Loading...
L'Histoire de Marie-AntoinetteLa Révolution

La Prise de la Bastille heure par heure

La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789 | Histoire et analyse d'images  et oeuvres

Le 14 juillet 1789

Prise de la Bastille. J’assistai, comme spectateur, à cet assaut contre quelques invalides et un timide gouverneur : si l’on eût tenu les portes fermées, jamais le peuple ne fût entré dans la forteresse. Je vis tirer deux ou trois coups de canon, non par les invalides, mais par des gardes-françaises, déjà montés sur les tours. De Launay, arraché de sa cachette, après avoir subi mille outrages, est assommé sur les marches de l’Hôtel de Ville ; le prévôt des marchands, Flesselles, a la tête cassée d’un coup de pistolet ; c’est ce spectacle que des béats sans cœur trouvaient si beau. Au milieu de ces meurtres, on se livrait à des orgies, comme dans les troubles de Rome, sous Othon et Vitellius. On promenait dans des fiacres les vainqueurs de la Bastille, ivrognes heureux, déclarés conquérants au cabaret ; des prostituées et des sans-culottes commençaient à régner, et leur faisaient escorte. Les passants se découvraient avec le respect de la peur, devant ces héros, dont quelques-uns moururent de fatigue au milieu de leur triomphe. Les clefs de la Bastille se multiplièrent ; on en envoya à tous les niais d’importance dans les quatre parties du monde. Que de fois j’ai manqué ma fortune ! Si moi, spectateur, je me fusse inscrit sur le registre des vainqueurs, j’aurais une pension aujourd’hui.
Mais la nation qui se trompa sur la grandeur du fait matériel, ne se trompa pas sur la grandeur du fait moral : la Bastille était à ses yeux le trophée de la servitude; elle lui semblait élevée à l’entrée de Paris, en face des seize piliers de Montfaucon, comme le gibet de ses libertés. En rasant une forteresse d’Etat, le peuple crut briser le joug militaire, et prit l’engagement tacite de remplacer l’armée qu’il licenciait : on sait quels prodiges enfanta le peuple devenu soldat.

François-René de Chateaubriand  – Mémoires d’outre-tombe – 1848
Bastille - Reconstitutions de la tour du Temple et de la Bastille pour l'Exposition universelle de 1889 Recuei24
Reconstitution de la Bastille pour l’Exposition Universelle de 1889 modèle 3D de La bastille - TurboSquid 912139
Bastille Intérieur de Jean-Honoré Fragonard (1732-1806, France) |  Reproductions D'art De Musée Jean-Honoré Fragonard | WahooArt.com
Intérieur de la Bastille par FragonardBastille Courtyard by Jean-Honoré Fragonard (1732-1806, France) | Art  Reproductions Jean-Honoré Fragonard |
https://cdn.futura-sciences.com/buildsv6/images/mediumoriginal/7/4/b/74b92d682d_50157067_plan-bastille.jpg
Plan de la Bastille
8 choses que vous ne saviez pas sur la Bastille
La Bastille est à l’origine un château fort construit à la fin du XIVe siècle à la porte Saint-Antoine, haut de 24 mètres et encerclé de huit tours rondes reliées entre elles par un mur de 3 mètres d’épaisseur.
C’est le cardinal de Richelieu qui transforma définitivement la Bastille en prison d’état.Petites et grandes histoires de la Bastille - Ville de Paris
Journées du patrimoine : visitez la Bastille démolie en 1791 - Le Point
La Bastille reconstituée par Dassault SystèmesForteresse & Prison de La Bastille - Les prises de la Bastille et le 14  juillet 1789 - montjoye.net

A la fin du XVIIIe siècle, la prison n’est plus très fréquentée : 306 prisonniers y ont séjournés durant les quinze premières années du règne de Louis XVI (une broutille par rapport aux 1459 prisonniers des huit années de la Régence). En juillet 1789, seuls sept prisonniers demeurent dans les murs de la forteresse. Quasi vide, la Bastille est donc promise à la démolition. Louis XVI, dans un souci d’économie (la France en a bien besoin !) a en effet décidé de se débarrasser de quelques vieux bâtiments inutiles et dont l’entretien coûtait très cher. A savoir : la Bastille, le château de Vincennes et… la Sainte Chapelle. La Révolution va s’en charger – et gratuitement qui plus est (mais qu’à moitié, et heureusement pour Vincennes et la Sainte Chapelle).

Le 11 juillet 1789

Louis XVI renvoie Necker (1732-1804), en qui le peuple plaçait tous ses espoirs…

Jacques Necker

Le ministre prend la route de Bruxelles dans le plus grand secret. Les deux autres ministres libéraux, Montmorin (1746-1792) et Saint-Priest (1735-1821) , ministre de la maison du Roi , doivent démissionner eux aussi.

François-Emmanuel Guignard de Saint-Priest
Vue perspective de la porte St Antoine et de la Bastille. N° 51, estampe, éditée par Basset, milieu XVIIIe siècle, Gallica/BnF

Le dimanche 12 juillet 1789

Vers midi

La nouvelle du renvoi de Necker se répand comme une traînée de poudre…

A trois heures de l’après midi

Au Palais Royal, devant le café de Foy, le jeune journaliste Camille Desmoulins (1760-1794), monté sur une table, harangue la foule :

Monsieur Necker est renvoyé ; ce renvoi est le tocsin d’une Saint-Barthélémy des patriotes : ce soir, tous les bataillons suisses et allemands sortiront du Champ-de-Mars pour nous égorger. Il ne nous reste qu’une ressource, c’est de courir aux armes et de prendre des cocardes pour nous reconnaître. Aux armes, aux armes !

MCM: Vincent Cassel –
Vincent Cassel est Camille Desmoulins dans Jefferson à Paris (1996) de James IvoryLa Prise de la Bastille heure par heure – Marie-Antoinette Antoinetthologie

Applaudi par la foule, Desmoulins l’invite à prendre les armes et à arborer une cocarde, de sorte qu’ils puissent se reconnaître.

Camille Desmoulins au Palais-Royal
Camille Desmoulins au Palais Royal par  Félix-Joseph Barrias
Extrait des Années Lumière de Robert Enrico
Meilleurs GIFs Francois Cluzet | Gfycat
François Cluzet est Desmoulins dans Les Années Lumières de Robert Enrico (1989)

Après concertation avec l’assistance

Il est convenu que la cocarde sera verte, couleur de l’espérance. Il est parfois dit que Desmoulins aurait cueilli une feuille de tilleul et qu’il l’aurait placée sur son chapeau, « inventant » une cocarde vert d’espérance.

Dimanche en fin d’après-midi

La foule ne cesse de croître autour de Desmoulins.

La foule porte en trophée les figures de cire de Necker et du duc d’Orléans mais se heurte à un détachement du Royal-Allemand qui l’oblige à se disperser. On compte déjà un mort, un garde-française.

Résultat de recherche d'images pour "buste de Necker juillet 1789"

Le colonel Besenval, qui n’a reçu aucun ordre, regroupe à tout hasard ses hommes sur les Champs-Elysées pour faire face à une révolte éventuelle. Affolé par la foule qui lui paraît hostile, Besenval ordonne au prince de Lambesc de repousser les badauds dans le jardin des Tuileries. Les chevaux chargent , piétinent femmes et enfants.

Le baron de Besenval

Outrés par ces violences, les Parisiens courent chercher des armes. Mais où en trouver ? Persuadés que les autorités de la ville cachent un arsenal à l’Hôtel de Ville, les émeutiers s’y précipitent. L’assemblée qui y siège en permanence ne peut les empêcher de se saisir de quelques fusils, mais elle hésite à cautionner l’insurrection.

Charge du prince de Lambesc à la tête du régiment Royal allemand

Entre-temps

Des gardes-françaises s’échappent des casernes où Besenval les tenaient consignés.

Vers six heures du soir

Les gardes-françaises mettent le Royal-Allemand en déroute, tuant trois soldats pour venger leur camarade.

Besenval n’ose plus faire bouger ses régiments.

Il commet une erreur de jugement lorsque, ulcéré par la passivité du gouvernement, il décide de retirer les troupes de Paris, ce qui permettra à la population de piller les Invalides et de marcher sur la Bastille. Les émeutiers, qui voient en lui l’âme de la réaction, réclament sa tête.

Pendant la nuit du 12 au 13 juillet 1789

Les Gardes françaises maintiennent l’ordre : ni meurtre, ni pillage dans Paris.

Le lundi 13 juillet 1789

A cinq heures du matin

Le Tocsin sonne dans les églises de la capitale.

A Versailles

Les députés apprennent avec angoisse l’émeute parisienne et envoient une délégation au Roi pour lui demander de rappeler les ministres congédiés et de retirer ses troupes. Fort de l’autorité du ministère de Breteuil (1730-1807) et de l’appui des régiments allemands, Louis XVI leur répond sèchement qu’il n’a pas de compte à rendre à l’Assemblée.

Devant l’ampleur du danger, elle décide de siéger en permanence. Mais personne ne maîtrise la situation.

Craignant d’avoir à affronter une riposte militaire, la foule réclame des fusils. Elle pille les armureries et se rue à Saint-Lazare dans l’espoir d’y trouver du blé.

Pillage du Garde-meubles

Les citoyens des districts se présentent à l’Hôtel de Ville et demandent à être armés. Les électeurs de Paris, qui se sont formés en comités au lieu de se disperser après les élections, estiment qu’il faut organiser une milice, car ils redoutent des troubles sociaux dus au chômage et à la famine ; chaque district fournira huit cents hommes.

Le mardi 14 juillet 1789

A deux heures du matin

Les événements commencent : personne ne dort dans Paris à cause de nouvelles fausses ou vraies qui circulent.

A Versailles

Malgré tout, Louis XVI part à la chasse.

Aucune description disponible.

A dix heures

La panique se propage , tandis que les Parisiens se déchaînent, le bruit se répand qu’un grand dépôt de fusils est gardé aux Invalides. Ils y prennent des canons ainsi que 32 000 fusils cachés dans les caves.

Pillage des armes aux Invalides, le matin du 14 juillet 1789 – La Bastille – Musée Carnavalet

En fin de matinée

On apprend que, dans la nuit du 12 au 13 juillet, les Suisses ont déménagé de nombreux barils de l’Arsenal pour les entreposer à la Bastille. Les émeutiers s’écrient alors :

A la Bastille!”

Les émeutiers ne prennent pas la Bastille le 14 juillet parce qu’elle incarnait « l’antre du despotisme ». Ils l’attaquent parce qu’il s’y trouve de la poudre. Et puis ils ne la prennent pas, elle se rend. Ce n’est que dans les jours suivants que la « prise de la Bastille » commence à devenir le symbole absolu de la victoire du peuple. Un « événement total ».

Emmanuel de Waresquiel dans Télérama à propos de Sept Jours : 17-23 juin 1789. La France entre en révolution, éd. Tallandier

La Bastille

Résultat de recherche d'images pour "la Bastille"

La Bastille est impressionnante. Certes, la prison d’Etat n’a plus guère de prisonniers (ils sont sept !) mais elle est entourée de fossés profonds et ses tours semblent imprenables. Bâtie de 1370 à 1383, sous Charles V le Sage (1364-1380) et Charles VI le Fol (1380-1422), elle s’étend sur une superficie de 66 mètres sur 34 et s’élève à 24 mètres, ce qui équivaut à la hauteur d’un immeuble de neuf étages…

Résultat de recherche d'images pour "la Bastille"
Bernard-René Jourdan de Launay - Wikiwand
Le marquis de Launay

Le gouverneur Bernard Jourdan, marquis de Launay (1740-1789) a des vivres pour deux jours. Il dispose de quatre-vingts invalides, de trente Suisses et de soldats du régiment de Salis-Samade. Il fait pointer ses canons du côté du faubourg Saint-Antoine.

Avant la prise de la Bastille : l'incendie des barrières fiscales de Paris  | RetroNews - Le site de presse de la BnF

A dix heures et demie, à Paris

Le comité de l’Hôtel de Ville dépêche deux délégués pour parlementer. Le gouverneur les reçoit avec politesse, les invite à déjeuner. Il consent sans aucune difficulté à retirer ses canons, puisque les gens de l’Hôtel de Ville répondent de leurs troupes.

La porte qui donne dans la rue Saint-Antoine n’est pas défendue ; la cour est vide de soldats. La foute y pénètre et s’y installe, pour attendre le retour des députés du comités.

Monsieur de Launay a fait retirer les canons, mais les gens s’impatientent ; pourquoi ne reviennent-ils pas? Le bruit court que Launay les retient et prépare quelque perfidie.

A onze heures et demie

Le comité s’inquiète à son tour et envoie un troisième parlementaire, Thurot de la Rozière qui arrive au moment du dessert afin d’exiger du gouverneur qu’il retire ses canons , qu’ils ne soient plus pointés sur le peuple.

H3-La Révolution française et l'Empire, nouvel ordre politique et social en  France et en Europe - Site de M.Moalic
Henri Serre interprète le gouverneur de Launay dans Les Années Lumières (1989)

Launay et ses trois invités grimpent au sommet des tours pour s’assurer que les mesures promises ont bien été prises. Les canons sont bien en retrait. Le gouverneur se penche du haut d’un créneau. En bas , la foule s’agrandit. On estime à 250 000 le nombre des Parisiens qui sont descendus dans la rue. Il y a de quoi inquiéter le vénérable gouverneur, qui promet de ne pas tirer si l’assaut n’est pas donné.

La prise de la Bastille - Le roi Arthur, la réalité derrière le mythe
Image de Lady Oscar de Jacques Demy

La vieille forteresse est si imbriquée dans les constructions du quartier Saint-Antoine que le chemin de ronde jouxte la boutique d’un parfumeur. De là , il est parfaitement possible de se hisser sur le chemin de ronde puis de gagner le poste de garde qui domine la deuxième cour de la Bastille.

Résultat de recherche d'images pour "la révolution les années lumières la Bastille"
On perçoit bien la boutique du parfumeur

Bonnemère et Tournay, deux hardis Parisiens, sont au courant de cette anomalie : ils se précipitent dans la boutique, grimpent sur le toit du corps de garde, qui est situé en avant du pont-levis de l’avancée.

Résultat de recherche d'images pour "les années lumières Louis XVI Bastille"
Image d’Un Peuple et son Roi de Pierre Schoeller
La Révolution Française, Robert Enrico & Richard T. Heffron, 1989 | Dans  mon Eucalyptus perché
Image des Années Lumière (1989) de Robert Enrico

Les voilà dans la cour du Gouvernement. Ils se ruent sur le pont-levis, dont ils coupent les chaînes. Dans un fracas épouvantable, le vieux pont-levis s’écroule, déployant un nuage de poussière.

Aucune description disponible.
Image des Années Lumière (1989) de Robert Enrico

Surpris, les gens qui attendaient dans la première cour se hâtent de pénétrer dans la seconde , qui n’est pas davantage gardée.

Ils sont si nombreux que la cour est entièrement occupée, jusqu’au pont de pierre.

Résultat de recherche d'images pour "la révolution les années lumières"
Image des Années Lumière (1989) de Robert Enrico

La forteresse entière sera-t-elle investie sans combat? Launay ne peut plus attendre : la place est presque à la merci de la foule qui est au pied du pont. Si elle le franchit, c’est la catastrophe.

Launay aurait alors ordonné le tir…

À une heure après midi

Tous les Parisiens sont convaincus que Launay est un traître et un assassin.

Bastille - 14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Tdih-j10

À une heure et demie

Les quatre-vingt-deux invalides défenseurs de la Bastille et trente-deux soldats suisses détachés du régiment de Salis-Samade ouvrent le feu sur les émeutiers qui continuent leurs assauts sur la forteresse. Une centaine de personnes sont alors tuées. Durant trois heures et demie, la Bastille est alors soumise à un siège régulier.

On crie à la trahison :

Le gouverneur nous a fait abaisser le pont-levis pour nous faire entrer dans la cour et nous fusiller plus facilement !

ou

Ils reculent les canons pour les charger!”

À deux heures

Une troisième délégation se rend à la Bastille dans laquelle se trouve l’abbé Claude Fauchet (1744-1793).

À trois heures

Une quatrième délégation, voulue dans les formes par le comité permanent de l’Hôtel de Ville, affublée d’un tambour et d’un drapeau pour afficher son caractère officiel, se présente devant le marquis de Launay mais n’obtient toujours rien. Pire, les parlementaires reçoivent une décharge de mousqueterie qui touche la foule. Les soldats de la garnison de la Bastille et les assiégeants échangent des tirs. Dans la confusion, même cette dernière délégation est prise à partie par la foule des assiégeants. Les négociations sont dès lors closes, et c’est par la force que l’on compte prendre la forteresse.

À trois heures et demie

Un détachement de soixante-et-un garde-françaises composé en grande partie des grenadiers de Reffuveilles et des fusiliers de la compagnie de Lubersac, se présentent au milieu d’une vive fusillade devant la Bastille. Ces soldats expérimentés arrivent dans la cour de l’Orme, traînant à bras cinq pièces de canon et un mortier mis en batterie et dirigés sur les embrasures du fort, dont ils éloignent les canonniers et les tirailleurs. Les deux autres pièces sont braquées sur la porte qui fait communiquer la cour intérieure avec le jardin de l’Arsenal, et cette porte cède bientôt sous leurs coups.

14 Juillet 1789
Images des Années Lumière (1989) de Robert EnricoAperçu de l’image
Aperçu de l’image
Tout est perdu, la Bastille est au pouvoir des Parisiens" (FranceArchives)
La Révolution française : questionnaire | histoirendv
Image des Années Lumière (1988) de Robert Enrico

Aussitôt

La foule se précipite pour pénétrer dans la Bastille; mais les Gardes Françaises, conservant tout leur sang-froid au milieu du tumulte, forment une barrière au-delà du pont et par cet acte de prudence sauvent la vie à des milliers de personnes qui se seraient précipitées dans le fossé.

Résultat de recherche d'images pour "les années lumières Louis XVI Balmer"

À cinq heures du soir

Le marquis de Launay, isolé avec sa garnison, constate que malgré l’ampleur de leurs pertes les assaillants ne renoncent pas.

4eme - Histoire, chap 3 : la Révolution française (1789-1799) - HGEC -  Collège ANNE FRANK
Images des Années Lumière (1989) de Robert Enrico

Un nombre assez considérable de citoyens vient alors se présenter devant la Bastille pour demander des armes et des munitions de guerre. Comme ils sont la plupart sans défense, et n’annoncent aucune intention hostile, monsieur de Launay les accueille, et fait baisser le premier pont-levis pour les recevoir. Il négocie donc l’ouverture des portes sur promesse des assiégeants qu’aucune exécution n’aura lieu après la reddition.

Les plus déterminés s’avancent pour lui faire part du motif de leur mission. Mais à peine sont-ils entrés dans la première cour, que le pont se relève, et qu’un feu roulant de mousqueterie et d’artillerie fait mordre la poussière à une partie de ces infortunés qui ne peuvent ni se défendre ni se sauver. Ceux qui les attendent au-dehors, révoltés d’une si lâche perfidie, courent sur-le-champ à l’Hôtel-de-Ville rendre compte et demander vengeance de cette barbarie.

La prise de la bastille - YouTube
Images des Années Lumière (1989) de Robert EnricoLa Révolution française - 3. la prise de la Bastille, 14 juillet 1789 -  ScolaWebTV

Mais bientôt une immense multitude armée de fusils, de sabres, d’épées, de haches, se précipite dans les cours extérieures en criant :

La bastille , la bastille ; en bas la troupe”, s’adressant aux soldats placés sur les tours. »

14 juillet 1789, prise de la Bastille - YouTube
Image des Années Lumière (1988) de Robert Enrico

La foule des assaillants augmente de moment en moment ; elle se grossit de citoyens de tout âge, de tout sexe, de toutes conditions, d’officiers, de soldats, de pompiers, de femmes, d’abbés, d’artisans, de journaliers, la plupart sans armes, et rassemblés confusément ; tous mus par une impulsion commune, s’élancent des différents quartiers de Paris et se précipitent par cent chemins divers, à la Bastille.

Jean Sévillia : la véritable histoire du 14 juillet

Le faubourg Saint- Antoine, placé sous l’artillerie du fort, plus animé encore en raison de sa proximité, y afflue tout entier. On y voit aussi accourir des gens de la campagne, des étrangers et des guerriers récemment arrivés de différents pays.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 4%20Prise_de_la_Bastille.jpg.

La petite garnison de la forteresse succombe à la panique : elle comprend qu’elle ne pourra pas résister à la foule. Le gouverneur de la Bastille se sait perdu.

« Incertain et flottant entre la crainte et l’espérance, il prit le parti le plus dangereux de tous, celui de n’en prendre aucun ; celui des âmes faibles qui, dans des crises orageuses, paraissent poussés par une force irrésistible vers la catastrophe qu’ils cherchent le plus à éviter […]. Enfin, il s’adresse à la garnison, et lui demande s’il ne vaut pas mieux se faire sauter, que de s’exposer à être égorgés par le Peuple, à la fureur duquel on ne pouvait plus se promettre d’échapper. “Remontons, dit-il, sur les tours ; et s’il faut mourir, rendons notre mort funeste à nos ennemis ; écrasons-les sous les débris de la Bastille.” Mais les soldats lui répondent qu’ils aiment mieux mourir que de faire périr un si grand nombre de leurs concitoyens, et qu’une plus longue résistance étant désormais impossible, il faut faire monter le tambour sur la plate-forme pour rappeler, arborer un drapeau blanc et capituler. »

La Gazette Nationale
14 juillet : La prise de la Bastille - Clioweb, le blog
Images des Années Lumière (1988) de Robert Enricobastille : Tous les messages sur bastille - Clioweb, le blog

« Le plus grand nombre parcourait en tumulte les prisons, descendait dans les cachots, en ébranlait avec fracas les doubles, les triples portes ferrés, aussi épaisses que les portes extérieures des citadelles, et forçait à coups redoublés ces froides catacombes enveloppées des ténèbres et du silence de la mort ; car dans l’ivresse de la victoire, on avait oublié les malheureux enfermés dans la forteresse, et l’on portait en triomphe les clefs des verrous sous lesquels il gémissaient. Tandis que tout était en combustion depuis le comble jusqu’au fond des cachots, l’or, l’argent, les archives étaient au pillage. Tout est ravagé, dévasté : une foule de documents, de manuscrits, de registres sont jetés des tours dans les fossés, dans les cours, dispersés, foulés, égarés, et tombent entre les premières mains qui veulent les ramasser. »

La Gazette Nationale
LA PRISE DE LA BASTILLE LE 14 JUILLET 1789 by Claude Louis Desrais on artnet
Storming of the Bastille, 14 July 1789 - YouTube
Henri Serre dans Les Années Lumière (1988) de Robert Enrico

Les émeutiers, parmi lesquels on dénombre une centaine de tués et soixante-treize blessés envahissent la forteresse, s’emparent de la poudre et des balles, puis libèrent les sept captifs qui y étaient emprisonnés :

  • quatre faussaires : Jean Béchade, Bernard Laroche, Jean La Corrège et Jean-Antoine Pujade, accusés d’avoir falsifié des lettres de change. Leur procès est alors en cours d’instruction ;
  • le comte Hubert de Solages, criminel enfermé à la demande de son père, qui paie sa pension ;
  • Auguste Tavernier, supposé complice de Robert-François Damiens, l’auteur d’une tentative d’assassinat sur Louis XV en 1754 ;
  • le comte de Whyte de Malleville, embastillé pour démence à la demande de sa famille; il se prendrait pour Jules César…
Prise_de_la_Bastille,_H._Jannin,_Musée_de_la_Ré&volution_française_-_Vizille
Contrairement à l’image romantique des révolutionnaires « briseurs de chaînes », la Bastille était occupée de sept prisonniers seulement au moment de l’insurrection. (Image: H. Jannin, Musée de la Révolution Française)

Le 14 juillet 1789, la Bastille ne retient que sept prisonniers et une garnison d’une petite centaine d’hommes. Pourquoi donc s’être donné tant de mal pour s’en emparer ? Car le vrai enjeu de la Bastille, ce n’était pas les prisonniers… Mais la poudre!

la Bastille - LAROUSSE
Intérieur d’un cachot de la Bastille : la prison aura accueilli 4 279 détenus durant quatre siècles
Peut être une image de 1 personne et position debout
Prise de la Bastille tableau
La prise de la Bastille | Gallica vous conseille

Les soldats de la Bastille seront tous massacrés.

Résultat de recherche d'images pour "prise de la bastille"
Le gouverneur est capturé par les assaillants
“ As for the story that was told and which has been generally received that M. de Launay [the governor] had ordered the bridges lowered to let in the crowd and that after, he had ordered them raised and ordered to fire on those who had entered [the...
The taking of the Bastille, 18th century. [credit: Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie]

La garnison de la Bastille, prisonnière, est conduite à l’Hôtel de Ville pour être jugée.

Aperçu de l’image
Image des Années Lumière (1989) de Robert Enrico
La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789 | Histoire et analyse d'images  et oeuvres
Résultat de recherche d'images pour "Les têtes du marquis de Launay"
L'arrestation du gouverneur de la Bastille, le 14 juillet 1789 | Histoire  et analyse d'images et oeuvres
Le tableau retrace les derniers feux du combat et la sortie sous escorte de Launay, le gouverneur de la Bastille. Comme le plus souvent dans les images relatives à la prise de la Bastille, la forteresse est saisie de la cour du Passage, avec au premier plan la porte de l’Avancée d’où sortent le gouverneur, emmené par le grenadier Arné, et le canonnier Humbert. Derrière la porte, on devine la cour du Gouvernement et on perçoit distinctement le pont de pierre à trois arches avec parapet de barrières et le pont-levis baissé attestant de la victoire des émeutiers. De gauche à droite s’élèvent les tours de la Berteaudière, de la Basinière et de la Comté où se trouvait également le magasin à poudre. Tout en représentant la capitulation et l’arrestation du gouverneur de la Bastille par les gardes-françaises, Lallemand évoque également les derniers moments de l’assaut. Toutefois, mal à l’aise dans ce registre, le peintre brosse une scène idéalisée d’où la violence est pratiquement absente – quelques coups de feu épars, des canons en action et une foule bon enfant, plus spectatrice que véritablement actrice –, les couleurs qui tirent vers le bleu et le rose atténuant toute tonalité véritablement dramatique.

En chemin, de Launay est roué de coups, massacré à coups de sabre, décapité au couteau par l’aide-cuisinier Desnot et sa tête mise au bout d’une pique.

Le massacre de Jacques de Flesselles par Lallemand

Les têtes du marquis de Launay et de Jacques de Flesselles, prévôt des marchands de Paris (tué, lui , par un hasard malheureux alors qu’il sort de l’Hôtel de Ville) sont promenées au bout d’une pique dans les rues de la capitale jusqu’au Palais-Royal. Plusieurs des invalides trouvent aussi la mort pendant le trajet.

La tête du gouverneur de Launay est flanquée au bout d’une pique Aperçu de l’image

Outre les prisonniers, la forteresse héberge les archives du lieutenant de police de Paris qui sont soumises à un pillage systématique.

Résultat de recherche d'images pour "les années lumières Louis XVI Bastille"
Images des Années Lumière (1989) de Robert EnricoPhoto du film La Révolution française | Révolution française, Révolution,  France
Aperçu de l’image

À six heures du soir

Ignorant la chute de la Bastille, Louis XVI ordonne aux troupes d’évacuer Paris. Cet ordre est apporté à l’Hôtel de Ville à deux heures du matin.

Le feu des défenseurs a fait des blessés. On les transporte à l’Hôtel de Ville en suivant la rue Saint-Antoine.

Bastille - 14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 2 Img12712
Les vainqueurs de la Bastille devant l’Hôtel de Ville, le 14 juillet 1789 par Paul Delaroche

A Versailles , fin de journée du mardi 14 juillet

Le Roi revient de la chasse.

Il rentre bredouille et note, dans son journal, ce “Rien” resté célèbre … :

[Image: Detail from July 1789 page from Volume 1 in the ‘Journal of Louis XVI’ collection at the Archives Nationales; via the Archives Nationales.]
Volume 1 encompasses pages in which Louis XVI wrote a record of walks, trips, reviews, festivals,...
Aperçu de l’image
Le duc de la Rochefoucault-Liancourt dans Les Années Lumière (1989)

Réveillé dans la nuit par le duc de la Rochefoucault-Liancourt (1747-1827)  qui l’informe de la situation, il interroge :

_C’est une révolte?

_Non, sire! C’est une révolution!

Aperçu de l’image
Jean-François Balmer est Louis XVI dans Les Années Lumière (1989)

Le soir-même du 14 juillet 1789

Pierre-François Palloy

On entreprend la démolition de la Bastille, orchestrée par Pierre-François Palloy (1755-1835):

” (…) Pierre-François Palloy entrepreneur de bâtiments , n’avait qu’un désir : obtenir un grand chantier. Il rêvait de démolir la forteresse de la Bastille . Mais lorsqu’il eut dès le soir du 14 juillet 1789 commencé à faire piocher ses 400 ouvriers, il s’aperçut brusquement qu’il venait d’entreprendre une œuvre patriotique, se prit pour un héros national et, grisé , ne se préoccupa plus que de sa gloire…Il se ruina pour la conquérir ! ”

Pierre-François Palloy emploie près de huit cents ouvriers pour démonter pierre par pierre les murs de la Bastille. Si une grande partie de ces pierres a servi à la construction du pont de la Concorde, Palloy a eu une autre bonne et lucrative idée : proposer des « objets dérivés » commémoratifs de l’événement.

La machine à produits dérivés : la prise de la Bastille et ses souvenirs –  Orion en aéroplane
Démolition du Château de la Bastille, vue d’optique, v. 1790, Gallica/BnF

Palloy fait sculpter, dans les pierres même de la forteresse, des miniatures de la Bastille, qu’il commercialise. Il envoie également dans les grandes villes de province des maquettes du bâtiment pour porter la bonne parole révolutionnaire. Avec les chaines de la prison, il fait faire des bijoux, des tabatières et des médailles, dont plusieurs exemplaires sont conservés dans les collections publiques.

La Bastille (oeuvre exécutée dans un bloc de pierre provenant de la  Bastille) | Carnavalet
Certains de ces « produits commémoratifs » de Palloy sont à découvrir dans les salles du Musée CarnavaletLa machine à produits dérivés : la prise de la Bastille et ses souvenirs –  Orion en aéroplane
La machine à produits dérivés : la prise de la Bastille et ses souvenirs –  Orion en aéroplane
vivelareine:
““The people infuriated by the treachery of the Governor, who had fired on their representatives, took these offers of peace for another trap and continued to advance, firing as they went up to the drawbridge leading to the interior of...
La Prise de la Bastille par Henry Singleton

Le 15 juillet 1789

Louis XVI rappelle Necker sous la pression populaire.

Le 16 juillet 1789

Images des Années Lumière (1989) de Robert Enrico

Les Polignac émigrent sous les conseils de la Reine: la duchesse est très impopulaire; on la juge débauchée et intéressée.

Aucune description disponible.
Les Polignac quittent la France
A Sens, lors d’un relais de poste, on a failli reconnaître la favorite de la Reine.

Madame de Tourzel  (1749-1832) devient Gouvernante des Enfants de France.

Le 17 juillet 1789

Louis XVI connaît sa dernière entrée triomphale à Paris: le Roi vient accepter la désignation de Bailly à la fonction de maire de Paris, et celle de La Fayette, au grade de commandant de la Garde nationale.

La Révolution française" de Robert Enrico, Richard T. Heffron. Critique DVD
Images des Années Lumière (1989) de Robert Enrico17 juillet 1789, La Fayette remet la cocarde au roi à l'Hôtel de Ville -  YouTubeTest La Révolution française DVD

Bailly remet au souverain les clefs de Paris et la cocarde tricolore, mêlant le rouge et le bleu de Paris au blanc du roi, en lui disant :

« Sire, Henri IV avait reconquis son peuple. Ici c’est le peuple qui a reconquis son roi ».

Charles X, dernier Roi de France et de Navarre: Le comte d'Artois dans "Les  Adieux à la Reine" (2012)
Xavier Beauvois est Louis XVI dans Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot (2012)Xavier Beauvois as Louis XVI, Les adieux à la reine 2012. | Louis xvi, Reine

Marie-Antoinette est si inquiète pendant cette journée qu’Elle va jusqu’à préparer un discours au cas où Paris retenait le Roi prisonnier, pour le rejoindre avec leur famille.

Quel soulagement pour Elle de le voir revenir le soir… mais quel effroi lorsqu’Elle découvre la cocarde tricolore à son chapeau :

Je ne pensais pas avoir épousé un roturier !

Test Les adieux à la reine Blu-Ray
Image des Adieux à la Reine (2012) de Benoît Jacquot
La Démolition de la Bastille par Robert Hubert
Prise de la Bastille : le 14 juillet 1789 devenu jour de fête nationale
Démolition de la Bastille, estampe, éditée par Basset, 1789.
Il a fallu treize ans pour la construire et deux ans pour la démolir. Le règne de la Bastille a duré exactement quatre siècles.La Bastille, à Paris.
cle de la bastille
La clef de la Bastille se trouve aujourd’hui aux États-Unis, dans la maison de George Washington à Mount Vernon. C’est La Fayette, commandant de la Garde nationale de Paris, qui décida de l’offrir à Georges Washington comme symbole de la victoire de la liberté sur le despotisme.

Sources :

  • Pascal DUPUY, « L’arrestation du gouverneur de la Bastille, le 14 juillet 1789 », Histoire par l’image 
  • Les Années Lumière (1988), film de Robert Enrico
  • « La prise de la Bastille » François FURET, Mona OZOUF, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, réédité collection « Champs » 1992.
  • La Révolution française, de François FURET et Denis RICHET, Paris, Fayard, 1965, réédité en 1997.
  • La Gazette Nationale du 17 juillet 1789
  • La Prise de la Bastille, de Jacques GODECHOT, Paris, Gallimard, collection « Les Trente Journées qui ont fait la France », 1965.
  • Les Adieux à la Reine (2012) , film de Benoît Jacquot
  • https://www.unjourdeplusaparis.com/paris-insolite/anecdotes-la-bastille : 8 choses que vous ignoriez sur la Bastille
  • Les chroniques la Révolution, 1788-1799, LAROUSSE ; 1988

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!