Loading...
L'AlmanachLa Cour de FranceMaison de MesdamesSa famille de France

Madame Sophie de France

Madame Sophie de France (1734–1782) - François Hubert Drouais ...Madame Sophie par Drouais

Le 27  juillet 1734

Naissance de Sophie Philippine Élisabeth de France  (Madame Cinquième), sixième fille de Louis XV et de Marie Leszczynska, qu’on appellera Madame Sophie.

                                                                                                                                                                                                                          Louis XV                                   et                   Marie Leszczynska
 

Moins connue que ses sœurs, sa naissance passe quasi inaperçue après tant de couches de la reine qui a déjà donné tant de filles…

Le 16 mai 1736

Naissance de Thérèse-Félicité qui mourra le 28 septembre 1744.

Madame Sophie est élevée par la « gouvernante des Enfants de France » au château de Versailles, avec ses frères et sœurs . Elle est soumise, dès son plus jeune âge, à l’Étiquette, qui gère la vie quotidienne des princes, quel que soit leur âge. Madame Sophie a de nombreuses sœurs, qui encombrent peu à peu le château de Versailles, car la naissance répétée des filles de France fut une véritable tragédie pour l’Etat. Cette pouponnière royale coûte une dépense terrible si l’on juge l’énorme effectif de la « maison » des Enfants de France.

Chaque princesse dispose, dès sa naissance, de huit femmes de chambre, soit rien qu’une cinquantaine de caméristes pour les seules filles du Roi !

Le 27 avril 1737

Baptême des princesses jumelles de Madame Troisième et du Dauphin Louis-Ferdinand

Le 15 juillet 1737

Naissance de sa sœur, Louise-Marie, Madame Septième, qu’on appellera Madame Louise.

Aperçu de l’imageImage de Louis XV, le Soleil Noir (2012) de Thierry Binisti

En juin 1738

Le Cardinal de Fleury envoie les princesses parfaire leur éducation dans le couvent lointain de Fontevraud.

FONTEVRAUD-L'ABBAYE (49), lieu d'histoire, plus grande cité monastique  d'Europe

Louis XV ne contredit pas son ancien précepteur et Marie Leszczynska, tremblante, n’ose pas protester devant le vieux ministre despote. Fleury garde probablement une tenace rancune à la Reine d’avoir naïvement aidé le duc de Bourbon lorsque celui-ci tenta de l’évincer. Il se venge en exilant si cruellement les innocentes fillettes à une telle distance de Versailles, que compte tenu de l’Étiquette, une visite royale aurait été une expédition ruineuse, donc impossible.

Aperçu de l’imageImage de Louis XV, le Soleil Noir (2012) de Thierry Binisti

Madame Sophie part donc avec ses sœurs, Madame Victoire, Madame Thérèse et Madame Louise, escortées de leurs domestiques et de leurs sous-gouvernantes pour la lointaine abbaye angevine. Elle y fera un long séjour , qui durera de juin 1738 à mars 1748. L’abbesse de Fontevraud,  Louise-Françoise de Mortemart-Rochechouart, qui est la propre nièce de Mme de Montespan, sera surintendante de l’éducation des princesses. Ni ses parents, ni des membres de la famille royale n’iront jamais prendre de ses nouvelles. Victoire vit ainsi pendant dix ans., « accoutumée à être peu contrainte », manifestant parfois une humeur impérieuse. On la punissait en l’enfermant dans un caveau dit la « lanterne des morts ». La princesse en gardera sa vie entière des terreurs paniques et irraisonnées.

Mozart's Sister Blu-ray Release Date February 14, 2012 (Blu-ray + CD)Images de Nannerl, la Sœur de Mozart de René Féret (2010)All The Days Ordained: Nannerl, la soeur de Mozart

 

Nannerl la soeur de Mozart - René FéretValentine Duval (à droite) interprète la jeune Madame Sophie dans Nannerl, la Sœur de Mozart de René Féret (2010)Aperçu de l’image

Le train de vie de Mesdames en l’abbaye royale de Fontevraud est toutefois fort convenable :

Malgré les préoccupations parcimonieuses qui ont, dit-on, inspiré au cardinal de Fleury, alors ministre, la résolution de faire élever, par les Bénédictines de Fontevrault, les petites princesses, dont le séjour à Versailles aurait occasionné de plus grands frais en nécessitant un coûteux état de Maison, Mesdames de France ne laissent cependant pas d’être fort convenablement traitées à l’abbaye.

Ainsi l’abbesse, la seconde madame de Mortemart, fille du maréchal duc de Vivonne, a été créée duchesse par brevet personnel afin d’avoir ses entrées et son tabouret chez les princesses ; elle-même, et, après elle, (L’Abbesse) madame de Montmorin Saint-Hérem, les servent debout à table. Le monastère touche de la Cour quinze mille livres de pension pour chacune de Mesdames, et chacune d’elles reçoit deux mille livres comme argent de poche ; elles ont à leur service dix femmes de chambre, un écuyer de bouche, un maître d’hôtel, douze gardes-du-corps payés extraordinairement dix sols par jour, un exempt, M. d’Autichamps, payé cinq livres par jour, un professeur de musique, M. de Caix, et un professeur de danse qui leur apprenait le Menuet couleur de rose, un piqueur de la petite écurie, deux carrosses et une voiture légère appelée gondole, avec cochers, postillons, palefreniers, valets de pied, trente-deux chevaux et quatre ânes harnachés pour les promenades… mais elles n’ont pas de médecin !

Madame Victoire and Madame Sophie de France, legitimate daughters ...Madame Victoire et Madame Sophie par Jean-Etienne Liotard
Sophie de France, dite Madame Sophie, tante de Louis XVI Sophie17Madame Sophie par Jean-Etienne Liotard

Le 28 septembre 1744

Mort de Thérèse-Félicité, Madame Sixième

Le 23  février 1745

Louis-Ferdinand épouse au château de Versailles  sa cousine l’infante Marie-Thérèse, deuxième fille de Philippe V et sœur de l’infant Philippe qui avait épousé en 1739 Louise-Élisabeth (1727-1759), sa sœur aînée.

C’est au cours des festivités du mariage que le Roi prend comme maîtresse Madame d’Étiolles (qu’il fait bientôt marquise de Pompadour).

Bal masqué donné par le roi Louis XV dans la Grande Galerie à l’occasion du mariage de Louis, Dauphin de France, avec Marie-Thérèse, infante d’Espagne, du 25 au 26 février 1745
Jeanne-Antoinette de Pompadour par Boucher

La marquise de Pompadour (1721-1764) est détestée par le jeune Dauphin qui, avec ses sœurs, l’appelle par ironie et irrévérence Maman Putain.

Le 22 juillet 1746

La Dauphine meurt, à Versailles. Son époux en éprouve un chagrin extrême.

Le 9 février 1747

Résultat de recherche d'images pour "Mariage du Dauphin et Marie-Josèphe de Saxe"

Le Dauphin Louis-Ferdinand de France épouse à Versailles Marie-Josèphe de Saxe

Allégorie du mariage du dauphin et de la princesse Marie-Josèphe de Saxe,  célébré à Paris le 13 février 1747 | Paris MuséesAllégorie du mariage du Dauphin et de la princesse Marie-Josèphe de Saxe

Le 14 octobre 1750

Madame Sophie revient à la Cour avec sa petite sœur, Madame Louise (1737-1787)

D’un caractère réservé, voire effacé, elle n’a aucune influence à la Cour et se laisse dominer par Madame Adélaïde(1733-1800).

Sophie de France, dite Madame Sophie, tante de Louis XVI Sophie16Madame Sophie (1750-1753) par Jean-Etienne Liotard

 

Madame Sophie est réputée laide et sans trop d’esprit.. Sa timidité ne semble pouvoir se briser, selon sa lectrice Madame Campan (1752-1822), que lors des orages, dont elle a une grande peur, et pendant lesquels elle se met à tenir de longues conversations afin de se calmer.

 “Tout ce cérémonial fut pour elle une véritable corvée et de moments plein d’appréhension, car elle était née insignifiante et d’une extrême timidité. Insignifiante et timide elle le demeura jusqu’au dernier jour de sa vie, même à l’age adulte. Les moindres prétextes qui pouvaient faire sortir Madame Sophie de ce train de vie emprisonnant , étaient saisis avec empressement par la princesse et ses sœurs.

Madame Sophie, dans sa jeunesse , avait eu un « air de beauté » ressemblant beaucoup à son père comme deux gouttes d’eau, du moins de profil. Mais cette beauté dut se faner rapidement, car on la décrira, ensuite, d’une rare laideur.

Selon Madame Campan, Madame Sophie avait un air si effarouché qu’elle marchait à une vitesse extrême et pour reconnaître les gens qui se rangeait sur son passage, elle avait pris l’habitude de les regarder à la manière des lièvres, c’est à dire, de côté. Elle était très renfermée, ne prononçait pas un mot pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines. On assurait, cependant, qu’elle avait de l’esprit et de l’amabilité dans la société de quelques dames préférées.

Elle s’instruisait beaucoup et lisait seule, la présence d’une lectrice l’eut infiniment gênée. Il y avait des occasions où la princesse, si sauvage ordinairement, devenait, tout à coup, affable, gracieuse et bonne, c’était lorsqu’il y avait de l’orage car elle en avait une peur panique. A ce moment là, elle posait milles questions, serrait les mains, mais le beau temps revenu, elle retrouvait sa froideur, son air et son air farouche. 

Son portrait était pourtant élégant. Elle avait une belle gorge et très bien faite. Son état embarrassé et timoré, sa timidité pathologique et sa nullité d’esprit empêcheront toute projet de mariage : on n’y songea même pas. Son père l’avait affublé du surnom de Graille. Elle se confiait beaucoup à sa sœur, Madame Victoire qui prit le rôle de protectrice car elle n’osait rien demander ni à son père, ni à sa mère et ni à sa terrible sœur Madame Adélaïde, qui, du reste, la dirigea totalement.

Résultat de recherche d'images pour "Madame Sophie"Madame Sophie par Jean-Marc Nattier

Madame Sophie est moins formée (que ses sœurs Victoire et Louise);dans ces clairs paniers à grands ramages, son corps menu n’apparaît point; une guirlande de fleurs orne le corsage dont la pointe descend très bas. La main droite relève un voile léger posé sur la chevelure poudrée ; les grands yeux ont du rêve comme ceux de Louis XV, et le menton délicat achève l’ovale pur du plus joli visage du monde.”

Pierre de Nolhac

Madame Sophie par Franz Bernhard Frey

Très proche de sa mère, la Reine Marie Leszczynska, de son frère, le Dauphin Louis et de ses sœurs, elle souffre avec eux des adultères du Roi, de la rigidité du protocole, de la bassesse des courtisans et se retire peu à peu comme le font également ses proches, de la vie mondaine de la Cour.

Louis XV la surnomme « Graille ».

Madame Sophie apprend comme son frère et ses sœurs à jouer de divers instruments de musique. Le portrait que « ce fantôme de princesse » commanda à Drouais, qui la représente moulée dans une riche robe rose brodée de fleurs, en train de déchiffrer un cahier de musique, laisse entendre qu’elle était aussi passionnée que ses trois sœurs. Nous ne disposons pas d’anecdotes précises sur sa passion pour la musique, même si l’on sait qu’elle jouait et composait.

Madame Sophie par Drouais - collections du château de VersaillesMadame Sophie par Drouais

Un autre tableau de Drouais rappelle son intérêt pour la musique. Réalisé entre 1770 et 1774, ce portrait figure Sophie, Victoire et Louise, assises sur des nuages, têtes nues. Victoire déroule gracieusement une partition sur ses genoux, tandis que Louise tient dans ses mains une lyre ainsi qu’une couronne de laurier (voir en fin d’article).

De gauche à droite : Adélaide, Victoire et Sophie, par Drouais - Collections du château de VersaillesDe gauche à droite : Sophie, Victoire et Louise, par Drouais –château de Versailles

Madame Sophie doit s’adapter, au quotidien monotone d’une princesse de France, c’est à dire des journées réglées par l’Étiquette interrompues par de rares distractions, où elle doit, entre autres, faire sa toilette et manger en public, changer plusieurs fois de robes, endurer le Grand habit de Cour, « faire sa cour » au Roi et à la Reine, recevoir les visites et les ambassadeurs, s’amuser sans joie dans des bals et divertissements réglés d’avance.

Malgré sa solitude, elle participe aux joies de la vie familiale : chaque matin, elle participe au fameux café matinal chez Madame Adélaïde.

Le 13 septembre 1751

Naissance de son neveu, Louis-Joseph-Xavier, duc de Bourgogne à Versailles.

Le 10 février 1752

Décès de Madame Henriette, sa douce sœur, à l’âge de vingt-quatre ans.

Madame Henriette par Jean-Marc Nattier

Le Roi, dont Henriette était la fille préférée, est anéanti comme toute la famille royale. Le peuple maugrée que le décès de la jeune princesse est une punition divine.

En 1753

Sa sœur aînée, Elisabeth, mariée dès 1739 à un infant d’Espagne, souhaitait en 1753 que Victoire épouse son beau-frère, le Roi Ferdinand VI d’Espagne (1713-1746-1759). Mais la Reine d’Espagne, bien qu’affligée d’une santé des plus médiocres, ne meurt que cinq ans plus tard. Le Roi étant lui-même à la dernière extrémité, le mariage ne se fait pas.

Le 23 août 1754

Naissance de son neveu, Louis-Auguste, futur Louis XVI.

Louis-Auguste par Frédou

Le 17 novembre 1755

Naissance de son neveu, Louis-Stanislas Xavier de France, comte de Provence, futur Louis XVIII.

Louis-Stanislas par Maurice Quentin de la Tour

Les princesses vont parfois prendre les eaux à Plombières dans le Duché de Lorraine sur lequel règne à titre nominal et viager leur grand-père Stanislas Leszczynski (1677-1766) qu’elles peuvent ainsi visiter.

Illustration.Stanislas Leszczynski

La chambre de Madame Sophie,
L’ancien Cabinet des Bains de Louis XIV

( texte et photographies de Christophe Duarte ; Versailles – passion )

Peut être une image de intérieurReconstitution du cabinet des bains de Louis XIV 

Cette pièce est l’ancien Cabinet des Bains de Louis XIV : les murs et le sol étaient alors revêtus d’une marqueterie de marbres polychromes, et l’on y voyait une grande piscine octogonale en marbre de Rance, qui se trouve aujourd’hui dans l’orangerie.

Peut être une image de intérieur

Elle servit de Cabinet Intérieur au Comte de Toulouse de 1692 à 1724, à la Comtesse de Toulouse de 1724 à 1750 et enfin à Madame Adélaïde de 1752 à 1753. C’est la chambre de Madame Sophie de 1755 à 1767, date à laquelle elle devient la première antichambre de cette Princesse.

Peut être une image de intérieur

Les dessus-de-porte “Le repas de Tandale” et “Les noces de Persée et Andromède troublées par Phinée”, ont été peints par Hugues Taraval en 1766 pour la salle à manger du Château de Bellevue.

Peut être une image de intérieur

Les trois grands portraits peints en 1787 par Adélaïde Labille-Guiard représentent les tantes de Louis XVI : “Madame Adélaïde”, “Madame Elisabeth, Duchesse de Parme” et “Madame Victoire”.

Peut être une image de intérieur                  On a seulement conservé la porte sous tenture de l’appartement.                                               Et voila ce que l’on voit en ouvrant la porte :
Peut être une image de couloir et intérieur

Le 5 janvier 1757

Attentat de Damiens (1715-1757) contre le Roi, son père.

Le 9 octobre 1757

Naissance de Charles-Philippe, comte d’Artois, futur Charles X.

Le 23 septembre 1759

Naissance de sa nièce, Marie-Clotilde de France, qu’on appellera Madame Clotilde, ou plus trivialement Gros Madame, future Reine de Sardaigne.

Photo: The comte d'Artois and his sister Marie-Clotilde in their youth by François-Hubert Drouais
Shortly after the birth of Charles-Philippe (the comte d'Artois) in 1757, Louis XV asked Charles III of Spain to be the boy’s godfather. He agreed, and...Charles-Philippe et Clotilde par Drouais

Le 6 décembre 1759

Mort de sa sœur, Madame Elisabeth , duchesse de Parme

Louise-Elisabeth, duchesse de Parme par Adélaïde Labille-Guiard
 

Le 22 mars 1761

Mort de son neveu, Louis-Joseph.

Sophie de France, dite Madame Sophie, tante de Louis XVI Dp323311Madame Sophie (1762) par Drouais

Sophie de France, dite Madame Sophie, tante de Louis XVI Madame50Madame Sophie , tenant une partition –  par Drouais  (1763)

Le 15 avril 1764

Mort de la marquise de Pompadour, emportée par la tuberculose.

Le 3 mai 1764

Naissance de sa nièce, Madame Élisabeth, future martyre de la révolution.

Madame Elisabeth par Drouais

Suppression de l’ordre des Jésuites en France.

 Description de cette image, également commentée ci-aprèsMadame Sophie par Jean-Marc Nattier

Le 20 décembre 1765

Après une agonie de trente-cinq jours, le Dauphin, Louis-Ferdinand, son frère,  meurt, à l’âge de 36 ans.

Alexandre Roslin, Louis de France, dauphinLe Dauphin par Roslin
Fichier:Lagrenee, Louis Jean - Allegory on the Death of the Dauphin -  1765.jpg — WikipédiaAllégorie de la mort du Dauphin de Lagrenée l’Aîné

Aucune description de photo disponible.

Cette commode est livrée par Gilles Joubert, fournisseur du Garde-Meuble de la Couronne, le 6 mars 1767 pour la chambre à coucher de l’Appartement de Madame Sophie.

Le 13 mars 1767

Mort de Marie-Josèphe de Saxe ( née le 4 novembre 1731), sa belle-sœur.

Fichier:Maurice Quentin de La Tour, Marie-Josèphe de Saxe, dauphine  (1749).jpg — WikipédiaMarie-Josèphe de Saxe
Aucune description disponible.Dernier réveillon de Marie Leszczyńska : Une coutume s’était instaurée dans la famille royale : chaque 31 décembre à minuit, Louis XV et son épouse, assis de part et d’autre de la pendule astronomique de Passemant, assistent au changement d’année entourés de leurs enfants et petits-enfants…

Le 24 juin 1768

Mort de la Reine Marie Leszczynska, sa mère.

Portrait of Maria Leszczynska (1703-1768) — Jean Marc NattierMarie Leszczynska par Jean-Marc Nattier
Sophie de France, dite Madame Sophie, tante de Louis XVI Frey_s10Madame Sophie par Franz Bernhard Frey
Le 22 avril 1769

Madame la comtesse du Barry, est présentée à la Cour.

Madame du Barry par Drouais

Le 16 mai 1770

Le Dauphin Louis-Auguste, son neveu, épouse l’Archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche.

Le saviez-vous ? Le mariage de Louis XVI et Marie-Antoinette a fait 132  mortsGravure du mariage de Marie-Antoinette avec le Dauphin, le 16 mai 1770

Prévenue contre Madame du Barry dès son arrivée en France, la très jeune Dauphine, au caractère entier, lui voue d’emblée une vive antipathie.

Le conflit Dauphine/ favorite vue dans la série télévisée Marie-Antoinette (1975) de Guy-André Lefranc

E

ncouragée par le clan Choiseul et Mesdames, filles de Louis XV, Madame Du Barry se rend, comme convenu, Elle la traite avec un mépris affiché, en refusant de lui adresser la parole, ce qui constitue une grave offense, indispose le Roi et jusqu’aux chancelleries, puisqu’il faut que l’impératrice elle-même impose de Vienne à sa fille un comportement plus diplomatique.

Gouter chez Mesdames Tantes - ☆Reine à 19 Légende à 20☆Marie-Antoinette et Ses tantes vues par Sofia Coppola (2006)
Marie-Antoinette peinte vers 1770 par Joseph Ducreux

 

Le 7 août 1770

Madame la Dauphine … soupa avec le Roi et prit occasion de lui demander son consentement pour qu’une nommée Thierry, femme du premier valet de chambre de M. le Dauphin, fut placée chez Mme la Dauphine en qualité d’une des premières femmes de chambre, ce que le Roi accorda sur-le-champ. Cette Thierry, ainsi que son mari, sont créatures du duc de La Vauguyon et par conséquent conviennent peu au service de Mme la Dauphine. S.A.R. en paraissait même persuadée à la suite des représentations que je lui avais faites à ce sujet ; mais Mme l’archiduchesse s’est enfin déterminée par deux motifs dont elle m’a dit le premier et dont j’ai deviné le second. Le premier a été que Mesdames, peu instruites des choses, ont désiré contre toute raison que cette femme fût placée, et ont tourmenté Mme l’archiduchesse a consisté Mme la Dauphine pour qu’elle la demandât au Roi. Le second motif de Mme l’archiduchesse a consisté en ce que la dite Thierry a un enfant de quatre ans assez vif et joli, et que S.A.R. est bien aise de rapprocher d’elle en vertu de la passion qu’elle a pour les enfants.

Mercy d’Argenteau à l’Impératrice Marie-Thérèse

Le 5 septembre 1770

La future première femme de chambre a occasionné un petit mouvement d’aigreur entre Mme la Dauphine et sa dame d’honneur. Mme la Dauphine a trouvé qu’on différait trop longtemps de mettre la survivancière en exercice. Je ne sais qui l’a conseillée, elle a cru avoir le droit de la mettre en possession quoiqu’elle n’eût pas de brevet ni prêté serment. Elle n’en avait pas parlé à Mme de Noailles et lui a fait seulement dire par cette femme de chambre ( madame Thierry ). Mme la Dauphine ne m’en a parlé qu’après avoir donné cette mauvaise commission… J’ai eu à essuyer les plaintes de Mme de Noailles plus piquée qu’elle ne l’a encore été et reparlant plus que jamais de quitter Mme la Dauphine à qui cette menace est revenue, apparemment par Mesdames, a pris son parti à cet égard. Elle ne serait pas fâchée que Mme de Noailles quittât dans un an ou deux, et s’était déjà fait un petit système pour la remplacer… J’ai représenté à Mme la Dauphine … que dans l’état actuel, on lui donnerait sûrement une des dames en faveur. L’ascendant des tantes est plus fort que jamais , je me casserais le nez si je voulais la combattre directement.

L’abbé de Vermond à Mercy

Le Boudoir de Louis XV,
Pour le confort et l’intimité de Louis XV et Mesdames de France à l’Opéra

(  Texte  et  illustrations  de Christophe Duarte – Versailles Passion )

Au moment de la construction de l’Opéra en 1768, Gabriel  prévoit une loge royale comme il en existe dans tous les opéras royaux d’Europe : somptueuse, surmontée des emblèmes royaux…

Opéra Royal on Twitter: "EN COULISSES | Vue sur la scène de l ...

Louis XV en décide autrement. Il préfère une petite loge discrète, plus intime avec la possibilité de s’y rendre discrètement.

Toujours dans ce soucis de confort et d’intimité, le Boudoir du Roi propose un lieu confortable lambrissé blanc et or donnant sur le Foyer.

BOUDOIR CC | louisXV | FlickrBoudoir du Roi : porte donnant sur la Galerie du premier étage de l’Aile du Nord

De plain pied avec le premier étage de l’Aile du Nord, elle ouvre sur une salle des gardes, détruite en 1851 lors de la construction de l’Escalier Questel.

Opéra royal - Boudoir du roi- Niveau deuxième balcon - 368 Boudoir ...L’amour des arts” par Jacques Louis Touzé

Juste au-dessous de celui du Roi, les filles du Roi ont également leur boudoir.

Versailles passion on Twitter: "Boudoir de Louis XV, Pour le ...

Beaucoup plus bas de plafond et sans décor ostentatoire, cette pièce, sans fenêtre, n’est éclairée que par la lumière artificielle.

Le 10 septembre 1770

Cérémonie de la prise de voile de sa sœur, Madame Louise.

Madame Louise de France

Le 14 février 1771

Mariage du comte de Provence, frère du Dauphin et de Marie-Joséphine de Savoie.

Le 16 avril 1771

J’observerai que le caractère d’écriture de Madame la Dauphine n’est jamais si mauvais que dans ses lettres à V.M., parce qu’elle les écrit avec beaucoup de précipitation dans la crainte d’être surprise soit par M. le Dauphin, soit par Mesdames ses tantes auxquelles jusqu’à présent elle n’a voulu rien communiqué de sa correspondance avec V.M.. C’est un point sur lequel j’avais résisté dès le commencement et que S.A.R. a toujours observé strictement.

Mercy à Marie-Thérèse

Le 12 septembre 1771

Madame Louise prononce ses vœux monastiques perpétuels.

Résultat de recherche d'images pour "Madame Louise et Louis XV"Visite de Louis XV à Madame Louise de France par Maxime Le Boucher (1882)

Le 11 août 1772

Sous l’influence de Sa mère et de Ses tuteurs, Marie-Antoinette se prépare à mettre un terme à la situation qui L’oppose à Madame du Barry, lors d’une mise en scène rigoureusement planifiée.

Maryse Meryl incarne Madame Sophie dans la série télévisée Marie-Antoinette (1975) de Guy-André Lefranc
Fig. 10 : Henri-Philippe Coqueret, d’après François-Hubert Drouais, Sophie-Philippine-Élisabeth de France, dite Madame Sophie (1734-1782), huile sur toile, 1,09 m × 1,52 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 2182.Madame Sophie par Drouais

Madame Du Barry se rend, comme convenu, au cercle de la Dauphine : la Cour au grand complet guette les deux femmes. Mais alors que Marie-Antoinette s’approche de la favorite pour, enfin, lui adresser un mot, Madame Adélaïde, mise dans la confidence par la jeune Dauphine, l’en empêche en s’écriant :

Il est temps de s’en aller ! Partons, nous irons attendre le Roi chez ma sœur Victoire !

Coupée dans son élan, Marie-Antoinette lui emboîte le pas, plantant là Mme Du Barry humiliée, au milieu de la Cour témoin de ce terrible affront.

Résultat de recherche d'images pour "Shirley Henderson Marie-Antoinette"Shirley Anderson interprète Madame Sophie dans Marie-Antoinette de Sofia Coppola (2006)

 Le 1er janvier 1772

Alors que la comtesse du Barry, entourée de la duchesse d’Aiguillon et de la maréchale de Mirepoix, se présente au lever de la Dauphine au milieu d’une foule nombreuse, Marie-Antoinette prononce les paroles tant attendues, quelques mots restés célèbres :

« Il y a bien du monde aujourd’hui à Versailles »

La scène dans la série télévisée Marie-Antoinette (1975) de Guy-André Lefranc avec Pascale Christophe

Madame Du Barry se rend, comme convenu,

C’est tout.

C’est bien peu… mais c’est le triomphe de la favorite et l’échec du cercle de Mesdames qui soutenaient la Dauphine contre elle.

Fichier:Drouais, after - Sophie of France - Versailles MV 3809.pngMadame Sophie par Drouais

Le 16 novembre 1773

Mariage du comte d’Artois, frère du Dauphin et de Marie-Thérèse de Savoie, sœur de la comtesse de Provence.

Inséparable de ses deux sœurs aînées, Madame Sophie semble cependant proche de la comtesse d’Artois, timide et effacée comme elle. Dans son testament, elle en fait son exécutrice testamentaire si ses sœurs venaient à disparaître avant elle.

Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d’Artois, par Gautier d’Agoty (1775)

Le 29 avril 1774

Les médecins font savoir que le Roi a contracté la variole. Pour éviter la contagion, le Dauphin et ses deux frères sont maintenus à distance de la chambre royale. Mesdames Victoire, Adélaïde et Sophie restent au chevet de leur père. Elles attraperont d’ailleurs la petite vérole…

Image de Marie-Antoinette de Sofia Coppola

Le 30 avril 1774

Le visage du Roi est couvert de pustules.

Dans la nuit du 7 mai 1774

Ne se faisant plus guère d’illusions sur son état de santé, il fait venir son confesseur, l’abbé Louis Maudoux.

Jeanne du Barry quitte Versailles . 

Le 9 mai 1774 au soir

L’Extrême-Onction est administrée à Louis XV.

Le 10 mai 1774

Louis XV meurt de la petite vérole à Versailles vers quatre heures de l’après-midi. Il avait 64 ans.

Louis XV, roi de France, âgé de 64 ans, deux mois avant sa mort, en mars 1774, par Montpetit
Gravure montrant la mort de Louis XV dans sa chambre de Versailles

Le Dauphin Louis-Auguste devient Roi sous le nom de Louis XVI.

En 1774

Louis XVI fait don à ses tantes du domaines de Bellevue à Meudon

Le château de Bellevue

( texte et photographies de Christophe Duarte – Versailles passion )

Madame de Pompadour revend le château à Louis XV le 22 juin 1757 pour la somme de 325 000 livres. Ce dernier fait remanier la distribution et le décor intérieur sous la direction d’Ange-Jacques Gabriel. Celui-ci construit en 1767 deux ailes en retour en rez-de-chaussée, absorbées en 1773 dans une extension qui les relie au bâtiment principal.

Chateau de Bellevue, one of Pompadour's exquisite retreats. Gone ...
Le Château de Bellevue

Au décès de Louis XV, en 1774, le château est attribué par Louis XVI et Marie-Antoinette aux filles du Roi défunt, et tantes du nouveau monarque, Mesdames Adélaïde, Sophie et Victoire. Bien que logeant principalement au Château de Versailles, eu égard à leur obligations à la Cour, Mesdames viennent à Bellevue se délasser des rigueurs de l’étiquette. Celles-ci font transformer le décor intérieur par Richard Mique et font agrandir les jardins vers le Sud.

Aucune description de photo disponible.Reconstitution 3D du Château de Bellevue en 1757
Aucune description de photo disponible.Porte et porte feinte de Bellevue ( aujourd’hui au Louvre )Aucune description de photo disponible.
Peut être une image de 1 personneQuatre candélabres en bronze doré pour le Grand Salon de Bellevue
Aucune description de photo disponible.Fauteuil à la Reine provenant de Bellevue
Aucune description de photo disponible.Paire de vases provenant des appartements de Mesdames à Bellevue

Sous la Révolution, Mesdames quitteront Bellevue le 19 février 1791, à la tombée de la nuit, pour prendre le chemin de l’émigration, en direction de l’Italie, abandonnant ainsi la majeure partie du mobilier.

Aucune description de photo disponible.Commode de Martin Carlin pour le Grand Cabinet de Madame Victoire au Château de Bellevue
Aucune description de photo disponible.Encoignure de Martin Carlin pour le Grand Cabinet de Madame Victoire au Château de Bellevue
Aucune description de photo disponible.Bureau plat de Martin Carlin pour le Grand Cabinet de Madame Victoire au Château de Bellevue

Le château est vendu à M. Testu-Brissy, qui le fait abattre.

A vase (one of three) made for the petit and grand salons of the Mesdames for the chateau de BellevueVase de Bellevue

Le château sera vendu à M. Testu-Brissy, qui le fera abattre.

 

Le dernier appartement de Madame Sophie à Versailles

( texte et illustrations de Christophe Duarte ; Versailles – passion

Peut être une image de ‎niveau et ‎texte qui dit ’‎Appartement de Mme Sophie 5 2 وسআ 10 11 Tי× 1) Première antichambre commune avec Mme Victoire 2) Seconde antichambre ou Salle des Nobles 3) Grand Cabinet 4) Boudoir 5) Chambre à coucher 6) Cabinet intérieur 7) Garde robe 8) Bibliothèque 9) Cabinet du Tour 10) Salle de bains 11) Pièce de service‎’‎‎

Après avoir partagé plusieurs appartements avec ses sœurs, Madame Sophie obtient enfin un appartement à elle en 1774.

Peut être une image de intérieurReconstitution 3D de la bibliothèque lors de l’exposition “Marie-Antoinette” à Tokyo en 2016

Louis XVI étant devenu Roi, la comtesse de Provence quitte cette partie du château pour rejoindre son époux dans l’Appartement de la Dauphine.

Peut être une image de intérieurLa cheminée de la bibliothèque est aujourd’hui dans la Salle à manger de la Reine dans ses appartements de l’Attique
Aucune description de photo disponible.Commode de Joubert ayant appartenu à Madame Sophie dans sa chambre
Aucune description de photo disponible.Deux vases de la manufacture royale de Sèvres décorés par Antoine Caton et Henri-François Vincent ayant appartenu à Madame Sophie
Peut être une image de mobilierSecrétaire à pente par Gaudreau pour l’appartement de Madame Sophie

Une nouvelle distribution des pièces est organisée et le sens de circulation est inversé.

Aucune description de photo disponible.Sol de la Bibliothèque

Ainsi, la chambre devient antichambre et toute une suite de cabinets donnant sur le Parterre d’eau (actuelle Galerie basse) sont modifiés.

Aucune description de photo disponible.Élévation de la bibliothèqueAucune description de photo disponible.

Elle conserve malgré tout sa bibliothèque ainsi que sa salle de bain sur la Cour de Marbre.

Aucune description de photo disponible.Élévation de la bibliothèqueAucune description de photo disponible.

La décoration est assez simple et, par mesure d’économie, on réemploie les boiseries et le mobilier déjà existantes.

La Petite Reine or Portrait of Madame Sophie, Lié Louis Périn-Salbreux, ca.  1775; Musée des beaux-arts… | Marie antoinette, Portrait de mariée, Musée  des beaux-artsMadame Sophie dans sa bibliothèque (1775) par Louis Périn-Salbreux

Dimanche 11 juin 1775

Louis XVI est sacré à Reims

Aucune description disponible.

Le Sacre de Louis XVI (11 juin 1775) - La Galerie de l'Histoire

A partir de 1775, Madame Sophie vit complètement retirée, présente uniquement aux grandes cérémonies comme une simple figurante. A ces exceptions près, elle habite l’été avec ses sœurs, aux château de Bellevue et de Louvois et l’hiver son bel appartement du château de Versailles sous la grande galerie.

File:Dumont, François - Madame Sophie of France.pngMadame Sophie (vers 1775) par François Dumont 

Le 20 août 1775

Mariage de Madame Clotilde, Gros Madame, sa nièce, et du prince de Piémont, futur Charles-Emmanuel IV de Sardaigne, frère des comtesses de Provence et d’Artois.

Aucune description disponible.

 

Image associéeMadame Sophie vers 1778 par Anne Vallayer-Coster

Le 19 décembre 1778

Après un accouchement difficile, Marie-Antoinette donne naissance de Marie-Thérèse-Charlotte, dite Madame Royale, future duchesse d’Angoulême. L’enfant est surnommée “Mousseline” par la Reine.

d'après Clodion | Madame Royale bébé dit l'Enfant aux Coussins ...Madame Royale bébé dit L’Enfant aux coussins par Clodion

La princesse de Guéménée (1743-1807), malgré sa réputation douteuse, est la gouvernante des Enfants Royaux de Louis XVI dès la naissance de Madame Royale.

La Reine l’entoure alors d’égards :

J’espère que vous serez contente du logement quoique petit, le Roi en a été occupé toute la matinée dès neuf heures du matin et il en a fait décamper mes tantes qui y étaient établies.

IMG_4471La chambre de Madame Sophie, puis Madame Victoire

En 1780

Marie-Joséphine de Provence désire l’installation d’une petite salle-à-manger et d’un salon en hémicycle contigu pour servir au jeu et au billard nécessaire aux soupers qu’elle offre chaque soir à la famille royale . Cette salle-à-manger destinée aux « soupers des petits cabinets »- soupers intimes sans domestiques dont a parlé Pierre de Nolhac dans ses ouvrages – est installée dans les anciennes pièces de service de la Dauphine détruites situées sous le cabinet doré de la Reine, là on a installé provisoirement un billard avant 1779. Cette salle-à-manger paraît bien étroite car toute la famille royale est conviée par la princesse : à savoir le Roi, la Reine, Monsieur, le comte et la comtesse d’Artois, les trois Mesdames tantes et Madame Elisabeth quand elle sera en âge. Cette petite pièce ouvrant par une fenêtre sur la cour intérieure de la Reine, appelée dès lors « cour de Monsieur », est donc prolongée sur l’appentis, pris sur l’ancien oratoire de la Dauphine, sous la terrasse du cabinet doré de la Reine.

Aucune description disponible.

Le 22 octobre 1781

Naissance du Dauphin, Louis-Joseph-Xavier-François premier Dauphin Louis Joseph, une mort inévitable? - et si marie antoinette...

Le 2 mars 1782

Mort de Madame Sophie, veillée seulement par ses sœurs Madame Adélaïde et Madame Victoire. Plutôt que de se faire autopsier, comme la coutume l’exigeait, elle demanda à ce qu’on lui ouvre le pied pour vérifier son décès.

Ses dernières volontés :

Je demande au Roi, mon neveu, que mon corps ne soit point ouvert après ma mort, qu’il soit gardé pendant vingt-quatre heures ( après m’avoir ouvert les pieds ) par les Filles de la Charité et par des prêtres, et qu’ensuite il soit porté à Saint-Denis sans aucunes pompes ni cérémonies quelconques, pour y être réuni à ceux de mes père et mère, comme une marque de mon respectueux attachement à leurs personnes; je demande encore au Roi, mon neveu, de ne pas faire de service ici, mais de m’en fonder un à perpétuité à l’abbaye de Fontevrault.
Je me recommande à ses prières, et je le prie de me faire dire quelques messes de temps en temps .

Résultat de recherche d'images pour "Madame Sophie"Madame Sophie par Liotard

Ce qui est frappant, c’est de voir à quel point Madame Elisabeth est marquée par le décès de Madame Sophie, sa tante : une vieille fille morte dans l’indifférence générale (il y avait un spectacle au château ce soir-là). C’est un point d’horreur pour Madame Elisabeth, elle aussi promise à un sort de vieille fille.

Elle demanda à sa sœur, Madame Louise, devenue carmélite, de faire dire des prières pour elle. Celle-ci laissera un témoignage bouleversant sur sa sœur, la disant très bonne et intelligente. Comme tous les membres de la Maison royale, Madame Sophie est inhumée à l’abbaye de Saint-Denis.

Testament de Sophie de France conservé aux Archives Nationales.

Son tombeau sera pillé et détruit lors de la révolution français qui éclatera sept ans après sa mort: son tombeau sera profané par les révolutionnaires. Son corps en putréfaction sera insulté et outrageusement bafoué avant d’être jeté dans la fosse commune et recouvert de chaux.

La profanation de Saint-Denis, la seconde mort des rois - PressReaderViolation des tombes de Saint-Denis par Hubert Robert

En son honneur, le comte et la comtesse d’Artois avaient appelé leur fille Sophie (1776-1783). Marie-Antoinette et Louis XVI les imiteront pour leur seconde fille (1786-1787).

Mademoiselle Sophie d’Artois
La petite Madame Sophie, fille de Louis XVI

 

Sources:

  • Mémoires de la duchesse d’Abrantès
  • Louis XV (1989) de Michel Antoine, chez Fayard
  • Mesdames de France (1989) de Bruno Cortequisse, aux éditions Perrin, Paris
  • Versailles passion, groupe FB de Christophe Duarte
  • Louis XV (1984) de Jacques Levron, aux éditions Perrin, Paris
  • Madame Louis XV (1987) de Jacques Levron, aux éditions Perrin, Paris
  • Les lettres de Françoise de Châlus, duchesse de Narbonne-Lara

  • Louis XV (2014) de Jean-Christian Petitfils, aux éditions Perrin, Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!