Loading...
Ailleurs dans le monde...ArtistesPortraitsSa famille d'Autriche

Les enfants de Marie-Thérèse par Liotard en 1762

Autoportrait de Liotard riant (1770)

De Juin à Novembre 1762

Le peintre suisse Jean-Etienne Liotard (1702-1789) dessine au pastel tous les membres de la famille impériale.

Avant de nous intéresser spécifiquement à cette série, rappelons qui est Liotard :

Fils d’émigrés huguenots de Montélimar, Jean-Etienne Liotard passe la plus grande partie de sa vie à l’étranger. Après un apprentissage à Genève chez le miniaturiste Daniel Gardelle, il séjourne à Paris de 1723 à 1736 et devient l’élève de Jean-Baptiste Massé. Il se rend à Rome (1736). Quelques-unes de ses meilleures scènes de genre sont le fruit des quatre années passées en Turquie, alors très à la mode en Europe. Voyageur infatigable, Liotard séjourne à Vienne de 1743 à 1745, où il peint son pastel le plus célèbre, le portrait de Mlle Baldauf (la Belle Chocolatière, v. 1745, Dresde). Il retourne à Paris, où, en 1749, il est présenté à la Cour par le maréchal de Saxe, dont il vient d’exécuter le portrait.  Liotard quitte la France pour Londres en 1754 et pour la Hollande et, en 1757, il s’installe à Genève. Il est riche, célèbre et devient le portraitiste attitré des notabilités de la ville et des étrangers de passage.

Marie-Antoinette au jour le jour … ou presque – Marie-Antoinette  AntoinetthologieLes Archiduchesses Marie-Josèphe, Marie-Caroline et Marie-Antoinette et le petit Archiduc Maximilien (1760) par Liotard

Plusieurs portraits au pastel exécutés à cette époque comptent parmi les meilleurs. Son style est devenu plus rigoureux, son dessin plus précis. De retour à Vienne en 1762, il dessine aux trois crayons les portraits des onze enfants de Marie-Thérèse (musée de Genève). Un nouveau séjour à Paris de 1770 à 1772 et à Londres, où il expose avec succès à la Royal Academy, et un dernier voyage à Vienne précèdent son retour à Genève, en 1778. Durant les dernières années de sa vie, retiré à Confignon, près de Genève, il peint des natures mortes qui peuvent rivaliser avec celles de Chardin.

Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Jean-e16L’Archiduchesse Marie-Anne (1738-1789)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Joseph15L’Archiduc Joseph (1741-1790)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Marie137L’Archiduchesse Marie-Christine (1742-1798)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Marie135L’Archiduchesse Marie-Elisabeth (1743-1808)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Marie138L’Archiduchesse Marie-Amélie (1745-1804)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Archid10L’Archiduc Pierre-Léopold (1747-1792)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Jeanne10L’Archiduchesse Marie-Jeanne (1750-1762)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Jean-e15L’Archiduchesse Marie-Josèphe (1751-1767)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Jean-e13L’Archiduchesse Marie-Caroline (1752-1814)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Archid11L’Archiduc Ferdinand (1754-1806)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Marie141L’Archiduchesse Marie-Antoinette (1755-1793)
Liotard - Portraits de la famille impériale par Jean-Etienne Liotard Archid12L’Archiduc Maximilien (1756-1801)

Les onze dessins étaient destinés à la collection personnelle de l’Impératrice : ils sont de petites dimensions (afin d’être transportés aisément).
Le peintre obtient de chacun des modèles une ou plusieurs séances de pose.

Les visages sont d’une échelle légèrement supérieure au reste du corps, ce qui témoigne de la volonté du portraitiste de mettre en avant leurs détails, et leurs caractéristiques.

Marie-Thérèse se déclare entièrement satisfaite.

Le 29 novembre 1762

L’Impératrice écrit à Madame Liotard, qui attend un enfant dont elle sera la marraine :

Je vous renvoie votre mari en bonne santé, en vous marquant en même temps de la satisfaction que j’ai eu de ses ouvrages. 

Le 13 novembre 1777

A l’occasion de son dernier séjour viennois, Liotard indique encore à son épouse :

L’impératrice m’a dit que tous les portraits que j’ay fait de sa famille elle les portait avec elle dans tous ses voyages. 

L’art de Liotard s’oppose à l’art français du XVIIIe siècle, épris de brio, de grâce et de charme. Sa conception esthétique, d’une indépendance et d’une originalité parfois déconcertantes, est à la fois la force et la faiblesse de son génie. Il use d’un langage pictural extrêmement dépouillé, se refusant à toute concession tendant à embellir ses modèles. Sa première et son unique préoccupation est de faire ” vrai ” — d’où son surnom de ” peintre de la vérité “. Coloriste sensible, Liotard possède au plus haut point la science des valeurs. Ses dessins de portraits, très épurés, annoncent parfois la clarté et la stylisation d’Ingres.

Liotard réalisera de nombreux autres portraits du couple impérial et de leurs enfants, dont ceux-ci :

Joseph et Léopold


  

Ce sont de petits formats, exposés au château de Schönbrunn, et dont l’attribution à Liotard n’est pas certaine…

Liotard réalise régulièrement le portrait l’Impératrice Marie-Thérèse :

Résultat de recherche d'images pour "Liotard Marie-Josèphe d'Autriche"

Résultat de recherche d'images pour "Liotard Marie-Josèphe d'Autriche"

Résultat de recherche d'images pour "Liotard Marie-Josèphe d'Autriche"

 

Résultat de recherche d'images pour "Liotard Marie-Josèphe d'Autriche"

Tout au long de leur vie, Marie-Thérèse procédera de la même manière. Ainsi pour la galerie qui expose les portraits de ses enfants, fait-elle appel au maître des Archiduchesses, Martin van Meytens.

Sur les seize enfants de Marie-Thérèse, onze sont des filles, dont trois sont mortes jeunes. Les huit femmes survivantes sont présentées dans la salle des géants comme belles et richement vêtues du damas le plus cher. Plusieurs sont représentées avec des chiots à leurs pieds comme symboles de fidélité. Même si elles ne sont plus sur le marché du mariage, elles sont présentées comme des conjointes convenables qui ajoutent de l’éclat à la réputation de leur mari et dont les propres enfants feront à terme de bonnes épouses et de bons maris. En revanche, les mâles de la famille adoptent des poses martiales, parfois avec des scènes de bataille en arrière-plan.

Les Habsbourg: pour gouverner le monde – Martyn Rady
tiny-librarian:
“As the empress later complained, her accession was made more difficult, “because my father had never been pleased to initiate or inform me in the conduct of either internal or foreign affairs.” Even so, she made no attempt to broaden...
L’Archiduchesse Marie-Anne
A portrait of Maria Elisabeth of Austria by Martin van Meytens. Maria Elisabeth was a daughter of Maria Theresa and elder sister of Marie Antoinette.
L’Archiduchesse Marie-Elisabeth
L’Archiduchesse Marie-Christine
L’Archiduchesse Marie-Amélie
L’Archiduchesse Marie-Jeanne
L’Archiduchesse Marie-Josèphe
L’Archiduchesse Marie-Caroline
L’Archiduchesse Marie-Antoinette
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!