/Pour présider à nos travaux. Etc… »

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 3 Marie135
La princesse de Lamballe par Louis-Edouard Rioult

D’un esprit très léger, elle ne comprend pas ce qui se trame dans les Loges et n’ouvrira les yeux que lorsque la Révolution éclatera.
Mais alors elle fera son devoir sans aucune défaillance. Elle s’efforcera de réparer le mal dont elle avait été la complice inconsciente. En novembre 1791, elle prendra l’initiative de la surveillance qu’il était nécessaire d’exercer sur tous les foyers de conspiration. La secte jure de lui faire payer de sa vie son loyal retour au bien. La Franc-Maçonnerie profitera de toutes les circonstances pour frapper ceux dont elle a décidé la mort…

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 11 Prince17Marie-Thérèse de Lamballe par Claude Bornet

En 1781

Marie-Thérèse de Lamballe devient grande maîtresse des «loges d’adoption féminines», affiliées au Grand Orient, sans doute plus pour des raisons honorifiques que par réelle conviction.

Le 22 octobre 1781

Naissance du Dauphin, Louis-Joseph-Xavier-François.

La Reine a très bien passé la nuit, Elle sent quelques douleurs en s’éveillant, mais Elle se baigne malgré tout. Les douleurs reprennent à dix heures et demie
Seuls les membres de la famille royale, quelques dames de la Maison de la Reine et le garde des Sceaux sont autorisés à pénétrer dans la chambre de la Reine. Que les autres patientent dans le salon voisin ! Louis XVI accepte de les laisser entrer au tout dernier moment, et encore, ils restent bloqués au fond de la pièce, pour que l’air puisse circuler correctement.
La Reine se met sur Son lit de travail à une heure et un quart (juste à la montre de Louis XVI ) . L’accouchement ne dure que cinq quarts d’heure.

Marie-Antoinette accouche enfin d'un premier Dauphin, le 22 ...
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-et-Son-Dauphin-775x1024.jpg.

En novembre 1781

Marie-Antoinette lui écrit : 

« Je vois que vous m’aimez toujours, ma chère Lamballe, et votre chère écriture m’a fait un plaisir que je ne saurai vous rendre.»

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-princesse-de-Lamballe-en-tenue-damazone-par-L.-A.-Brun.jpg.
Profil de la princesse de Lamballe en tenue d’amazone par Louis-Auguste Brun 

Hiver 1781-1782

En soignant son beau-père pendant cet hiver particulièrement froid, Marie-Thérèse tombe malade. Marie-Antoinette lui écrit alors :

« Je ne m’étonne pas que vous soyez tombée malade, je me serais plutôt étonnée du contraire. Je vous ai toujours dit que vous ne vous ménagiez pas assez. […] Moi, je grelotterais si je n’étais pas dans mon lit. Ne revenez pas tout de suite, soignez-vous, soignez M. de Penthièvre et puis je vous embrasserai cent fois. […] Adieu ma chère Lamballe, je trouve que vous êtes toujours bonne et aimable, que de près ou de loin vous êtes une amie vraie, tendre, sensible. Je vous rends bien tout cela.»

 

Marie-Antoinette lui fait obtenir cette même année une pension de 42 000 livres sur le service des affaires étrangères, ce qui a fait croire à certains que la princesse pouvait avoir la charge de missions secrètes.

Le 16 janvier 1782

C ‘ est grâce à l’intercession et à la protection de la princesse que Béatrix-Stéphanie d’Amblimont (1764-1842) épouse  le marquis de Laage de Volude (1763-1799).

Madame la marquise de Laage, 1783, par Carmontelle

Le lendemain de la célébration, la mariée est nommée dame d’honneur de la princesse de Lamballe.

Une lettre de Mme de Laage de Volude à Louise de Polastron
La marquise de Laage de Volude

Le 17 janvier 1782

La marquise de Laage de Volude est présentée à Versailles au Roi et la Reine par la marquise de Guébrian, tante de son mari.

En 1783

Louis XVI qui affectionne la chasse demande à son oncle, le duc de Penthièvre, de lui céder son domaine de Rambouillet. Le duc tente une manœuvre pour l’en dissuader, car cette «crapaudière moyenâgeuse» comme l’appellera Marie-Antoinette, est la maison de son enfance. Mais devant l’insistance du Roi, il est contraint de céder l’ensemble pour dix-huit millions de livres. Penthièvre décide alors d’exhumer les corps des siens inhumés dans l’église de Rambouillet afin de les transférer dans la collégiale du château de Dreux. Marie-Thérèse, qui est en séjour à Eu, revient en hâte pour assister à la célébration.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-princesse-de-Lamballe-et-la-vicomtesse-de-Laval-par-L.-A.-Brun.jpg.
Portrait de la princesse de Lamballe en compagnie de son amie la vicomtesse de Laval par Louis-Auguste Brun 
Le duc de Penthièvre présentant les cercueils des princes de sa famille à l’église collégiale de Dreux en novembre 1783 ,
commandé en 1835 par le roi Louis-Philippe pour l’escalier d’honneur du château d’Eu

En 1784

Jean-Pierre Claris de Florian dédicace ses premières «Nouvelles» à la princesse :

« Princesse, pardonnez, en lisant cet ouvrage
si vous y retrouvez crayonnés de ma main
les traits charmants de votre visage…
»

Dans cette période-là, Florian la fréquente souvent à l’hôtel de Toulouse ou dans sa demeure à Passy pour égayer les soirées solitaires de la princesse avec ses propos charmants et ses bouts rimés.

Jean-Pierre Claris de Florian

En septembre 1784

La marquise de Lage de Volude, une des dames de la princesse de Lamballe, écrit ceci à propos d’elle dans un billet adressé à Madame de Polastron :

« J’ai été hier à la Comédie Italienne, ma chère amie. J’y ai vu Mme de Lamballe avec Mme de Las-Cases. Elle n’avait pas mis de rouge et de loin elle était d’une pâleur horrible. »

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 7 Lambal36

Dans la nuit du 23 au 24 décembre 1784

Marie-Thérèse manque mourir dans un incendie criminel déclenché dans les combles de l’hôtel de Toulouse au-dessus de son antichambre. Les dégâts sont importants, les toitures de cette aile et le garde-meuble sont partis en fumée.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est lhotel-de-Toulouse.jpg.
L’hôtel de Toulouse, actuel siège de la Banque de France

En 1785

L’aventurière Jeanne de La Motte qui a organisé l’Affaire du collier pour détourner les 1 600 000 livres de pierres qui composent le fameux bijou est jugée, marquée au fer rouge et enfermée à la Salpêtrière…  On sait que la Princesse de Lamballe a cherché à visiter Jeanne de La Motte (pour l’aider à son évasion??? ) et qu’on l’a accueillie en ces mots :

« Madame de La Motte a été condamnée à être enfermée, pas à vous recevoir»

Mais demeure le mystère de la raison de cette visite. Était-ce en tant qu’émissaire de la Reine qui voulait prendre des nouvelles de la néfaste voleuse?

En juin 1785

Désillusionnée et désespérée, la princesse de Lamballe finit par accepter de se faire ausculter par le docteur Seiffert, médecin consultant du comte d’Artois, répertorié dans l’Almanach Royal (édition de 1785 pour l’extrait) sous le nom de «Seiffer» :

Lamballe - La maladie de la princesse de Lamballe Seiffe10

Le docteur Seiffert est un homme de la philosophie des Lumières, disciple de la science et de la franc-maçonnerie, qui rêve le bonheur de l’humanité. Bien que d’esprit républicain, ce bourru philanthrope se passionne pour le cas médical de la princesse. Devançant la psychanalyse, il veut creuser sa psychologie afin d’aider Marie-Thérèse à trouver l’origine de sa constitution maladive. Il comprend que sa pathologie conjugue une forme atypique d’épilepsie avec un  dérèglement nerveux : 

« La maladie de la princesse qui jusqu’ici a été comptée parmi les maladies épileptiques appartient d’après mes observations aux maladies léthargiques […]. Et ce que je suis à même de déterminer à l’avance, c’est que le mal après deux mois de soins diminuera graduellement comme il a progressé par degrés, de telle sorte que je pourrai calculer par anticipation le jour de la guérison et l’annoncer à la malade pour la rassurer.»

Jean-Geoffroy Saiffert

Le diagnostic semble hasardeux, mais il est précis et tient en une ligne : «léthargie chronico-périodique précédée de convulsions orageuses et cataleptiques.» Selon lui, cet état vient en partie d’une grosseur située vers le pancréas qu’il convient de résorber.

Et le voici qui annonce à Marie-Thérèse que si elle suit son traitement et accepte de le voir quotidiennement, elle devrait être guérie onze mois plus tard.

Cet optimisme est quelque peu présomptueux.

Car si l’on approche du pancréas, on peut imaginer que le mal de la princesse y touche carrément… et qu’il puisse s’agir d’un diabète que l’on soignerait aujourd’hui à l’insuline. Qui dit diabète suggère hyperglycémie, certes, mais il y a aussi les hypoglycémies qui me semblent être le problème clef du mal de la princesse. Sans être purement épileptique, une personne diabétique peut atteindre un seuil épileptique par le biais d’hypoglycémies qui peuvent être le fruit de toute sorte de méfaits : le régime, pensera-t-on d’abord, mais les émotions bonnes ou mauvaises, qui perturbent la régularité de l’âme, la météorologie tant céleste que cordiale peut créer ces méfaits dans l’organisme.
Ainsi, la princesse de Lamballe que l’on taxait jusqu’alors de sensiblerie exacerbée et agaçante, voire ridicule, ne souffre-t-elle que d’une importante hypersensibilité qui la rend sujette à des malaises, qui paraissent anodins alors qu’ils sont très graves surtout avec les soins de l’époque …

Si le docteur Saiffert approche du diagnostic, il n’en perçoit cependant pas la clef et j’ignore s’il aurait pu soigner Marie-Thérèse du diabète ni de l’épilepsie. Au Moyen-Âge on aurait peut-être brûlé la princesse, de par , disait-on, sa proximité avec Dieu. 

Le 28 juin 1785

Une lettre que Marie Antoinette écrit à la marquise de la Lage de Volude, amie et protégée de la Princesse, évoque ceci :

« Je crois que vous faite très bien, Madame, de cacher à Mme de Lamballe, l’état de son frère : puisque vous avez envoyé au château de Douai, il vaut toute autant attendre les nouvelles avant de lui en rien dire. Je serai charmée de la voir ce soir et je ne lui parlerai de rien. J’étois à table quand j’ai reçu votre courrier ; mais je ne veux pas l’arrêter d’avantage. Soyez bien persuadée, Madame, de toute mon amitié.»

Cette lettre arrivera à destination deux jours après la mort du prince de Carignano, Eugenio, le 30 juin 1785.

 

Marie Sabouret est la princesse de Lamballe dans Si Versailles m’était conté (1954) de Sacha GuitryL’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Si-Versailles-metait-conte-la-princesse-de-Lamballe-2-1024x780.jpg.

Le 30 juin 1785

Décès du frère bien-aimé de la princesse, Eugène-Marie de Carignan (1753-1785) à Domart en Picardie, auteur d’une branche encore représentée, il avait obtenu le grade de Colonel de Régiment qu’il a baptisé «de Savoie Carignan». En garnison à Saint-Malo, il y avait épousé Elisabeth Anne Magon de Lalande de Boisgarin.

Lamballe - La maladie de la princesse de Lamballe Lambal12
Eugène-Marie de Carignan

Le 27 octobre 1785

Le comte d’Artois, dans une lettre adressée à la marquise de Laage de Volude , fait mention de l’état de santé fragile de la princesse de Lamballe :

« L’humeur que la princesse de Lamballe vous a témoignée ne serait pas excusable, si elle-même n’était pas aussi souffrante et si elle n’avait pas besoin de vos soins. Cette humeur vous donne une preuve entière de son amitié ; et quand même votre cœur ne vous y porterait pas, il est de votre intérêt de chercher à la conserver. Dans le fond c’est une bien bonne femme (…)».

Elle raconte à Seiffert comment elle souffre de maux de tête fréquents depuis sa plus tendre enfance :

« (…) ces douleurs diminuèrent vers l’âge de douze ou treize ans et je ne souffrais plus alors que tous les mois, à des périodes régulières. On m’assura que, dès que je serais mariée, cesseraient complètement ces douleurs de tête. Il n’en fut rien ; au contraire, après mon mariage, mes souffrances devinrent plus vives et de plus longue durée.
Mon médecin ordinaire et Tronchin me firent prendre des calmants qui ne me soulagèrent point et, au début de 1782, je commençais à avoir des défaillances et des convulsions. Je cherchais du secours chez les médecins les plus célèbres. Hélas ! C’est sans doute l’usage de leurs médicaments qui m’a précipitée dans une situation faite pour inspirer l’effroi et la tristesse à tout le monde. De deux jours l’un, l’après-midi, exactement je tombe, monsieur, tous les deux jours, après une heure, dans une attaque d’un mal qui m’est inconnu, et je reviens à moi peu à peu, mais actuellement au bout de neuf heures seulement, et je reste comme brisée. »

Voilà les impressions de Seiffert après avoir vu comment la princesse tombe dans un état de léthargie absolue :

« Vers une heure cinq minutes, elle devint pâle comme la mort, son pouls tomba jusqu’à soixante-cinq pulsions ; à une heure dix minutes, ses paupières se fermèrent, après s’être abaissées trois fois de suite ; puis il se produisit des spasmes précipités des muscles des yeux, auxquels succédèrent de violentes secousses convulsives de tout le corps. Elle tenait la bouche strictement fermée, et je n’ai point remarqué qu’il s’en échappât le moindre filet de salive, contrairement à ce qui s’observe dans l’épilepsie. »

Yolande de Polignac – Marie-Antoinette Antoinetthologie
La princesse de Lamballe (Gabrielle Lazure), la duchesse de Polignac ( Claudia Cardinale)
et Marie-Antoinette (Jane Seymour) au hameau de Trianon dans Les Années Lumières (1989) de Robert Enrico
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 3 Prince32

Le 28 octobre 1786

La princesse de Lamballe quitte, au profit de Madame (la comtesse de Provence) qui en prendra possession le lundi 2 février 1787, son nouvel appartement du rez de chaussée du pavillon de la surintendance de l’Aile des Princes du château de Versailles, donnant sur la rue de la surintendance.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1238741_571024869626659_1634324834_n-copie-785x1024.jpg.
Marie-Antoinette

Le 21 novembre 1786

Marie-Antoinette visite le nouvel appartement de la princesse de Lamballe :  cet appartement se trouve dans l’Aile des Princes, au rez-de-chaussée, donnant sur le parterre du Midi. Les changements demandés par la princesse de Lamballe sont la démolition d’une cloison pour former une grande salle à manger, la démolition et la reconstruction d’un petit escalier, le changement d’un plancher et dans des raccommodements de lambris dans le salon et la salle à manger, le parquet des deux pièces citées précédemment, et enfin la pose de glaces.

Résultat de recherche d'images pour
Gabrielle Lazure est la princesse de Lamballe dans Les Années Lumières (1989) de Robert Enrico 
 
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 5 Unknow21
Portrait de femme à la robe aux rubans gris, dit portrait de la princesse de Lamballe,
attribué à Elisabeth Vigée Le Brun
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-hameau-amies-1024x682.jpg.Mesdames d’Artois, de Provence, de Polignac, de Lamballe , Vigée Le Brun et de Bourbon

En janvier 1787

Dans la biographie sur la duchesse de Devonshire d’Amanda Foreman (1998), on apprend que la princesse de Lamballe aurait entamé une campagne de diffamation contre madame de Polignac en faisant insérer dans le Courrier de l’Europe de janvier/février 1787 la nouvelle que Madame de Polignac serait tombée en disgrâce auprès de Marie-Antoinette… Alors le duc de Dorset (1745-1799), ambassadeur et amant de Georgiana (1757-1806), lui aurait demandé si Sheridan (1751-1816),le Beaumarchais anglais, pouvait écrire quelques articles en faveur de Madame de Polignac.

Paris July 25th 1787

« I am sorry that the Princesse de Lamballe is not likely to succeed with you, my dearest Duchess, but however I do assure you she is an amazing good natur’d creature. Il est vrai qu’elle est un tant soit peu bête, but that is not her fault. I hope par charité you will be civil to her and she may be of service to you here whenever you wish to recommend an awkward Englishman.»

Duc de Dorset à Georgiana, duchesse de Devonshire

Georgiana Cavendish — Wikipédia

En novembre 1786

Afin de se rapprocher de Ses enfants, la Reine installe Sa fille , Madame Royale et Son fils aîné, le Dauphin, dans l’appartement de Monsieur et de Madame. En conséquence, le couple princier doit céder la place et prendre possession des nouveaux appartements que le Roi leur octroie : c’est celui de la princesse de Lamballe qu’on destine à Madame.

La princesse déménage donc pour un autre appartement, plus petit, au rez-de-chaussée de l’aile des Princes, sur les parterres.

Le Salon Vert du château de Fontainebleau

( texte et photographies de Christophe Duarte ; Fontainebleau , la vraie demeure des Rois )

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fontainebleau-Le-Salon-Vert-1-1024x678.jpg.

Cette pièce est le Second Salon de Madame de Lamballe en 1786 puis Salon des Nobles de Madame Elisabeth en 1791. Le Cardinal Fesch en fera son Salon en 1804.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fontainebleau-Le-Salon-Vert-plan.jpg.

C’est en 1810 qu’est installé le très riche ensemble en bois doré par le menuisier Pierre Brion, couvert de son velours vert.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fontainebleau-Le-Salon-Vert-2-1024x678.jpg.

Cet ensemble est complété par un guéridon en acajou de Jacob-Desmalter.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fontainebleau-Le-Salon-Vert-3-1024x678.jpg.

1789

La Révolution gronde et la Reine commence à prendre conscience de Ses erreurs. Elle se fait plus sage et se rapproche à nouveau de la princesse.

Le 8 avril 1789

Marie-Thérèse et Etiennette de Laage de Volude vont rendre visite au Dauphin à Meudon.

Madame de Laage note dans ses mémoires :

« Quand nous sommes arrivées, on lui faisait la lecture. Il avait eu la fantaisie de se faire coucher sur un billard, on y avait étendu des matelas. Nous nous regardâmes, la princesse et moi, avec la même idée, que cela ressemblait au triste lit de parade après leur mort. »

Madame de Lamballe ayant demandé au petit malade quel livre il lisait à ce moment : « Un moment fort intéressant de notre histoire, madame, le règne de Charles VII ; il y a bien là des héros ! » Je me permis de demander si Monseigneur lisait de suite ou les morceaux les plus frappants. « De suite, Madame, je n’en connais pas assez long pour choisir, et tout m’intéresse. » Et ses beaux yeux mourants se tournaient vers la princesse, en lui disant cela.»

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est chambre-de-Louis-Joseph-zoom-1024x685.jpg.Le Dauphin Louis-Joseph dans son fauteuil roulant

Le 21 avril 1789

La princesse de Lamballe se rend en grand secret  avec son cousin, Henri de Hesse-Rheinfels, et Etiennette de Laage de Volude aux Petits-Carmes pour assister incognito depuis une tribune à une réunion de députés.
Etiennette écrit à sa mère :

« Nous avons tiré les rideaux car les vilains étaient bien capables de nous chasser. […] Nous sommes restés trois heures et  nous sommes partis parce qu’ils faisaient un tapage infernal.»

Le 5 mai 1789

Ouverture des États-Généraux à l’hôtel des Menus Plaisirs à Versailles.

La Reine se rend à la salle escortée par les Gardes du Corps du Roi, et accompagnée dans sa voiture par la comtesse de Provence, Madame Elisabeth, Mesdames Adélaïde et Victoire et par la princesse de Chimay sa Dame d’Honneur. La duchesse d’Orléans, la duchesse de Bourbon, la princesse de Conti et la princesse de Lamballe, en robes de Cour et somptueusement parées, se rendent à la salle de l’assemblée dans leurs voitures et prennent place dans les tribunes derrière le Roi.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 5_mai_10-300x72.jpg.

Les fastes de l’Ancien régime vivent là leurs dernières heures.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MarieAntoinette1789-743x1024.jpg.
Marie-Antoinette dans Sa dernière parure royale

Louis XVI fait un discours dans lequel il fait preuve d’excellentes intentions et donne de bonnes promesses.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Ouverture-des-Etats-Generaux-1024x568.jpg.

Y sont réunis tous les protagonistes de la révolution future…

Le 4 juin 1789

Mort du Dauphin, Louis-Joseph-Xavier-François, à Meudon.

04 juin 1789: Mort du Dauphin Louis Joseph Xavier - Le blog de Louis XVIMort du Dauphin dans le film Les Années Lumières (1989)

Le 20 juin 1789

Serment du Jeu de paume

Reproduction du Tableau LE SERMENT DU JEU DE PAUME de Jean Louis DAVID | Jeu  de paume, Le serment, Jean louis davidTableau de Jacques-Louis David

Le 14 juillet 1789

Prise de la Bastille.

Comment la prise de la Bastille est-elle racontée par Jules Michelet ? – Un  Texte Un Jour

Le 16 juillet 1789

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Depart-Polignac-1-1024x819.jpg.

Marie-Antoinette demande à Madame de Polignac de quitter Versailles et de partir pour l’étranger. Ce qui favorise le rapprochement d’avec Sa chère Lamballe.


Gabrielle Lazure et Jane Seymour ( Marie-Antoinette) dans Les Années Lumières (1989)

Image de Marie-Antoinette (2007) de Sofia Coppola

Le 4 août 1789

Abolition des privilèges.

4 août 1789 - Abolition des privilèges et des droits féodaux ...
La Nuit du 4 août 1789, gravure de Isidore Stanislas Helman (BN)

Le 7 août 1789

Marie-Thérèse écrit à Etiennette de Laage de Volude :

« Hélas, ma chère cousine, nous sommes dans la narchie [sic] la plus affreuse. Quelque plaisir que j’ai à vous voir, je ne vous conseille pas de venir cet hiver. Paris n’est plus qu’une affreuse habitation, actuellement tout le monde s’en va en pays étranger.»


Portrait présumé de la princesse de Lamballe

Le 26 août 1789

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 — Wikipédia

En septembre 1789

A la suite d’une rumeur qui prétend que le Trésor est épuisé, l’Assemblée nationale en appelle aux «dons patriotiques». Fortaire raconte que Penthièvre et sa belle-fille décident d’envoyer leur vaisselle de vermeil et d’argent à l’hôtel de la Monnaie pour être fondue. Marie-Thérèse, qui n’est pas d’humeur à se dépouiller,  écrit à Toscan, l’intendant de son hôtel de Versailles :

« Il faut que vous disiez à Emy de rassembler toute celle que je possède, que vous ferez estimer par Auguste et vous la ferez porter à la Monnaie. […] En attendant, vous la ferez serrer pour qu’il n’en paraisse point chez moi. Il va sans dire que les couverts, ni les cuillers à ragoût et deux ou trois casseroles d’argent que j’ai fait faire dernièrement pour la cuisine, lorsque j’ai été empoisonnée*, n’entreront point dans la vaisselle qui sera portée à la Monnaie.»

*La princesse a été gravement intoxiquée par le vert-de-gris de casseroles de cuivre, et l’on a redouté un temps qu’il s’agisse d’un empoisonnement cri:minel.

Le 1er octobre 1789

Fête des gardes du corps du Roi en l’honneur du régiment de Flandres à l’Opéra de Versailles en présence de la famille royale.

Banquet des gardes du corps et du régiment flamand le 1er octobre 1789 dans la salle de l’Opéra du château de Versailles
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1er-octobre-1789-15-1-1024x640.jpg.
Le 1er octobre 1789 dans Les Années Lumières (1989)L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1er-octobre-1789-10-1024x640.jpg.

Le peuple croit à une orgie antidémocratique…

Le 5 octobre 1789

Des femmes du peuple venues de Paris marchent sur Versailles pour demander du pain.

LES ACTEURS DE LA REVOLUTION : MARIE-ANTOINETTE, REINE DE FRANCE ...

La famille royale se replie dans le château…

Le 6 octobre 1789

Vers cinq heures du matin, les appartements privés sont envahis. La Reine s’échappe en jupon par une porte dérobée.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Matin-du-6-octobre-1789.jpg.

Plus tard, Sa présence est réclamée par la foule. Elle va au-devant du peuple, courageuse, au mépris de Sa vie.

La princesse de Lamballe – Marie-Antoinette Antoinetthologie
Gabrielle Lazure  interprète Marie-Thérèse de Lamballe
dans Les Années Lumières de Robert Enrico (1989)

La famille royale est ramenée de force à Paris.

Elle s’installe aux Tuileries et un semblant de vie de Cour se met en place.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-Delannoy-Les-Tuileries-1024x747.jpg.

Le 7 octobre 1789

Vers neuf heures du soir, un courrier de la Reine porte à Marie-Thérèse et les siens qui sont au château d’Eu  les événements des jours précédents. La princesse n’hésite pas :

« Il faut que je parte sur le champ.»

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 5 168_me10
Ce portrait connu ne serait pas celui de la princesse de Lamballe… 

Le 8 octobre 1789

En passant par Abbeville pour relayer, la princesse arrive à Paris le soir.

Le 9 octobre 1789

Marie-Thérèse rejoint la famille royale dans sa nouvelle résidence, le palais des Tuileries.   Son appartement se trouve au rez de chaussée du Pavillon Flore.

La vie de la famille royale aux Tuileries - Page 2 Pavill10

La princesse de Lamballe occupe cet appartement à partir du 8 octobre 1789. Il donne, à la fois, sur le jardin et sur le pont royal. Il est sur le même niveau que celui de la Reine, au rez-de-chaussée. La princesse de Lamballe surnomme, son appartement, « son donjon ».   Il dispose de cinq fenêtres sur le jardin et de deux fenêtres sur les quais et sur le pont royal.

La princesse de Lamballe reçoit, trois fois par semaine, à son thé, les épouses des fonctionnaires.   Elle donne de brillantes soirées où l’on constate la présence d’officiers de la garde nationale. Ces soirées rencontrent un franc succès et la foule s’y presse.

« La Reine y assiste quelquefois, mais y reste peu et rentre dans Son intérieur, où elle s’entretient avec quelques dames de tout ce qui concerne Sa position. Toute la noblesse, restée à Paris, se fait un devoir de se présenter assidûment chez le Roi ; aussi l’affluence était-elle considérable aux Tuileries.»

Mémoires du comte de Paroy

La Princesse reste l’un des derniers soutiens de la Reine et leur amitié s’en trouve renforcée.

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 7 An005810
Médaillon en céramique biscuit de Josiah Wedgwood  réalisé en 1790 à la manufacture Étrurie (Staffordshire, Angleterre)

Le 14 juillet 1790

 Fête de la Fédération.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fete-de-la-Federation-1-1024x640.jpg.La Fête de la Fédération dans Les Années Lumières de Robert Enrico (1988)

Le 28 novembre 1790

Marie-Thérèse est de retour à Paris avec son beau-père et Adélaïde d’Orléans. Elle reprend son service aux Tuileries et le duc de Penthièvre vient chaque jour faire sa cour à Louis XVI et Marie-Antoinette.

Le 3 décembre 1790

Le duc de Penthièvre voit Louis XVI pour la dernière fois de sa vie. Le vieillard dont la santé s’affaiblit ne veut plus rester dans cette ville en agitation. Il prend la route d’Eu le 5 décembre.

En avril 1791

Adélaïde d’Orléans était retournée au Palais-Royal dans l’espoir d’y retrouver ses enfants mais elle décide de rejoindre son père, accompagnée de sa fidèle dame d’honneur la marquise de Chastellux, se retire en Normandie auprès de son père, et s’établit à ses côtés afin de s’occuper de lui. Elle charge alors Marie-Thérèse de porter au duc d’Orléans sa lettre demandant la séparation.

En juin 1791

La Reine l’informe de sa fuite et lui enjoint de quitter la France. la Princesse avait envisagé son départ par Dieppe et Londres, munie d’un passeport en règle.

Le 20 juin 1791

Évasion de la famille royale.

La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes Louis_55

Le 21 juin 1791

 Le Roi et la Reine sont arrêtés à Varennes.

Chez l’épicier Sauce à Varennes, par Prieur

Le 25 juin 1791

La famille royale rentre à Paris sous escorte.

Madame de Lamballe émigre en Angleterre puis en Allemagne. Elle apprend, navrée, l’arrestation de la famille royale à Varennes.

La Princesse et la Reine échangent alors une abondante (?) correspondance dans laquelle la Reine réaffirme ses sentiments d’affection envers la princesse.

Lettre collective de Louis XVI et de Marie Antoinette à la princesse de Lamballe, qui date du 30 juin 1791:
De la main du Roi

« Je vous envoie un exprès, Madame ma chère cousine, pour vous rassurer à notre égard. Ce que vous marquez à la Reine sur l’état de M. de Penthièvre ne peut que nous faire de la peine. Ce sera me faire plaisir que de nous en donner souvent des nouvelles. Mais restez avec M. de Penthièvre.
Louis »

De la main de la Reine

« J’espère, ma chère Lamballe, que vous vous rendrez à ce mot du Roi. Je vous ai dit et je vous répète que je vous aime autant de loin que de près. Pour vous il est mieux que vous soigniez cette santé ; pour moi il sera mieux de jouir de vous en bonne santé que de souffrir à vous voir souffrir. Vous voyez que c’est par égoïsme que j’agis. Nous sommes revenus assez bien portants. Le Roi est fort calme. Mes enfants n’ont pas du tout souffert. Je ne puis rien vous dire sur tout ce qui s’est passé, que vous ne sachiez entièrement par la voix publique. Adieu, mon cher cœur ; j’ai besoin de votre tendre amitié, et la mienne est à vous depuis que je vous ai vue. Dites le bien à M. de Penthièvre de se rassurer, et soignez-vous tous les deux. Je vous embrasse.
Marie Antoinette. »


La princesse de Lamballe par Hensius, 1791.

Le 6 juillet 1791

La princesse dîne à Bruxelles, chez les Sullivan, en compagnie d’Axel de Fersen. On ne parle que de bêtises et de commérages selon les dires du suédois…

À la fin de l’été 1791

La princesse de Lamballe est chargée par Marie-Antoinette d’une mission – dont on ignore les motifs – à Aix-la-Chapelle, où elle se rend en effet. Elle y mène la vie oisive et agréable des émigrés.


Image de Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola

C’est là que vient la trouver un message de Marie Antoinette la rappelant à Paris. Mais aucune de ces belles lettres apocryphes citées par les biographes de la princesse. Il y a en effet fort à parier qu’elles sortent tout droit de l’imagination de Feuillet de Conches…

En septembre 1791

Marie-Thérèse rejoint Paris en septembre 1791, et ne quittera plus son amie.

Le 15 octobre 1791

Mue par un pressentiment, elle y dicte ses dernières volontés, nommant le marquis de Clermont-Gallerande son exécuteur testamentaire.

 « La Reine me désire, je dois vivre ou mourir pour Elle ! »


La princesse de Lamballe par Charles Leclercq à l’époque des Tuileries

Fin 1791

La Reine suppliait la Princesse de ne pas revenir à Paris, mais cette dernière, craignant pour la sécurité de ses biens menacés par les lois en préparation sur les biens d’émigrés, et aussi par dévouement, rentre à Paris, reprenant ses fonctions de surintendante aux Tuileries.

Selon une thèse défendue par Olivier Blanc, la princesse de Lamballe émarge sur les fonds secrets du ministère des Affaires étrangères. Son passeport d’avril 1791 avait été délivré par le ministre de Montmorin.

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 3 2013gh10
La princesse de Lamballe par Pierre Adolphe Hall

La presse révolutionnaire relaie bientôt une dénonciation lancée contre Madame de Lamballe par le comité de surveillance de l’Assemblée législative. On lui reproche d’avoir coordonné ou encouragé les activités du « Comité autrichien » et financée par les fonds de la Liste civile.

Portrait of Princess De Lamballe par Elisabeth Louise Vigée Le ...
Portrait présumé de la princesse de Lamballe

Ce comité permet de peser dans les délibérations des comités révolutionnaires, de se rallier certains gens de plume et de faire retarder le vote du décret de déchéance. Ce qu’on appelle encore les « conciliabules de la Cour » est avéré par de nombreuses pièces originales découvertes dans l’armoire de fer. Elles mettent en cause un certain nombre d’individus qui ont effectivement reçu de l’argent de la Cour et qui se sentent soudain menacés par des témoins, tels que l’Intendant de la Liste civile Arnault de Laporte ou la princesse de Lamballe.

3 septembre 1792 : Le pubis de la princesse de Lamballe sert de ...

Le 29 octobre 1791

La princesse prend la route depuis Aix-la-Chapelle seule et modestement vêtue !!!! elle arrive aux Tuileries et loge au Pavillon de Flore près des appartements de la Reine…. son retour est annoncé dans les journaux.

Du 14 au 18 Novembre 1791

Elle se rend à Anet pour voir Penthièvre, bien malade.

Fin novembre 1791

Elle rentre à Paris et rouvre son salon.

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 4 1791_p10
Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 4 Lambal17

En mars 1792

Le duc d’Orléans tente de se rapprocher de la Cour. Il veut que ses fils paraissent chez la princesse de Lamballe, sa belle-sœur. Il espère ainsi savoir par eux ce qu’il s’y passe. Mais ils n’en sont pas moins suspects à la princesse de Lamballe, qui ne les reçoit qu’avec une sorte d’embarras. Ils s’en plaignent à leur père. Etant taxée d’animer un comité autrichien par le duc d’Orléans, elle dédaigne pendant quelques temps ces clameurs. Mais s’apercevant qu’elles prennent de plus en plus de consistance, elle prend celui de fermer entièrement sa maison, et de ne plus recevoir personne à l’exception de la Famille Royale.

Le 20 juin 1792

Le peuple des faubourgs, encadré par des gardes nationaux et ses représentants, comme le brasseur Santerre (10 à 20 000 manifestants selon Roederer), pénètre dans l’assemblée, où Huguenin lit une pétition. Puis elle envahit le palais des Tuileries.

La foule envahit les Tuileries pour faire lever le veto.

20 juin 1792 - La journée du 20 juin 1792  800px-13
Le peuple de Paris pénétrant dans le palais des Tuileries le 20 juin 1792 par Jan Bulthuis, vers 1800

Escalier monumental des Tuileries (avant sa destruction)
20 juin 1792 - La journée du 20 juin 1792  800px-15

« Avec le courage passif qui est le sien », selon Michel Vovelle, le Roi subit sans faiblir pendant deux heures le défilé de la foule, accepte de coiffer le bonnet phrygien et boit à la santé de la Nation pour faire passer les paroles de Legendre :

« Monsieur, vous êtes un perfide, vous nous avez toujours trompés, vous nous trompez encore », mais refuse de retirer son veto comme de rappeler les ministres girondins, invoquant la loi et la constitution.

20 juin - La journée du 20 juin 1792  20_jui10
Le dévouement de Madame Élisabeth, prise par la foule pour la Reine, elle ne les détrompe pas
pour donner à sa belle-sœur la possibilité de se réfugier et de sauver Sa vie.

La Reine n’a pu parvenir jusqu’au Roi ; elle est dans la salle du conseil et on avait eu de même l’idée de la placer derrière la grande table, pour la garantir autant que possible de l’approche de ces barbares …  les révolutionnaires passent devant Elle afin de L’observer :

20 juin 1792 - La journée du 20 juin 1792  Ivr11_10
20 juin 1792 - La journée du 20 juin 1792  222ff210
On voit bien que l’auteur de cette peinture s’est inspiré d’un buste de Marie-Antoinette (celui de Lecomte) pour La représenter

Elle avait attaché à sa tête une cocarde aux trois couleurs qu’un garde national lui avait donnée. Le pauvre petit dauphin était, ainsi que le roi, affublé d’un énorme bonnet rouge. La horde défila devant cette table ; les espèces d’étendards qu’elle portait étaient des symboles de la plus atroce barbarie. Il y en avait un qui représentait une potence à laquelle une méchante poupée était suspendue ; ces mots étaient écrits au bas : Marie Antoinette à la lanterne. Un autre était une planche sur laquelle on avait fixé un cœur de bœuf, autour duquel était écrit : cœur de Louis XVI. Enfin un troisième offrait les cornes d’un bœuf avec une légende obscène.
L’une des plus furieuses jacobines qui défilaient avec ces misérables s’arrêta pour vomir mille imprécations contre la reine.
Sa Majesté lui demanda si elle l’avait jamais vue : elle lui répondit que non ; si elle lui avait fait quelque mal personnel : sa réponse fut la même mais elle ajouta :

« c’est vous qui faites le malheur de la nation.
– On vous l’a dit, reprit la reine ; on vous a trompée. Epouse d’un roi de France, mère du dauphin, je suis française, jamais je ne reverrai mon pays, je ne puis être heureuse ou malheureuse qu’en France ; j’étais heureuse quand vous m’aimiez».
Cette mégère se mit à pleurer, à lui demander pardon, à lui dire : «c’est que je ne vous connaissais pas ; je vois que vous êtes bien bonne».

20 juin 1792 - La journée du 20 juin 1792  20_jui10

Mesdames de Lamballe, de Tarente, de La Roche-Aymon, de Mackau entourent alors la Reine, ainsi que Madame de Tourzel qui souligne dans ses Mémoires :

« La Reine était toujours dans la chambre du Roi, lorsqu’un valet de chambre de Mgr le Dauphin accourut tout hors de lui avertir cette princesse que la salle était prise, la garde désarmée, les portes de l’appartement forcées, cassées et enfoncées, et qu’on le suivait.
On se décida à faire entrer la Reine dans la salle du Conseil, par laquelle Santerre faisait défiler sa troupe pour lui faire quitter le château. Elle se présenta à ces factieux au milieu de ses enfants, avec ce courage et cette grandeur d’âme qu’elle avait montrés les 5 et 6 octobre, et qu’elle opposa toujours à leurs injures et à leurs violences.
Sa Majesté s’assit, ayant une table devant elle, Mgr le Dauphin à sa droite et Madame à sa gauche, entourée du bataillon des Filles-Saint-Thomas, qui ne cessa d’opposer un mur inébranlable au peuple rugissant, qui l’invectivait continuellement.
Plusieurs députés s’étaient aussi réunis auprès d’elle.
Santerre fait écarter les grenadiers qui masquaient la Reine, pour lui adresser ces paroles :

« On vous égare, on vous trompe, Madame, le peuple vous aime mieux que vous le pensez, ainsi que le Roi ; ne craignez rien.
Je ne suis ni égarée ni trompée, répondit la Reine, avec cette dignité qu’on admirait si souvent dans sa personne, et je sais (montrant les grenadiers qui l’entouraient) que je n’ai rien à craindre au milieu de la garde nationale ».
Santerre continua de faire défiler sa horde en lui montrant la Reine. Une femme lui présente un bonnet de laine ; Sa Majesté l’accepte, mais sans en couvrir son auguste front. On le met sur la tête de Mgr le Dauphin, et Santerre, voyant qu’il l’étouffait, le lui fait ôter et porter à la main.
Des femmes armées adressent la parole à la Reine et lui présentent les sans-culottes ; d’autres la menacent, sans que son visage perde un moment de son calme et de sa dignité.
Les cris de «Vivent la Nation, les sans-culottes, la liberté ! à bas le veto !» continuent.
Cette horde s’écoule enfin par les instances amicales et parfois assez brusques de Santerre, et le défilé ne finit qu’à huit heures du soir.
Madame Elisabeth, après avoir quitté le Roi, vint rejoindre la Reine, et lui donner de ses nouvelles.
Ce prince revint peu après dans sa chambre, et la Reine, qui en fut avertie, y entra immédiatement avec ses enfants.
»

Vers dix heures du soir

Pétion et les officiers municipaux font évacuer le château.

Même s’il a subi une humiliation, Louis XVI a fait échouer la manifestation, par son obstination imprévue et sa fermeté tranquille, et il se tient désormais sur ses gardes.
Surtout, elle renforce l’opposition royaliste, le déchaînement de la foule et le courage du Roi suscitant un courant d’opinion en sa faveur. Des départements parviennent à Paris adresses et pétitions pour dénoncer la manifestation, même si de nombreux clubs envoient des pétitions hostiles au Roi.
Pétion est suspendu de ses fonctions de maire.

Louis XVI conserve sa détermination à défendre la Constitution en espérant un sursaut de l’opinion en sa faveur, ce qui se manifeste le 14 juillet, troisième fête de la fédération, étant l’objet de manifestations de sympathie.

Le 11 juillet 1792

«La patrie en danger».

Le 20 juillet 1792

La sentence prononcée en 1786 contre madame de La Motte_qui vient de mourir à Londres_est cassée.

Il s’agit d’une mise en accusation indirecte de la Reine.

Le 25 juillet 1792

Signature du manifeste de Brunswick

Le 10 août 1792

La journée du 10 août commence en réalité dans la nuit du 9 au 10 août. En pleine nuit, le tocsin sonne au couvent des Cordeliers. Une heure plus tard, toutes les églises de Paris répondent au signal donné par Danton. Ce sont les quarante-huit sections de Paris, dont les révolutionnaires se sont rendus maîtres. Danton lance alors les sections parisiennes à l’assaut de l’hôtel de Ville, met à la porte la municipalité légale et y installe sa «commune insurrectionnelle», qui s’effondrera le 9 thermidor avec Robespierre.


Geneviève Casile, Marie-Antoinette (1976), observe le ciel rouge de Paris ce matin-là…

La Reine et Madame de Lamballe (Corinne Le Poulain) dans Marie-Antoinette (1976) de Guy-André Lefranc

Le deuxième acte se joue alors. Le commandant de la garde Nationale, Galliot de Mandat, favorable à Louis XVI, est convoqué à l’hôtel de ville. C’est un piège. Dès qu’il y pénètre, il est assassiné. Son corps est jeté dans la seine, et sa tête, plantée sur une pique. Santerre, le roi des faubourgs, le remplace.

Les Tuileries constituent le dernier objectif. Pour défendre le palais, le Roi peut compter sur ses mille à mille deux cents gardes Suisses, sur trois cents chevaliers de Saint louis, sur une centaine de nobles et de gentilshommes qui lui sont restés fidèles. La Garde nationale est passée dans le camp adverse. Seul le bataillon royaliste des «filles de Saint Thomas» est demeuré fidèle au souverain.

Roederer, le «procureur syndic du département» convainc le Roi de se réfugier à l’assemblée Nationale avec sa famille. Ceux qui ne font pas partie de la famille royale ne sont pas autorisés à les accompagner.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 10-aout-92-1024x768.jpg.La famille royale juste avant le départ des Tuileries : à l’arrière-plan on devine le combat des soldats contre les émeutiers… Mesdames de Lamballe et de Tourzel sont auprès du Roi et de la Reine.

Les Tuileries sont envahies par la foule. On craint pour la vie de la Reine. Le Roi décide de gagner l’Assemblée nationale. Il est accompagné par sa famille, Madame Élisabeth, la princesse de Lamballe, la marquise de Tourzel, ainsi que des ministres, dont Étienne de Joly, et quelques nobles restés fidèles.

La foule envahit le palais des Tuileries et la princesse suit la Famille Royale qui se réfugie à l’Assemblée législative.

           
  Images d’Un Peuple et son Roi (2018) de Pierre Schoeller .
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Un-peuple-et-son-Roi-le-10-aout-1792.jpg.
Un Peuple et son Roi (2018) de Pierre Schoeller
lumière - Film - La Révolution Française : les années lumière, les années terribles Al1010
Images des Années Lumières (1989) de Robert Enrico

Louis XVI. en proie à la plus vive anxiété, se réfugie avec sa famille au sein de l’assemblée, où il entre en disant :

« Je suis venu ici pour éviter un grand crime qui allait se commettre. »

C’est alors qu’est prononcée la déchéance du Roi et décidée son incarcération au Temple.

La foule envahit la cour du château et cherche à gagner les étages supérieurs.

Portraits de Marie-Antoinette par Joseph Navlet Joseph14
La Prise des Tuileries , par Joseph Navlet

Revenu dans le château, Bachmann demande un ordre précis du Roi, et cet ordre ne venant pas, il organise la défense des Gardes suisses qui font face à l’envahissement des émeutiers.

Journée du 10 août 1792 — Wikipédia
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Un-peuple-et-son-Roi-lassaut-des-Tuileries-1.jpg.
Images du film « Un peuple et son Roi »L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Un-peuple-et-son-Roi-lassaut-des-Tuileries-2.jpg.
The bedroom of Marie Antoinette at the Tuileries on August 10th, 1792.
Saccage de la chambre de la Reine aux Tuileries

Le Roi est suspendu de ses fonctions.

Le 13 août 1792

Selon Madame de Tourzel, la famille royale, accueillie par Santerre, voit d’abord la cour du palais illuminée de lampions comme s’ils étaient attendus pour une fête ; on retrouve l’ambiance des grands couverts qui rythmaient la vie de Cour à Versailles et aux Tuileries…

Charles-Eloi Vial

Après un splendide dîner servi dans l’ancien palais du comte d’Artois ( où la famille royale espère encore être logée) , la messe est dite dans un salon. Après avoir visité les lieux, Louis XVI commence à répartir les logements.

“[After 1791] Their Majesties did not perform their Easter devotions in public, because they could neither declare for the constitutional clergy, nor act so as to show that they were against them.
The Queen did perform her Easter devotions in 1792;...

A onze heures du soir 

Alors que le Dauphin est gagné par le sommeil et que madame de Tourzel est surprise d’être emmenée en direction de la Tour, le Roi  comprend qu’il a été joué par la Commune.

Pétion, qui estimait que la grande Tour était en trop mauvais état, a résolu de loger la famille royale dans la petite en attendant la fin des travaux ordonnés pour isoler la prison du monde extérieur.

Charles-Eloi Vial

La Tour qui tant frémir Marie-Antoinette, autrefois,  qu’Elle avait demandé à Son beau-frère qu’il la détruise. Était-ce un pressentiment de Sa part? 

Résultat de recherche d'images pour
La Tour du Temple

Quittant les magnifiques salons du comte d’Artois, la famille royale est emmenée dans la petite tour pour être logés dans les appartements de Jacques-Albert Berthélemy, ancien avocat archiviste de l’ordre de Malte, détenteur de cette charge depuis 1774. Il avait obtenu ce logement de fonction en 1782, où il vivait , en vieux célibataire et il n’y avait véritablement de la place chez lui que pour loger un seul maître de maison. Pour des raisons de sécurité, les domestiques héritent des pièces du bas, les plus confortables, tandis que la famille royale loge dans les parties hautes de la tour, dans des pièces à l’abandon depuis des années. Du mobilier est apporté du Garde-Meuble et du palais du Temple afin de compléter celui de l’archiviste.

Charles-Eloi Vial

La marquise est emprisonnée à la Tour du Temple. Le second étage est attribué à la Reine et Sa fille, Marie-Thérèse . Elles couchent dans l’ancienne chambre de Barthélémy. Au même étage, la princesse de Lamballe dort dans l’antichambre, la marquise de Tourzel et le Dauphin partagent à nouveau la même chambre.

Dans la nuit du 19 au 20 août 1792

On vient chercher tous ceux qui n’appartiennent pas à la Famille Royale stricto sensu. Madame de Tourzel est transférée avec la princesse de Lamballe et Pauline à la prison de la Force. La Marquise de Tourzel est sauvée par son sang froid et la compassion d’un membre de la convention, Monsieur Hardy. Louise-Elisabeth et Pauline survivent miraculeusement à cet épisode. Madame de Lamballe, Madame de Tourzel et sa fille Pauline sont réunies dans une seule cellule assez spacieuse.

« Manuel, qui ne négligeait aucune occasion de plaire au peuple souverain, voulut lui donner le plaisir de notre translation à la Force. Il nous y fit conduire à midi, dans trois fiacres escortés par la gendarmerie. Comme c’était un jour de dimanche, une foule de curieux se portèrent sur notre passage, et nous fûmes accablées d’injures pendant notre trajet de l’Hôtel de ville à la Force. Nous y entrâmes par la rue des Ballets, et nous restâmes tous dans la salle du conseil, pendant qu’on inscrivait nos noms sur le registre de madame de Hanère, concierge de cette prison. C’était une très bonne femme, qui avait avec elle une fille qui fut parfaite sous tous les rapports.
Quand nos noms furent inscrits, Pauline et moi fûmes conduites dans deux cachots de cette prison, séparés l’un de l’autre; et madame la princesse de Lamballe dans une chambre un peu meilleure. Je fis l’impossible pour ne point être séparée de ma chère Pauline; et voyant que je ne pouvais rien gagner sur le cœur endurci de nos municipaux, je leur reprochai avec la plus grande véhémence l’inconvenance de séparer de sa mère une jeune personne de son âge; et je me laissai aller à toute l’impétuosité de ma douleur sans ménager aucune de mes expressions. »

La marquise de Tourzel

Départ du Temple de la princesse de Lamballe  ( Anita Louise) dans Marie-Antoinette (1938) de Van Dyke
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est aa6bd03f6ec2739018fa4fa6e3ecde7a3cc2c529.gifv.

«  La famille royale occupa d’abord la petite tour; il n’y avait que deux chambres à chaque étage, et une petite qui servait de passage de l’une à l’autre. On y plaça la princesse de Lamballe, et la Reine occupa la seconde chambre, en face de celle de Mgr le Dauphin. Le Roi logea au-dessus de la Reine, et l’on établit un corps de garde dans la chambre à côté de la sienne. Madame Élisabeth fut établie dans une cuisine, qui donnait sur ce corps de garde et dont la saleté était affreuse. »

Mais une semaine plus tard, on vient chercher tous ceux qui n’appartiennent pas à la Famille Royale stricto sensu. Les deux amies doivent se dire adieu. La Princesse est conduite à la prison de la Force.


Cul de sac montrant au fond l’entrée de la Grande Force (rue du Roi de Sicile)
La prison de la petite Force

Initialement, Madame de Tourzel est séparée de sa fille ainsi que de la princesse de Lamballe dans l’affreuse prison de la Petite Force, mais grâce à l’intervention de Manuel, procureur syndic de la Commune de Paris, les trois dames sont réunies dans une seule cellule assez spacieuse, le 20 août 1792 .

Lamballe - Portraits de la princesse de Lamballe - Page 3 Zgrav110

« M. Hardi, car c’est ainsi que s’appelait celui à qui Pauline et moi devons la conservation de notre existence, témoin de mon désespoir, fut trouver Manuel et lui représenta que c’était une barbarie inutile de séparer la mère et la fille, et le fit consentir à nous réunir. J’étais loin de l’espérer, et je fus bien étonnée d’entendre ouvrir ma porte à sept heures du soir, et de voir entrer Manuel et Pauline dans ma chambre. Je n’ai jamais éprouvé dans ma vie de satisfaction plus vive. Nous nous jetâmes dans les bras l’une de l’autre, sans pouvoir exprimer une parole, et avec un tel sentiment, que Manuel en fut attendri. Nous lui témoignâmes ensuite notre reconnaissance avec une telle vivacité, qu’il en fut ému au point de verser quelques larmes, et il m’offrit de m’amener aussi madame de Lamballe. Quoique ce fût naturellement à nous à l’aller trouver, je ne fis aucune objection, de peur de refroidir sa bonne volonté, et je lui en témoignai le plus grand désir. Il sortit sur-le-champ pour l’aller chercher et l’amena dans ma chambre. Nous le remerciâmes de bien bon cœur; et cette bonne princesse, ne voulant plus nous quitter, demanda qu’il lui fût permis d’occuper le second lit qui était dans mon cachot. Pauline, qui vit la répugnance qu’elle avait à passer la nuit seule dans cette prison, offrit de retourner dans la sienne, et Manuel nous proposa de nous établir toutes trois, le lendemain, dans la chambre où avait été mise d’abord cette princesse, comme étant plus saine et plus commode que la mienne. Ce n’était pas difficile, car celle-ci était un vrai cachot, privé d’air, n’ayant pour toute fenêtre que trois carreaux de vitre, et d’une humidité si excessive, que je fus enrhumée pour y avoir couché une seule nuit.

Le lendemain, à huit heures du matin, Manuel vint lui-même nous conduire dans la chambre de madame de Lamballe, où nous fûmes toutes trois réunies. On nous permit de faire venir de chez nous ce dont nous avions besoin. Comme Pauline et moi n’avions rien sauvé des Tuileries, et que nous ne possédions que ce qui était dans notre cassette, nous n’abusâmes pas de la permission, et nous louâmes ce qui nous était absolument nécessaire et dont nous ne pouvions nous passer. »

Madame de Tourzel, Mémoires

Plan situant la prison de La Force

« Madame la princesse de Lamballe fut parfaite dans sa triste situation. Douce, bonne, obligeante, elle nous rendait tous les petits services qui étaient en son pouvoir. Pauline et moi étions sans cesse occupées d’elle, et nous avions au moins la consolation, dans nos malheurs, de n’avoir qu’un cœur et qu’un esprit.
Cette bonne princesse voulait qu’on lui parlât avec franchise, et sur ce que je lui disais qu’après une conduite aussi honorable que la sienne, elle ne devait plus se permettre de petits enfantillages, qui lui faisaient tort, et commencer au contraire une nouvelle existence, elle me répondit avec douceur qu’elle en avait déjà formé la résolution, ainsi que celle de revenir à ses principes religieux, qu’elle avait un peu négligés.
Elle avait pris Pauline en amitié et nous disait journellement les choses les plus aimables sur le bonheur qu’elle éprouvait de nous avoir avec elle. Il nous fut impossible de ne pas prendre pour elle un véritable attachement; aussi fûmes-nous profondément affligées quand nous apprîmes la fin cruelle de cette pauvre malheureuse princesse.
 »

Madame de Tourzel, Mémoires
La mort de la princesse de Lamballe - Page 4 Gautie11
Madame de Lamballe par un de ses assassins, un certain Gautier

 

Résultat de recherche d'images pour
A graphite drawing of the princesse de Lamballe, attributed to Georges Gabriel. ‘La Force 1792’ is written in the top corner. One of several versions of this same drawing. [credit: Coutau-Begarie, Souvenirs Historiques auction, November 18 2020....

Les 2 et 3 septembre 1792

Exploring the French Revolution: on the September Massacres of 1792
“ In late summer 1792, news reached Paris that the Prussian army had invaded France and was advancing quickly toward the capital. Moreover, rumors circulated that the Prussians would...

Une foule armée de barres de fer, de piques et de bûches encercle les prisons de Paris, voulant y tuer les royalistes qu’une rumeur accuse d’y avoir caché des armes pour fomenter une contre-révolution. La princesse, tirée de sa cellule au matin du 3 septembre, est, d’après la reconstitution des procès-verbaux de la section des Quinze-Vingts, introduite devant une commission improvisée en hâte par les membres du comité de surveillance de la Commune du 10 août, et sommée de « nommer ceux qu’elle avait reçus à sa table».

La mort de la princesse de Lamballe 2_sept11

Le 3 septembre 1792

Vers onze heures du matin

La princesse de Lamballe est tirée de son cachot, elle est conduite, encadrée de deux hommes, devant un prétendu juge. Il s’agit du sinistre Jacques-René Hébert…

La mort de la princesse de Lamballe - Page 7 Msn6mf10

On lui demande surtout de témoigner sur la réalité de connivences de Louis XVI et Marie-Antoinette avec les puissances de la Coalition. Elle s’y refuse et c’est pour cette raison qu’on l’aurait mise à mort. Il est possible qu’on ait voulu éviter un procès équitable au cours duquel elle aurait pu mettre en cause un certain nombre de pêcheurs en eaux troubles soudoyés par la cour, comme Dossonville, Maillard ou le général Santerre, partie prenante dans les massacres de Septembre avec son beau-frère Panis. Dans les minutes qui suivirent ce semblant d’interrogatoire, elle fut « élargie », terme ambigu qui est interprété soit comme une libération, soit comme une mise à mort. Talleyrand, qui est encore à Paris à ce moment et qui doit embarquer pour Londres le surlendemain du crime, a indiqué à lord Grenville, secrétaire du Bureau des Affaires étrangères britannique, que Madame de Lamballe a été tuée à la suite d’une atroce méprise. En sortant dans la cour de la prison, elle aurait eu, selon lui, un malaise, et les tueurs aux aguets, armés de bûches et de piques, croyant qu’elle avait reçu un premier coup, l’auraient frappée à leur tour. Cette version fut prise suffisamment au sérieux pour faire l’objet, le 24 septembre 1792, d’un mémorandum du ministère anglais.


L’entrée de La Force – à remarquer les bornes protégeant l’architecture des mouvements des voitures et carrosses

La toute dernière fois que Madame de Tourzel évoque la princesse de Lamballe est au moment où elles doivent quitter leur cellule pour être jugées, la princesse de Lamballe en premier :

« Notre porte s’ouvrit sur les onze heures du matin, et notre chambre s’emplit de gens armés, qui demandèrent la princesse de Lamballe.
On ne parla pas de moi d’abord, mais je ne voulus pas l’abandonner, et je la suivis. On nous fit asseoir sur une des marches de l’escalier, pendant qu’on allait chercher toutes les femmes qui étaient dans la prison.
La princesse de Lamballe, se sentant faible, demanda un peu de pain et de vin; on le lui apporta; nous en prîmes toutes les deux; car, dans les occasions pareilles, un physique trop affaibli influe nécessairement sur le moral.
Quand on nous eut toutes rassemblées, on nous fit descendre dans la cour, où nous retrouvâmes mesdames Thibaut, Navarre et Basire. Je fus bien étonnée d’y trouver madame de Mackau, qui me dit qu’on l’avait enlevée, la veille, de Vitry pour la conduire dans cette effroyable prison.

On avait établi au greffe un tribunal pour juger les prisonniers ; chacun d’eux y était conduit par deux assassins de cette prison, qui les prenaient sous les bras pour les massacrer ou les sauver, suivant le jugement porté contre eux.
Il y avait dans la cour, où nous étions tous rassemblées, un grand nombre de ces hommes de sang ; ils étaient mal vêtus, à moitié ivres, et nous regardaient d’un air barbare et féroce.
Il s’était cependant glissé parmi eux quelques personnes honnêtes, et qui n’y étaient que dans l’espoir de saisir un moyen d’être utiles aux prisonniers, s’ils en pouvaient trouver l’occasion ; et deux d’entre elles me rendirent de grands services dans cette fatale journée.

Je ne quittai pas un instant cette pauvre princesse de Lamballe, tout le temps qu’elle fut dans cette cour. Nous étions assises à côté l’une de l’autre, quand on vint la chercher pour la conduire à cet affreux tribunal. Nous nous serrâmes la main pour la dernière fois, et je puis certifier qu’elle montra beaucoup de courage et de présence d’esprit, répondant sans se troubler à toutes les questions que lui faisaient les monstres mêlés parmi nous, pour contempler leurs victimes avant de les conduire à la mort ; et j’ai su positivement, depuis, qu’elle avait montré le même courage dans l’interrogatoire qui précéda sa triste fin. »


Prison de La Force avant sa destruction

« Quelques gens d’aussi mauvaise mine que ceux qui m’entouraient arrivent alors de l’autre côté de la cour pour me demander de venir au secours d’une femme qui se trouvait mal (…). Cette femme qui était celle du premier valet de chambre du roi (Mme de Septeuil), étant revenue à elle, fut emmenée hors de la cour.(…)L’infortunée princesse de Lamballe avait disparu pendant que je répondais aux questions des gens qui l’entouraient. »

Mémoires de la duchesse de Tourzel

On lui demande de témoigner contre Marie-Antoinette, et de jurer la haine du Roi et de la Reine.

Lamballe - La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe - Page 9 Tumblr25

La Princesse refuse. Un gendarme lui glisse alors à l’oreille : « Jurez, madame ou vous êtes morte».
Nouveau refus.

Arrest and Death of the princesse de Lamballe. Circa 1880.
[credit: AKG Images]

Hébert prononce alors la sentence

« qu’on élargisse madame….

La mort de la princesse de Lamballe Murder10

Appuyant le cadavre sur une borne qui va servir de billot, un reître tranche la tête à coups de sabre. Des femmes arrachent la robe blanche maculée de sang et un boucher ouvre le ventre pour en sortir les entrailles et le cœur. 

Résultat de recherche d'images pour

Voici les différents témoignages de cet ignoble massacre :

« La princesse de Lamballe est conduite à l’extérieur. En franchissant la porte, elle reçoit un violent coup de massue qui l’assomme ou la tue à moitié. Elle est ensuite  traînée jusqu’à un endroit appelé cul de sac des prêtres, où on l’achève  coup de piques et de hache. Alors, l’horreur se déchaîne. Sa tête, coupée, est plantée au bout d’une pique. On plante sur d’autres piques, son cœur et ses parties intimes. Le reste de son corps est traîne derrière le groupe qui se forme pour partir en procession dans les rues de Paris.»

Résultat de recherche d'images pour
Résultat de recherche d'images pour
Marie-Thérèse-Louise de Savoie-Carignan — Wikipédia
“A quick and horrific scene unfolded before my eyes. On seeing the bodies lying on the ground, the Princess made a gesture of horror and stepped back sharply. The two men who stood beside her seized her by the arms and spoke to her; she replied, with...
princesse de Lamballe | le fouduroy

Images des Années Terribles (1989) de Richard Heffron

Gabrielle Lazure est Marie-Thérèse de Lamballe

« Elle est sortie et à la vue de la foule, elle s’est évanouie pendant qu’un tueur l’attrapait par le chignon bas qu’elle portait et lui a coupé la tête en se servant de la borne sise près de la porte protégeant le mur d’entrée des voitures .»

Résultat de recherche d'images pour
La mort de la princesse de Lamballe Captu522
le martyre de la princesse de Lamballe, amie de la reine Marie-Antoinette –  panoramadevoir

« La tête a été mise sur une pique et portée en triomphe… elle a été trempée dans un seau d’eau fraîche au coin du boulevard Beaumarchais et ensuite recoiffée par un homme de l’art.»

La mort de la princesse de Lamballe - Page 4
L’odieux convoi dans L’Anglaise et le Duc (2001) d’Eric Rhomer

« Pour le reste du corps… les entrailles ont été prélevées et le cœur aurait été mangé par un homme !!!
Les restes intimes ont été mis sur La garde d’une épée ou d’un sabre avec le geste très intelligent de le porter «en moustache» la pilosité ….

Pendant cette promenade un serviteur du duc de Penthièvre avec un sac ramassait les morceaux abandonnés et en fin d’après-midi après le retour du Palais Royal, la fatigue aidant, il a récupéré le reste pour se rendre au Commissariat des 15/20 (faubourg Saint-Antoine) et lesdits restes auraient été retirés et déposés dans le tombeau des Penthièvre.

Le cortège bachique se dirige successivement au Palais-Royal, chez le duc d’Orléans, puis à l’hôtel de Toulouse, pour présenter les trophées sanglants au beau-père de la princesse, le duc de Penthièvre, avant d’arriver au Temple, pour faire contempler les restes de Son amie à Marie-Antoinette. L’entrée du Temple leur est interdite. On a dressé un cordon tricolore comme seule barrière pour les arrêter… »

Dans son « Paris pendant la Révolution (1789-1798) ou le Nouveau Paris », Louis-Sébastien Mercier décrit ce détail horrible du supplice post-mortem de la princesse de Lamballe :

« Lorsque les assassins se furent partagé les morceaux sanglants de son corps, l’un de ces monstres lui coupa la partie virginale et s’en fit des moustaches, en présence des spectateurs saisis d’horreur et d’épouvante.»

La mort de la princesse de Lamballe 0006ex10
Détail du  peuple en tumulte, avec la tête de la princesse de Lamballe

A l’intérieur de la Tour du Temple, la Famille Royale, tenue dans l’ignorance des événements, ne sait rien du carnage qui se déroule dans Paris…

La mort de la princesse de Lamballe - Page 6 _5710
“ …they had raised the victim’s head so that it could not escape her sight; it was that of the Princesse de Lamballe. Though bloody, it was not disfigured; her blond hair, still curling, floated around the pike.
”
–the journal of Jean-Baptiste Cléry...

Un cri d’effroi est poussé au rez de chaussée : c’est madame Tison, qui vient de voir la pique sanglante. Cléry, qui lui aussi a vu le trophée macabre, est blanc d’effroi mais n’ose rien dire.

Une dispute éclate entre les gardes municipaux, les uns voulant que la Reine se montre, les autres ne le voulant pas. L’un d’eux finit par dire à Marie-Antoinette, qui demande ce qui se passe :

« Eh bien madame, puisque vous voulez le savoir, c’est la tête de madame de Lamballe que l’on veut vous montrer….»

Évanouissement de la Reine, le 3 septembre 1792 vu par le  Musée Grévin“Several officers of the National Guard and some municipals arrived; the first desired that my father should show himself at the window.
The municipals fortunately opposed this; but my father, having asked what was happening, a young officer replied:...
Statues de cire au musée Grévin représentant la famille royale voyant la tête de la princesse de Lamballe
Extrait des Années Terribles (1989) de Richard Heffron

La Reine tombe évanouie sans entendre la fin de la phrase. Les meurtriers continueront pendant prêt de trois heures à brailler et à réclamer la reine. Marie-Antoinette ne verra pas la tête de Son amie plantée sur la pique.

La mort de la princesse de Lamballe - Page 3 Lambal11
La mort de la princesse de Lamballe - Page 5 Mort_l11

Norma Shearer est Marie-Antoinette ( 1938) 

Jane Seymour ( 1989)

Cette tête, aurait finalement été déposée à sept heures du soir sur la table du comité de la section des Quinze-Vingts. Selon certaines versions, les domestiques du duc de Penthièvre auraient suivi de loin l’infâme procession, afin de récupérer les restes de leurs ancienne maîtresse pour lui donner une sépulture descente. Ils auraient même essayé de la sauver en criant à l’acquittement à la Force…. Mais on ignore si c’est vrai.

03 septembre 1792: L’effroyable dépeçage de la princesse de Lamballe par les égorgeurs sans-culottes Tylych47


Post-mortem

Tandis que sa tête était promenée au bout d’une pique jusqu’à la tour du Temple, Adam Pitt raconte que son corps fut transporté sur des kilomètres (il parle plutôt de lieues…), profané, jusqu’au comité civil de la section des Quinze-Vingts. Enfin, la tête fut portée à son tour par un garçon boucher nommé Allaigre au comité, à sept heures du soir, après avoir été repoudrée, afin d’être « inhumée auprès du corps » dans une tombe du cimetière des Enfants-Trouvés. Quelques heures plus tard, le duc de Penthièvre dépêcha son fidèle valet Fortaire pour retrouver sa dépouille, en vain.

Sa mort donna lieu à une profusion de témoignages, très largement diffusés à l’époque et jusqu’à aujourd’hui, tant parmi les révolutionnaires que dans les milieux royalistes et contre-révolutionnaires, qui sont souvent sujets à caution, traduisant moins la réalité des faits qu’une vision fantasmatique. Ces textes décrivent avec force détails macabres, la mise à mort, la profanation par le nègre Delorme, la mutilation, le dépeçage, la fragmentation par un certain Charlat, tambour de son état, et l’exposition du corps abandonné dans un chantier de construction, vers le Châtelet, jusqu’au petit matin, «expriment les craintes et les luttes qui animent alors les différents protagonistes de la Révolution».

Côté révolutionnaire, on a présenté les « cadavres réparateurs » des victimes des massacres de Septembre, laissés sur le pavé, comme une réponse au complot fomenté dans les prisons et à la menace extérieure. Pour Antoine de Baecque, la description morbide de la mise à mort et des outrages visait à « exprimer l’anéantissement du complot aristocratique ». De même, il considère qu’ils servaient à « punir la femme de cour, ainsi que le supposé complot féminin et lesbien – menaçant la prééminence masculine – de «la Sapho de Trianon», vilipendée par les chroniqueurs et les gazetiers sous l’Ancien Régime. Les royalistes ont repris à leur compte ces récits, « en retournant leur sens pour montrer la régression du révolutionnaire à l’état de barbare et la monstruosité de la Révolution, opposée à la délicatesse du corps de la victime ».

Voici le témoignage d’un certain Jean Némery, écrivain public, qui se trouvait par hasard dans les environs de La Force ce maudit 3 septembre 1792 au matin :

« Venant de la rue Saint-Paul, je vis de nombreux curieux à l’entrée de la rue des Ballets, et j’appris qu’on massacrait à la Force. Le spectacle ne me tentait guère ; mais, il faut bien avoir vu quelque chose en ces temps où il y a tant de choses à voir. Je me mêlai donc aux curieux et, tout doucement, en me glissant entre les groupes, je réussis à atteindre presque le haut de la rue.

De l’endroit où je me trouvais, j’apercevais, au-dessus des têtes, l’entrée de la demeure du concierge de la prison devant laquelle se tenaient des hommes armés de sabres et de piques. C’étaient évidemment les exécuteurs.

Une femme apparut, encadrée par deux hommes et suivie par le guichetier. J’entendis dire que c’était la princesse de Lamballe, l’amie de la malheureuse Reine. Une scène rapide et atroce se déroula sous mes yeux. En apercevant les corps étendus au sol, la princesse fit un geste d’horreur et recula vivement. Les deux hommes qui l’encadraient la saisirent chacun par un bras et lui parlèrent ; elle répondit en faisant des gestes, mais je n’entendais pas ses paroles. Quelques-uns des exécuteurs s’étaient approchés du petit groupe et riaient, se moquant sans doute de la frayeur de la princesse. L’un deux la menaça de sa pique ; elle recula, leva un bras comme pour se protéger. Les exécuteurs s’étaient écartés et je crus qu’ils allaient la laisser passer.

Je respirais, lorsque, tout à coup, deux de ces démons se placèrent devant elle et la frappèrent, l’un d’une pique, l’autre d’un sabre. Elle poussa un cri, tituba, porta une main sur sa poitrine, puis tomba sur un petit tas de cadavres, un peu à gauche de la porte, vers la rue des Ballets ; elle essaya de se relever, mais elle reçut de nouveaux coups, ses bras s’agitèrent un moment, puis elle ne bougea plus. Les deux hommes qui l’accompagnaient n’avaient rien fait pour essayer d’empêcher ce meurtre. »

Pour autant qu’on puisse considérer ce témoignage comme véridique, je suis choqué du fait que, contrairement à ce que j’ai toujours cru et espéré (la princesse qui s’évanouit juste avant d’être assommée), elle était quand même consciente jusqu’au bout, au moment où on la frappait avec une pique, où on la blessait apparemment à la poitrine, et puis qu’elle tombait, et qu’elle essayait de se relever sans succès (la pauvre !!!) … et puis personne qui venait à son secours (au péril de sa vie évidemment, avec que des hommes saouls et dangereux dans les parages). En même temps, cela ne m’étonne pas qu’elle était restée consciente, face à la terreur d’une mort atroce, afin d’éviter la douleur, coûte que coûte.
Et malgré le fait que Madame de Lamballe savait que ses jours étaient comptés à Paris, dans les récits de Mme de Tourzel et de la marquise de Lâge de Volude (sa dame d’honneur) il s’avère qu’elle restait quand même relativement optimiste jusqu’à la fin, espérant peut-être encore à la Force qu’on allait la ramener au Temple près de la reine.»

Parmi ces récits, on peut noter La Famille royale préservée au Temple. Extrait du récit de ce qui s’est passé au Temple dans les journées des 2 et 3 septembre 1792, dont le manuscrit a été cité par Georges Bertin en 1888, le récit des événements dans la Révolution de Paris, qui présente la princesse de Lamballe comme une comploteuse, La Vérité tout entière sur les vrais acteurs de la journée du 3 septembre 1792, le Bulletin du comte de Fersen au prince régent de Suède sur ce qui s’est passé en France ou Idée des horreurs commises à Paris dans les journées à jamais exécrables des 10 août, 2, 3, 4 et 5 septembre 1792 ou Nouveau Martyrologe de la Révolution française.

La mort de la princesse de Lamballe 800px-11

« Madame la Princesse de Lamballe a été martyrisée pendant quatre heures de la manière la plus horrible . La plume se refuse à ces détails ; on lui a arraché le sein avec les dents, et on lui a administré tous les secours possibles , pendant deux heures pour la faire revenir d’un évanouissement afin de lui faire mieux sentir la mort.»

Axel de Fersen , le 19 septembre 1792

A la Force, ils y restèrent pendant cinq jours. Madame la ci-devant princesse de Lamballe y était détenue: son sincère attachement à l’épouse de Louis XVI était tout son crime aux yeux de la multitude; au milieu de nos agitations elle n’avait joué aucun rôle; rien ne pouvait la rendre suspecte aux yeux du peuple, dont elle n’était connue que par des actes multipliés de bienfaisance. Les écrivains les plus féroces, les déclamateurs les plus fougueux ne l’avaient jamais signalée dans leurs feuilles.

Le 3 septembre, on l’appelle au greffe de la Force ; elle comparaît devant le sanglant tribunal, composé de quelques particuliers. A l’aspect effrayant des bourreaux couverts de sang, il fallait un courage surnaturel pour ne pas succomber.

Plusieurs voix s’élèvent du milieu des spectateurs, et demandent grâce pour madame de Lamballe. Un instant indécis, les assassins s’arrêtent; mais bientôt après elle est frappée de plusieurs coups : elle tombe baignée dans son sang, et expire.

Aussitôt on lui coupe la tête et les mamelles ; son corps est ouvert; on lui arrache le cœur; sa tête est ensuite portée au bout d’une pique et promenée dans Paris ; à quelque distance on traînait son corps.

Les tigres qui venaient de la déchirer ainsi se sont donné le plaisir barbare d’aller au Temple montrer sa tête et son cœur à Louis XVI et à sa famille.

Tout ce que la férocité peut produire de plus horrible et de plus froidement cruel fut exercé sur madame de Lamballe.

Il est un fait que la pudeur laisse à peine d’expressions pour le décrire ; mais je dois dire la vérité tout entière et ne me permettre aucune omission. Lorsque madame de Lamballe fut mutilée de cent manières différentes, lorsque les assassins se furent partagé les morceaux sanglants de son corps, l’un de ces monstres lui coupa la partie virginale et s’en fit des moustaches, en présence des spectateurs saisis d’horreur et d’épouvante.»

Louis-Sébastien Mercier

« Il n’est pas possible de parler des massacres de la Force et d’oublier la plus intéressante de toutes les victimes qui périrent dans cette prison. Je serai bref cependant, attendu qu’à peu près toutes les circonstances de son horrible assassinat sont connues. Je dirai seulement quelques-unes de celles qui le sont moins. Je dirai, par exemple, qu’au moment où, soutenue par Truchon, dit le Grand Nicolas, et un autre scélérat de sa trempe, on la forçait de passer sur le monceau de cadavres amoncelés à la porte, et qu’elle s’évanouissait à chaque instant, Charlat, garçon perruquier de la rue Saint-Paul, imagine de lui enlever son bonnet avec le bout d’une pique; mais comme le misérable était ivre, il l’atteint au-dessus de l’œil et le sang jaillit aussitôt.
Grison l’étend à ses pieds d’un coup de bûche. On la frappe ensuite à coups de sabre, vingt piques sont enfoncées dans son corps, et quand elle n’est plus qu’un cadavre, Charlat lui coupe la tête, et son corps mutilé est livré à la populace, qui lui fait subir des outrages que la plume se refuse à décrire.

Sa tête est portée par Charlat, Grison, Mamin, le tisserand Radi, chez un marchand de vin du cul-de-sac des Prêtres; ils la déposent sur le comptoir et exigent que le marchand de vin boive avec eux à sa santé! puis on met cette tête au bout d’une pique. Je ne suivrai pas l’horrible procession à l’abbaye Saint-Antoine, au Temple, au Palais-Royal, à l’hôtel de Toulouse, et, je resterai encore quelque temps à la Force,…»

Duval, dans ses Souvenirs de la Terreur, 1842

« Il passait rue Saint-Antoine au moment du massacre des prisonniers de la Force. Des monceaux de cadavres étaient ça et là; le sang coulait dans les ruisseaux comme l’eau de pluie. Épouvanté d’horreur et se sentant défaillir, mon père entra chez un marchand de vin et demanda un verre d’eau. Au moment où il buvait, une troupe d’égorgeurs entre dans la boutique du marchand et se fait servir du vin. L’un de ces monstres avait à la main une tête de femme fraîchement coupée, et dont la magnifique chevelure blonde était enroulée autour de son bras nu. Pour vider son verre, il posa cette tête toute droite sur le comptoir du marchand. C’était la tête de la princesse de Lamballe.»

Mémoires, baronne d’Oberkirch

Quelques heures plus tard, le duc de Penthièvre dépêche son fidèle valet Fortaire de retrouver sa dépouille, en vain.

Louis de Bourbon (1725-1793) — Wikipédia
Le duc de Penthièvr

«L’Héritage», revue d’études nationales, traitant de politique ( science et analyse), de philosophie, d’Histoire, de religion, des «forces occultes», de poésie, de livres, etc. estime que la mort de Madame de Lamballe est «un atroce assassinat maçonnique»… :

« Parlant des Francs-Maçons et de leurs forfaits, dans son admirable encyclique Humanum Genus, le Pape Léon XIII a écrit ces lignes : « Il n’est pas rare que la peine du dernier supplice soit infligée à ceux d’entre eux qui sont convaincus, soit d’avoir livré la discipline secrète de la Société, soit d’avoir résisté aux ordres des chefs ; et cela se pratique avec une telle dextérité que, la plupart du temps, l’exécuteur de ces sentences de mort échappe à la justice établie pour veiller sur les crimes et pour en tirer vengeance. »

Rien n’est plus vrai, en effet

La Franc-Maçonnerie profite de toutes les circonstances pour frapper ceux dont elle a décidé la mort.

L’Héritage
La mort de la princesse de Lamballe - Page 3 Turgot11
Selon le plan de Turgot on peut suivre dans le détail, les rues conduisant au Châtelet empruntées par les porteurs du corps de Madame de Lamballe :
Départ en haut de l’image rue Saint Antoine- place Beaudoyer – rue de la Tixeranderie – de la Coutellerie -passage devant l’église Saint-Jacques de la Boucherie et Châtelet
Le duc de Penthièvre ; Anonyme, France, XVIIIe siècle (Chanteloup, château de 1794)

Plus tard, en 1796, les assassins de la princesse de Lamballe seront jugés. L’un des principaux, Nicolas Le Grand, franc-maçon, est condamné à vingt ans de fers ; un autre, nommé Charlat, également franc-maçon, s’était engagé pour aller combattre les Vendéens, mais il est tué par ses camarades, à qui il faisait horreur à raison de sa participation au crime.

« La description morbide de la mise à mort et des outrages visait à « exprimer l’anéantissement du complot aristocratique ». De même, il considère qu’ils servaient à « punir la femme de cour, ainsi que le supposé complot féminin et lesbien – menaçant la prééminence masculine – de « la Sapho de Trianon », vilipendée par les chroniqueurs et les gazetiers sous l’Ancien Régime ». Les royalistes ont repris à leur compte ces récits, « en retournant leur sens pour montrer la régression du révolutionnaire à l’état de barbare et la monstruosité de la Révolution, opposée à la délicatesse du corps de la victime ».

Antoine de Baecque

sources :

  •  « Les dernières heures de la princesse de Lamballe », par Antoine de Baecke, L’Histoire, no 217, janvier 1998 – article dans lequel l’historien montre l’inexactitude des sévices subis par la princesse.
  • La princesse de Lamballe intime (1922) du docteur Cabanes, Son rôle secret pendant la Révolution. Nombreux documents inédits, Paris, Albin Michel
  • Le Mariage de la princesse de Lamballe (1956) par Castelnau Jacques
  • La Princesse de Lamballe, (1979) de Michel de Decker, Paris, Perrin, 283 p. et 16 p. de planches
  • La Princesse de Lamballe (1995) d’Alain Vircondelet, Paris, Flammarion, 1995, 273 p
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!