Loading...
Ailleurs dans le monde...L'AlmanachL'entourage de Marie-AntoinetteLa Cour de FranceLa cour de VienneLa RévolutionMaison militaire du Roi

Le comte d’Esterházy

Valentin d’Esterházy

Le 22 octobre 1740

Naissance de Valentin Ladislas, comte d’Esterházy de Galantha, au Vigan, dans les Cévennes.

Il est fils du comte Antoine-Joseph Esterházy de Galantha, petit-fils du comte Antoine Esterházy et cousin de la branche hongroise des Esterházy, qui a soutenu l’insurrection menée par François II Rákóczi contre les Habsbourg au début du XVIIIe siècle et de Philippine de la Nougarède de Lagarde.

Le 20 octobre 1740

Décès de l’Empereur Charles VI (1685-1711-1740).

L’Empereur Charles VI

Quelques heures après la mort de l’empereur Charles VI, des suites d’un empoisonnement aux champignons.
Une mort qui prend tout le monde de court.

Antoine-Joseph Esterházy, son père, prend part à la guerre de succession d’Autriche ( de 1741 à 1748) qui vise à empêcher sa fille de monter sur le trône impérial avec son époux.

Marie-Thérèse a vingt-trois ans et elle va devenir l’une des femmes les plus puissantes de son siècle.

Le 9 octobre 1741

Naissance de sa sœur Marie-Anne Esterházy (1741-1823).

Le 27 juin 1743

Antoine-Joseph Esterházy se distingue à la bataille de Dettingen.

Durant l’été 1743

Son père, Antoine-Joseph Esterházy, meurt sottement d’une insolation et des conséquences de ses multiples blessures de guerre.

La comtesse Esterházy est veuve avec deux enfants et des dettes importantes à cause du train de vie dispendieux de son mari. Elle quitte donc Strasbourg où elle avait rejoint le cantonnement de son époux pour retourner chez ses parents, au Vigan.

L’état misérable dans lequel je sais qu’est cette famille m’oblige à recouvrir à vos bontés, Monseigneur. Il est, j’ose dire, de la grandeur du maître que nous avons l’honneur de servir, d’avoir compassion de cette veuve et de ses enfants. Ils sont revêtus d’un nom illustre et ils n’ont pas de pain.

Le comte de Bercheny au comte d’Argenson, ministre de la Guerre

Mais la solidarité n’est pas un vain mot, au sein des réfugiés hongrois, et l’enfant est recueilli par un ami de son père, le comte Berczényi. Le tuteur est un proche du Roi de Pologne déchu, reconverti en duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski, et ne manque pas d’emmener son protégé à Lunéville. Là, l’orphelin s’initie aux subtiles règles de la Cour.

Philippine s’installe à Versailles chez les Berczényi.

Le maréchal de Berczényi

Après quelques semaines, la famille obtient une pension de cinq cents écus, à peine de quoi survivre décemment…

Dès lors, Valentin-Ladislas Esterhazy partage sa vie entre la tradition militaire de ses ancêtres et l’usage des cours appris de son tuteur.

Il faut retourner au Vigan où les Nougarède subviendront à leurs besoins.

La petite enfance de Valentin est insouciante au milieu de sa famille maternelle, malgré une mère autoritaire qui tente de compenser l’absence paternelle.

En 1749

J’avais alors neuf ans. A peine savais-je lire et écrire. Une pauvre école où la vanité maternelle refusait à m’envoyer était le seul moyen d’éducation qu’il y eût au Vigan. D’autre part ma grand-mère me gâtait tellement que ma mère commença à craindre que je ne devinsse opiniâtre, paresseux et fier.

Valentin d’Esterházy

La comtesse d’Esterházy obtient de Louis XV une pension supplémentaire sur sa cassette personnelle.

De Marie Leszczynska, elle obtient la promesse d’une place de page pour Valentin lorsqu’il aura l’âge requis et l’entrée pour Marie-Anne à l’a maison d’éducation de Saint-Cyr.

En 1750

Proche du comte Berczényi, Valentin Ladislas  s’intègre facilement à la Cour de Lunéville.

Berczényi est commandant d’un détachement de hussards. Grâce à sa protection, le jeune Esterhazy obtient un premier commandement militaire pendant la guerre de Sept Ans (1756-1763), puis une promotion dans la Légion Royale (futur IIIe régiment d’infanterie de ligne).

Valentin est disgracieux : de petite taille, il a une silhouette massive surmontée d’une grosse tête carrée aux cheveux en bataille noirs. Ses yeux sombres un peu exorbités lui mangent le visage et sont surmontés d’épais sourcils en broussaille qui accentuent son aspect négligé. Il compense ce physique peu avantageux par une grande vigueur et une puissante énergie corporelle…

En 1756

Valentin connaît ses premiers émois amoureux avec Adélaïde de Berczényi, dite Mademoiselle de Luzancy, il a quinze ans.

En 1757

Après une jeunesse hasardeuse, commence les débuts de l’indépendance de Valentin. Le maréchal de Berczényi, fidèle à sa parole de lui trouver un emploi, lui achète pour dix mille florins une compagnie dans le régiment de son fils aîné cantonné à Vaucouleurs:

Montrez-vous digne Fiam du sang que d’illustres ancêtres vous ont transmis, soyez toujours un igaz Magyar [véritable hongrois] et un vitez katena [brave hussard].”

Le maréchal de Berczényi

Voilà Valentin capitaine à tout juste dix-sept ans.

Il participe à la bataille de Minden et au blocus de Göttingen. Sa conduite est remarquée par le vicomte de Belzunce, qui le fait nommer colonel en second de la Légion Royale en 1762,  sous les ordres de Berczényi. Cette promotion lui permet d’être rayé de la liste des proscrits de l’Empire des Habsbourg et de rendre une visite à ses prestigieux cousins hongrois.

En juillet 1757

Son régiment rejoint l’armée du Rhin où il fait ses premiers engagements au feu à Rossbach alors que commence la guerre de Sept Ans. Parlant couramment l’allemand, et toujours premier à s’engager au combat, il s’y fait remarquer du maréchal d’Armentières (1711-1774) et du maréchal de Broglie (1718-1804) qui vont travailler à son avancement en vantant ses mérites à Louis XV.

A la fin de la guerre de Sept Ans (1763)

Valentin revient en France auréolé  des combats tout autant que des gloires mondaines qui font de lui un hongrois “d’une beauté brutale entourée de légende“.

Il est invité à suivre la chasse du Roi Louis XV en résidence à Fontainebleau. La Reine Marie Leszczynska, se souvenant de l’avoir vu enfant avec sa mère, le reçoit avec distinction et le duc de Choiseul, toujours soucieux d’avoir  des hommes de valeur dans sa manche, lui dit :

Monsieur, cherchez une place qui puisse vous convenir  et nous tâcherons de vous l’arranger.

Le duc de Choiseul

Habilement, il sollicite en sa faveur l’intervention de la duchesse de Gramont, sœur de Choiseul,  et de la maîtresse de celui-ci, la princesse Kinsky. C’est un trait de caractère de Valentin : il se met sous la protection des femmes et les laisse agir pour lui…

Le 10 février 1764

En France, Valentin Esterhazy s’attire la sympathie de Choiseul, qui l’autorise,  à créer un régiment de hussards, le « Hussard-Esterhazy », dont il  est nommé colonel. Ce régiment deviendra le troisième régiment de hussards à la révolution.

Valentin Esterházy 08-53310Sabre d’Esterházy : daté Vers 1720 ; Matériaux : Acier, argent, Lapis-lazuli, bois, velours, argent
Techniques : Forgé, ciselé, repoussé ; Lieu de création : France ; Hauteur : 0,935 m ; Largeur : 0,145mValentin Esterházy 08-53311

Le 6 mai 1764

Valentin prend possession de son régiment.

“Sûrement le 6 mai 1764 a été un des plus heureux de ma vie. L’existence d’un colonel propriétaire était la plus agréable dans le militaire de France.”

Valentin Esterházy 3221Officier de hussard du Régiment d’Esterházy

En 1764

Il se rend en Autriche où il achète un équipage et prend pour maîtresse une princesse Wittelsbach, nièce de l’électeur de Cologne, qu’il traite sur un grand pied :

J’étais jeune et fort amoureux ; elle était belle et pressante.”

Valentin commence à goûter la douceur des relations de salons et d’alcôves.

Tous les quinze jours, (il se rend) à Versailles et une fois par mois, (il) chasse avec le Roi. Cela suffit pour (le) classer parmi les gens de cour, sans (l)’assujettit au métier de courtisan“.

Esterhazy stationne tantôt à Rocroi, tantôt à Metz, tantôt à Strasbourg.

Mais comme tout membre de la Cour , lorsqu’il est retenu par sa charge en province, il ne veut pas laisser Versailles l’oublier et son premier achat est une berline confortable qui lui permette de voyager…

Durant ces années, le duc de Choiseul ne cesse d’accorder au comte  d’Esterházy sa protection. Ayant négocié l’alliance autrichienne avec Marie-Thérèse dont le point d’aboutissement est le mariage du Dauphin Louis-Auguste avec l’Archiduchesse Marie-Antoinette, il propose à Valentin une action exceptionnelle:

En mars 1770

Il est chargé par le duc de Choiseul d’aller porter à Vienne à l’Archiduchesse d’Autriche Marie-Antoinette le portrait du Dauphin, en vue de leur mariage, et c’est ainsi que naît une véritable amitié.

Louis-Auguste, Dauphin de France par Louis-Michel Van Loo

Il a vint-neuf ans, soit quinze de plus que la future Dauphine, et ils vont se rencontrer pour la première fois.

Il est présenté à l’Archiduchesse :

Admis dans sa société, j’assiste au cercle qu’elle a chez elle tous les soirs et au loto qu’on lui apprend. A cette époque ont commencé les bontés dont elle n’a cessé de m’honorer toute sa vie et dont j’ai reçu des preuves constantes.”

C’est le seul favori avec lequel les relations sont constantes et sans nuage, de par son équanimité sans faille.

Il assiste à toutes les réjouissances du mariage par procuration à Vienne, se cachant cependant de l’Impératrice, qui lui en veut pour les actions politico-militaires de ses aïeux…

En avril 1770

Valentin se rend à Spa avec la princesse d’Esterházy.

Le 16 mai 1770

Résultat de recherche d'images pour "Louis XVI"

Le Dauphin Louis-Auguste épouse l’Archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche.

Marie-Antoinette par Ducreux
Sofia Coppola Maga Ettori – MAGÀ ETTORILe mariage vu par Sofia Coppola (2006)
Marie-Antoinette, Dauphine, auteur inconnu

A son retour en France, Valentin se voit attribuer la croix de Saint-Louis au vu de ses états de service par le ministre de la Guerre, son cher ami le duc de Choiseul.

Le 24 décembre 1770

Le duc de Choiseul (1719-1785) , l’un des principaux artisans du mariage franco-autrichien ( il était chef du gouvernement de Louis XV entre 1758 et 1770), est exilé à cause de son orientation libérale  dont la pratique politique s’apparente à une cogestion implicite avec les adversaires de la monarchie absolue.

Portrait de Choiseul par Louis-Michel Van Loo

Le 10 mai 1774

Louis XV meurt de la petite vérole à Versailles vers quatre heures de l’après-midi. Il avait 64 ans.

Louis XV

Le Dauphin Louis-Auguste devient Roi sous le nom de Louis XVI

Louis XVI par Roslin

Valentin est alors à Vienne et c’est Joseph II (1741-1790) qui lui annonce la mort de Louis XV…

L’empereur me dit qu’il me donnerait une lettre pour la nouvelle reine et que comme nous avions passé notre année ensemble, il me chargeait de lui rendre compte de sa manière d’être.

Il lui faut rentrer en France.

La Cour se trouve à Marly. La Reine reçoit Esterházy et le garde auprès d’Elle pendant des heures pour le questionner sur Sa famille:

Le roi venant, elle lui demanda de me faire rester à Marly, qu’elle avait encore mille choses à me demander sur Vienne. Le roi me dit de rester et ordonna au comte de Noailles de me donner un logement. […] Le comte du Muy était ministre de la Guerre et M. d’Aiguillon exilé. La reine demanda elle-même au ministre de me dispenser d’aller au régiment jusqu’après le voyage de Marly. Il me dit qu’avec une telle permission , je n’en avais pas besoin d’autre ! |…] Dès lors, je vis souvent la reine, restant le soir au salon où le roi jouait au billard ou au tric-trac.

Valentin d’Esterházy

Valentin découvre alors l’intimité des souverains et ne les quitte désormais jamais longtemps. Si la Reine ne semble pouvoir se passer de sa présence, l’engouement a gagné toute la famille royale, fait unique chez les favoris de la Reine.

Mesdames, tantes du Roi, le reçoivent  et ne font que chanter ses louanges.

Le comte d’Artois se prend d’affection du nouveau venu comme de tant d’autres. Il décide de faire avec lui une tournée des côtes de Bretagne et de Normandie.

Dimanche 11 juin 1775

Louis XVI est sacré à Reims.

Aucune description disponible.

Sur la demande expresse du Roi, Valentin l’accompagne à Reims avec son régiment.

Durant l’été 1775

Esterházy fait  partie du séjour au château de Choisy.

Durant l’automne 1775

Il fait ensuite partie du séjour au château Fontainebleau

“Le roi m’a donné durant ce voyage un effet de cent mille livres en rentes viagères sur la ville qui me vaut dix mille francs par an.”

Cela lui permet de louer une maison à Paris dans le quartier du Gros-Caillou.

Le 10 octobre 1775

Le comte du Muy (1711-1775) meurt de la “maladie de la pierre”, il sera remplacé à la Guerre par le comte de Saint-Germain (1710-1784).

Saint-Germain voulant réformer, il décide la suppression des régiments de hussards.

Immédiatement la Reine s’y oppose. Furieux, le ministre se venge et envoie les hussards d’Esterházy à Montmédy, “la plus désagréable garnison de toute la France”.

Valentin vole chez la Reine et Lui fait part de sa déception:

Laissez-moi faire, lui dit-elle, vous entendrez vous-même ce que je lui dirai.

Elle envoie chercher le ministre et lui déclare :

Il suffit donc, Monsieur, que je m’intéresse à quelqu’un pour le persécutiez ! Pourquoi envoyez-vous le régiment d’Esterházy à Montmédy qui est une mauvaise garnison et où on ne met jamais des troupes à cheval? Voyez à le placer ailleurs !

_Mais Madame, les destinations sont faites. Peut-on déplacer un ancien régiment pour en mettre un nouveau?

_Comme vous voudrez, mais je veux que Monsieur d’Esterházy soit content  et vous viendrez m’en rendre compte.

Voici comment Esterházy entre dans la société de la Reine :

Durant l’hiver 1776, j’allai beaucoup à Versailles. Je chassais presque toujours avec le roi, et montais à cheval avec la reine. Elle fit venir le comte Jules de Polignac avec qui elle m’engagea à me lier. Nous passions très souvent les après-dîner chez elle ou nous allions au spectacle ensemble. L’empereur vint cette année à Paris et il était quelquefois chez la reine le soir avec le comte Jules, moi et le duc de Coigny.  Au printemps, M. le comte d’Artois, qui avait pris beaucoup d amitié pour moi, m’annonça qu’il m’avait choisi pour aller faire avec lui une tournée dans le royaume, que nous irions voir l’escadre qui était à Brest, et de là, en longeant les cotes, à Bordeaux, pour revenir par Tours et Chanteloup.

Valentin Ladislas d’Esterházy

Il devient alors un des proches de la Reine qu’il accompagne souvent dans son domaine de Trianon durant les vingt années qui suivent.

Son physique sans attraits et son caractère réservé ne font pas pas de lui un rival dangereux pour ceux qui sont en place.

Marie-Antoinette a de l’estime pour celui qu’Elle considère comme Son compatriote _ Elle l’appelle “frère”. Elle lui permet de venir familièrement dans Sa loge au théâtre, ce qui suscite des jalousies.

L’Impératrice juge excessive la faveur accordée à un homme dont la maison “n’est pas illustre” qui est “regardé toujours comme un réfugié” et qu’elle n’hésite pas à qualifier de “freluquet“…

Valentin Esterházy 3222

Marie-Antoinette veut le voir le plus souvent “en uniforme et en moustache” qu’Elle trouve superbes.

En automne 1776

Esterházy suit la famille royale à Fontainebleau pour la saison de la chasse où il dispose d’un logement ce qui suscite la convoitise:

Je suis petitement logé, mais au château, ce qui fait la jalousie de beaucoup de dames qui ont des places à la cour et qui sont logées en ville. Je me suis occupé à faire meubler l’appartement qui sera au plus simple, mais neuf quant au lit.”

Le 18 avril 1777

Visite de Joseph II en France. Il voyage en Europe sous le nom de comte de Falkenstein. C’est Esterházy qui est chargé d’accueillir l’Empereur Joseph II au nom de Louis XVI lors de sa visite en France.

Joseph II

Toutefois, Valentin-Ladislas Esterházy ne séjourne véritablement à la Cour de Versailles qu’après l’avènement de Louis XVI. Dès lors, il devient une pièce importante des coulisses.

Le 19 décembre 1778

Après un accouchement difficile, Marie-Antoinette donne naissance de Marie-Thérèse-Charlotte, dite Madame Royale, future duchesse d’Angoulême. L’enfant est surnommée “Mousseline” par la Reine.

Marie-Thérèse, Madame Royale, duchesse d'Angoulême – Marie-Antoinette  Antoinetthologie

Fin mars 1779

Marie-Antoinette attrape une rougeole très douloureuse, cause de violents maux de gorge et d’aphtes. Elle se retire donc à Trianon afin de préserver Sa petite fille et Son mari de tout risque de contagion.

Je revins à Paris pour suivre mon projet de permanence à Rocroy. Au commencement du printemps de 1779 la reine tomba malade. Une fièvre très forte accompagnée de mouvements spasmodiques finit par être la rougeole. Le roi ne l’avait pas eue. M. le comte d’Artois, qui ne l’avait pas eue non plus, et Madame Elisabeth s’enfermèrent avec elle. Le duc de Goigny, le comte de Guînes, le baron de Besenval et moi eûmes la permission de la voir et fûmes séquestrés du reste de la cour. Dès qu’elle commença à entrer en convalescence, on lui conseilla d’aller s’établira Trianon.
La maison y venait tous les jours et on nous donna des logements au Grand Trianon. Le duc de Liancourt, qui s’est depuis distingué par son ingratitude, y fut ajouté. La comtesse Jules était tombée malade à Paris peu après la reine, et avait eu aussi la rougeole. La comtesse Diane resta avec Madame Élisabeth, et les trois semaines que nous passâmes à Trianon furent très agréables, uniquement occupés de la santé et de l’amusement de la reine; de petites fêtes simples dans un lieu charmant, dans une belle saison, des promenades en calèche ou sur l’eau, point d’intrigues, point d’affaires, point de gros jeux; seule la grande magnificence qui y régnait pouvait faire soupçonner que l’on fut à la cour. Le temps d’exil passé, tout reprit l’ordre accoutumé et je partis pour Metz avec la promesse de recevoir l’ordre d’aller à Rocroy en permanence dès que je le demanderais.

Valentin Ladislas d’Esterházy
Valentin Esterházy Vlcsna11Image de Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola
Le baron de Besenval

Elle est alors veillée par le comte d’Esterházy (1740-1805), le baron de Besenval (1721-1791) et les ducs de Coigny (1737-1821) et de Guînes (1735-1806). Ses dames ne peuvent lui tenir compagnie à ce moment car la rougeole est dangereuse pour les femmes enceintes, ce qu’elles peuvent toutes susceptibles d’être.

“Les trois semaines que nous passâmes à Trianon furent très agréables, uniquement occupés de la santé et de l’amusement de la reine, de petites fêtes simples dans un lieu charmant , des promenades en calèches ou sur l’eau. Point d’intrigues, point d’affaires, points de gros jeux. Seule la magnificence qui y régnait pouvait faire soupçonner qu’on était à la cour.”

Valentin Ladislas, comte d’Esterházy
Le duc de Coigny
Des hommes en tant que garde-malades étaient alors indispensables puisque la rougeole pouvait entraîner de graves conséquences sur les dames potentiellement enceintes. Les moyens de contraception n’existaient pas encore et donc toutes ses dames du palais en âge de procréer pouvaient être enceintes.
De plus, dans ces situations de maladies contagieuses à risque pour les femmes, Marie Leszczynska agissait de même et personne ne trouvait rien à redire…

Le 1er mars 1780

Il est créé brigadier, maréchal de camp.

Doté d’une santé éprouvée, il parcourt les routes à cheval ou en berline afin de satisfaire à ses obligations d’officier sans négliger sa place de favori à Versailles, Trianon, Fontainebleau, Compiègne ou Saint-Cloud.

En 1782

Marie-Antoinette lui offre ce chien appelé Marcassin :

En 1783

Il devient inspecteur de la cavalerie, gouverneur de Rocroy.

Durant l’été 1783

Il se rend au Vigan pour voir sa mère dont les jours semblent compter:

“C’est, pour moi, un ordre sacré. […]                                  Je donnai la promesse à ma mère de chercher en arrivant à Paris un parti sortable, qui réunît à la naissance à laquelle je tenais beaucoup, un fortune assurée pour mes enfants.”

Durant l’hiver 1783

Le mariage du comte d’Esterházy devient la dernière préoccupation à la mode dans les salons de la Cour.

En décembre 1783

Le comte d’Esterházy obtient un logement au château de Versailles.

Valentin Esterházy Hotsgq10

Le Roy ayant bien voulu donner au Comte Esterhazy un logement au château de Versailles occupé ci-devant par M. le Bailly de Crussolz, près de la Salle des Cent Suisses, il prie M. le comte d’Angivilliers de vouloir bien donner des ordres pour qu’il soit visité et qu’il y soit fait quelques petites réparations urgentes.

Il a l’honneur de lui faire ses compliments.

Versailles, le 27 décembre 1783

Le 1er janvier 1784

Il est créé chevalier du Saint Esprit. Marie-Antoinette est encore à l’origine de cette faveur.

Si les Esterházy hongrois ont participé aux soulèvements contre Marie-Thérèse, leur cousin de France se montre très fidèle à sa fille et à son gendre. Le Roi l’aide à solder ses dettes et la Reine intervient pour permettre son mariage avec une riche héritière, la comtesse Ursule de Hallwyll, surnommée Fanny, cousine de la mère de son ami Monsieur de Lastic. La mariée a vingt-cinq ans de moins que son époux, soit dix-huit ans.

Le 23 mars 1784

Il épouse, à Versailles, la comtesse Marie-Françoise Ursule d’Hallweyl (1765-1814), une comtesse aisée qui lui confère un rang plus conforme à la Cour. Marie-Françoise est la fille d’un comte suisse, originaire de Soleure, qui vient de racheter la seigneurie de la Celle-Saint-Cyr, Cézy, Chamvres, Champvallon, la Ferté-Loupière, Péage-Dessus et Villiers-sur-Tholon aux Gruin, en difficultés financières. La cérémonie se déroule à Versailles, en présence du Roi et de la Reine, des frères du roi, les comtes de Provence et d’Artois, et, bien sûr, de la plupart des courtisans. La musique est donnée par Legendre, le maître de chapelle du Roi.

Le couple Esterházy s’installe dans le Marais, dans l’hôtel d’Hallwyll, au 28 rue Michel-Lecomte dont ses beaux-parents ont confié la construction à Claude-Nicolas Ledoux.

rue Michel le comte, hôtel d'Hallwyll | L'architecture française,  Architecture parisienne, HôtelL’hôtel d’Hallwyll

A l’automne 1784

Esterházy annonce en ces termes à la Reine que son épouse, Fanny, est enceinte :

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle s’emplit!

La franchise gaillarde du propos montre l’intimité avec Marie-Antoinette.

Le 24 août 1785

Il passe la journée avec la Reine.

En septembre 1785

Il est avec la Cour à Compiègne.

Le 26 mars 1785

Naissance de son fils Valentin-Philippe Esterházy de Galantha (1786-1838). Louis XVI le complimente en ces mots :

Je viens d’apprendre avec bien du plaisir qu’il était né un petit hussard dans le Marais et que la mère et l’enfant se portent bien. Je prie le père d’en recevoir tous les compliments.

Signé : un habitant de Versailles

Le lendemain, le 27 mars 1785

Naissance de Louis-Charles, duc de Normandie, second fils du couple royale. Il sera surnommé “Chou d’Amour” par Marie-Antoinette, Dauphin en 1789 …

Louis-Charles, duc de Normandie par Élisabeth Vigée Le Brun

Désormais, Valentin se préoccupe essentiellement de rendre sa femme heureuse et d’élever sa progéniture.

Il n’a plus qu’une seule attirance qu’il exprime avec la sincérité d’un amant de vingt ans : Fanny, son épouse .

Dès qu’elle est présentée à la Reine à l’occasion d’un après-midi de jeux à Trianon, Marie-Antoinette enveloppe Fanny de la même bienveillance protectrice que celle avec laquelle Elle a toujours traité son mari. La jeune femme étant perdue à la Cour, la Reine la confie à Madame d’Ossun (1751-1794) qui devient son chaperon.

Geneviève d’Ossun

Même après son mariage, la relation d’Esterházy avec la Reine reste un jardin secret dans lequel son épouse a compris qu’elle n’était pas toujours souhaitée… de la même manière que le comte de Polignac a su Lui partager sa femme.

Durant le printemps 1785

Il est pendant deux mois en manœuvre militaire autour de Lille.

Lors de l’été 1785

Marie-Antoinette lui demande de La rejoindre à Saint-Cloud.

En 1786

Valentin-Stanislas Esterházy  devient commandant en second en Hainaut.

Avec constance, Esterházy garde le statut de confident et Marie-Antoinette lui livre parfois curieusement les détails de Sa vie intime:

La reine m’a dit qu’elle serait saignée ce matin, approchant de la cinquième époque, et qu’elle commençait à se croire grosse. Que cependant elle attendra d’avoir senti remuer pour en convenir décidément, qu’elle n’avait pas voulu annoncé sa saignée pour ne pas voir du monde. Elle m’a engagé à aller à Trianon, voir son jardin et lui en rendre compte, puisqu’elle serait quelques jours sans y aller.

Effectivement, la Reine est enceinte et Valentin commente :

Elle a fait couper ses cheveux et supprimer la poudre jusqu’à ses couches. J’ai été fort étonné de lui voir beaucoup de cheveux blancs : elle en a plus que moi.

Marie-Antoinette par Alexander Kucharski

Marie-Antoinette entretient cette amitié par un échange de lettres qui sont parfois quotidiennes.

Le 9 juillet 1786

Naissance de la princesse Sophie-Hélène-Béatrix, dite Madame Sophie, dernier enfant de Marie-Antoinette et Louis XVI. Selon les usages le bébé est immédiatement baptisé.

Sophie-Hélène-Béatrix de France par Élisabeth Vigée Le Brun

Sa santé sera toujours fragile…

En 1787

Il devient membre du conseil de guerre .

Naissance de sa fille Léonide Françoise Ursule  Esterházy de Galantha (1787-1789).

Marie-Geneviève Bouliard | Portrait de M. Olive, trésorier des Etats de  Bretagne et de sa famille | Images d'ArtPortrait de M. Olive et de sa famille qui doit ressembler aux Esterházy

Le 18 juin 1787

La mort de Madame Sophie avant son premier anniversaire, éprouve la Reine qui s’inquiète aussi pour la santé de Son fils aîné.

Madame Sophie par Élisabeth Vigée Le Brun

Tracassée par les difficultés politiques qui Lui ont fait nommer Loménie de Brienne pour remplacer Calonne, Marie-Antoinette, après avoir pleuré, confie à Madame de Polignac :

Je ne connais que deux véritables amis dans le monde, vous et le comte  d’Esterházy.

Le 25 août 1788

Necker (1732-1804) remplace Loménie de Brienne au désespoir de Valentin :

“C’est remplacer un incompétent par un charlatan .”

 Le 5 mai 1789

Ouverture des États-Généraux.

Procession des trois ordres, du Roi et de la Reine qui se rendent dans la Salle des Menus Plaisirs de Versailles.

Aucune description disponible.

Le 4 juin 1789

Mort du Dauphin, Louis-Joseph-Xavier-François, à Meudon.

Image des Années Lumières (1989) de Robert Enrico

Le 20 juin 1789

Serment du Jeu de paume

Reproduction du Tableau LE SERMENT DU JEU DE PAUME de Jean Louis DAVID | Jeu  de paume, Le serment, Jean louis davidTableau de Jacques-Louis David

Le 10 juillet 1789

Valentin quitte Valenciennes pour conduire sa femme jusqu’à Péronne où sa belle-mère viendra la chercher pour la conduire à Paris où elle veut accoucher.

Le 11 juillet 1789

Renvoi de Necker

Le 14 juillet 1789

Prise de la Bastille.

La-Révolution-française-Un-texte-Un-jour

Mi-juillet 1789

Naissance de sa fille Almeira Françoise Ursule Esterházy de Galantha  (1789-1848).

Lorsqu’éclate la Révolution française

Membre du conseil de la guerre, le comte Esterházy est gouverneur de Rocroy et maréchal de camp.  Son régiment et lui stationnent à Valenciennes.

Valentin Esterházy 705_0010

               Signature autographe du comte Valentin Esterházy, sur un laisser-passer,                          le 16 juillet 1789 à Valenciennes.

Le soir du 16 juillet 1789

Le comte d’Artois et Vaudreuil quittent la France à cheval sans même un bagage, avec seulement trente louis en poche. Par des voies détournées, ils gagnent la forêt de Chantilly où une voiture du prince de Condé les attend.

Le 18 juillet 1789

De là ils se rendent à Namur en passant par Valenciennes où ils retrouvent Esterházy dans sa garnison qui voit arriver Vaudreuil brûlant de fièvre.

Quel ne fut pas mon étonnement de me trouver en ouvrant la portière dans les bras de M. le comte d’Artois. Il me remit un billet de la main du roi  qui m’invitait à rendre à son frère tous les soins qui dépendraient de moi et à assurer sa sortie aux Pays-Bas  et une lettre de la reine qui s’en remettait à lui  pour me raconter tout ce qui  s’était passé et se passait encore.

Le lendemain, il procure aux princes en fuite les moyens de continuer leur route.

Valenciennes devient en effet un point de passage pour les émigrés…

La nuit du 4 août 1789

Abolition des privilèges.

4 août 1789 : abolition des privilèges et droits féodaux | RetroNews - Le  site de presse de la BnF

La Nuit du 4 août 1789, gravure de Isidore Stanislas Helman (BN)

Le 26 août 1789

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 — Wikipédia

Le 5 octobre 1789

Des femmes du peuple venues de Paris marchent sur Versailles pour demander du pain.

LES ACTEURS DE LA REVOLUTION : MARIE-ANTOINETTE, REINE DE FRANCE ...

La famille royale se replie dans le château…

Le 6 octobre 1789

Vers cinq heures du matin, les appartements privés sont envahis. La Reine s’échappe en jupon par une porte dérobée. Plus tard, Sa présence est réclamée par la foule. Elle va au-devant du peuple, courageuse, au mépris de Sa vie.

Aucune description disponible.

La famille royale est ramenée de force à Paris.

Elle s’installe aux Tuileries et un semblant de vie de Cour se met en place.

Aucune description disponible.

En automne 1789

Esterházy refuse de faire porter à ses hommes la cocarde tricolore :

“La cocarde nationale était déjà arborée par plusieurs garnisons voisines, mais celle de Valenciennes portait toujours la blanche. Le roi m’avait bien écrit dans un billet de ne pas faire d’affaire pour cette cocarde qu’il portait lui-même. Malgré cela je résistais à tout ce que faisaient les factieux pour me déterminer à la faire prendre à la garnison. […] Je sus qu’on avait le projet de la faire adopter malgré moi. […] Les troupes étaient en insurrection et je n’avais plus aucun moyen de donner des ordres sévères. […] Je fus dénoncé à l’Assemblée nationale.”

Quittant Valenciennes Valentin s’installe dans une maison à Chaillot. Son premier soin est de se rendre aux Tuileries où une petite cour tente de se mettre en place…

Les retrouvailles avec la Reine sont pleines d’émotions :

La reine daigna m’embrasser en fondant en larmes. Le roi qui vint un moment après me fit le même honneur. Tout ce que j’avais éprouvé de peines en apprenant ce qui s’était passé se présentait à cet instant avec encore plus de vivacité. Je suis rentré chez moi la mort dans le cœur.

S’efforçant de tromper la surveillance dont il est l’objet, Esterházy continue pendant les mois qui suivent l’arrivée de la famille royale à Paris de se rendre plusieurs fois par semaine aux Tuileries.

Il apprend que Monsieur de Livarot, commandant de la place de Lille , a été arrêté par sa propre troupe:

Peu s’en fallut qu’il ne soit massacré et cependant il n’était pas comme moi l’objet de la haine des démocrates.

Le 14 juillet 1790

 Fête de la Fédération.

 Esterházy est encore auprès du Roi et de la Reine sur la tribune royale du Champ-de-Mars.

On imagina de célébrer le 14 juillet, anniversaire de la prise de la Bastille, par une fédération solennelle de tous les départements du royaume, et de toutes les troupes, où le roi prêterait serment d’être fidèle à la Nation, à la Loi et à la Constitution, quoiqu’elle ne fut pas encore fixée. 


Cette idée proposée à la Convention fut adoptée et suivie ensuite d’un décret qui l’ordonna. L’ancien Champ de Mars, devant l’École militaire, fut destiné pour l’emplacement de la cérémonie. Une multitude d’ouvriers y travaillèrent tous les jours, et le résultat fut une avenue immense, terminée d’un côté par l’École militaire, devant laquelle on construisit un échafaudage pour placer le roi, l’Assemblée nationale, la municipalité, les députés delà commune de Paris, etc; au-dessus, une tribune pour la reine et la famille royale, et des deux côtés une vaste galerie pour les ministres, les ambassadeurs et autres personnes. Le fauteuil du roi était sur le même niveau que celui de l’Assemblée, placé à sa droite, et autour de lui des tabourets pour les secrétaires de l’Assemblée. Il n’y avait aucun siège pour les officiers de la suite du roi, qui devaient se tenir debout sur les deux escaliers qui descendaient de la tribune de la reine à l’emplacement où était le fauteuil du roi.

Au centre de cette immense avenue, qui était garnie de trois rangs de bancs circulaires pour les spectateurs, on avait élevé un grand autel auquel on montait par quatre-vingt marches, et entouré de vases remplis de parfums, sur lequel devait être célébrée la messe. De l’autre côté de l’École militaire, il y avait un grand arc de triomphe, rempli d’inscriptions et d’emblèmes relatifs à la liberté, et derrière on avait jeté un pont de bateaux sur la Seine, par où devait entrer toute la procession. Les députés des départements, ceux de l’armée, de la marine, et les officiers généraux de tout grade devaient entourer l’autel. Le grand intervalle qui existait entre l’autel et les gradins était rempli par la garde nationale de Paris sous les armes, indépendamment des ouvriers de tout genre, qui étaient occupés nuit et jour à préparer cet emplacement. Tout ce qui était attaché à la Révolution s’empressait de se réunir aux ouvriers : les dames s’y distinguaient, et on en voyait de très parées mener des brouettes, au son des instruments et au chant de Çà ira qui était la chanson favorite des révolutionnaires . 

Lumière - Film - La Révolution Française : les années lumière, les années terribles Al710Image des Années Lumières de Robert Enrico (1989)

Je suis convaincu que si dans ce moment le roi eût pu ou eût osé monter à cheval et aller dans les rangs, toutes les provinces, les députés de l’armée et peut-être même une partie de la Garde nationale se seraient réunies à lui et cette fête sur laquelle les révolutionnaires avaient tan compté aurait probablement rétabli la monarchie.                              Mais il n’en fut rien.

Fin juillet 1790

Esterházy conduit sa femme en Angleterre pour la mettre à l’abri de la tourmente révolutionnaire. Il rejoint ensuite le Roi et la Reine, leur propose un plan d’évasion, mais, en raison de leurs hésitations, émigre à son tour …

Le 5 septembre 1790

Esterházy obtempère à la volonté royale et embarque pour l’Angleterre. Ils le se reverront plus.  Il reste dix mois à Londres. reste  le frère du Roi et se retire ensuite en Russie où Catherine II puis Paul Ier lui accorde des terres.

Début 1791

Naissance et mort de sa fille Marianne Everilda Ursule Esterházy de Galantha.

Le 20 juin 1791

Évasion de la famille royale.

La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes Louis_55

Le Roi et la famille royale sont arrêtés à Varennes.

akg-images - Arrestation de Louis XVI.Chez l’épicier Sauce à Varennes, par Prieur

Le 25 juin 1791

 La famille royale rentre à Paris sous escorte.

Portraits de Marie-Antoinette par Joseph Navlet Zzztem10

Le Roi est suspendu.

En juillet 1791

Esterházy est à Aix-la-Chapelle avec une foule d’émigrés. A nouveau, il est chargé de la délicate mission de négocier avec les princes allemands un semblant d’étiquette et des budgets modérés.

Dans la colonie des émigrés, Esterházy fait partie de ceux qui pensent que le couple royal est désormais perdu. Il adapte son comportement en conséquence. Artois, qui tente de fédérer l’opposition à la révolution, lui demande de le rejoindre à Coblence.
Il y constate les divisions d’une noblesse orgueilleuse qui ne mesure pas la gravité de la situation.

En septembre 1791

Il est chargé d’une délicate mission. Le Roi de Prusse et l’Empereur d’Autriche cherchent à profiter de la Révolution en France pour avancer leurs pions en Europe centrale. Le comte d’Artois veut alerter les puissances européennes sur le danger de propagation des idées révolutionnaires et les charger de rétablir l’ordre en France. Du coup, Esterházy est envoyé à la cour de Russie. Catherine II lui fait très bon accueil, mais elle est davantage préoccupée par les affaires de Pologne que par la Révolution en France.

Habile, l’impératrice de Russie, Catherine II (1729- 1796) lui offre un domaine en Ukraine, Luka. Esterházy s’implante en Russie. La Révolution en France, le sort des princes émigrés, la recomposition des frontières européennes sortent de ses préoccupations.

Catherine II de Russie (1729-1796)

Le 11 septembre 1791

La Reine lui adresse depuis les Tuileries ces anneaux :

Deux bagues à trois fleurs de lys et au revers l’inscription :

Lâche qui les abandonne“.

L’une est pour Valentin, l’autre est pour Fersen.

” Je suis charmée de trouver cette occasion de vous envoyer  un petit anneau qui sûrement vous fera plaisir.  Il s’en vend prodigieusement ici depuis trois jours et on a toutes les peines du monde à en trouver. Celui qui est entouré de papier, est pour Lui ; faites-le Lui tenir pour moi ; il est juste à sa mesure ; je l’ai porté deux jours avant de l’emballer. Mandez-Lui que c’est de ma part. Je ne sais où il est, c’est un supplice affreux de n’avoir aucune nouvelle et de ne savoir même pas où habitent les gens qu’on aime.”

Le 14 septembre 1791

Le Roi prête serment à la Constitution.

Louis XVI en roi citoyen | Histoire et analyse d'images et oeuvresLouis XVI, roi de France en roi citoyen (1791), par Jean-Baptiste-François Carteaux (1751 – 1813)

Le 21 octobre 1791

Esterházy décrit l’anneau destiné à Fersen dans une lettre qu’il envoie à sa femme, de Russie.

“J’ai reçu une lettre d’Àvillart . que Bercheny a apportée à Coblence et qu’il a remise au courrier avec un petit anneau d écaille et d’or sur lequel il y a écrit : ” Domine salvum fac regem et reginam “ (   ” Que Dieu protège le roi et la reine ! ” ) ; tu en as peut-être vu ? Il me mande que c’est dans la lettre qui t’a été remise, qu’il m’indique le moyen de lui écrire. Je te prie donc de décacheter la lettre, de la garder, mais de m’en envoyer la copie, chiffrée de notre grand chiffre. Si, par hasard, j’étais parti d ici et qu’elle ne me parvint pas, il n’y aurait pas grand mal, puisque tu aurais gardé l’original et que le chiffre est indéchiffrable. Il m’envoie aussi un anneau pour le chou . Mais, je ne sais où le prendre. Sa lettre est touchante ; elle me recommande de ne pas croire à la calomnie et de ne jamais douter ni de la noblesse de sa façon de penser, ni de son courage.”

Fin 1791

Naissance de sa fille Marianne Everilda Ursule Esterházy de Galantha  (1791-1874)

Le 20 juin 1792

Escalier monumental des Tuileries (avant sa destruction)

La foule envahit les Tuileries pour faire lever le veto.

““I am the queen.” A depiction of assault on the Tuileries of June 20th, 1792; several people in the mob allegedly believed Madame Elisabeth to be Marie Antoinette and Elisabeth, to protect the queen, stepped forward and attempted to stop a man from...Le dévouement de Madame Élisabeth, prise par la foule pour la Reine, elle ne les détrompe pas pour donner à sa belle-sœur la possibilité de se réfugier et de sauver Sa vie.

Le Roi refuse.

Le 10 août 1792

Les Tuileries sont envahies par la foule. On craint pour la vie de la Reine. Le Roi décide de gagner l’Assemblée nationale.

Image du film “Un Roi et son peuple“.

Le 10 août 1792, le dernier acte de Louis XVI, Roi des Français, est l’ordre donné aux Suisses “de déposer à l’instant leurs armes“.

Journée du 10 août 1792 — Wikipédia

La position de la Garde devient de plus en plus difficile à tenir, leurs munitions diminuant tandis que les pertes augmentent. La note du Roi est alors exécutée et l’on ordonne aux défenseurs de se désengager. Le Roi sacrifie les Suisses en leur ordonnant de rendre les armes en plein combat.

Image du film “Un Roi et son peuple”.

Des 950 Gardes suisses présents aux Tuileries, environ 300 sont tués au combat ou massacrés en tentant de se rendre aux attaquants après avoir reçu l’ordre du roi de rendre les armes en plein combat.

Image du film “Un Roi et son peuple”.

Le 13 août 1792

La famille royale est transférée au Temple après avoir été logée temporairement aux Feuillants dans des conditions difficiles. Quatre pièces du couvent leur avaient été assignées pendant trois jours.

Résultat de recherche d'images pour "la prison du Temple"La Tour du Temple

Le 3 septembre 1792

Assassinat de la princesse de Lamballe (1749-1792) dont la tête, fichée sur une pique, est promenée sous les fenêtres de Marie-Antoinette au Temple.

Les débuts de la Terreur (avec images) | Histoire de la peinture ...Massacre de la princesse de Lamballe

Massacres dans les prisons.

Le 20 septembre 1792

Le duc d’Orléans, Philippe Égalité, cousin du Roi, est élu député à la Convention.

Victoire de Valmy, considérée comme l’acte de naissance de la République.

Le 21 septembre 1792

Abolition de la royauté.

Le 3 décembre 1792

Pétion (1756-1794) renforce la décision de faire juger Louis XVI par la Convention.

Le 11 décembre 1792

Louis comparaît devant la Convention pour la première fois.

Activité : le procès de Louis XVI, un événement politique majeur de la  Révolution française | Clio Lycée

Le 26 décembre 1792

Seconde comparution de Louis XVI devant la Convention.

En 1793

Son épouse, Marie-Françoise Ursule, le rejoint en Russie, à Saint-Petersbourg.

Naissance de son fils Georges Esterházy de Galantha  (1793-1797)

Du 16 au 18 janvier 1793

La Convention vote la mort du Roi. Philippe Égalité est l’un de ceux qui ont donné leur voix pour la peine capitale.

Le lundi 21 janvier 1793

Exécution de Louis XVI

Louis XVI guillotiné | Histoire et analyse d'images et oeuvres

En mars 1793

Quand le comte d’Artois se rend à Saint-Pétersbourg, Esterházy lui donne des promesses de fidélité qui ne seront pas tenues. Désormais, Valentin-Ladislas vit à l’heure russe.

Fichier:Comte d'Artois, later Charles X of France, by Henri Pierre Danloux.jpg  — WikipédiaLe comte d’Artois par Henri-Pierre Danloux, vers 1796

Le 16 octobre 1793

Exécution de Marie-Antoinette.

16 octobre 2018. Anniversaire des 225 ans de la mort de la reine ...

En 1795

Naissance et mort de son fils Sandor Esterházy de Galantha

Le 17 novembre 1796

A la mort de Catherine II, le nouveau Tsar Paul Ier (1754-1801) prive Esterházy de son domaine de Luka. Mais quelques temps plus tard, il le lui restitue avec le comté de Grodek, en Volhynie.

Le Comte Valentin Esterházy-Galantha, lithographie de Léon Noël, XIXe

En 1797

Naissance de son fils Ladislas Henri Valentin Esterházy de Galantha (1797-1876)

Le 23 juillet 1805

Valentin-Ladislas Esterházy meurt dans son domaine de Luka, au château de Grodek, en Volhynie, que le Tsar Paul Ier (1754-1801), fils de Catherine II, lui a offert.

Son fils Ladislas meurt en 1876, ne laissant que des filles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!