Les chaises Delanois de Louis Delanois, 1769

Aucune description de photo disponible.

D’une série initiale de treize livrée en 1769 pour le Salon de Compagnie de Madame du Barry à Versailles, elles seront envoyées à Louveciennes en mai 1774, suite à la retraite de la Cour de la comtesse après la mort de Louis XV.

Aucune description de photo disponible.Libérée du conformisme du Garde-Meuble de la Couronne, elle passe commande à Paris essentiellement auprès du marchand mercier Simon-Philippe Poirier, à l’exception des sièges commandés au menuisier Louis Delanois.

Aucune description de photo disponible.

Ce dernier conçoit pour cette cliente exigeante un mobilier à la pointe du goût, d’où toute trace du style rocaille est bannie, dont témoignent ces chaises livrées dont une plus haute pour le Roi.

Aucune description de photo disponible.

La forme même de ces sièges est novatrice. Le dossier médaillon, dont Delanois est peut-être l’inventeur, y fait l’une de ses premières apparitions et les pieds ne sont plus galbés mais en gaine et cannelés. Le sculpteur Joseph-Nicolas Guichard y place des ornements d’un goût nouveau, que la finesse de la dorure due à Jean-Baptiste Cagny met en valeur. La frise d’entrelacs à rosette à la ceinture, le tore de feuilles de laurier sur la face du dossier, comme le ruban tournant sur le côté, enfin les rosaces tournantes et les grandes feuilles d’acanthe tenant le dossier, sont autant d’éléments parmi d’autres d’un vocabulaire jusque-là inédit, tiré essentiellement du répertoire antique remis à la mode par le goût “à la grecque“.

Aucune description de photo disponible.

Des fleurs brodées en soie sont également répandues sur le satin blanc couvrant l’ensemble des sièges et adoucissent la sévérité de ce néoclassicisme naissant.

Aucune description de photo disponible.

Saisies à la Révolution, on les retrouvent dans la Collection André Meyer à New York. Elles sont achetées à New York le 26 octobre 2001.

La seconde pièce se nomme le grand salon. On peut actuellement y voir un buste (sur la cheminée) et un tableau représentant Louis XV .