Loading...
Ailleurs dans le monde...L'AlmanachL'entourage de Marie-AntoinetteLa cour de VienneSa famille d'Autriche

Maximilien de Habsbourg-Lorraine, archevêque de Cologne

Le 8 décembre 1756

Naissance de Maximilien François Xavier (1756-1801), seizième et dernier enfant de l’Impératrice Marie-Thérèse (1717-1780) et de l’Empereur François-Etienne, ancien duc de Lorraine (1708-1765).

François-Etienne de Lorraine et Marie-Thérèse d’Autriche, école autrichienne
L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes assisesPortrait de la famille impériale par Martin Van Meytens (1756) L’Archiduc Maximilien occupe le tout petit berceau central.

Seizième enfant, Marie-Thérèse décide après sa naissance de mettre un terme à sa vie conjugale, excédée de trop nombreuses grossesses et accouchements qu’elle craint énormément.

Il n’empêche : si Maximilien fait l’objet de peu de soins de la part de sa mère durant toute son enfance et adolescence, le jugeant peu aimable, elle s’attachera finalement à ce petit dernier lorsqu’il entrera dans les ordres.

Les enfants du couple impérial reçoivent une éducation conforme à leur rang qui se doit d’être avant tout religieuse. Celle-ci commence à leurs trois ans.

De part la multiplicité des langues au sein des vastes territoires des Habsbourg, elles doivent apprendre l’allemand, en plus du dialecte viennois, le français, la langue maternelle de leur père, l’italien, mais aussi le latin, le hongrois et le tchèque.

Des rapports quotidiens, sur chacun de ses enfants sont donnés à la souveraine qui répond point par point. Ceci permettant de compenser les absences de la mère, trop occupée par les affaires d’Etat.

Très vite, les petits Archiducs et Archiduchesses se doivent d’accompagner leur mère à l’église, aux processions et aux pèlerinages dont Marie-Thérèse est très férue.

Les touts-petits, nés à peu d’intervalle sont logés dans ce qu’on appelle la “Kindskammer” (“la chambre d’enfant”) où ils sont généralement confiés aux soins d’unedemoiselle de chambre et de ses assistantes.

Cinquième fils, si son sexe réjouit après tant de filles, il n’a aucune perspective pour la succession et est rapidement destiné à entrer dans les ordres.

                            Réunion intime de la famille impériale, par Martin van Meytens (?)                           L’héritier du trône est reconnaissable car habillé de rouge au premier rang. Il joue du violoncelle.

Il est élevé dans sa petite enfance avec sa soeur Antonia puis après son passage aux hommes avec Ferdinand.

Si Marie-Thérèse adore ses enfants, elle ne leur accorde que peu de temps, peu de place dans sa vie. Les affaires d’état passent avant tout. Et ensuite, son mari. Après viennent les enfants. Et selon ses prédilections marquées.

Or Maximilien restera le dernier dans tous les sens du terme.

Seuls ses frères et soeurs de son âge vont lui apporter l’affection qu’il ne reçoit pas de ses parents, ainsi que Joseph.

Le 6 octobre 1760

Célébration du mariage de l’Archiduc Joseph et Isabelle de Bourbon-Parme à Vienne en grandes pompes.

Isabelle de Bourbon-Parme et l’archiduc Joseph au moment de leur mariage, d’après Martin van Meytens

Marie-Thérèse souhaite les fêtes les plus extraordinaires, à la hauteur de l’événement, et décide de les faire immortaliser par son peintre préféré Martin van Meytens aidé de son atelier.

L’artiste n’achèvera l’ensemble qu’en 1765.

L’entrée d’Isabelle de Bourbon-Parme dans Vienne, par Martin van Meytens et son atelier

Banquet dans la grande antichambre du palais de la Hofburg de Vienne, par Martin van Meytens et son atelier
Souper dans la salle de la Redoute à la Hofburg, Martin van Meytens et son atelier
Sérénade dans la salle de la Redoute, Martin van Meytens et son atelier. Le couple impérial est au centre, entouré par les nouveaux mariés, Joseph près de son père, Isabelle près de sa belle-mère. Les quatre autres archiducs se répartissent ensuite, deux par deux, puis les archiduchesses se divisent en deux groupes de quatre de part et d’autre, en ordre décroissant.

Pour cette dernière composition, Marie-Thérèse demande à l’artiste de rajouter ses derniers enfants qui n’avaient pu assister aux cérémonies car alors trop jeunes : les archiducs Ferdinand, Maximilien et leurs sœurs Marie-Caroline et Marie-Antoinette.

Il place aussi le jeune prodige Wolgang Gottlieb Mozart que l’on peut repérer dans la foule. Il n’était au moment des faits qu’un simple bambin de quatre ans parfaitement inconnu mais qui était depuis devenu une célébrité internationale.

Détail montrant le jeune Mozart devenu en quelques années une véritable “star”.
Max François vers 1760 par Martin van Meytens

Maximilien François,  qu’en famille, on appelle Max François, grandit sous la tutelle d’éducateurs qui ont déjà fait leurs preuves. Il est élevé avec son frère Ferdinand, de deux ans son aîné et il est initié aux idées des Lumières ce qui va marqué sa vie future.           De constitution solide, il est aussi endurci, et son caractère ouvert, généreux, féru de vérité se double d’une grande vivacité d’esprit et d’une bonne mémoire.

Mais son éducateur mentionne aussi sa tendance à l’entêtement, de son caractère réservé et fermé.

1760. Maria Josepha, Maria Carolina, Maria Antonia, and Maximilian.Les Archiduchesses Marie-Josèphe, Marie-Caroline et Marie-Antoinette et le petit Archiduc Maximilien (1760) par Liotard

Le 26 décembre 1760

Nouvelle épidémie de variole au sein de la famille impériale.

L’archiduc Charles-Joseph, frère de Maximilien, tombe malade.

En 1761

Le 18 janvier 1761

Mort de son frère Charles-Joseph.

Le 5 août 1761

Grossesse d’Isabelle déclarée officiellement.

Dès l’âge de cinq ans, chaque enfant se voit attribuer un appartement, composé de plusieurs pièces. En plus de l’Aja (l’Ajo pour les Archiducs), qui est la personne responsable, plusieurs professeurs et un confesseur particulier assument l’éducation des enfants.

Une éducation générale leur est donnée, mais ensuite chacun des petits princes et princesses développe avec des professeurs particuliers des spécificités propres, en fonction de ses talents, mais aussi de son avenir envisagé.

Outre les langues, on y trouve la lecture et l’écriture, l’histoire, la géographie, la géométrie, les mathématiques, la musique et la danse.

Marie-Thérèse et François-Etienne veulent développer le plus possible chez chacun de leurs enfants des talents artistiques.

Des rapports quotidiens, sur chacun de ses enfants sont donnés à la souveraine qui répond point par point. Ceci permettant de compenser les absences de la mère, trop occupée par les affaires d’Etat.

Si Marie-Thérèse s’occupe de chaque détail de l’éducation de ses enfants, elle n’en est pas moins une mère terrible.

Une miniature qui représente le régime disciplinaire de Marie-Thérèse :

Artiste inconnu (1750) – Musée National de Varsovie.

Les enfants sont soumis à un strict emploi du temps, rédigé de la main de l’Impératrice :

Huit heures du matin, réveil et prière “élévation à Dieu” et se lever du lit.
Neuf heures, prière du matin, toilettes et petit déjeuner.
Neuf heures et demie : la kammerfrau (la femme de chambre) fait répéter et apprendre par cœur le catéchisme
De neuf heures et demie à dix heures, permission de jouer.
Onze heures : une demi-heure d’écriture et de nouveau récréation
De onze heures à onze heures et demie: confession
Midi : heure du déjeuner et de la liberté
A deux heures après midi :  de nouveau récréation
A quatre heures après midi : cours de français
A cinq heures du soir : amusement avec les jeux de cartes, livres et enseignement des mots français par des images ou danse.
A six heures du soir : réciter le Noster Pater pour rappeler toujours la présence de Dieu.
A sept heures et demie du soir : dîner
A huit heures et demie du soir : nettoyage du soir et lit.
Quand le temps le permettra, nous modifierons les horaires afin qu’on puisse sortir en calèche en hiver et se promener dans le jardin en été.”

Les heures d’études sont complétées par les professeurs de musique, de dessin et de langues. Chaque matin, l’impératrice reçoit le rapport médical du Dr Van Swieten, qui lui rapportel’état de santé de ses enfants. L’Impératrice voit les enfants tous les huit ou dix jours.
Le fouet peut être donné par les ayos.

Maximilien, rejoignant Ferdinand, est élevé par Karl Goëss puis par Anton Thurn. 

Le 20 mars 1762

Naissance de Marie-Thérèse, fille de Joseph et d’Isabelle.

Gouache signée et datée de Marie-Christine

Le 13 octobre 1762

Visite de la famille Mozart à Schönbrunn.

La famille impériale est très férue de musique et au grand bonheur du couple impérial et de Joseph, Isabelle joue merveilleusement bien du violon.

En décembre 1762

En 1762, Marie-Christine réalise cette gouache, portrait de la famille impériale dans un intérieur bourgeois.La Saint-Nicolas, d’après une gravure de Jacobus Houbraken
        Elle se représente à gauche de la composition, offrant des cadeaux à ses frères                      Ferdinand et Maximilien sous le regard bienveillant de leurs parents.                          Maximilien est le petit garçon qui découvre par terre les friandises !
L’Archiduc Maximilien par Liotard (1762)

Le 22 décembre 1762

Mort de Sa sœur Marie-Jeanne-Gabrielle.

L’archiduchesse Marie-Jeanne-Gabrielle par Pierre Benevaux

En 1763

Le 27 novembre 1763

Mort d’Isabelle de Bourbon-Parme. Chagrin immense de la famille impériale.

En 1765

Le 25 janvier 1765

Le mariage de Joseph II avec Maria Josepha de Bavière.

Tableau de Johann Georg Weickert: l’Archiduc Maximilien est en ange au milieu de son frère Ferdinand et de sa sœur Antonia

Lors de cette cérémonie, les archiducs et archiduchesses donnent un spectacle…

Le 5 août 1765

Mariage de l’archiduc Léopold avec Marie-Louise d’Espagne à Innsbruck.

Le 18 août 1765

Mort de Son père, l’Empereur François Ier, lors des festivités du mariage de Léopold à Innsbruck.

Résultat de recherche d'images pour "Empereur François-Etienne par Johann Zoffany en 1777"
Portrait posthume par Johann Zoffany en 1777

Marie-Antoinette racontera, en 1790, à  Mesdames de Tourzel, de Fitz-James et de Tarenteaux que l’Empereur François Ier, partant pour l’Italie, d’où il ne devait jamais revenir , rassemble ses enfants pour leur dire adieu :

J’étais la plus jeune de mes sœursmon père me prit sur ses genoux, m’embrassa à plusieurs reprises, et, toujours les larmes aux yeux, paraissant avoir une peine extrême à me quitter. Cela parut singulier à tous ceux qui étaient présents, et moi-même je ne m’en serais peut-être pas souvenue si ma position actuelle , en me rappelant cette circonstance, ne me faisait voir pour le reste de ma vie une suite de malheurs qu’il n’est que trop facile de prévoir.”

En 1766

Le 8 avril 1766

Mariage de Marie-Christine avec  Albert de Saxe-Teschen (1738-1822), frère de la Dauphine Marie-Josèphe de Saxe, mère du duc de Berry, au château de Hof.

Marie-Christine et  Albert de Saxe-Teschen, détail d’un tableau de Marie-Christine elle-même

Le 28 mai 1767

Mort de Marie-Josepha de Bavière, seconde épouse de l’empereur de Joseph II.

Le 15 octobre 1767

Mort de l’Archiduchesse Marie-Josèphe (1751-1767), sœur de Maximilien.

L’archiduchesse Marie-Josèphe
L’Archiduc Maximilien vers l’âge de dix ans

En 1768

Le 12 mai 1768

Mariage de sa sœur l’Archiduchesse Marie-Caroline avec Ferdinand Ier des Deux-Siciles.

En 1769

Premiers portraits de Marie-Antoinette par J. Ducreux (et d'après) 96-02116Maximilien par Joseph Ducreux en 1769

Le 27 juin 1769

Mariage par procuration de sa sœur l’archiduchesse Marie-Amélie avec Ferdinand Ier, duc de Parme.

En 1770

Le 23 janvier 1770

Mort de sa nièce Marie-Thérèse, fille de Joseph II.

Le 16 mai 1770

Le mariage de Marie-Antoinette et du Dauphin est célébré dans la chapelle royale de Versailles.

Marie-Antoinette Magà Ettori – MAGÀ ETTORILe mariage dans le film de Sofia Coppola (2006)Christoph Willibald von Glück – Marie-Antoinette Antoinetthologie
      Miniature sur ivoire.Marie-Christine est à l’extrême gauche, en compagnie de son époux Albert de Saxe, duc de Teschen… Maximilien, Marie-Elisabeth, Marie-Anne et Joseph II  autour de Marie-Thérèse… L’oeuvre est de Marie-Christine !
L’Archiduc Maximilien par sa sœur Marie-Christine

Le 10 mai 1774

Mort de Louis XV.

Le Dauphin devient Roi sous le nom de Louis XVI…

Exposition "Marie-Antoinette" de 1955

…et sa sœur Marie-Antoinette, Reine de France !

En 1774

Sa mère, qui le considère comme peu apte au mariage, envoie Maximilien François  – il est d’ailleurs le seul de ses enfants à le faire – en “voyage de cavalier”, un usage répandu dans les cercles de la noblesse. Ce voyage conduit le jeune Archiduc dans les cours de ses frères et sœurs mariés en Italie et en France. Tout comme pour les autres membres de la fratrie, sa mère a consigné pour lui, par écrit, pour le voyage, les règles de conduite et de vie.

En 1775

Le 7 février 1775

L’archiduc Maximilien (1756-1801) rend visite à sa sœur Marie-Antoinette à Versailles.

Selon l’usage et pour garder à son périple un caractère aussi privé que possible, Maximilien voyage sous un pseudonyme : comte de Burgau.

Il est porteur de bonnes nouvelles de Vienne. L’Impératrice Marie-Thérèse a suivi avec attention la révolte des Cosaques menée par Pougatchev et approuvé la sévérité de Catherine II envers les coupables.  Quinze mille Russes sont mis à mort, mais, si l’on considère les hécatombes que provoque une guerre civile, ce nombre semble négligeable.

Les retrouvailles ont lieu au château de la Muette.

Image illustrative de l’article Château de la Muette (Paris)

Maximilien donne de bonnes nouvelles de leurs sœurs qui sont d’excellentes mères …  il semble ignorer les difficultés maritales de sa sœur et de Louis-Auguste…

Marie-Antoinette, le roi Louis XVI de France et l’archiduc Maximilien, huile sur toile de Joseph Hauzinger

Les Parisiens sont vexés de son indifférence pour leur ville et se moquent de ses maladresses, par exemple à Buffon qui voulait lui offrir un présent, il répond

« Je serais bien fâché de vous en priver ».

La visite incognito de l’Archiduc Maximilien est en définitive une véritable source d’embarras. Aucun prince de sang n’a désiré venir le saluer à Versailles, démarche contraire à l’Étiquette qui exige que le visiteur fasse le premier pas. Marie-Antoinette se met en colère, mais ni Condé, ni Conti, ni Penthièvre, ni Orléans n’ont cédé. L’usage est l’usage et aucun visiteur, fût-il Habsbourg, ne peut en faire fi…  La Reine en voudra à Chartres qu’Elle pensait un ami proche :

Vous auriez pu remarquer que le Roi l’a traité en frère et qu’il l’a fait souper en particulier dans l’intérieur de la famille royale, honneur auquel je suppose que vous n’avez jamais prétendu .

C’est un échec en termes de relations publiques et le jeune homme est rapidement surnommé “l’Archibête“.

Marie-Antoinette le voit repartir le cœur serré.

Après son retour à Vienne, Marie-Thérèse, en accord avec Joseph II, a prévu pour lui une carrière militaire, indispensable pour devenir gouverneur hongrois, poste qu’elle envisage pour lui. La surprise est grande lorsque se fait jour, chez un Maximilien plutôt connu pour son flegme, un talent particulier pour les affaires militaires.

Début  1779

Une chute de cheval pendant la Guerre de succession de Bavière (de juillet 1778 à mai 1779) provoque une grave maladie (un érysipèle comme Marie-Antoinette en janvier 1782? ) qui  l’oblige à quitter la carrière des armes et le destine à l’épiscopat.

Joseph II et sa mère décident alors que le jeune prince embrassera une carrière ecclésiastique bénéficiant néanmoins d’une influence politique : il deviendra Prince électeur de Cologne et archevêque de Munster.
Une fois vaincue la résistance des Princes électeurs allemands, rien ne peut plus s’opposer à son élection.

En juillet 1780

Il succède à son oncle Charles-Alexandre de Lorraine (1712-1780) en tant que grand-maître de l’Ordre Teutonique, ordre militaire chrétien apparu au Moyen Âge. Cette carrière ecclésiastique, planifiée par Marie-Thérèse qui la considère comme la perspective la plus logique pour caser un “Archiduc au huitième rang“, est assurée -ainsi que le note Marie-Thérèse dans ses instructions…

Maximilien, en Grand-Maître de l’Ordre des Chevaliers Teutoniques

 Le 29 novembre 1780

Mort de l’Impératrice Marie-Thérèse après une courte maladie.

Joseph II est désormais seul à la tête de l’Empire.

Joseph II par Anton von Maron (1775)

En 1784

L’Archiduc Maximilien devient archevêque de Cologne et à ce titre l’un des huit électeurs de l’Empereur. Il est ainsi élevé au rang de souverain (ecclésiastique) et entreprend à l’instar de son frère Léopold, de mettre en place, massivement, les réformes nécessaires sur son territoire.

Maximilien aura à son service le plus célèbre de ses sujets : le compositeur Ludwig van Beethoven (1770-1827).

Description de cette image, également commentée ci-aprèsLudwig van Beethoven par Stieler (1820)

En 1789

Le 5 mai 1789

Ouverture des États-Généraux à l’hôtel des Menus Plaisirs à Versailles.

Le 20 juin 1789

Serment du Jeu de paume

Tableau de Jacques-Louis David

Le 14 juillet 1789

Prise de la Bastille.

Le 4 août 1789

Abolition des privilèges.

La Nuit du 4 août 1789, gravure de Isidore Stanislas Helman (BN)

Le 26 août 1789

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Le 5 octobre 1789

Des femmes du peuple venues de Paris marchent sur Versailles pour demander du pain.

La famille royale se replie dans le château…

Le 6 octobre 1789

Vers cinq heures du matin, les appartements privés sont envahis. La Reine s’échappe en jupon par une porte dérobée. Plus tard, Sa présence est réclamée par la foule. Elle va au-devant du peuple, courageuse, au mépris de Sa vie.

La famille royale est ramenée de force à Paris.

Elle s’installe aux Tuileries et un semblant de vie de Cour se met en place.

Le 19 novembre 1789

Mort de sa sœur l’archiduchesse Marie-Anne à Klagenfurt. 

L’archiduchesse Marie-Anne

En 1790

Le 20 février 1790

Joseph II meurt à Vienne.

Maximilien soutient la candidature de son frère Léopold II  (1747-1792), leur frère, qui devient empereur des Romains.

Illustration.Portrait de Léopold II, vers 1790.

Le 12 juillet 1790

Constitution civile du clergé.

Le 14 juillet 1790

 Fête de la Fédération.

Le 22 octobre 1790

Le Roi songe à quitter la capitale considérant qu’on l’a contraint à sanctionner le décret de la Constitution civile du clergé.

Le 26 décembre 1790

Le Roi sanctionne le décret sur la Constitution civile du clergé.

En 1791

Le 20 juin 1791

Évasion de la famille royale.

Le 21 juin 1791

 Le Roi et la Reine sont arrêtés à Varennes.

Le 25 juin 1791

La famille royale rentre à Paris sous escorte.

Le Roi est suspendu.

Le 14 septembre 1791

Le Roi prête serment à la Constitution.

Le 29 novembre 1791

Décret faisant des prêtres réfractaires à la Constitution civile du clergé des “suspects”.

Maximilien accueille à Cologne plusieurs ecclésiastiques Français qui refusent de prêter serment à la constitution civile du clergé dont l’archevêque de Rouen, Dominique de La Rochefoucauld-Langeac (1712-1800) , avant de devoir lui-même fuir devant les troupes révolutionnaires françaises.

Image illustrative de l’article Dominique de La RochefoucauldMonseigneur Dominique de La Rochefoucauld, par Drouais (1757)

Le 19 décembre 1791

Louis XVI oppose son veto au décret sur les prêtres insermentés.

En 1792

Le 1er mars 1792

Léopold II, le frère de Maximilien, meurt.

Maximilien soutient la candidature de son neveu, François II (1768-1835), qui sera couronné empereur le 19 juillet.

L’Empereur François II (1792)

Le 10 août 1792

Sac des Tuileries.

On craint pour la vie de Marie-Antoinette. Louis XVI décide alors de gagner l’Assemblée nationale.

En 1793

Le 21 janvier 1793

Exécution de Louis XVI

Le 16 octobre 1793

Exécution de Marie-Antoinette, place de la Révolution .

Maximilien est révolté par l’assassinat de sa sœur et de son beau-frère.

En 1794

La ville de Cologne est occupée par les Français.

Le 6 octobre 1794

Les troupes françaises du Général Championnet rentrent par Melaten et reçoivent les clés de la ville à Hahnentor.

Maximilien trouve refuge dans son pays natal auprès de son neveu l’empereur François II.

Résultat de recherche d'images pour "la Hofburg de Vienne"

En 1795

Le 19 décembre 1795

Madame Royale, l’Orpheline du Temple, est délivrée et envoyée dans sa famille maternelle à Vienne.

Résultat de recherche d'images pour "Madame Royale"Madame Royale par Heinrich Friedrich Füger (après 1795)

En 1797

Max-François devient dépressif et obèse ; c’est à peine si, à l’âge de quarante ans, il peut encore se mouvoir ; il est affligé d’une toux convulsive et de narcolepsie.

Le 24 juin 1798

Décès de sa sœur Marie-Christine, du typhus.

Marie-Christine par Johann Zoffany

Le 26 juillet 1801

Maximilien meurt à Vienne dans le quartier Hetzndorf à l’âge de quarante-quatre ans suite à un repas plantureux.

Sources :

_BADINTER, Elisabeth, Le pouvoir au féminin, Marie-Thérèse d’Autriche (1717-1780), Paris, Flammarion, 2016, 800 p.

_BADINTER, Elisabeth, Les conflits d’une mère, Marie-Thérèse d’Autriche et ses enfants, Paris, Flammarion, 2020, 270 p.

_BLED, Jean-Paul, Marie-Thérèse d’Autriche, Paris, Fayard, 2001, 448 p.

_BOURBON-PARME, Isabelle, Je meurs d’amour pour toi, lettres à l’archiduchesse Marie-Christine 1760-1763, édition établie par Elisabeth Badinter, Paris, Tallandier, 2008, 206 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!