Loading...
ArtistesL'entourage de Marie-AntoinetteLa Cour de FranceLa cour de VienneLe château de VersaillesMaison de la Reine

Christoph Willibald von Gluck

Christoph Willibald von Gluck par Duplessis

Le 2 juillet 1714 

Naissance à Erasbach de Christoph Willibald von Gluck. Il est fils d’Alexander Johannes von Gluck, a déménagé à Erasbach en tant que garde forestier en 1711–12 et de Maria Walburga.

En 1717

La famille s’installe à Reichstadt près de Böhmisch-Leipa en Bohême.  Très jeune, Christoph Willibald est initié à la musique par la chorale de l’église.

Maison à Erasbach , construite en 1713 par le père de Gluck où Christoph Willibald est probablement né

Entre 1722 et 1727

Ils vivent près de Böhmisch-Kamnitz.

De 1727 à 1736

Les Gluck vivent à Eisenberg (près de Komotau), où Alexander Gluck occupe le poste de maître forestier du prince Philipp Hyazinth von Lobkowitz.

Christoph Willibald von Gluck, dont le père veut probablement qu’il continue dans l’emploi familial de la foresterie, montre très tôt un fort penchant pour la musique.  Pour échapper aux mésententes avec son père, le jeune Gluck quitte la maison (probablement vers 1727) et, se nourrissant de sa musique, se rend à Prague, où il joue dans plusieurs églises, commence des travaux universitaires (1731), et continue ses études musicales. 

En 1734

Gluck quitte le foyer paternel pour Vienne, pour y apprendre son métier : la musique.

En 1735

A Milan, dans la classe de Sammartini, Gluck fait représenter son premier opéra en … 1741.

A l’hiver 1735-1736

Il se rend à Vienne. Là, il est découvert par un noble lombard qui l’emmène à Milan, où Gluck, en plus de remplir ses fonctions dans la chapelle de la famille Melzi, passe quatre ans à étudier la composition avec l’organiste et compositeur italien Giovanni Battista Sammartini (1700-1775) , de qui il apprend le nouveau style italien de musique instrumentale. Probablement six sonates en trio, composées chacune de deux mouvements avec un menuet comme conclusion et imprimées à Londres en 1746, sont le fruit de ses études avec Sammartini à Milan. Outre les six sonates « londoniennes », Gluck a probablement composé d’autres sonates en trio sous la direction de Sammartini.

A partir de 1745

C’est à Londres, , que le musicien qui découvre les drames de Haendel, connaît son premier succès, sur les planches de l’Opéra de Haymarket : La Chute des Géants (La Caduta de’ Giganti, 1746), suivi en avril par Artamene (qui recycle un opus précédent, Tigrane de 1743).

En 1745

Gluck, alors bien connu comme compositeur d’opéras, est invité en Angleterre à l’instigation de Lord Middlesex, directeur de l’opéra italien au Haymarket Theatre de Londres, afin de défier la solide emprise de Haendel (1685-1759) sur les amateurs d’opéra de Londres. Le plan a d’abord échoué lorsque, en raison du chaos politique causé par le soulèvement de Stuart, tous les théâtres de Londres sont fermés avant l’arrivée de Gluck en Angleterre. 

Le 17 janvier 1746

Lorsque la situation se calme, les activités théâtrales reprennent avec une représentation de l’opéra de GluckLa caduta de’ giganti  ; le livret, d’AF Vanneschi, glorifiait le héros du jour, le duc de Cumberland, après sa victoire à Culloden sur les forces du prince Charles Edward, le prétendant Stuart au trône britannique. Cette œuvre, ainsi que le deuxième opéra londonien de Gluck,Artamene, produit le 14 mars 1746, consiste en grande partie en musique de ses propres œuvres antérieures, le manque de temps l’ayant contraint à ce dispositif. Aucun des deux opéras ne rencontre le succès. 

Le 25 mars 1746

Peu de temps après la production d’ Artamene, Haendel et Gluck ont ​​donné ensemble un concert au Haymarket Theatre composé d’œuvres de Gluck et d’un concerto pour orgue de Haendel, joué par le compositeur. Gluck a gagné l’intérêt de Haendel malgré la critique souvent citée plus tard par ce dernier du manque de capacité contrapuntique de Gluck (Haendel dit que Gluck « ne connaît pas plus de contrepoint que mon cuisinier »). 

Gluck lui-même, selon le chanteur irlandais Michael Kelly, tente d’imiter Haendel, qu’il décrit comme le « maître divin de notre art ».

Le 29 juin 1747

Après avoir quitté l’Angleterre (peut-être en 1746), Gluck entre en contact avec deux compagnies d’opéra itinérantes, dont l’une interprète son opéra-sérénade Le nozze d’Ercole e d’Ebe au château de Pillnitz, près de Dresde, à l’occasion du double mariage entre les familles électorales de Bavière et de Saxe.

 Au début de 1748

Gluck est de retour à Vienne, travaillant sur Semiramide riconosciuta de Pietro Metastasio, avec lequel, le 14 mai 1748, le Burgtheater est inauguré. Il s’avère un brillant succès pour le compositeur, bien que Metastasio qualifie en privé sa musique «d’insupportablement barbare». A cette époque, Gluck rencontre sa future épouse, Marianne Pergin, la fille de seize ans d’un riche marchand; la même année, comme chef d’orchestre du Voyage P. et A. Mingotti Compagnie d’opéra, il voyage via Hambourg jusqu’à Copenhague, où il compose l’opéra-sérénade La contesa dei Numi pour célébrer la naissance de l’héritier du trône danois ; l’œuvre préfigure à certains égards ses opéras de réforme ultérieurs. 

Au cours des hivers 1749 et 1750

Gluck est à Prague, où il écrit Ezio (1750) et Issipile (1751–1752).

Le 15 septembre 1750

Christoph Willibald von Gluck épouse à Vienne Maria-Anna Pergin , née en 1730, en l’église Saint-Ulrich de Vienne. Leur mariage, qui ne produit aucun enfant, est harmonieux – et sans aucun doute les relations de sa femme sont à l’avantage de Gluck. Gluck adopte sa nièce, Marianne (1759-1776). 

Lors de l’été 1752

Gluck emmène sa femme à Naples, où il compose la musique du drame de Metastasio La clemenza di Tito après avoir rejeté le texte d’ Arsace , qu’il a déjà mis une fois en musique.

A l’hiver 1752-1753

Le jeune couple ne s’installe définitivement à Vienne.

À Vienne, Gluck trouve bientôt un patron dans le maréchal impérial , le prince Joseph Friedrich von Sachsen-Hildburghausen, qui l’engage d’abord comme Konzertmeister de son orchestre et plus tard comme Kapellmeister. Gluck interprète avec succès ses symphonies et airs lors de concerts hebdomadaires dans le palais princier et a fait une impression particulière avec son opéra-sérénade Le Cinesi,qui est exécutée le 24 septembre 1754, en présence de l’Empereur et de l’Impératrice lors d’une magnifique célébration au château de Schlosshof. Ce succès a peut-être contribué à la décision du directeur du théâtre de la cour de confier à Gluck la fourniture de la « musique théâtrale et académique » pour la cour impériale. 

Le 5 mai 1755

L’opéra-sérénade La danza de Gluck est joué au château impérial de Laxenburg, près de Vienne

Le 2 novembre 1755

Naissance de l’Archiduchesse Marie-Antoinette.

Le 8 décembre 1755

L’opéra-sérénade L’innocenza giustificata de Gluck est joué au château impérial de Laxenburg 

En 1756

Vienne voit Il repastore, tandis que la première représentation de l’opéra Antigono est donné lors d’une visite à Rome. 

———————-

A Rome, Gluck est décoré par le pape Chevalier de l’ordre de l’Eperon d’Or grâce au succès d’Antigono.

A son retour à Vienne, il se met au travail pour fournir de la musique à un certain nombre de comédies de Vaudeville importées de Paris. Tircis et Doristée (1756) a peut-être été une première tentative de ce genre . Dans ces comédies parisiennes, le dialogue est parlé ou chanté à la manière des chants de rue, appelés timbres . 

Après 1758

Gluck procède de manière plus indépendante et compose pour des œuvres telles que La Fausse Esclave, L’Île de Merlin (1758), La Cythère assiégée (1759), Le Diable à quatre, L’Arbre enchanté (1759), L’Ivrogne corrigé ( 1760), et Le Cadi dupé (1761), qui contient, en plus de l’ouverture, un nombre sans cesse croissant de nouvelles chansons à la place des airs de vaudeville de base.

C’est alors que le musicien, avec ses fidèles partenaires, le poète et librettiste, Ranieri de’ Calzabigi et le chorégraphe Gasparo Angiolini, entreprend un nouveau type de production lyrique: le ballet-pantomime Don Juan (1761), Orfeo ed Euridice (1762) qui marque l’avènement du drame néoclassique. Suivent Alceste (1767) et Paride ed Elena (1770), également d’après le texte de Calzabigi.

Le 17 octobre 1761

Le ballet dramatique Le Festin de pierre (Don Juan), est présenté, basé sur un scénario de Gasparo Angiolini. Gluck compose la musique de deux drames de danse supplémentaires d’Angiolini, Semiramide et Iphigénie (tous deux de 1765). Plus important encore, pendant cette période, Gluck a écrit les trois «opéras de réforme» italiens avec Calzabigi, Orfeo ed Euridice (1762),Alceste (1767) et Paride ed Elena (1770).

 Le 7 janvier 1764

Dans La Rencontre imprévue, créée à Vienne, il ne reste aucun élément de vaudeville , de sorte que l’œuvre est un parfait exemple d’opéra-comique. Gluck donne aux partitions du Cadi dupé et de La Rencontre imprévue un charme particulier en utilisant des effets instrumentaux «orientaux». Dans de nombreux airs, la mélodie mélodieuse et l’écriture programmatique préfigurent les développements ultérieurs du style lyrique de Gluck : dans, par exemple, les premiers exemples de développement de scènes complexes dans L’Île de Merlin et L’Ivrogne corrigée.

Vienne

Né dans le Haut-Palatinat et élevé en Bohême , tous deux faisant partie du Saint Empire romain germanique  , il se fait connaître à la Cour des Habsbourg à Vienne. Il y provoque la réforme pratique des pratiques dramaturgiques de l’opéra pour laquelle de nombreux intellectuels ont milité. Christoph Willibald von Gluck est admiré de l’Impératrice Marie-Thérèse.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-famille-imperiale.jpg.
Portrait de la famille impériale par Martin van Meytens (1765)

Le 25 janvier 1765

Le mariage de Joseph II avec Maria Josepha de Bavière.

C’est sur la musique de Gluck que la petite Archiduchesse Antonia danse, à l’âge de neuf ans, dans un ballet composé par Noverre, Il parnasso confuso, lors des fêtes familiales en l’honneur de l’Empereur Joseph II et de sa seconde épouse.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est marie_10.jpg.
Lors de cette cérémonie, les Archiducs et Archiduchesses donnent un spectaclePortraits de Marie-Antoinette, enfant et jeune archiduchesse - Page 6 Marie_66
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Marie-Therese-dAutriche-de-Robert-Dornhelm-mariage-de-Joseph-II-avec-Maria-Josepha-de-Baviere-1024x576.png.
Images de Marie-Thérèse d’Autriche (2021) téléfilm de Robert Dornhelm L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Marie-Therese-dAutriche-de-Robert-Dornhelm-mariage-de-Joseph-II-avec-Maria-Josepha-de-Baviere-2-1024x576.png.

Gluck marque son temps, en particulier sur la scène lyrique. De Vienne à Paris, il incarne un nouvel idéal esthétique «européen», fondé essentiellement sur la vérité du drame. Son sens de la dramaturgie écarte les vocalises et effets vocaux s’ils ne sont pas commandés par la nécessité de l’action.

Christoph Willibald von Gluck

Gluck compose la musique de deux drames de danse supplémentaires d’Angiolini,  Semiramide  et  Iphigénie  (tous deux de 1765). Plus important encore, pendant cette période, Gluck a écrit les trois «opéras de réforme» italiens avec Calzabigi, Orfeo ed Euridice (1762) Alceste (1767) et Paride ed Elena (1770).

Avec Haydn, Mozart et Carl Philip Emmanuel Bach, Gluck demeure le plus important créateur classique.

Yves Brainville incarne Gluck dans Marie-Antoinette (1976) de Guy-André LefrancL’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-Casile-Gluck-4-1024x780.png.L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-Casile-Gluck-6-1024x780.png.
Josèphe - Portrait de Marie-Antoinette ou de Marie-Josèphe, par Meytens ? - Page 4 Wagens10
Portraits de Marie-Antoinette au clavecin, par Franz Xaver Wagenschön
“ Marie-Antoinette (1975)
”
Pascale Christophe dans Marie-Antoinette (1976) de Guy-André Lefranc

Le 16 mai 1770

L’Archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche épouse le Dauphin Louis-Auguste.

Le saviez-vous ? Le mariage de Louis XVI et Marie-Antoinette a fait 132  morts
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-Coppola-mariage-2.jpg.
Image de Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola

On inaugure l’opéra royal de Gabriel.

L'Orchestre de l'Opéra Royal
Kirsten Dunst incarne la Marie-Antoinette de Sofia Coppola (2006)L’opéra royal
Buste de Gluck par Houdon (Louvre)

Le 19 avril 1774

Invité par Marie-Antoinette en France, (son ancienne élève à Vienne est devenue Reine de France à Versailles), Gluck exporte le concept lyrique qui lui a valu de francs succès viennois … en France. Iphigénie en Aulide de Gluck triomphe lors de sa création à l’Opéra grâce au soutien de la Dauphine.

Opera Meets Film: How a Rameau Aria Illuminates Subtext in Sofia Coppola's 'Marie  Antoinette' - Opera Wire

« En daignant agréer l’hommage que j’ose vous offrir, Votre Majesté comble tous mes vœux. Il importait à mon bonheur de publier que les opéras que j’ai faits pour contribuer aux plaisirs d’une nation dont Votre Majesté fait l’ornement et les délices, ont mérité l’attention et obtenu les suffrages d’une princesse sensible, éclairée, qui aime, qui protège tous les arts; qui, en applaudissant à tous les genres, n’a garde de les confondre, et qui sait accorder à chacun d’eux le degré d’estime qu’ils méritent».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salle-de-lop%C3%A9ra.jpg.
Salle de l’Opéra royal

«Marie-Antoinette, en effet, depuis qu’elle a favorisé l’arrivée de Gluck à Paris, s’est toujours trouvée là, en public comme en particulier, pour amortir les chocs entre son protégé et la vivacité française, pour aplanir les difficultés sous les pas de l’irascible compositeur, pour lui adoucir les échecs, relever l’éclat de ses succès, lui faciliter, en un mot, la liberté d’esprit nécessaire au développement du génie.»

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-Coppola-applaudissements.gif.
Images de Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola

Jean-Baptiste Lully a orchestré le règne de Louis XIV. Gluck a ce rôle pour celui de Marie-Antoinette.

En 1774

Il fait représenter Orphée et Eurydice, version française d’Orfeo de 1762, mais avec des nouveautés pour plaire au goût français: ténor dans le rôle-titre à la place du castrat originel, importance des chœurs et du ballet. Le succès impose le Chevalier à la Cour de France. Ses détracteurs ne tardent pas à lui opposer bientôt le style italien de Piccini, autre musicien étranger, invité par la Reine de France.

La polémique enfle, et une nouvelle querelle passionne le milieu musical: on applaudit ou en siffle Alceste (1776, reprise française de son ancien succès viennois), surtout, Armide (1777: l’œuvre actualise le livret de Philippe Quinault, mis en musique par Lully pour Louis XIV), et Iphigénie en Tauride (1779, son plus grand succès en France, et l’ouvrage emblématique du goût de Marie-Antoinette). Hélas le séjour de Gluck à Paris et à Versailles, devait s’achever sur un échec des plus amers, Echo et Narcisse, véritable four. Gluck qui a perdu sa fille adoptive en 1776, atteint comme musicien avec l’insuccès d’Echo, regagne Vienne où il meurt en 1787.
Gluck arrive à Paris à la suite du mariage de la Dauphine qui ne lui ménage pas ses encouragements : La Rencontre imprévue ou les Pèlerins de La Mecque a été montée pour la première fois à Paris grâce à Elle et Elle a imposé le compositeur à l’intendant des Menus Plaisirs, Papillon de la Ferté.

Marie-Antoinette recevant le chevalier Glück lors de la représentation de son Iphigénie en Aulide par Carl Hartmann Brzezinski L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Marie-Antoinette-recevant-le-chevalier-Gluck-lors-de-la-representation-de-son-Iphigenie-en-Aulide-par-Carl-Hartmann-Brzezinski-gravure.jpg.

Gluck compose en français, pour l’Opéra, Iphigénie en Aulide sur un livret de Du Roullet. La réussite de la première, le 19 avril 1774, avec Sophie Arnould dans le rôle-titre, est due en grande partie au soutien de la Dauphine : en dépit des habitudes parisiennes, Elle applaudit dès le lever de rideau. Par la suite, lors du chœur «Chantez, célébrez votre Reine» (qu’Elle ne sera que vingt-et-un jours plus tard ), les chanteurs se tournent tous vers Marie-Antoinette dans Sa loge et le public L’ovationne. Les spectateurs sont conquis par ce renouveau de l’opéra français. Rousseau, fin musicologue à ses heures, est enthousiaste. Moins de six mois plus tard, Orphée et Euridyce, version française d’Orfeo, et, deux ans après, l’Alceste, adaptations de chefs d’œuvres viennois de 1762 et 1767 respectivement, valent de nouveaux triomphes à Gluck.

Orphée et Eurydice dans une version de 2019


La jalousie face à son succès mène à une querelle orchestrée avec Niccolo Piccinni qui était occupé à travailler sur le même livret; la guerre entre gluckistes et piccinnistes attriste les deux compositeurs mais engage l’énergie de leurs partisans.

Le 10 mai 1774

Louis XV, roi de France, âgé de 64 ans, deux mois avant sa mort, en mars 1774, par Montpetit
Louis XV par Montpetit

Louis XV meurt et Louis-Auguste, à l’âge de dix-neuf ans, devient Roi sous le nom de Louis XVI … et Marie-Antoinette devient Reine !

Portrait de Christoph Willibald, chevalier von Glück, 1775 par Joseph-Siffred Duplessis 


La Reine réussit à imposer Son protégé, que défendent également Arnaud, Voltaire ou Suard, et la musique allemande connaît un essor extraordinaire en France.

Profil de Gluck
Christoph Willibald von Gluck et sa femme, Maria-Anna Pergin
Marie-Antoinette et la princesse de Lamballe avec Gluck et Salieri (1837) par Charles AnnéeL’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Marie-Antoinette-et-Gluck1837-par-Charles-Annee-768x1024.jpg.

Christoph Willibald von Gluck a une relation avec la cantatrice Antoinette La Saint-Huberty-Clavel (1756-1812).

Antoinette La Saint-Huberty-Clavel par Elisabeth Vigée Le Brun
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 23844848_10214901474959725_8793008700095675521_n-300x201.jpg.
« Le matin, en se levant, (Marie-Antoinette) chaussait de petites pantoufles rabattues, et tous les deux jours, je brossais ses jolis souliers noirs de prunelle, dont le talon, d’environ deux pouces, était à la Saint-Huberty.» Rosalie Lamorlière

Le 23 avril 1776

La version française d’ Alceste, réalisée lors de son troisième séjour à Paris, rencontre également la désapprobation. 

Gluck

En mai 1776

Quelques mois plus tard, la création de Echo et Narcisse se solde par un échec. Profondément affecté par cet échec et par la mort de sa nièce Marianne, Gluck quitte Paris et retourne à Vienne.

Marie-Antoinette reçoit ici le chevalier Gluck au Petit Trianon 
On reconnaît la princesse de Lamballe et l’Abbé de Vermond …et Louis XVI en effigie (ce semble être le portrait par Callet)

A Paris, Gluck laisse à la fois des amis et des ennemis, qui commencent à former deux partis opposés : ses partisans, les Gluckistes, sous la houlette des écrivains et critiques musicaux français François Arnaud et Jean-Baptiste-Antoine Suard, et ses adversaires, appelés Piccinistes après le compositeur italien N. Piccinni, qu’on convainc de venir à Paris à l’été 1776 pour écrire un opéra en opposition au style de Gluck. La lutte, qui atteint son paroxysme en 1777, n’entraîne jamais ni Gluck ni Piccinni à participer activement au conflit. Gluck, à Vienne, a achevé Armide mais av détruit ses esquisses pour Roland en apprenant que Piccinni mettait en scène le même texte pour Paris. 

Fin mai 1777

Gluck rentre à Paris où il compose Armide.

En 1778

Gluck se retire à Vienne.

A la fin de 1778

Gluck effectue sa dernière visite à Paris où il arrive avec ses deux dernières œuvres dramatiques achevées, Iphigénie en Tauride et Écho et Narcisse.

Le 18 mai 1779

La querelle avec les piccinistes prend fin avec le succès de Iphigénie en Tauride (1778).

La représentation d’ Iphigénie lui vaut en effet son plus grand succès à Paris.

Le 24 septembre 1779

 Écho rencontre peu d’appréciation. 

Au début d’octobre 1779

Gluck, victime d’un accident vasculaire cérébral lors des répétitions d’ Écho, quitte Paris pour la dernière fois.

En 1781

Fatigué, Gluck retourne à Vienne où il fait la connaissance de Mozart. Il sut mieux que personne réaliser la fusion des styles lyriques divers.


Il rentre ensuite à Vienne, ayant exercé une influence durable sur la musique française. Pour la Baronne d’Oberkirch, «Gluck est l’harmonie et la puissance». Le compositeur a réussi à mener à bien une véritable réforme de la tragédie lyrique française après avoir poussé à un rare point de perfection l’opéra italien.

Christophe Willibald von Gluck
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Christoph-Willibald-Gluck.jpg.

Gluck passe les huit dernières années de sa vie à Vienne et à Perchtoldsdorf à proximité, sous la garde de sa femme, continuant à travailler sans relâche. Son attention se tourne de nouveau vers le Hermannsschlacht de FG Klopstock , qui l’a occupé dès 1770.

Statue de Gluck, Vienne , Autriche

Quelques années seulement avant sa mort, il publie ses Klopstocks Oden und Lieder (sept numéros), qui doivent avoir été écrits c. 1770. Au cours de ces années également, il révise Écho et Narcisse et, avec un poète viennois, J.B. von Alxinger, produit une version allemande d’ Iphigénie en Tauride, créée à Vienne le 23 octobre 1781, à l’occasion de la visite du grand-duc russe Pavel Petrovitch, futur Empereur Paul Ier.

Paul Ier (empereur de Russie) — Wikipédia
Le Grand Duc Paul de Russie (1754-1796-1801)  par Batoni (1782)

En 1781

Gluck subit un deuxième accident vasculaire cérébral, qui le paralyse en partie, et ses capacités physiques commencent à décliner.  

 Le 15 novembre 1787

Christoph Willibald von Gluck a un autre accident vasculaire cérébral, dont il meurt à Vienne.

Tombe de Christoph Willibald von Gluck

Le 17 novembre 1787

Deux jours plus tard, Christoph Willibald von Gluck est enterré au cimetière central de Vienne au milieu du deuil général .

Gluck reste, de nos jours, le grand réformateur de l’opéra français qui, près d’un siècle après Lully, manquait passablement d’imagination.

Statue de Gluck à l’opéra Garnier ; Paris

Sources :

  • https://www.britannica.com/biography/Christoph-Willibald-Gluck
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!