Loading...
Le château de VersaillesLe Petit TrianonLes théâtres de la vie de Marie-Antoinette

Le Petit Trianon

https://media.vogue.fr/photos/5c2f47bfcf827ac180d1c9bd/master/pass/trianon_1419.jpeg
Le Petit Trianon

En 1758

Pour Madame de Pompadour (1721-1764), sa maîtresse, Louis XV envisage la construction d’un nouveau petit château au milieu des jardins qu’il a développés et embellis depuis une petite dizaine d’années. Il commande à Ange-Jacques Gabriel (1698-1782), son Premier architecte, un pavillon de taille suffisamment conséquente pour y habiter et y loger une partie de sa suite. Gabriel signe ici un véritable manifeste de l’architecture néo-classique, exemple parfait de la mode « à la grecque » qui se répand alors en Europe.

De 1762 à 1768

Le chantier d’ Ange-Jacques Gabriel durera six ans, il est retardé par la guerre de Sept Ans (1756-1763). 

Le 15 avril 1764

La marquise de Pompadour meurt d’une congestion pulmonaire, à l’âge de quarante-deux ans, à Versailles, ultime privilège, puisqu’il est interdit à un courtisan de mourir dans le lieu où résident le Roi et sa Cour.

Pompadour - La marquise de Pompadour Franco22
Jeanne-Antoinette de Pompadour par Boucher
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Le-Petit-Trianon-4-faces.jpg.

Le bâtiment adopte une forme cubique extrêmement simple ; sa toiture est dissimulée par une balustrade.

Vue aérienne du Petit Trianon

Gabriel a su éviter un traitement décoratif trop simple ou trop austère en variant le traitement réservé aux façades du château qui offrent toutes cinq ouvertures par étage. La façade méridionale, sur la cour d’honneur, est sobrement ornée de quatre pilastres soulignant une légère saillie des trois travées centrales ; la façade nord reprend ce traitement mais avec un étage en moins à cause de la différence de niveau ; la façade est, qui donnait sur le jardin botanique de Louis XV, est la plus sobre ; en revanche, la façade occidentale, donnant sur le Jardin français, a reçu un traitement très soigné en étant savamment mise en valeur par une élégante terrasse et rehaussée par quatre majestueuses colonnes corinthiennes qui créent un léger avant-corps.

Les proportions de l’ensemble en font un chef-d’œuvre d’harmonie et d’élégance. Un jeu subtil de perrons permet de rattraper les différences de niveau et la forte déclivité du terrain d’ouest en est autorise la création d’un rez-de-chaussée accessible sur deux côtés.

The Petit Trianon | Trianon palace, Trianon versailles et Trianon ...

À l’intérieur, l’espace des deux premiers étages s’organise autour d’une vaste cage d’escalier. La différence de niveau du terrain sur lequel est bâti le château permet aux pièces de réception du premier étage de s’ouvrir de plain-pied sur les jardins. L’appartement de Marie-Antoinette, entresolé, donne sur le jardin anglais et le Temple de l’Amour. On y remarque un cabinet dit « des glaces mouvantes », dont un ingénieux système de panneaux de boiseries mobiles permet d’obturer à volonté les deux portes fenêtres.

Le 24 juin 1768

Fichier:Nattier Marie Leszczyńska.jpg — Wikipédia
Marie Leszczynska par Jean-Marc Nattier

Mort de la Reine Marie Leszczynska.

Le 1er septembre 1768

Présentation à la Cour de Madame du Barry (1743-1793), la nouvelle maîtresse de Louis XV.

Jeanne du Barry par Drouais

C’est donc avec Madame du Barry que le Roi inaugure le Petit Trianon en 1768.

En 1769

Le projet abandonné des tables volantes du Petit Trianon de Loriot

(texte et photos de Christophe Duarte – Versailles Passion)

Joseph Antoine Loriot fournit, en 1769, les maquettes de deux tables mouvantes pour le Petit Trianon. Le dessin du plancher de la salle à manger montre bien qu’elle était prévue.

Aucune description de photo disponible.
Plan du premier étage et du rez-de-chaussée où était projeté le mécanisme des tables volantes

Seul le centre devait descendre, une rose en métal masquant le trou.

On voit au Louvre une table volante, merveilleuse pour sa construction. Elle doit être placée à Trianon, et est bien supérieure à celle de Choisy par la simplicité du mécanisme. Elle s’élève comme celle-là, du fond du parquet, rouverte d’un service, avec quatre autres petites tables appelées servantes, pour fournir aux convives les ustensiles dont ils ont besoin et se passer d’officiers subalternes autour d’eux. Elle redescend avec la même facilité, et dans l’intervalle où on la recouvre, des feuilles de métal remplissent le vide et forment une rose très agréable au coup d’œil. Cette machine est du sieur Loriot, artiste connu par plusieurs secrets, et, surtout par celui de fixer le pastel.”

Mémoires secrètes de Bachaumont

Ces tables volantes ne sont pas une nouveauté en Europe. Il y en avait également une dans la salle à manger du château de Choisy.

Les curiosités du château de Lunéville - La Table Volante
Machinerie d’une table volante de Lunéville vue depuis les cuisines du châteauTous à table ! Une exposition au top ! Château de Lunéville | Couleur XVIIIe
Aucune description de photo disponible.
Emplacements prévus pour les contre poidsAucune description de photo disponible.

Pour des raisons de coût, Louis XV abandonne ce projet et il ne sera jamais mené à terme. Les contrepoids et mécanismes ne seront jamais installés au rez-de-chaussée du Petit Trianon.

Peut être une image de texte qui dit ’Versailles Versailles.Passion-Christophe Passion Christophe Petit Trianon septembre 2016’
Pièce du rez-de-chaussée
Château de Versailles auf Twitter: "#VersaillesPerspectives Vue de la petite  salle à manger du Petit Trianon depuis la grande salle à manger.  #VersaillesPerspectives View on the small dining room of th e
Salle-à-manger du premier étage où était prévue la table

Le 16 mai 1770

Le Dauphin Louis-Auguste, son petit-fils, épouse l’Archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche.

“Cradled by the Royal Chapel, bathed in holy light, swaddled in the polyphonic voice of God, we have been joined in marriage and go forth.
”
–Sena Jeter Naslund, Abundance: A Novel of Marie Antoinette
Gravure du mariage de Marie-Antoinette avec le Dauphin
Marie Antoinette's Gossip Guide to the 18th Century: Royal Wedding ...
Le mariage vu par Sofia Coppola dans Marie-Antoinette (2006)
Ducreux - Portrait en buste de Marie-Antoinette, dauphine, par Joseph Ducreux ou d'après Drouais ? Drouai13
Marie-Antoinette peinte vers 1770 par Joseph Ducreux

En 1772

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre Louis XV 745px-10
La chambre du Roi

Louis XV investit cette chambre et il accorde son cabinet intérieur, situé à l’étage inférieur, à Madame Du Barry, dans un acte de dérogation de son statut royal qui paraît alors impensable.

La chambre du Roi au Petit Trianon,
La chambre où Louis XVI ne dormira jamais

( texte et photographies de Christophe Duarte ; Versailles-passion )

Le décor des lambris, dont les trumeaux de glaces ont été restitués en 1985 à partir des dessins retrouvés sur la maçonnerie, est tendu d’un lampas de soie cramoisie tissé à Lyon dit “à musique chinoise”, repris d’après les inventaires. Il se réfère à celui qui fut livré pour Louis XV en 1768.

Aucune description de photo disponible.
La chambre du RoiAucune description de photo disponible.

La cheminée de marbre griotte et bronze dorés n’a été placée qu’en 1836. Elle provient des petits appartements de Marie-Antoinette au château de Versailles.

Aucun meuble d’origine n’ayant pu être identifié, le lit à la polonaise, daté vers 1775, en hêtre sculpté et doré, permet d’évoquer celui du Roi Louis XV, conservé par son successeur Louis XVI et qui sera utilisé alors par sa sœur Madame Elisabeth.

Peut être une image de menuiserie et texte qui dit ’Christophe D. Petit Trianon 20juin 2017’
La commode à vantaux, datée vers 1770, est l’œuvre de Pierre Macret. En tôle vernie à décor chinois et dessus de marbre blanc veiné, elle porte la marque du Garde-Meuble de la Dauphine Marie-Antoinette et remplace celle en laque livrée par Gilles Joubert en 1768.

Dessus est placé un groupe en biscuit de Sèvres représentant une allégorie du mariage de Louis XVI et de Marie-Antoinette en 1770 dit “L’Autel Royal”, réalisé d’après un modèle de Louis Simon Boizot. Ce groupe se trouvait à Trianon au XIXe siècle.

Peut être une image de texte qui dit ’ANIGH Christophe D. Petit Trianon 20 20juin 2017’
Les deux fauteuils et les deux chaises, œuvres de Jean-Baptiste Claude Séné, proviennent du salon des jeux de Louis XVI à Compiègne et sont datés de 1790
Aucune description de photo disponible.
Sur la cheminée, la pendule en bronze doré et marbre blanc, d’après un modèle de Jean-François Boulanger, avec un mouvement de Lepaute, provient de l’ameublement du comte d’Artois au Palais du Temple.

Les quatre bras de lumière en bronze doré dus à Claude Galle ont été livrés en 1810 pour le Salon de la Maison dite “du Baillage”, ancienne Maison du Billard au Hameau.

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre Louis XV 14_oct10
Repérage des pièces depuis l’extérieur

En 1773

La chapelle du Petit Trianon

(Texte et photographies de Christophe Duarte – Versailles Passion )

Peut être une image de ciel et arbre
La chapelle du Petit Trianon

Dernière construction de Gabriel au Petit Trianon, la Chapelle est achevée en 1773, pour un coût de 68 500 livres. S’élevant sur deux niveaux selon le type palatin, elle est surmontée d’un clocheton à bulbe et d’une croix.

Peut être une image de plein air
La chapelle du Petit Trianon

Éclairé par quatre fenêtres latérales, l’intérieur est lambrissé de gris sur toute sa hauteur. Son décor, de style néo-classique, procède d’une extrême sobriété. Les boiseries, très dépouillées, sont réalisées par Thomas. Antoine Rousseau modèle le chœur. La tribune royale fait face à l’autel. Ceinte d’une balustrade et supportée par quatre colonnes doriques, elle est accessible depuis le perron extérieur qui donne sur le Jardin français.

Peut être une image de intérieur et texte qui dit ’Christophe D. Petit Trianon 28 juin 2018’
La tribune royale

Deux colonnes ioniques en bois cannelé encadrent le maître autel, qui supporte un fronton cintré où Joseph Prévôt a sculpté une gloire rayonnante.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-5-1024x678.png.
La chapelle du Petit Trianon

Un retable du peintre Joseph-Marie Vien (1716-1809) représente “Saint Thibaut offrant à Louis IX et Marguerite de Provence, venus en pèlerinage à l’abbaye des Vaux-de-Cernay peu après leur mariage, une corbeille de lys dont les onze tiges prophétisent leur postérité”. Commandée par le Roi en 1767, la toile de 8 pieds 6 pouces de haut par 5 pieds 9 pouces de large, réalisée en 1774, n’est installée que l’année suivante, sur ordre Marie-Antoinette.

La chapelle du château de Trianon
“Saint Thibaut offrant à Louis IX et Marguerite de Provence une corbeille de lys dont les onze tiges prophétisent leur postérité”

Louis XV, mort un an auparavant, n’aura donc pu l’admirer. Une nouvelle bordure de bois doré, plus ouvragée, est sculptée par Buteux en 1776.

Peut être une image de texte qui dit ’AADALAL Christophe D. Petit Trianon 28 juin 2018’
La chapelle du Petit TrianonPeut être une image de intérieur et texte qui dit ’Christophe D. Petit Trianon 28 jun2018 juin’

En 1784, déplorant que “toutes les pendules du château [se sont] détraquées en même temps”, Marie-Antoinette commandera à Robert Robin (1742-1799), fournisseur du Roi, une horloge pour orner le clocher. Installée l’année suivante moyennant 24 000 livres, elle sonne tous les quarts d’heure et possède deux cadrans de tôle orientés l’un vers le château, l’autre vers les communs.

Peut être une image de plein air et texte qui dit ’Christophe Petit Trianon 28 juin 2018’
La chapelle du Petit Trianon

Le 14 brumaire an II, elle est démontée pour être transférée à la Convention nationale. Mais elle est déposée au Muséum national d’histoire naturelle où elle se trouve encore aujourd’hui, incorporée aux boiseries de la salle des espèces menacées et des espèces disparues. Elle est classée monument historique.

Aucune description de photo disponible.
La chapelle de Trianon

Napoléon commande à Pierre-Basile Lepaute (1750-1843) , issu d’une grande famille d’horlogers, une nouvelle horloge. Non entretenue, celle-ci est restaurée en 2004 et dotée d’un système de remontage automatique.

Peut être une image de intérieur
La sacristie de la chapelle du Petit Trianon : photographies d’Alain Roger-Ravily
Peut être une image de intérieur
La sacristie est à gauche, on y pénètre par la porte sous boiseries

En même temps que la chapelle, est créé un petit corps de logis qui abrite la sacristie et la maison du Suisse. Celui-ci fait office de portier du Petit Trianon. Il est seul à détenir la clef du domaine et, aussi, les droit et privilège de le faire visiter en l’absence de la Reine.

Peut être une image de arbre et plein air
La chapelle

Les communs du Petit Trianon,
Des cuisines de Louis XV aux logements du personnel

(texte et photos de Christophe Duarte – Versailles Passion)

Situés le long de l’allée sud du Jardin français, les bâtiments des communs sont construits à partir de juillet 1770, les travaux ayant été initiés en 1767 puis suspendus par souci d’économie.

Peut être une image de plein air
Les communs du Petit Trianon

Ils remplacent la figuerie du premier jardin potager et fruitier de Claude Richard, sur sa partie occidentale, ainsi que les divers jardins et les serres qui bordent alors l’avenue menant au Grand Trianon.

Les cuisines et les offices donnent sur le jardin, un petit corps de logis sur l’avant est destiné au chapelain et un long mur à auvents longeant l’avenue et faisant face au bâtiment principal forme une cour intérieure, accessible par une grande porte cochère et abritant un lavoir.

Aucune description de photo disponible.
Les communs du Petit Trianon

La partie orientale est, dès sa construction, une cuisine dépendant du Petit Trianon, celle du château devenant insuffisante, surtout après l’adoption par Louis XV du projet de Loriot de “tables volantes”, qui, s’il avait été mené à son terme, aurait permis de faire apparaître dans les salles à manger des tables déjà garnies. Un petit réchauffoir, plus proche du château, est aussi aménagé sous Louis XV au nord de la Cour de la chapelle.

Peut être une image de plein air
Les communs du Petit Trianon

En prolongement vers l’ouest du bâtiment est ajouté un logement pour le concierge avec un jardin arrière.

Les offices sont agrandies en 1781 sur instruction de Marie Antoinette.

Au fur et à mesure de l’importance qu’elle accorde au Petit Trianon et de l’augmentation de ses séjours au domaine, les communs sont réaménagés et adaptés à l’ordinaire de la Reine.

Peut être une image de plein air et texte qui dit ’OITRORN Versailles Passion Christophe Petit Trianon 26septembre 2016’
Les communs du Petit Trianon Peut être une image de plein air, arbre et texte qui dit ’Versailles Passion Christophe Petit Trianon 26 septembre 2016’

Le jardin du second corps est clos afin de former une nouvelle cour et le mur à auvent est remplacé par un véritable bâtiment.

Peut être une image de intérieur et couloir
Les communs du Petit Trianon

Gustave Desjardins fait de ces édifices une description exhaustive qui montre l’organisation permettant de servir deux potages et vingt plats pour le déjeuner et deux potages et dix plats pour le dîner, ce nombre étant doublé en cas de réception :

“Il y a une cuisine pour les viandes froides, une autre pour les potages et entremets, avec une cheminée, un four et seize réchauds. Une troisième, très vaste, pour les grandes et moyennes entrées avec un four, une cheminée et vingt-huit réchauds. Une quatrième, plus petite, pour la pâtisserie spéciale aux entremets, avec four et cheminée. Une cinquième, de grande dimension, pour la rôtisserie, avec un four, une cheminée et seize réchauds. Une sixième pour la pâtisserie proprement dite, avec cheminée et four. Suivent : un garde-manger, un office pour le gobelet-vin, avec une cheminée et quatre réchauds. La paneterie avec four et cheminée. Une pièce pour la distribution du vin, une autre pour l’argenterie, divisée en deux compartiments : le premier destiné à la garde, le second au lavage. Viennent ensuite le lavoir de toute la batterie de cuisine et une salle à manger pour les officiers de la bouche”.

Gustave Desjardins



L’autre aile est convertie en remises et écuries, pouvant accueillir une dizaine de chevaux, ainsi que des chaises à porteurs. De cette longue bâtisse, on ne voit que des fenêtres grillées, fenêtres de corridors ou de cuisines masquées par un épais treillis.

Peut être une image de arbre, plein air et texte qui dit ’Versailles Passion Christophe septembre2016’
Les Communs du Petit TrianonPeut être une image de plein air

En raison de ces modifications, le concierge est installé dans le petit logis à l’avant de la chapelle, que l’on appelle “la maison du Suisse”. Celui de Marie-Antoinette, qui est aussi son garde-meuble, se nomme Pierre-Charles Bonnefoy du Plan : il est chargé de veiller sur les lieux et surtout les mouvements d’œuvres ou de mobiliers. Il contrôle l’accès au domaine, à l’aide des gardes-suisses du Roi.

Peut être une image de intérieur
Les communs du Petit Trianon

Les combles de ces bâtiments abritent des logements du personnel, certains ayant même pu accueillir un temps des membres de la cour, comme le comte de Noailles.

Peut être une image de plein air et mur de briques
Les communs du Petit Trianon

On trouve, aujourd’hui, dans ce long bâtiment des appartements de service et un salon de thé. Depuis le printemps 2007, la “maison du Suisse”, dans la tradition d’autrefois, sert d’accueil pour les visiteurs du domaine.

Peut être une image de plein air
Les communs du Petit Trianon
Peut être une image de plein air
Les communs du Petit Trianon

Fin Avril 1774

Alors que le Roi et Jeanne du Barry se trouvent à Trianon, c’est là que le souverain ressent les premiers malaises. Souffrant, il est transporté au château de Versailles. Fidèle, Jeanne reste aux côtés du Roi et ne le quitte pas malgré le risque de contamination: il est atteint de la petite vérole.

Résultat de recherche d'images pour "marie-antoinette reine de france 1956"
Anne Carrère est Jeanne du Barry dans le Marie-Antoinette de Jean Delannoy (1956)

Le 10 mai 1774

Mort de Louis XV.

Louis XV, roi de France, âgé de 64 ans, deux mois avant sa mort, en mars 1774, par Montpetit
Louis XV en mars 1774 par Montpetit

La bougie à la fenêtre qui indiquait aux gens massés dans la cour de marbre que le Roi vivait encore s’éteint…

Le 24 mai 1774

Le jeune Roi Louis XVI (1754-1793) offre le Petit Trianon à Marie-Antoinette (1755-1793) qui souhaite avoir une résidence de campagne où échapper aux contraintes de Son rang. Louis XVI aurait usé de cette formule: 

« Vous aimez les fleurs, Madame, j’ai un bouquet à vous offrir. C’est le Petit Trianon ».

C’est sans doute trop galant pour venir effectivement de lui… D’autres témoins rapportent différemment la scène en ces termes :

 « Madame, ces beaux lieux ont toujours été le séjour des favorites des rois, conséquemment ils doivent être le vôtre »

Louis XVI

Marie-Antoinette y engage de grands travaux.

Le Petit Trianon – Marie-Antoinette Antoinetthologie
Image de Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola

Le 6 juin 1774

Marie-Antoinette pend la crémaillère de Sa nouvelle possession, en compagnie de Madame Clotilde (1759-1802), les Provence et les Artois, Ses belles-sœurs et beaux-frères et son royal époux qui, peu de temps après, lui remet la clef du domaine sertie de 531 diamants, exécutée par le serrurier François Brochois et l’orfèvre-joaillier Michel Maillar.

Marie-Antoinette

Marie-Antoinette ne change que peu de choses de l’intérieur de cette résidence et le mobilier de 1789 sera à peu près celui qui s’y trouvait à la mort de Louis XV :

 « Tout fut conservé sans exception et la reine couchait dans un lit très fané et qui avait même servi à la comtesse du Barry ».

Mémoires de Madame Campan

La salle des gardes

Un premier projet de 1763 prévoit dans cette grande salle du rez-de-chaussée une bibliothèque botanique, qui n’est finalement pas réalisée, et l’on y trouve, jusqu’au milieu du XIXe siècle, les gardes du corps. Pour cette raison, le décor est simple : les murs sont décorés d’une fausse coupe de pierre et le parquet est fait de grosses planches.

Petit Trianon chateau floor plans: Ground Floor
1-The grand staircase
2-The guard’s room
3-The billiard’s room, originally for the queen but she later had it turned into a billiard room for her guards.
4-The “Chinese” gallery, which lead to the north...
Plan du rez-de-chaussée du Petit Trianon :
1: le grand escalier ; 2 : la salle des gardes ; 3 : le grand billard; 4 : la galerie qui mène au côté nord de Trianon où Marie Antoinette a fait installer un carrousel chinois; 5 : Réchauffoir : 6 : la salle de l’argenterie ; 7 : la salle des «miroirs en mouvement», qui contient le mécanisme du boudoir de la Reine à l’étage supérieur ; 8 : les salles de «table mobile», conçues sous Louis XV pour abriter un mécanisme permettant d’abaisser les tables volantes

Plans du Petit Trianon (château) Petit_11
Plan en relief du Petit Trianon ( issus du livre de Léon Rey )

Les deux tableaux exposés, du peintre autrichien Johann Georg Weikert, ont été commandés pour être placés dans la grande salle à manger du premier étage et représentent tous deux le spectacle qui avait été donné le 24 janvier 1765 à Schönbrunn en l’honneur du second mariage de Joseph II, avec la princesse de Bavière. Marie-Antoinette demande à sa mère Marie-Thérèse la réalisation de copies de ces deux toiles qu’Elle affectionne ; sur l’une d’elles, Elle apparaît à l’âge de dix ans dansant avec Ses frères un ballet-pantomime de Gluck, l’autre représente Ses sœurs aînées interprétant quatre Muses dans un opéra.

Trianon - La visite du Petit Trianon: La salle des gardes 14_oct14
Tableaux de Johann Georg Weikert

Elle reçoit le 18 mars 1778 ces œuvres dont Elle dit :

Ils augmenteront bien le plaisir que j’ai quand je suis à Trianon.

Le réchauffoir

(texte et photos : Christophe Duarte – Versailles Passion)

Aucune description de photo disponible.
Le réchauffoir
Peut être une image de intérieur
Le réchauffoir

Située derrière le Vestibule de l’Escalier d’Honneur, cette salle sert uniquement à réchauffer les mets servis sur la table royale. Les véritables cuisines se trouvent dans les Communs, éloignés du Château, au-delà de la Chapelle, afin d’en écarter les nuisances.

Trianon - La visite du Petit Trianon: Le Réchauffoir Rechau10

La salle est couverte d’une voûte plate due à Gabriel.

P1020549
Voûte du Réchauffoir

Elle a conservé sa cheminée à hotte, à la droite de laquelle le potager a été restitué en 2008, conformément aux plans et aux inventaires.

Fichier:Le réchauffoir du petit Trianon.JPG — Wikipédia
Le RéchauffoirPeut être une image de intérieur

La table de cuisine en chêne a été placée à Versailles en 1855. Elle évoque celles qui se tenaient là au XVIIIe.

La visite du Petit Trianon: Le Réchauffoir | Petit trianon, Trianon,  Intérieurs du château
Le réchauffoir

Au-dessus du potager, dans la vitrine, ont été placés des éléments de la batterie de cuisine de Trianon datant du XIXe siècle, marqué du chiffre de Louis-Philippe, dont une bassine à confiture et un plat en faïence du XVIIIe siècle, élément d’un service du commun de Trianon, orné du chiffre “T” couronné.

Fichier:Réchauffoir du Petit Trianon, le fourneau - DSC 0503-2.jpg
Le potager du réchauffoir
P1020548
Le RéchauffoirPeut être une image de intérieur
Trianon - La visite du Petit Trianon: Le Réchauffoir 14_oct48
Le réchauffoir
Trianon - La visite du Petit Trianon: Le Réchauffoir Cuisin10
Le réchauffoir
Aucune description de photo disponible.
Le réchauffoirPeut être une image de intérieur

Poursuivons la visite des lieux de la Reine…

La visite du Petit Trianon: L'escalier d'Honneur - Page 2 | Petit ...

En passant par le hall d’escalier, on accède au salon du billard

Le Salon du billard du Petit Trianon,
de Louis XV au duc d’Orléan

( texte et illustrations de Christophe Duarte – Versailles passion )

Cette grande pièce d’angle ornée d’un lambris de hauteur a conservé sa vocation d’origine : il s’agissait de la salle de billard de Louis XV.

Aucune description de photo disponible.
Le salon du Billard

Les deux canapés et la banquette qui s’y trouvaient étaient alors recouverts d’une belle perse, toile imprimée à décor floral.

Marie-Antoinette décide en 1784 de transférer au premier étage le billard du rez-de-chaussée, où un autre de moindre qualité à l’usage des officiers le remplace.

Grâce aux mémoires de livraison, la description du billard de Marie-Antoinette a été retrouvé. En chêne massif, celui-ci fut livré par Masson, “paumier de Sa Majesté Louis XVI” en 1776.

Louis-Philippe fait à nouveau placer un billard, oeuvre de Mathurin-Louis Cosson, dans cette pièce.

Sur la cheminée est présenté un buste de Ferdinand-Philippe, duc d’Orléans par Antoine Etex livré en 1833. Il est livré en mars 1835 pour le Palais des Tuileries.

Peut être une image de 1 personne
Buste de Ferdinand-Philippe, duc d’Orléans par Antoine Etex

Le billard est livré par Mathurin-Louis Cosson en 1830 et le porte-queues par Félix Remond. Tous deux étaient présentés dans l’Appartement du duc de Berry au palais des Tuileries.

Aucune description de photo disponible.
Porte-queues de Félix Remond

Ils sont envoyés au Petit Trianon en 1836 pour être placés au premier étage. Ils descendent au rez-de-chaussée en 1839 où ils demeurent jusqu’au XXe siècle. Placés par la suite à l’Attique du Nord au Château, puis, en 2002, dans la salle de billard au Grand Trianon. Ils sont replacés dans ce salon en novembre 2017.

Aucune description de photo disponible.
Le salon du Billard

Ressortons donc vers le grand escalier …

L’escalier d’honneur

( photographies de Christophe Duarte ; Versailles – passion et Ignasi Lopez Vidal )

Du vestibule, on accède à l’escalier d’honneur du château, tournant à deux volées droites, construit en pierre calcaire de Saint-Leu et orné d’une rampe en bronze doré et fer forgé, œuvre des serruriers Louis Gamain et François Brochois.

escalier - La visite du Petit Trianon: L'escalier d'Honneur Petit118
L’escalier d’honneurAucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.
L’escalier d’honneurPeut être une image de lustre et menuiserie

Son dessin est ample et scandé de médaillons ovales à tête de coq, qui portaient à l’origine le chiffre de Louis XV, remplacé ensuite par celui de Marie-Antoinette, les lettres M et A entrelacées.

Aucune description de photo disponible.
escalier - La visite du Petit Trianon: L'escalier d'Honneur 12bis10
Balustrade de l’escalier d’honneur au chiffre de la ReineAucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.

Le décor mural est simplement traité en pierre de taille, formant une transition ornementale entre l’intérieur et l’extérieur. Entre le pilastre et le premier panneau, est un autre pilastre à cadre rempli d’un trophée de musique en cuivre fondu d’une seule pièce, composé d’une lyre, d’un caducée avec deux serpents entrelacés autour du dit caducée, une branche de palme et de laurier avec graine.

escalier - La visite du Petit Trianon: L'escalier d'Honneur - Page 2 Escali10
Les rubans sculptés du vestibulePeut être une image de lustre

Un gros nœud de ruban par le haut avec bouffettes et un ruban entrelacé autour du dit trophée avec un deuxième nœud en bas avec glands et franges, le tout très riche et bien ciselé.

Peut être une image de lustre
L’escalier d’honneurPeut être une image de texte qui dit ’Versailles Passion Christophe D. Petit Irianon 1septembre 2016’

Le sol est carrelé de marbre blanc veiné et vert Campan.

escalier - La visite du Petit Trianon: L'escalier d'Honneur Rimg0116
L’escalier d’honneur

Sur le demi-palier de l’escalier à la septième marche, une autre petite porte, à gauche, permet de rejoindre la galerie chinoise du jeu de bague par un long corridor créé en 1781.

escalier - La visite du Petit Trianon: L'escalier d'Honneur - Page 2 5bis13
Porte d’accès au Jeu de BaguePeut être une image de texte qui dit ’己 Versailles Passion ChristopheD. Petit Trianon septembre 21septembre2016 2016’
Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.
L’escalier d’honneur Peut être une image de lustre et menuiserieAucune description de photo disponible.
Peut être une image de une personne ou plus et texte qui dit ’s LAs Versailles Passion Christophe D. Petit Trianon 1septembre 2016’
L’escalier d’honneurAucune description de photo disponible.Peut être une image de lustre et bougeoir
Peut être une image de menuiserie
L’escalier d’honneurPeut être une image de menuiserie
Peut être une image de vêtements d’extérieur
Peut être une image de monument
Sur le palier du premier étage se trouve un bas-relief, entre les deux fenêtres, représentant une tête de Méduse «semblant interdire l’accès aux importuns» selon les dires de Pierre de Nolhac, et achevé en 1765 par Honoré Guibert, qui a exécuté toutes les sculptures du Petit Trianon
Peut être une image de menuiserie
L’escalier d’honneur
Peut être une image de bâtiments
L’escalier d’honneurPeut être une image de lustre

Arrivés au niveau du palier, prenons la porte de droite pour entrer dans l’antichambre.

Peut être une image de menuiserie
Le palier de l’escalier d’honneur
Petit Trianon chateau floor plan: Principal Floor
1-Top of the grand/principal staircase
2-The antechambre
3-The dining room
4-The small salon, used for billiards
5-The “living room” salon
6-The queen’s boudoir
7-The queen’s bedroom
8-The dressing...
Plan du premier étage du Petit Trianon :
1: le grand escalier ; 2 l’Antichambre ; 3: la salle-à-manger ; 4 : le petit billard; 5: le salon de musique ; 6 : le boudoir des glaces mouvantes : : pour obtenir de l’intimité des miroirs se lèvent du sol et couvrent les fenêtres. ; 7 : la chambre de la Reine ; 8 : la garde-robe de la Reine : 9 : la salle-de-bain ; 10 : l’escalier qui mène au second étage

L’Antichambre de Trianon

( texte et photos d’Ignasi LV – Le Petit Trianon, le Domaine d’une Reine )

LE PETIT TRIANON – L'ANTICHAMBRE – Les Trésors de Versailles
L’Antichambre de TrianonAucune description de photo disponible.

Le décor de l’antichambre est sobre. Les murs sont lambrissés sur toute leur hauteur et peints en vert d’eau réchampi de blanc.

LE PETIT TRIANON – L'ANTICHAMBRE | French interior, French furniture, House  design
L’Antichambre de TrianonAucune description de photo disponible.
Peut être une image de 1 personne
Portrait de Marie-Antoinette à la Rose (1783) par Elisabeth Vigée Le Brun
Aucune description de photo disponible.
Console, vers 1770, attribuée à Honore Guibert (1720-1791)
Cette table-console porte la marque au feu du Garde-Meuble privé de la Reine
antichambre - La visite du Petit Trianon: L'antichambre 14_oct53
Lanterne, vers 1780, en bronze ciselé doré, fer et verre


L’antichambre est parfois appelée «salle des buffets» ou «salle des poêles» car deux gros poêles de faïence sont disposés de chaque côté de la porte menant à la salle à manger, qu’ils contribuent aussi à chauffer sans gâter la luxueuse décoration de ce lieu de réception. Démontés lors de la Révolution, ils sont remplacés en 1805 par deux nouveaux appareils de chauffage à mosaïque.

Peut être une image de 1 personne
Bustes de Louis XVI et Joseph IIPetit Trianon Antichambre 3v-2 | Michel Petigny | Flickr

Deux bustes de marbre de Louis-Simon Boizot (1743-1809), commandés par Marie-Antoinette en 1777 à l’occasion de la visite de Son frère Joseph (1741-1790), sont disposés sur des gaines de chêne sculpté peint et doré, de chaque côté de la porte-fenêtre ouvrant sur le Jardin français, et représentent Joseph II et Louis XVI, le premier portant l’ordre de la Toison d’Or et le Roi, le cordon de l’Ordre su Saint-Esprit.

Aucune description de photo disponible.
Tabourets, 1787, par Georges Jacob (1739-1814) en acajou.
Georges Jacob livre en mars 1787 un ensemble de sièges (quatre fauteuils, dix chaises et six tabourets) “de forme nouvelle genre étrusque en beau bois d’acajou massif” accompagné de cinq tables d’après des dessins d’Hubert Robert, pour la Laiterie de Rambouillet. Ces tabourets sont ceux que aujourd’hui on peut voir dans l’antichambre.

Une des toiles les plus connues représentant Marie-Antoinette est exposée dans l’antichambre : Marie-Antoinette à la rose.

Résultat de recherche d'images pour "Marie-Antoinette à la rose"
Marie-Antoinette à la Rose : la Reine porte une robe de Cour de soie couleur suie des cheminée de Londres.

Créée en 1783, elle est l’une des cinq répliques du portrait officiel de 1782 réalisées par l’artiste elle-même; dans la première, qui fait alors scandale, la Reine pose en robe de gaulle et en chapeau de paille, préfigurant son goût pour le Hameau que l’on construit à proximité.

La salle-à-manger

L’antichambre ouvre sur la grande salle à manger, véritable laboratoire de dégustation des fruits et légumes cultivés dans le domaine.

Résultat de recherche d'images pour "salle-à-manger du petit Trianon"
La salle-à-manger de Trianon

Son décor est entièrement consacré à la nature, selon le vœu de Louis XV d’une harmonie végétale entre la décoration intérieure du château et ses jardins. On y retrouve, comme dans les deux pièces voisines, des lambris richement sculptés par Honoré Guibert (1720-1791) représentant, dans leur partie basse, des entrelacs de fruits. Sur les panneaux hauts, flambeaux et carquois pendent de couronnes de fleurs.

LE PETIT TRIANON – LA GRANDE SALLE A MANGER – Les Trésors de Versailles

La cheminée de marbre bleu turquin, de Jacques-François Dropsy (1710-1788), figure des trophées et guirlandes de fleurs et de fruits. Elle est surmontée d’un miroir orné de pampres de vigne tenus par un mascaron bachique.

manger - La visite du Petit Trianon: La salle à manger 03_par12
La cheminée de Jacques-François Dropsy

De là, on peut continuer tout droit dans le Petit Salon.

Le Petit Salon

La petite salle à manger contiguë devait aussi accueillir une des «tables volantes» du projet abandonné de Loriot (voir dessin du projet de 1769). Elle sert sous Louis XV aux repas en tête à tête et aux soupers galants. Son décor reprend le thème de la nature et les panneaux sont sculptés de paniers et d’ornements végétaux, à l’égal de l’antichambre, mais dans la seule partie haute des lambris. En juin 1784, Marie-Antoinette transforme la petite salle à manger en salle de billard et fait installer dans cette pièce le billard qui se trouve au rez-de-chaussée.

Résultat de recherche d'images pour "le petit billard du petit trianon"
Le Petit Salon

Si l’on tourne sur la droite en continuant ce circuit d’escargot, nous gagnons le salon de compagnie.

Le Salon de Musique

( texte et photographies de Christophe Duarte ; Versailles – passion )

Le salon de compagnie est la pièce principale des appartements de la Reine. Marie-Antoinette en fera le salon de musique où Elle aime à retrouver Ses intimes.

Aucune description de photo disponible.
Le Salon de MusiqueAucune description de photo disponible.

Ce salon est la pièce principale de l’étage noble du Petit Trianon et sert de Salon des jeux et de musique.

Aucune description de photo disponible.
Le Salon de MusiqueAucune description de photo disponible.

Le mobilier sont des substituts évoquant au mieux l’esprit de cette pièce.

Aucune description de photo disponible.
Le Salon de MusiqueAucune description de photo disponible.

La lanterne montée en bronze ciselé et doré, exécutée pour ce salon sur ordre de Marie-Antoinette par Pierre-Philippe Thomire, sera vendu à la révolution et rachetée en 1811 par Napoléon qui le plaça au Pavillon Français avant qu’elle ne retrouve sa place en 1867.

Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.
Le salon de compagnie (Petit Trianon, Versailles) | Estates, Home decor,  Home
Le Salon de MusiqueAucune description de photo disponible.

On retrouve en partie haute des panneaux muraux la coquille traditionnelle, le reste étant dévolue à une décoration raffinée évoquant la nature, avec des chaînes de fleurs et de fruits sculptées par Guibert. Parfaite illustration de l’esprit floral, les deux « L » du chiffre de Louis XV sont formés de feuilles enlaçant trois fleurs de lys au naturel sous une couronne de fleurs.

Aucune description de photo disponible.
Le Salon de Musique

Les travaux des années 1970 ont permis de refaire les cadres des glaces et des tableaux, et de découvrir la couleur vert d’eau originale, qui remplaça le “gris Trianon” placé sous l’Impératrice Eugénie. Sous les lambris ont aussi été découverts les tracés des projets présentés au Roi pour les décors.

Aucune description de photo disponible.
Le Salon de Musique

Les deux canapés et les six fauteuils de Jean-Baptiste Séné proviennent des anciennes collections de la Couronne et sont entrés au Petit Trianon en 1868.

A VERSAILLES : 1)° - LE PETIT TRIANON.** - ** EVA **
Le Salon de Musique

Les soubassements sont finement ouvragés par les menuisiers Jean-Antoine Guesnon et Clicot, avec, sur fond de tournesols, des branches de lys mêlées de couronnes de roses.

Aucune description de photo disponible.
Le Salon de Musique

Près de la cheminée, les deux bergères et l’écran de Nicolas Quinibert Foliot sont livrés en 1771 pour Madame Du Barry au château de Saint-Hubert.

Versailles, Yvelines: Petit Trianon, Salon de compagnie, pièce principale  de l'étage, entre autres consacrée aux «Jeux» et à la musique (décorations  Honoré Guibert). | Petit trianon versailles, Petit trianon et Trianon
Le Salon de Musique
La visite du Petit Trianon: Le salon de compagnie | Petit trianon, Trianon,  Salon
Le Salon de Musique
Aucune description disponible.
“Ici je ne suis plus la Reine, je suis moi.

La chambre de Marie-Antoinette

Cette pièce était le Cabinet de retraite de Louis XV avant de devenir la Chambre de Madame Du Barry en 1772, puis celle de Marie-Antoinette en 1774.

La chambre de la Reine, le boudoir et le cabinet de toilette voisins possèdent un plafond abaissé, permettant de créer le niveau supérieur d’entresol, ce qui accentue la sensation d’intimité. Nous verrons ce qu’en fera la Reine en 1787…

Dans la chambre, une porte à gauche donne dans le Boudoir de Marie-Antoinette.

Le Boudoir ou cabinet des glaces mouvantes

( photographies d’Ignasi Lopez-Vidal )

Cette petite pièce de l’angle nord-est du château n’est à l’origine destinée qu’à permettre le passage par un petit escalier entre le rez-de-chaussée et les appartements privés du Roi situés en entresol ou en attique.

Aucune description de photo disponible.
Le Cabinet des Glaces Mouvantes

Sous Louis XV commençait ici les cabinets privés du Roi, fermés par des serrures dues à Brochois, pour que “lorsque le Roy a fermé le second tour, aucune clef ne puisse ouvrir“.

Aucune description de photo disponible.
Le Cabinet des Glaces Mouvantes

Un escalier qui venait du rez-de-chaussée passait par cette pièce, alors dénommée pièce à café, qui permettait au Roi de gagner l’entresol où il retrouvait Madame du Barry.

Aucune description de photo disponible.
Le Cabinet des Glaces Mouvantes

Supprimés, ces cabinets sont remplacés par un cabinet intérieur, accessible depuis le perron.

En 1776, Marie-Antoinette fait transformer l’endroit en boudoir. L’escalier est supprimé et l’on installe un mécanisme ingénieux permettant d’obturer par de grands miroirs s’élevant du sol les deux fenêtres de cette pièce, qui est directement accessible depuis le perron est donnant sur le jardin anglo-chinois. La mécanique est installée à l’étage inférieur sous la direction de l’ingénieur des Menus-Plaisirs, Jean-Tobie Mercklein.

Résultat de recherche d'images pour "cabinet des glaces mouvantes"
Le Cabinet des Glaces MouvantesAucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.
Le Salon des glaces mouvantesAucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.
Le Salon des glaces mouvantesAucune description de photo disponible.Aucune description de photo disponible.
Le cabinet des glaces mouvantes au Petit Trianon
La chaise-chauffeuse
Le cabinet des glaces mouvantes au Petit Trianon Zgeich13
Le fauteuil
Le cabinet des glaces mouvantes au Petit Trianon Zgeich10
La bergère
Aucune description disponible.
Yolande (Henriette), Marie-Antoinette et Marie-Thérèse dans le Cabinet des Glaces Mouvantes

On appelle dès lors ce boudoir le « Cabinet des glaces mouvantes », dans lequel la Reine vient rechercher intimité et discrétion, mais dont elle peut aussi sortir facilement par le perron pour accéder aux jardins, en toute indépendance.

glaces - Boudoir ou Cabinet des glaces mouvantes au Petit Trianon Cabine11
Le Cabinet des Glaces Mouvantes
Aucune description de photo disponible.
Guéridon, 1786 par Gaspard Schneider, Pierre-Philippe Thomire et Jean Jacques Lagrenée le Jeune, manufacture de Sèvres. En acajou, fer, bonze ciselé doré et patiné, papier, verre, porcelaine et marbre blanc. Le guéridon, enrichi des bonzes de Thomire, présente un détail rare: les faces des pieds en gaine, protégées par un plaque de verre, sont ornées d’arabesques peintes sur papier par Lagrenée le jeune. Au sommet des pieds, des médaillons en biscuit de Sèvres à la manière de Wegwood rappellent que le dessus devait recevoir un plateau également en porcelaine de Sèvres, aujourd’hui remplacé par une plaque de marbre blanc veiné. Le guéridon fut apporté à Trianon en 1867Peut être une image de 1 personne

Sous le Boudoir

Lors de la construction du Petit Trianon, se trouvait ici un escalier. Celui-ci, très privé, essentiellement réservé à l’usage du Roi, desservait, les quatre étages. Les portes des paliers étaient munies de serrures très perfectionnées qui, une fois fermées à double tour, ne pouvaient être ouvertes que par le Roi a l’aide de la clef qu’il était seul à posséder. Du rez-de-chaussée, l’escalier permettait de gagner l’étage noble où il ouvrait sur le salon de compagnie et sur le cabinet de retraite du Roi, devenu par la suite la chambre à coucher de Jeanne du Barry puis de Marie Antoinette…

En 1776, cet escalier est démoli sur ordre de Marie Antoinette.

Au rez-de-chaussée, on installe le mécanisme des «glaces mouvantes» du boudoir de la Reine, situé au-dessus. Celui-ci est réalisé par Jean-Tobie Mercklein. Vendu à la Révolution, ce système de poulies quasi théâtral est restitué en 1985, rendu totalement opérationnel et même modernisé par son électrification.

glaces - Boudoir ou Cabinet des glaces mouvantes au Petit Trianon 18199010
Mécanisme des glaces mouvantes du Boudoir

Repassons par la chambre pour accéder au cabinet de toilette, qui, dans l’enfilade des deux pièces précédentes, possède un plafond abaissé ce qui accentue la sensation d’intimité.

Le cabinet de toilette

Cette pièce ne possède pas de décoration particulière.

Résultat de recherche d'images pour "le cabinet de toilette du petit trianon"
Le cabinet de toilette

C’est surtout par sa proximité avec la chambre que le cabinet gagne en praticité, de même qu’avec son aménagement : il doit contenir une baignoire comme Marie-Antoinette aime en utiliser et tous les ustensiles indispensables à l’art si singulier de la toilette d’une dame du XVIIIe siècle.

En ressortant de la chambre vers le grand escalier on gagne la salle-de-bain :

Ici se termine l’appartement de la Reine.

Le cabinet de toilette est directement relié par l’escalier d’attique à la première chambre de l’entresol, située juste au-dessus. Là, dans un e alcôve, couche la première femme de chambre, Louise Bibault de Misery (1732-1804), dans un premier temps, que la Reine, la sachant proche de la comtesse de Noailles (1729-1794), surnomme “l’impératrice-reine” tant elle est portée sur l’étiquette et la religion. En 1786, cette chambre reviendra à Henriette Campan (1752-1822).

10 idées de PT2 - Bains | petit trianon, trianon, versailles
La salle-de-bainPeut être une image de bâtiments

Repassons par la chambre pour regagner le palier qu’il faut retraverser pour atteindre l’endroit par lequel nous sommes arrivés. Nous entrons par la porte de droite dans l’antichambre. Prenons, à présent, la porte de gauche : un escalier nous mène à l’étage supérieur du Petit Trianon, l’Attique.

L’Attique

L’attique est la plus haute partie du Petit Trianon .
L’escalier qui nous y mène :

attique - L'attique du Petit Trianon Scalin10
Plan de l’attique du Petit Trianon :
1 : escalier de service ; 2 : chambre de Mme Campan ; 3 : Chambre de la dame d’honneur de la Reine ; 4 : Bibliothèque de la Reine ; 5 : chambre de Madame Elisabeth ; 6 : chambre de Madame Royale ; 7 : chambre d’une domestique ; 9 : chambre de Marie-Louise aujourd’hui 14 : escalier circulaire de service.

On arrive alors à un couloir qui mène à des salons ou chambres attribuées aux habitué(e)s du petit château.

A corridor on the 2nd floor of the Petit Trianon chateau
Résultat de recherche d'images pour "escalier circulaire de service petit trianon"
Escalier circulaire de service

Parmi ces privilégiées, on compte Madame Royale et Madame Élisabeth, Madame de Polignac puis Madame de Tourzel et Madame Campan.

visite - La visite du Petit Trianon : la chambre de suite "Madame Royale" 114
Chambre de Madame Royale. La commode  en acajou est de Jean-Jacques Pafrat et provient du château du Raincy du duc d’Orléans.
visite - Visite Petit Trianon: Petit Salon de Mme Elisabeth Petit113
Salon de Madame Elisabeth. A partir de 1782, elle occupe la chambre qui lui est dévolue puisque Louis XVI n’a jamais couché à Trianon.

La chambre de Madame Campan

(texte et photographies de Christophe Duarte – Versailles passion)

Peut être une image de 1 personne
Henriette Campan par Joseph Boze (1786)
Aucune description de photo disponible.
La chambre de Madame Campan porte le numéro 2 sur ce plan de l’attique

Les fonctions de la Première femme de chambre consistent dans l’exécution du “service de la Chambre” : lever, toilette, promenades et voyages. Elle assure les présentations à la Reine, en l’absence des dames d’Honneur et d’Atours.

Aucune description de photo disponible.
La chambre de Madame CampanAucune description de photo disponible.

Le mobilier est une évocation de ce qu’il pouvait être sous l’Ancien Régime : le guéridon, livré par Jacob-Desmalter en 1810, fut placé dans le boudoir du Hameau. La coiffeuse en placage de bois de rose, avec filets en bois de citronnier teint et pieds à gaine, date de la fin du XVIIIe siècle. Les quatre fauteuils et les deux chaises de Georges Jacob, recouverts de tissu peint, portent une inscription sous les angles “CO n°64”, apposée à côté de la marque Trianon, qui laisse penser que ces sièges furent livrés pour les communs ou la conciergerie du Petit Trianon.

La chambre de Madame CampanAucune description de photo disponible.

Devant la cheminée est placé un écran daté vers 1770, qui porte la marque du Garde-Meuble de la Dauphine à Fontainebleau.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-1024x678.png.
Alcôve de la chambre
Aucune description de photo disponible.
Trappe dans la porte de la chambre : sans doute installée sous la Révolution lorsque le Petit Trianon a été transformé en auberge
Aucune description de photo disponible.
La chambre de madame Campan

C’est là aussi que se trouve la chambre du Roi qui tient plus son nom pour Louis XV que pour Louis XVI, évoquée en 1772.

La chambre de la Première Dame d’Honneur,
Une évocation de l’intimité de Marie-Antoinette au Petit Trianon

( texte et photographies de Christophe Duarte – Versailles passion )

Aucune description de photo disponible.
Chambre de la Première Dame d’Honneur

En 1775, alors que Marie-Thérèse-Louise de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe, est nommée par la Reine surintendante de sa maison, Laure Auguste de Fitz-James, princesse de Chimay, reçoit la charge de Dame d’Honneur.

Cette chambre entresolée lui est donc destinée. La princesse reste Dame d’Honneur jusqu’à la chute de la Monarchie. Toujours présente auprès de la Reine, la Dame d’Honneur supervise Son emploi du temps, assiste, derrière la Surintendante, au lever de la Reine, l’escorte à la messe, à Son couvert public, et participe à Sa promenade et à Son jeu.

Aucune description de photo disponible.
Chambre de la Première Dame d’Honneur

Le tissu en coton imprimé, offert par la maison Pierre Frey en 2008, est une reproduction d’une “indienne” de la fin du XVIIIe siècle, qui permet d’évoquer celle qui s’y trouvait à la fin de l’Ancien Régime. Elle recouvre un papier peint gris de 1837 qui a été conservé.

Aucune description de photo disponible.
Chambre de la Première Dame d’Honneur

Quelques meubles proviennent du Petit Trianon, les autres permettent d’évoquer l’ameublement simple de cette pièce.

Un lit à la polonaise prenait place le long du mur.

Aucune description de photo disponible.
Chambre de la Première Dame d’Honneur

Une toilette “de campagne” d’époque Louis XVI, attribuée à Riesener, en placage d’acajou, porte les marques au feu du Garde-Meuble de Marie-Antoinette, et au pinceau, celle du Château de Trianon avant 1789.

Aucune description de photo disponible.
Chambre de la Première Dame d’Honneur

Le guéridon en acajou à piètement carré, par Riesener également, est livré pour la Reine à Marly en 1781.

visite - La visite du Petit Trianon: Chambre Dame d'Honneur Petit106
Chambre de la Première Dame d’Honneur

Quant à la table à écrire en acajou, elle est livrée pour Louis XVI en 1777.

Aucune description de photo disponible.
La table à écrire en acajou

Autour de ces meubles sont dispersés des sièges en cabriolet d’Adrien-Pierre Dupain, couverts d’un lampas cramoisi et blanc, qui sont livrés pour Marie-Antoinette soit pour Saint-Cloud, soit pour le salon de la Maison de la Reine au Hameau.

Près de la cheminée, la chaise-voyeuse est l’œuvre de Jacob. Elle est livrée en 1789 pour la propriété de Madame Elisabeth à Montreuil.

Aucune description de photo disponible.
La chaise-voyeuse est l’œuvre de Jacob

L’étagère en acajou massif suspendue au mur porte la marque du Garde-Meuble de la Reine et celle au pinceau du Château de Trianon.

Sur la cheminée, la pendule en marbre blanc et bronze doré, sommée d’une torche enflammée, comporte un mouvement signé Robert Robin de la fin du XVIIIe siècle. Elle est entrée à Versailles sous Louis-Philippe.

Aucune description de photo disponible.
Le mouvement signé Robert Robi

La bibliothèque de la Reine,
Les romans de Trianon

( texte et photographies de Christophe Duarte – Versailles passion )

La Reine dispose d’une lectrice, Louise Quetpée de Laborde (1760-1837), qui Lui amène un livre quand Elle en exprime le désir, mais Elle ne vient jamais elle-même en cet endroit, ce qui aurait été inconvenant.

bibliothèque - La visite du Petit Trianon: Bibliothèque Petit105

Les armoires grillagées, disparues au XIXe siècle, ont été restituées en 2008 selon les plans de l’architecte Mique datés de 1780.

bibliothèque - La visite du Petit Trianon: Bibliothèque P1040311

La bibliothèque contient surtout des ouvrages de littérature, dont beaucoup de théâtre, mais aussi quelques livres de botanique.

La bergère et les deux chaises, par Georges Jacob, vers 1785, portent la marque du Château de Trianon. Ces sièges furent vraisemblablement livrés pour l’une des Maisons du Hameau.

bibliothèque - La visite du Petit Trianon: Bibliothèque 213

Le mobilier de la bibliothèque se composait d’une bergère et de trois sièges garnis à carreaux recouverts de gros de tour broché fond vert, qui a inspiré la restauration des sièges.

bibliothèque - La visite du Petit Trianon: Bibliothèque 414

La table à écrire en acajou, par Jean Henri Riesener, est livrée en 1784 pour la Maison de la Reine. Elle porte la marque au fer du Garde-Meuble de la Reine et, au pinceau, celle du Château de Trianon.

Petit Trianon, entresol, bibliothèque de Marie-Antoinette | Petit ...

En juillet 1774

Succombant à la mode du jour d’un paysage irrégulier et pittoresque, romantique et imprévu, la Reine souhaite un jardin dans le nouveau style « anglo-chinois » à la place du Jardin botanique de Louis XV. L’architecte Ange-Jacques Gabriel (1698-1782) en dresse un premier plan qui ne convainc pas.

Elle demande un projet à Antoine Richard, fils de Claude Richard et jardinier de Trianon. Compliqué, besogneux, peu élégant et sans grâce, ce projet n’est pas non plus retenu, car son auteur apparaît meilleur jardinier que paysagiste et, surtout, son désir de préserver les serres du jardin botanique qu’il a créé avec son père ne concorde pas avec les vœux de la Reine d’un jardin « à la mode ».

En outre, la Reine rejette les extravagances dont on peut parfois lui prêter le goût, préférant le bucolique à l’illusion.

Le comte de Caraman (1727-1807), puis Richard Mique (1728-1794) lui dessinent un jardin à l’anglaise, dans lequel ils dispersent des fabriques à caractère sauvage. Ils installent ainsi un lac, une petite montagne, des rochers et une grotte tapissée de fausse verdure pour le repos de Marie-Antoinette.

Le très savant jardin botanique de Claude Richard est alors détruit,. On le remplace provisoirement durant l’année 1775 par des arbres et du gazon en même temps que l’on commence le creusement de la rivière et la création de la « grande île » .

Automne 1775

Marie-Antoinette se lie d’amitié avec la comtesse de Polignac (1749-1793), une jeune femme de peu de moyens mais dont elle apprécie la gaieté d’esprit. La Reine se montrera généreuse envers cette amie et tout son entourage…

Aucune description disponible.
Yolande de Polignac par Mosnier

Avant le 23 avril 1776

Au début de l’année, Pierre-Charles Bonnefoy du Plan (1732-1824) est nommé concierge et intendant du garde-meuble du Petit Trianon.

Pierre-Charles Bonnefoy du Plan par Joseph Boze

En août 1776

Construction du jeu de bague.

La rivière du Hameau est creusée.

L’orangerie de Trianon est aménagée en théâtre.

Le cabinet du Roi au Petit Trianon

Ce cabinet est la seule pièce qui est remeublée pour Louis XVI en 1777, le Roi ayant conservé le mobilier de son aïeul dans le reste de l’Appartement.

Peut être une image de mobilier, intérieur et texte qui dit ’Versailles Passion Christophe D. Petit Trianon 27juin 2017’

La commode :

La commode est commandée à Riesener par ordre du 19 juillet 1777. Elle est livrée le 6 août 1777 “pour le service du Roy au château de Trianon” et enregistrée sous le n° 2906 dans le Journal du Garde-Meuble de la Couronne.

Peut être une image de intérieur
Peut être une image de intérieur
Peut être une image de mobilier
photo : Grand Palais – RMN (Officiel)

Placée dans le cabinet de travail de Louis XVI au Petit Trianon, elle est acquise par le Baron Edouard de Rothschild. Rachetée en vente publique le 19 mars 1981, elle réintègre son emplacement d’origine.

Le bureau plat :

Le bureau plat a été commandé par Marie-Antoinette pour Louis XVI. Toujours fabriqué par Riesener en 1777, il a été vendu pendant la Révolution. Il est resté entre des mains privées jusqu’à son achat par J. Paul Getty en 1971.

Peut être une image de table
Crédit photo : Getty
Peut être une image de table et intérieur

Depuis 2001, le bureau est prêté à long terme au château de Versailles où il est exposé dans la pièce pour laquelle il a été réalisé.

La table à écrire :

La table à écrire a été livrée en août 1777. Elle est enregistrée dans le Journal du Garde Meuble dans lequel elle est décrite comme “une belle table à écrire en marqueterie“. Elle a coûté 3 500 livres. Elle est aujourd’hui conservée à Waddesdon Manor.

Peut être une image de mobilier
Aucune description de photo disponible.

De forme rectangulaire à côtés plats soutenue sur quatre pieds droits effilés, de section carrée avec des coins dentelés, la table est équipée d’une glissière d’écriture qui sort de l’avant et, à sa droite, d’un tiroir étroit et peu profond qui s’étend sur toute la profondeur et est divisé à l’avant en trois compartiments pour le matériel d’écriture. Ils contiennent encore un pot et une éponge en métal argenté. L’encrier d’origine est manquant. Le tiroir principal, sécurisé par une serrure, sort de l’extrémité gauche.

Peut être une image de intérieur

Un panneau rectangulaire avec un bord inférieur se superpose au centre avec l’avant et l’arrière. Le plateau est plaqué de marqueterie de frettes en simulé relief interrompu au centre par une réserve ovale plaquée d’un trophée emblématique de la poésie et de la littérature.

Le secrétaire :

Le secrétaire repose sur une base légèrement en saillie, supportée par quatre pieds. Il a des avant-angles inclinés et des côtés qui s’écartent doucement à leur jonction avec les coins arrière.

Peut être une image de 2 personnes
Crédit photographies : Waddeston Manor

Il contient un tiroir dans la frise au-dessus d’un abattant, qui est contre-lesté, et deux portes. Le nid derrière la façade abattante est composé d’un pigeonnier central flanqué de chaque côté de trois tiroirs, avec au-dessus de deux étages supplémentaires, divisés en trois et deux compartiments respectivement. Les ferrures pour le matériel d’écriture dans le tiroir inférieur droit sont manquantes.

Peut être une image de 2 personnes
Le secrétairePeut être une image de 1 personne, mobilier et intérieur

Dans le plancher du casier central, un volet à charnière, fixé par un loquet à ressort actionné par un mécanisme secret, donne accès à un puits qui contient deux tiroirs, un de chaque côté.

Les portes s’ouvrent pour révéler deux compartiments, au-dessous duquel il y a, à gauche, deux tiroirs superposés, et, à droite, un rabat à charnière à un coffre-fort qui a des fausses façades de tiroir assorties.

Peut être une image de 1 personne
Le secrétaire

Au-dessus des compartiments supérieurs se trouvent deux tiroirs secrets qui flanquent le puits. Des serrures individuelles sont installées sur le tiroir droit et le coffre-fort. La serrure à double jet de la façade rabattable sécurise également le tiroir dans la frise.

Marques du mobilier et sceau du Garde-Meuble de la reine Marie-Antoinette
Le sceau du Château de Trianon au chiffre de Marie-AntoinettePeut être un gros plan

Le 26 février 1777

Richard Mique propose à Marie-Antoinette son projet finalisé d’aménagement du jardin. Elle en écarte l’ermitage à cloche, le parc de moutons à la chinoise, le salon de colonnes d’eau jaillissante et la fausse ruine. Les autres fabriques sont confirmées, la réalisation de maquettes est engagée et les travaux de terrassement se poursuivent.

Le coût est estimé à 300 000 livres, ce qui provoque des tensions entre Mique, l’architecte, le comte d’Angiviller, le Directeur des Bâtiments du Roi et Necker, le directeur du Trésor, auxquelles seul le Roi parvient à mettre un terme.

Au printemps 1777

Le Jeu de Bague du Petit Trianon Jeu_de10
Le jeu de bague chinois

Le jeu de bague chinois est inauguré à proximité du petit château; c’est  un manège surmonté d’une immense ombrelle de six mètres de diamètre tournant sur un pivot.

Le Jeu de Bague du Petit Trianon A8dedd10
Reconstitution du Jeu de Bague

Le mât est soutenu par trois sculptures de Chinois, en chêne des Vosges et de Hollande, et au sommet tournait une girouette ornée de deux dragons dorés. Les joueurs prennent place sur quatre chimères à cornes de cuivre, les joueuses sur des paons, (Certains ont pu prendre les paons pour des autruches, car on avait diminué leurs queues, peut être à cause des robes …) et s’amusent à décrocher, avec des lances de cinquante centimètres de longueur, les anneaux de métal suspendus (les douze lances de bois garnies de pointes de cuivre et les quatre-vingt-quatre anneaux de laiton sont conservés dans deux coffrets de peau noire à l’extérieur et rouge à l’intérieur, les dragons sont protégés par des housses de toile garnie de frange, gland, filet, houppe et jasmin et les paons sont recouverts de drap écarlate et blanc). Le mécanisme, mû par deux serviteurs, a été installé dans une fosse et son entretien délicat a été confié à l’ingénieur royal Jean-Tobie Mercklein.

Le 5 mai 1777

Les modèles du Temple de l’Amour sont terminés.

Le 1er juin 1777

La Reine passe la journée à Trianon accompagnée des seules Mesdames de Lamballe et de Polignac.

En Juin 1777

Fouilles de terrain sur l’emplacement du Temple de l’Amour.

Septembre 1777

Commencement de la construction du Temple de l’Amour.

Le 3 septembre 1777

Souper, illumination et spectacle à Trianon.

Temple de l'Amour au Petit Trianon, Versailles - Visite et Histoire
Fête de nuit donnée par la Reine au comte du Nord à Trianon d’Hubert Robert, vue sur le Temple de l’Amour
Balade à Versailles dans le domaine de Trianon | Visite privée

Mars 1778

Commencement de la construction du Belvédère de Trianon.

Juin 1778

Fouilles de terrain sur l’emplacement de la nouvelle salle de comédie de Trianon.

L’été de 1778 fut extrêmement chaud : juillet et août se passèrent sans que l’air eût été rafraîchi par un seul orage. La Reine, incommodée par sa grossesse, passait les jours entiers dans ses appartements fermés et ne pouvait s’endormir qu’après avoir respiré l’air frais de la nuit, en se promenant, avec les princesses et ses frères, sur la terrasse au-dessous de son appartement. Ces promenades ne firent d’abord aucune sensation ; mais on eut l’idée de jouir, pendant ces belles nuits d’été, de l’effet d’une musique à vent. Les musiciens de la chapelle eurent l’ordre d’exécuter des morceaux de ce genre, sur un gradin que l’on fit construire au milieu du parterre. La Reine, assise sur un des bancs de la terrasse, avec la totalité de la famille royale, à l’exception du Roi qui n’y parut que deux fois, n’aimant point à déranger l’heure de son coucher, jouissait de l’effet de cette musique. Rien de plus innocent que ces promenades, dont bientôt Paris, la France, et même l’Europe, furent occupés de la manière la plus offensante pour Marie-Antoinette.

Des habitants de Versailles et des soldats voulurent jouir de ces sérénades et il y eut foule depuis onze heures du soir jusqu’à deux et trois heures du matin. Des hommes s’adressèrent à la Reine et leurs “conversations” furent révélées, déformées et calomniées. Quelques femmes inconsidérées osèrent s’éloigner et descendre dans le bas du parc mais la Reine, Madame et madame la comtesse d’Artois se tenaient par le bras et ne quittaient jamais la terrasse. Vêtues de robes de percale blanche avec de grands chapeaux de paille et des voiles de mousseline, lorsque les princesses étaient assises sur les bancs, on les remarquait difficilement ; debout, leurs tailles différentes les faisaient toujours reconnaître et l’on se rangeait pour les laisser passer.

Extrait des Mémoires de Madame Campan

Le 13 juillet 1778

Le Temple de l’Amour est achevé. Cela atteint le «sommet de la perfection et du bon goût», selon le prince de Ligne. Pour Son enchantement, les fenêtres de Marie-Antoinette s’ouvrent sur ce temple, érigé au milieu de la grande île. Pour en décorer le centre, on préfère au projet d’une statue de Cupidon enfant proposé par Deschamps une œuvre similaire de Bouchardon, déjà réalisée depuis 1746, et qui correspond parfaitement au thème du lieu.

Trianon - Le Temple de l'Amour, au Petit Trianon 01910
Cupidon taillant son arc dans la massue d’Hercule

L’île est garnie de fleurs et plantée de « pommiers-paradis et rosiers pelotes-de-neige » qui prodiguent des effluves parfumés.

Trianon - Le Temple de l'Amour, au Petit Trianon Img_4713
Le Temple de l’Amour
Trianon - Le Temple de l'Amour, au Petit Trianon 5bis10
Dôme du Temple
Trianon - Le Temple de l'Amour, au Petit Trianon P1010221
Détail d’une des colonnes corinthiennes du Temple
vue temple de l'amour depuis trianon

Le 19 décembre 1778

Après un accouchement difficile, Marie-Antoinette donne naissance de Marie-Thérèse-Charlotte, dite Madame Royale, future duchesse d’Angoulême. L’enfant est surnommée “Mousseline” par la Reine.

Fin mars 1779

Marie-Antoinette attrape une rougeole très douloureuse, cause de violents maux de gorge et d’aphtes. Elle se retire donc à Trianon afin de préserver Sa petite fille et Son mari de tout risque de contagion.

Marie Antoinette", de Sofia Coppola, projeté au Ciné-club de l'ADC -  Afcinema
Image de Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola

Elle est alors veillée par le comte d’Esterházy (1740-1805), le baron de Besenval (1721-1791) et les ducs de Coigny (1737-1821) et de Guînes (1735-1806).

Le baron de Besenval

“Les trois semaines que nous passâmes à Trianon furent très agréables, uniquement occupés de la santé et de l’amusement de la reine, de petites fêtes simples dans un lieu charmant , des promenades en calèches ou sur l’eau. Point d’intrigues, point d’affaires, points de gros jeux. Seule la magnificence qui y régnait pouvait faire soupçonner qu’on était à la cour.”

Valentin Ladislas, comte d’Esterházy
Valentin d’Esterházy

Des hommes en tant que garde-malades étaient alors indispensables puisque la rougeole pouvait entraîner de graves conséquences sur les dames potentiellement enceintes. Les moyens de contraception n’existaient pas encore et donc toutes ses dames du palais en âge de procréer pouvaient être enceintes.
De plus, dans ces situations de maladies contagieuses à risque pour les femmes, Marie Leszczynska agissait de même et personne ne trouvait rien à redire…

Aucune description disponible.
Le duc de Guînes
Le duc de Coigny
Image de Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola

Du 12 au 21 avril 1779

Séjour de la Reine à Trianon.

Trianon 14 avril 1779

Lettre de Marie-Antoinette à Sa mère, concernant la décision de passer une période de tranquillité dans ce qu’Elle appelle toujours “Mon Trianon“:

Je ne peux que m’applaudir pour avoir pris cette décision, le vert est fascinant et le calme est parfait.
Il y a eu beaucoup d’améliorations dans mes jardins, c’est vraiment un parterres charmant, mes serres commencent à devenir magnifiques. J ‘ ai fait planter une quantité de plantes rares.
Celles que vous m’avez envoyées ont fleurie au-delà de toute attente, et j’en ai donné quelques-unes au jardin du Roi. J ‘ ai des chrysanthèmes d’une beauté éblouissante et d’innombrables variétés de roses dont mon jardinier est si fier que les gens de ce métier viennent les étudier sur place
.”

Le 2 août 1779

Commencement de la construction du Rocher.

 Le « Jardin alpin » qui est en train de naître rappelle à la Reine les décors de Son enfance et participe à modifier le regard que l’on porte jusqu’alors sur les paysages de montagne.

Le temple de l'Amour au crépuscule (Petit Trianon, Versail… | Flickr
Le Temple de l’Amour

Fin août 1779

La nouvelle salle de comédie est achevée.

Le petit théâtre de Marie-Antoinette, Versailles
Théâtre de la Reine par Christian Milet
Le Petit Théâtre de Marie-Antoinette à Trianon - Page 4 13177110
Le petit théâtre de Trianon
Petit Theatre of Marie Antoinette at the Petit Trianon | Trianon,  Versailles, Petit trianon
Le petit théâtre de Trianon

Au printemps de 1780

Marie-Antoinette ordonne des agrandissements dans les communs du Petit Trianon. L’enceinte de ces dépendances, sous Louis XV a la même étendue qu’aujourd’hui, mais les bâtiments n’en occupent que la moitié. Les cuisines et offices donnent du côté du jardin ; et, sur le devant, il n’existe qu’un corps de logis destiné au logement du Suisse, à gauche de la porte cochère qui donne entrée dans la cour des cuisines ; tout le reste, vers le salon frais, est occupé par des potagers. Mique propose de supprimer ces derniers et d’élever des constructions à la place. D’après son plan les communs se trouvent divisés en trois parties :

1. Un premier groupe près du château, comprenant la chapelle, la sacristie, le corps de garde des ouvriers pompiers, et le logement du suisse ;

2. Les cuisines et offices dans une cour allongée avec le garde-meuble et l’appartement du concierge ;

3. Dans la portion la plus éloignée de l’habitation, des écuries pour les chevaux de la Reine et des remises.

Petit Trianon, histoire et description, Gustave Desjardins.

Le 1er juin 1780

Après deux années de travaux, débutés en juin 1778, le petit théâtre de Trianon est inauguré avec le Roi et le Fermier et La Gageure imprévue et des illuminations. L’extérieur n’offre aucun caractère, car il est destiné à être caché par le Jardin alpin, d’un côté, et le Jardin français, de l’autre.

meaghan-antoinette:
“ Another back view of Le Petit Trianon
”
Entrée du couloir végétal qui conduit de Trianon au petit théâtre de la Reine à l’abris du soleil
théâtre - Le Petit Théâtre de Marie-Antoinette à Trianon Expo_l26
Fichier:Le Pavillon français - Marie-Antoinette et son second fils ...
Marie-Antoinette, Madame Royale et Ses deux fils – François-Denis Née d’après Lespinasse
théâtre - Le Petit Théâtre de Marie-Antoinette à Trianon - Page 5 Tdr211
théâtre - Le Petit Théâtre de Marie-Antoinette à Trianon Expo_l29
Entrée du théâtre de la Reine : le sculpteur Joseph Deschamps a sculpté, en pierre de Conflans, sur le fronton l’enfant couronné de lauriers et tenant une lyre. Les emblèmes de la comédie et de la tragédie sont ajoutés aux deux côtés
Description de cette image, également commentée ci-après
Entrée du théâtre de la Reine

Seule la porte donne matière à décoration par le sculpteur Joseph Deschamps (1743-1788), encadrée par deux colonnes ioniques portant un fronton orné, en tympan, d’un génie d’Apollon.

Natacha Régnier dans C’était Marie-Antoinette de Jean-Paul Scarpitta (2009)

L’intérieur, en revanche, est richement décoré, du moins en apparence car les sculptures de Deschamps sont de carton-pâte ou de plâtre avec des suspentes en fil de fer et les peintures en trompe-l’œil. La Reine a en effet promis que la dépense serait minime. La scène est construite dans des dimensions permettant de recevoir les décors utilisés au théâtre de la Belle Cheminée aux chateaux royaux comme Fontainebleau.

La largeur d’ouverture du cadre de scène est donc imposée à sept mètres, comme à Fontainebleau, et la largeur totale du bâtiment est déterminée à treize mètres, permettant à moindre coût de concevoir une charpente de toit contenant la machinerie avec une entrait à la base de la ferme d’une pièce de bois d’un seul tenant.

Plan schématique du rez-de-chaussée du théâtre de la Reine

Plan schématique du rez-de-chaussée du théâtre de la Reine : A. Entrée principale ; B. Vestibule ; C. Foyer octogonal ; D. Parterre entouré des galeries ; E. Fosse d’orchestre; F. Scène ; G. Loges et coulisses.

Le rideau d’avant-scène, seul luxe décoratif, est fait de gros de Tours bleu frangé d’or. Il est soutenu par deux bustes de femmes sortant d’une gaine. Le machiniste Pierre Boullet, inspecteur des théâtres du Roi et élève de Blaise-Henri Arnoult a fait construire une machinerie des plus modernes.

L’entrée du théâtre se fait par un vestibule en hémicycle qui donne, en face, sur deux pièces en enfilade, et, à droite, vers les étages supérieurs.

L’entrée du théâtre de la Reine
théâtre - Le Petit Théâtre de Marie-Antoinette à Trianon - Page 5 812

La première pièce, le foyer, de forme octogonale, ouvre sur la salle de spectacle par une porte à double battant. Il est décoré, au-dessus des portes, de bas-reliefs représentant les Muses, œuvre de Joseph Deschamps.

La salle, de forme ovale, est tendue de moire et de velours bleus, de même que les appuis et les sièges. Elle possède deux rangées de loges avec un parterre en contrebas, encadré de deux baignoires ceinturées de balustrades. L’orchestre la sépare de la scène dont l’ampleur surprend.

Résultat de recherche d'images pour "théâtre de la Reine de  Trianon"
La salle du théâtre de Marie-Antoinette

La fosse d’orchestre peut contenir vingt-deux musiciens et la salle possède 254 places. Le balcon est soutenu par des consoles en forme de dépouille de lion et la seconde galerie est décorée d’une frise d’acanthe.

Le théâtre est garni de sculptures en carton-pâte, relevées d’ors jaune et vert. Les panneaux sont peints en imitation de marbre blanc veiné. La voussure est percée de douze œils-de-bœuf séparés par des enfants tenant des guirlandes de fleurs et de fruits.

Résultat de recherche d'images pour "théâtre de la Reine de  Trianon faux marbre"

L’avant-scène est ornée à chaque encoignure d’une sculpture de deux femmes tenant un candélabre :

 « Elles portent d’un geste élégant un grand cornet garni de soleils, de roses, de lis, étagés en girandole, parmi lesquels brillaient quatre-vingt-onze flammes de bougies ».

Gustave Desjardins
Résultat de recherche d'images pour "théâtre de la Reine de  Trianon chiffre de Marie-Antoinette"
Femmes portant un candélabre

La voussure frontale comprend deux œils-de-bœuf et, entre eux, le chiffre de la Reine tenu par deux Muses couchées.

Résultat de recherche d'images pour "théâtre de la Reine de  Trianon chiffre de Marie-Antoinette"
Le chiffre de Marie-Antoinette
Les Grâces ou Charites
Le plafond de Lagrenée , copié par Pierre Paulet en 1968

La peinture du plafond, exécutée par Lagrenée et figurant Apollon au milieu des Grâces et des Muses, est terminée en juillet 1779. Ce plafond n’est pas l’œuvre originale de Jean-Jacques Lagrenée, dit Le Jeune, datant de 1779, mais une copie de Pierre Paulet en 1968. La peinture originale, très détériorée par l’humidité mais surtout par les modifications du XIXe siècle, est aujourd’hui en réserve.

C’est le début des représentations privées dans lesquelles la Reine joue souvent  l’un des premiers rôles.

Theatrical performance given by the Society of Art Lovers in the Queen’s theatre at the Petit Trianon, on June 5th, 1899

Le 13 juin 1780

PAR ORDRE DE LA REINE
REGLEMENT POUR TRIANON

Article premier.
Toutes les fois que Sa Majesté sera à Trianon, les ordres relatifs aux circonstances seront donnés aux Suisses, frotteurs et autres personnes nécessaires à son service par Bonnefoy , concierge dudit Château.

Article 2
Lorsque la Reine donnera repas, spectacle , concert ou autres fêtes, Sa Majesté voulant que le Château et jardins ne soient ouverts qu’aux personnes dont elle aura donné la liste à son concierge, ordonne que le service de la Cuisine-Bouche n’aura dorénavant aucune communication par l’intérieur avec les tables qui seront servies dans le bâtiment adhérent à la salle du spectacle.

Duchemin, contrôleur ordinaire de la Bouche de Sa Majesté, et quelques personnes désignées sur les consignes , s’il est nécessaire au service , seront les seuls de la Bouche qui pourront passer ,soit par la porte du perron de la Chapelle, soit par le Château, et communiquer aux dites tables par la porte de derrière le Théâtre. Il est ordonné à tous les autres de faire le tour par les dehors.

Article 3
Le concierge sera seul chargé de faire exécuter les ordres de Sa Majesté dans ce qui regarde la police du Château , jardins, salle du spectacle, théâtre, et à cet effet lui seul donnera des consignes aux Suisses, leur donnera les postes et fera poser des cadenas, par le serrurier du Gouvernement, aux portes qu’il jugera convenables .

Article 4
La porte du perron de la Chapelle et celle de derrière le Théâtre seront les seules par où passeront les personnes auxquelles Sa Majesté permet l’entrée de ses jardins.

Article 5
Les ouvriers des Bâtiments dénommés sur les consignes passeront par la porte du perron de la Chapelle et celle de la Ménagerie , s’il est nécessaire ; ceux du théâtre entreront par la ruelle près de la porte du jardinier.

Article 6
Le jardinier fera entrer ses ouvriers par sa porte, et à 7 heures du soir la clef en sera remise au factionnaire, qui n’y laissera passer que ceux qui seront nécessaires, dont le jardinier aura précédemment donné les noms au concierge pour qu’ils soient insérés sur la consigne du suisse.

Article 7
Les officiers des Bâtiments nommés sur les consignes auront leur entrée par la porte du perron de la Chapelle et celle de la Ménagerie, ainsi que par celle donnant sur le théâtre et par celle du château.

Article 8
Les jours de spectacle, le service du théâtre et orchestre arrivera par la ruelle près de la porte du jardinnier.

Article 9
Les Suisses employés toute l’année à la garde du jardin de Trianon n’y laisseront promener que ceux qui , étant entrés par le Château avec permission , seront accompagnés d’un frotteur ; Sa Majesté permettant néanmoins, pendant son absence , que les chefs attachés chacun dans leur partie au service de sa Maison puissent promener personnellement dans les jardins des gens convenables, défendant que toutes personnes subalternes dans le service y introduise qui que ce soit.

Article 10
Sa Majesté se référant pour le surplus aux ordres qu’elle a déjà donnés à son concierge, enjoint aux Suisses du Roi et autres chargés des consignes de les exécuter de point en point , leur ordonne de s’assurer des personnes qui par supercherie ou autrement voudraient les enfreindre , défendant à toutes personnes autre qu’à celles désignées par Bonnefoy de se mêler d’éteindre ou d’enlever les lumières du théâtre ou ailleurs ; Sa Majesté voulant qu’il lui soit rendu compte de ce qui pourrait se passer contraire à ses volontés.

Donné à Versailles , le 13 juin 1780.

Marie-Antoinette

Fin juin 1780

La pièce située au-dessus du boudoir de Trianon devient une bibliothèque.

Le 1er juillet 1780

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MA-et-Mique-Versailles-Secret-826x1024.jpg.
Richard Mique et Marie-Antoinette dans Le Versailles Secret de Marie-AntoinetteL’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 45074574_10214531383650589_7196410492645015552_n-300x169.jpg.

Début de la construction de la grotte, œuvre de l’architecte Richard Mique (1728-1794),probablement achevée à la fin du mois d’août.

La grotte de Richard Mique

Septembre-octobre 1780

Construction du corridor de tentes reliant le Jeu de Bague à la salle de comédie. Il sert pour la première fois pour le spectacle du 12 octobre.

Du 10 au 20 septembre 1780

Séjour de la Reine à Trianon.

 Le 19 septembre 1780

Marie-Antoinette joue en costume “Le Devin du Village” pour une poignée d’intimes sélectionnés avec soin.

Le 20 septembre 1780  

Jules de Polignac est élevé au rang de duc héréditaire de Polignac. La comtesse de Polignac devient ainsi duchesse.

 Le 29 novembre 1780

Mort de l’Impératrice Marie-Thérèse après une courte maladie.

Marie-Thérèse d’Autriche

C’est pour sa fille, “le plus affreux malheur“.

Joseph II est désormais seul à la tête de l’Empire.

Du 10 au 12 octobre 1780

Séjour de la Reine à Trianon.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Marie-Antoinette-Coppola-Trianon-1024x713.jpg.
Image de Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola

En 1781

Trianon - Le Jeu de Bague du Petit Trianon Jeu_de11
Le jeu de Bague

Augmentation des communs et construction du corridor du Jeu de Bague:  on complète l’ensemble par une petite galerie semi-circulaire en treillage, surmontée d’un toit de pagode chinoise en écailles de poissons, avec des dragons aux angles, des dauphins sur les arêtes, des girouettes au sommet. Des guirlandes, des glands, des clochettes pendent de toutes parts. Les couleurs sont les plus éclatantes et dont le salon central ovale est meublé de douze bancs de bois peint avec des dossiers à entrelacs chinois, pour le confort des spectateurs.

Peut être une illustration
Exemple de machine du jeu de bague de Chantilly

Lors de travaux réalisés dans le château de Gabriel l’année suivante, on crée en sous-sol une galerie qui permet un accès direct, sous le perron menant au jeu de bague, à une porte placée sur le demi-palier de l’escalier central.

Peut être une illustration
Le jeu de Bague (détail)

Ce divertissement a des détracteurs, qui critiquent sa frivolité et reprochent l’opposition de style avec le château tout proche. C’est sans doute aussi ce jeu qui participera aux reproches faits à la Reine lors de sa disgrâce.

Montage d’Ignasi Lopez Vidal
Trianon - Le Jeu de Bague du Petit Trianon P1130510
Passage de Trianon par lequel on accède au Jeu de BaguePeut être une image de intérieur et mur de briques
Peut être une image de intérieur et mur de briques
Passage menant du Petit Trianon au Jeu de BaguePeut être une image de mur de briques, plein air, porte et arbre
Peut être une image de arbre et plein air
Reconstitution du Jeu de Bague
Peut être une image de nature, arbre et herbe
Emplacement actuel du Jeu de Bague Peut être une image de plein air
Peut être une image de monument
Le Jeu de Bague du Petit Trianon
Le jeu de bague dans Marie-Antoinette, Reine de France (1956) de Jean Delannoy

Le 31 mai 1781

Le Belvédère est achevé.

Le Belvédère - Petit Trianon - Domaine de Versailles
Le Belvédère

Petit pavillon d’architecture octogonale, il fait partie des fabriques disposées dans le nouveau jardin du Petit Trianon par l’architecte de la Reine et sert de salon de musique. Il est flanqué d’un rocher artificiel d’où jaillit une cascade et est entouré de montagnes en miniature, l’ensemble composant un jardin alpin.

belvédère - Le Belvédère du Petit Trianon 8bis10

Il est gardé par huit sphinges de pierre, sculptées par Joseph Deschamps qui est aussi à l’origine de la décoration des huit façades, dont les bas-reliefs sont une allégorie aux quatre saisons et dont les frontons sont ornés des attributs de la chasse et du jardinage.

belvédère - Le Belvédère du Petit Trianon 7bis10

Le salon intérieur est luxueusement décoré, les arabesques peintes sur du stuc représentent des scènes de la nature, le sol est pavé de marbre et le plafond, œuvre de Jean-Jacques Lagrenée, évoque des angelots évoluant dans un ciel bleu.

belvédère - Le Belvédère du Petit Trianon P1080510

Du 25 au 30 juin 1781

Séjour de la Reine à Trianon.

Marie Antoinette for No Good Reason [Video] | Sofia coppola, Marie ...
Image de Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola
Belvedere
Le Belvédère aux boiseries peintes au jaune d’or

Du 15 juillet au 2 août 1781

Séjour de la Reine à Trianon.

Aucune description disponible.
Marie-Antoinette et Madame Royale sur la terrasse de Trianon

Le 18 juillet 1781

Concert nocturne dans le jardin français.

Le 1er août 1781

Fête donnée en l’honneur du comte de Falkenstein, souper, spectacle, Iphigénie en Tauride de Gluck et Guillard et illumination à Trianon.

Illumination du Belvédère au Petit-Trianon, 1781...
Illumination du belvédère et de la grotte au Petit Trianon par Châtelet

Le 22 octobre 1781

Naissance du Dauphin, Louis-Joseph-Xavier-François (1781-1789).

Aucune description disponible.
A plate from the perles et barbeaux Sevres service created for Marie Antoinette in 1781. [source: Pescheteau-Badin, June 3 2021 auction/via Auction.fr]
Assiette du service Perles et Barbeaux créé en 1781 pour Marie-Antoinette par la Manufacture de Sèvres

Décembre 1781

Commencement des travaux du corridor du jeu de bague.

Fin janvier 1782

La reine Marie-Antoinette à cheval

Marie-Antoinette tombe de cheval ce qui provoque une fausse couche. La Reine souffre d’une jambe… Elle déclare un érysipèle qui rend une de Ses joues quelque temps cramoisie…

Cette mauvaise jambe La fera toujours boiter…

Du 7 au 18 mai 1782

Séjour de la Reine à Trianon.

Ute Lemper as Marie Antoinette in L'autrichienne.
Ute Lemper dans L’Autrichienne (1990) de Pierre Granier-Deferre

Le 6 juin 1782

Fête à Trianon en l’honneur du comte et de la comtesse du Nord, souper, spectacle, La Jeune Française au sérail de Gardel et Zémire et Azor de Marmontel et Grétry, et illumination.

Portraits de Marie-Antoinette par Joseph Navlet 53518510
Tableau de Joseph Navlet

Le 26 mai 1782

Monsieur de Beaumarchais lit devant le comte et la comtesse du Nord le manuscrit du Mariage de Figaro, encore interdit à la scène.

Le 6 juin 1782

La Reine donne une représentation à Trianon pour la comtesse du Nord. Elle y chante Zémire et Azor de Grétry, la Jeune Française au sérail de Gardel.

Résultat de recherche d'images pour "Petit Trianon illuminé"

Après le dîner de trois cents couvert, Trianon est illuminé.

Le 22 juin 1782

Le Rocher de Trianon est achevé.

A voir aux châteaux de Trianon | Bienvenue au Château de Versailles
Le rocher de Trianon

Au Rocher s’associe la Grotte qui est quasiment creusée dedans, elle ne se situe pas plus loin qu’à cent mètres du Petit Trianon :

grotte - La grotte du Hameau de Marie-Antoinette G10
La grotte de Trianon

En venant du Rocher, on découvre sur la gauche l’entrée d’un petit vallonnement au fond duquel court un ruisseau.

Des roches couvertes de mousse en révèlent les approches; mais on a quelque peine à en découvrir l’accès. On y retrouve cependant les arrangements essentiels qu’indiquent à notre curiosité les recueils de dessins sur Trianon commandés par Marie-Antoinette: l’entrée basse auprès de laquelle tombe une petite cascade, l’emplacement du banc de mousse où l’on ne risque point d’être surpris, car une baie pratiquée dans le rocher laisse voir les arrivants, enfin l’étroit escalier d’une dizaine de marches donnant accès au-dessus de la butte et permettant de se dérober par la fuite aux indiscrets.
Voilà des détails ingénieux, usités en bien d’autres grottes et qui montrent qu’un architecte peut penser à tout; mais ils ne sont pas sans donner matière aux médisances”

Pierre de Nolhac
grotte - La grotte du Hameau de Marie-Antoinette Pt_gro10


Enfin, dans le fond, un escalier permet d’atteindre une entrée qui donne directement au-dessus de l’ensemble. Ce second accès permet à l’occupant des lieux d’éviter un intrus qui s’approcherait de la grotte par le chemin du vallon.

Résultat de recherche d'images pour "la grotte de Trianon""

La Reine paiera chèrement cet aménagement innocent. La rumeur publique ne manquera pas en effet d’alimenter les pires calomnies sur son utilisation et, en 1789, une foule de curieux se presse pour voir ce qui n’est pourtant qu’un simple élément pittoresque comme on en trouve dans presque tous les jardins du temps.

Du 7 au 21 juillet 1782

Séjour de la Reine à Trianon.

Du 15 au 24 août 1782

Séjour de la Reine à Trianon.

Le 24 octobre 1782

polignac - Portraits de la duchesse de Polignac Duches10
Yolande de Polignac Au chapeau de paille par Élisabeth Vigée Le Brun (1783)

La Reine donne à Madame de Polignac la place de Gouvernante des Enfants de France en remplacement de Madame de Guéménée.

En 1783

Commencement de la construction du Hameau de Trianon.

gaulle - Portraits de Marie-Antoinette vêtue d'une robe en chemise, dite en gaulle, par Elisabeth Vigée Le Brun (1783) 6a00d810
Portrait de Marie-Antoinette en gaulle (1783)

Du 2 au 7 juin 1783

Premier séjour de la Reine à Trianon avec Madame Royale.

Image du docu-fiction de David Grubin (2005)

Le 9 août 1783

Fête et illumination à Trianon en l’honneur de la femme de l’ambassadeur d’Angleterre, la duchesse de Manchester.

Illumination du Belvédère au Petit-Trianon, 1781...
Illumination du belvédère et de la grotte au Petit Trianon par Châtelet, 1785

Au début de 1784

Les maisons du Hameau sont couvertes.

https://www.connaissancedesarts.com/wp-content/thumbnails/uploads/2020/07/cda20_hameau_hs_main-tt-width-970-height-545-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff.jpg
Le hameau de la Reine à Trianon

Au château, le petit salon du premier étage est transformé en billard.

Le 27 juin 1784

Marie-Antoinette joue sur la scène de Trianon le rôle de Rosine du Barbier de Séville de Beaumarchais devant un public choisi comprenant le Roi de Suède.

Du 20 juillet au 8 août 1784

Séjour de la Reine à Trianon.

Marie-Antoinette par Marie-Victoire Jacquotot (vers 1818)

Du 28 août au 19 septembre 1784

Séjour de la Reine à Trianon.

Résultat de recherche d'images pour "Marie-Antoinette et ses enfants"
Marie-Antoinette et Ses enfants, Marie-Thérèse et Louis-Joseph, par Wertmüller

Madame Royale loge au Petit Trianon, le Dauphin et sa suite, dont madame de Polignac en tant que gouvernante, investissent le Grand Trianon.

Les adieux à la reine (2012) de Benoît Jacquot – L'Oeil sur l'écran
Image des Adieux à la Reine (2012) de Benoît Jacquot

Le 21 novembre 1784

Mort de Claude Richard père ( né le 13 août 1705), jardinier du Petit Trianon.

En 1785

Achèvement des maisons du Hameau de la Reine.

File:Colombier et Maison du Garde au Hameau de la Reine.jpg
Colombier et maison du garde du hameau

Le 27 mars 1785

Naissance de Louis-Charles, duc de Normandie, surnommé “Chou d’Amour” par Marie-Antoinette.

Louis-Charles, duc de Normandie, par É. Vigée Le Brun

Le 26 mai 1785

Séjour de la Reine à Trianon pour quelques jours.

Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot) - Page 2
Diane Krüger dans Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot (2012)

Du 19 juin au 12 juillet 1785

Séjour de la Reine à Trianon.

Portraits de la reine Marie-Antoinette à Trianon  - Page 2 10968410
Image des Années Lumières de Robert Enrico

Les 24, 26 et 29 juin 1785

Bals à Trianon , dans une tente dressée dans le jardin français.

Du 1er au 24 août 1785

Séjour de la Reine à Trianon.

Diane Krüger dans Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot (2012) Diane Kruger as Marie Antoinette in Farewell, My Queen (2012). | Marie  antoinette, Redingote, Reine

Le 19 août 1785

Spectacle à Trianon. Le Barbier de Séville (joué à la Comédie-Française dès 1775) est donné à Trianon dans le théâtre privé de Marie-Antoinette : le comte d’Artois joue encore Figaro, le comte de Vaudreuil (amant de Madame de Polignac, favorite de la reine) interprète Almaviva et… Marie-Antoinette Rosine.

Louis XVI l'homme qui ne voulait pas être roi (Raphaëlle Agogué) - Page 9
Raphaëlle Agogué est Marie-Antoinette en Rosine dans Louis XVI, L’homme qui ne voulait pas être Roi, de Thierry Binisti (2011)

Le 17 mai 1786

Dîner offert à Trianon à l’Archiduc Ferdinand et sa femme.

Du 22 au 29 mai 1786

Séjour de la Reine à Trianon.

Les Adieux à la reine de Benoît Jacquot | Reine, Reine marie, Adieu
Diane Krüger dans Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot (2012)

Le 9 juillet 1786

Naissance de la princesse Sophie-Hélène-Béatrix, dite Madame Sophie, dernier enfant de Louis XVI et Marie-Antoinette. Selon les usages, le bébé est immédiatement baptisé.

Sophie-Hélène-Béatrix de France par É. Vigée Le Brun

Le 17 juillet 1786

Dîner offert à Trianon au comte et à la comtesse de Nellembourg, alias l’Archiduc Ferdinand (1754-1806) et sa femme, Marie-Béatrice d’Este.

Le 4 août 1786

Fêtes au Petit Trianon pour le voyage de l’Archiduchesse Marie-Christine (1742-1798), gouvernante des Pays-Bas et sœur de Marie-Antoinette.

Du 29 août au 24 septembre 1786

Séjour de la Reine à Trianon.

Adolf Ulrik Wertmuller | Marie-Antoinette de Lorraine-Habsbourg, reine de  France, en habit d'amazone en 1788 (1755-1793) | Images d'Art
Marie-Antoinette en amazone par WertmüllerAucune description disponible.

En 1787

Marie-Antoinette a un véritable goût pour tout ce qui est champêtre. Elle commence à redécorer le Petit Trianon. Pour Sa chambre à coucher, la Reine à une idée tout à fait révolutionnaire pour le temps: créer un trait d’union entre la chambre et le parc, comme si la beauté du jardin se prolongeait à l’intérieur du palais apportant les fleurs et les arbustes qui pouvaient être admirés à l’extérieur.

Versailles - Le Petit Trianon : la Chambre de la Reine | Chambre de la reine,  Petit trianon, Trianon
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine Petit123

C’est pour cela que Marie-Antoinette ordonne un nouveau mobilier au charme pastoral, connus sous le nom de «mobilier aux épis».

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine 14_oct80
Mobilier aux épis Aucune description de photo disponible.
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine 25044o10

Les meilleurs artisans du temps travaillent pour créer un vrai chef d’œuvre dont la nouveauté est donnée par la vérité avec laquelle les fleurs, les pommes de pin et les épis avaient été sculptés et peintes.

Sur les pas de Marie-Antoinette... | Petit trianon, Petit trianon ...

Sous Louis XV les bois des chaises destinées aux personnes royales étaient dorées et les fleurs étaient sculptées d’une façon ronde, ici on a une sculpture si méticuleuse et précise, avec les couleurs naturels, qu’on a l’impression de toucher de vraies fleurs, ce qui fait de ces meubles quelque chose d’unique pour l’époque.

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine 14_oct70

C’est le menuisier Georges Jacob (1739-1814) qui a le génie de créer des chaises et des fauteuils en bois sculpté et peint, décorés par des guirlandes de muguet, de jasmin, de lierre, de pomme de pins et d’épis, de gerbes de blé liées par des rubans, autour desquelles s’enroulent des branches de lierre et de jasmin, qui témoignent le grand désir de Marie-Antoinette d’une vie simple et champêtre, sans oublier un luxe élégant et délicat.

La chambre à coucher de Marie-Antoinette au petit Trianon
Le lit en chaire à prêcher du XVIIIe siècle, peint à l’imitation du mobilier aux épis, est une évocation du lit disparu de Marie-Antoinette.

Le dessin a dû en être donné par Jean-Démosthène Dugourc.

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine 14_oct80

Les sculptures sur bois des sièges sont l’œuvre de Jean-Baptiste-Simon Rode, celles du lit, aujourd’hui disparu, de Pierre-Claude Triquet, les peintures «au naturel» sont de Jean-Baptiste Chaillot de Prusse et le tissu brodé de bouquets de roses, de boutons d’or, de bleuets et de barbeaux (il s’agit de l’étoffe d’origine), sont le chef-d’œuvre de l’atelier lyonnais Defarges, qui employa six mois pour réaliser les broderies

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine - Page 2 Captu504
Les sièges conservent leur garniture d’origine, oeuvre de Dersfarges, de Lyon, sous l’actuelle tapisserie.

Tout le mobilier est livré par le marchand mercier Hébert qui, après l’abolition de la monarchie et la vente aux enchères de tous les meubles des résidences royales, rachètera l’ensemble en 1793.

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine Petit115
Des fleurs ont-elles été repeintes en cocardes tricolores sous la révolution?

Ce lit, dit “en chaire à prêcher” figurait à la fin du XVIIIe au Château de Fontainebleau, et inscrit sur les inventaires du garde-meuble royal.

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine 14_oct70

Pour accompagner le mobilier “aux épis”, le Garde-Meuble commande à l’ébéniste Ferdinand Schwerdfeger (1734-1818) une console, une commode et une table à ouvrage dans le même esprit.

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine Petit_84
La console de Schwerdfeger
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine P1030212
Sur la console, deux vases-candélabres en porcelaine de Paris à bouquets de tulipes en bronze doré, datés vers 1780
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine Petit_83
La commode de Schwerdfeger est aujourd’hui conservée au Musée national de Kouskovo près de Moscou

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine Petit_84
Aucune description de photo disponible.
La table à écrire fut, quant à elle, léguée par le Baron Basile Schlichting, en 1914, au Musée du Louvre qui l’a déposée à Versailles en 1974.
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine - Page 2 10167910

Aujourd’hui le fauteuil de toilette est conservé au Getty Museum de Los Angeles, le lit n’a pas encore été retrouvé, mais les deux fauteuils, les deux chaises, l’écran de la cheminé et le tabouret de pied ont été achetés par le château de Versailles (en 1942) et sont retournés à leur lieu d’origine où ils font revivre la grâce et le style uniques de Marie-Antoinette.

Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine Petit_81
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine - Page 2 73-001493
Le tabouret de pied
File:Chambre et lit de Marie-Antoinette - Petit Trianon.jpg ...
Le lit en chaire à prêcher du XVIIIe siècle, peint à l’imitation du mobilier aux épis, est une évocation du lit disparu de Marie-AntoinettePeut être une image de 1 personne
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine - Page 2 14702410
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine - Page 2 14212810
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine 14_oct72
Sur la cheminée, la pendule dite “aux aiglons” en bronze doré, fut exécuté par Thomire pour cette pièce en 1788. Les aigles sont un symbole autrichien, marquant les origines de la Reine. Initialement, un Amour de marbre blanc portait le chiffre de Marie-Antoinette. Les petits bronzes qui le remplacent sont du XIXe siècle.
Aucune description de photo disponible.
Sur la console, deux vases-candélabres en porcelaine de Paris à bouquets de tulipes en bronze doré, datés vers 1780, furent confisqués en 1794 chez Adélaïde de Montmorency-LavalAucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.

La chaise de Marie-Antoinette au Petit Trianon

( Texte et photographies de Christophe Duarte ; Versailles – passion )

Acquise par Jean Paul Getty en 1972, les origines illustres de cette chaire ont été révélées quelques années après son acquisition lors de recherches minutieuses par les Conservateurs du Getty. Elle faisait partie d’une suite commandée pour la chambre de Marie-Antoinette au Petit Trianon.

Peut être une image de mobilier
La chaise de Marie-Antoinette au Petit Trianon

Ressemblant à des bâtons d’osier liés, la chaise comporte quatre pieds effilés qui reposent sur des pieds fantaisistes en “pomme de pin”.

Une vannerie stylisée orne son dossier et son assise, et des bandes sinueuses de lierre et de muguet parcourent les bras et les jambes. Bien que son cadre en bois soit maintenant dépouillé de couleur, la sculpture de la chaise a été peinte dans des teintes naturalistes. Le velours de couleur rousse cache toute trace du tissu d’ameublement en coton d’origine.

Peut être une image de mobilier
La chaise de Marie-Antoinette au Petit Trianon

Alliant style et praticité, la chaise cache un ingénieux mécanisme pivotant qui a permis à Marie-Antoinette de se tourner avec désinvolture tandis que Ses cheveux étaient coiffés et poudrés. Son bas du dos a facilité cette partie importante de sa toilette quotidienne.

Aucune description de photo disponible.
La chaise de Marie-Antoinette au Petit Trianon
Trianon - La visite du Petit Trianon: La chambre de la Reine Boudoi25
La chambre de la Reine

En 1787 encore

Marie-Antoinette demande à son architecte Mique de redessiner la décoration du cabinet des glaces mouvantes.

glaces - Boudoir ou Cabinet des glaces mouvantes au Petit Trianon Petit120

Les frères Jules-Hugues et Jean-Siméon Rousseau réalisent des lambris richement ouvragés dans un style arabesque: les sculptures se détachent en blanc sur un fond peint de bleu, à la manière des camées de Wedgwood, marque du nouveau goût de la France pour l’anglomanie.

glaces - Boudoir ou Cabinet des glaces mouvantes au Petit Trianon Img_4719
Le cabinet des glaces mouvantes

Le mobilier commandé à Georges Jacob n’ayant pas été retrouvé, cette pièce est meublée de sièges, du même Georges Jacob, qui furent livrés en 1785 pour le Pavillon du Comte de Provence au parc de Balbi à Versailles. Ce mobilier se compose d’un lit de repos, de trois fauteuils et deux chaises, le tout couvert d’un poult-de-soie bleu garni d’une broderie de dentelle et de soie.

glaces - Boudoir ou Cabinet des glaces mouvantes au Petit Trianon 14322210
Détail du mobilier du Boudoir de la Reine, qui n’est pas celui d’origine qui a disparu : il appartenait au comte de Provence

A ces fauteuils, on joint un guéridon, créé en 1786 par Gapard Schneider, Pierre-Philippe Thomire (1751-1843) et Jean Jacques Lagrenée le Jeune (1739-1821), manufacture de Sèvres. En acajou, fer, bonze ciselé doré et patiné, papier, verre, porcelaine et marbre blanc. Le guéridon, enrichi des bonzes de Thomire, présente un détail rare: les faces des pieds en gaine, protégées par un plaque de verre, sont ornées d’arabesques peintes sur papier par Lagrenée le jeune.

Aucune description de photo disponible.
Guéridon, 1786 par Gaspard Schneider, Pierre-Philippe Thomire et Jean-Jacques Lagrenée le Jeune, manufacture de Sèvres. En acajou, fer, bonze ciselé doré et patiné, papier, verre, porcelaine et marbre blanc. Le guéridon, enrichi des bonzes de Thomire, présente un détail rare: les faces des pieds en gaine, protégées par un plaque de verre, sont ornées d’arabesques peintes sur papier par Lagrenée le jeune. Au sommet des pieds, des médaillons en biscuit de Sèvres à la manière de Wegwood rappelle que le dessus devait recevoir un plateau également en porcelaine de Sèvres, aujourd’hui remplacé par une plaque de marbre blanc veiné. Le guéridon est apporté à Trianon en 1867.
glaces - Boudoir ou Cabinet des glaces mouvantes au Petit Trianon Petit119
Le guéridon de Gaspard Schneider

On repasse dans la chambre pour atteindre le cabinet de toilette de la Reine.

Le 18 juin 1787

La mort de Madame Sophie avant son premier anniversaire éprouve la Reine qui s’inquiète aussi pour la santé de Son fils aîné.

Le 21 juin 1787

Marie-Antoinette s’enferme seule au Petit Trianon avec Madame Élisabeth, sans suite, pour pleurer Sa fille.

Résultat de recherche d'images pour "Marie-Antoinette et ses enfants"
Portrait de Marie-Antoinette et Ses enfants (1787) par Élisabeth Vigée Le Brun, Madame Sophie devait figurer dans le berceau mais le deuil l’a laissé vide…

Le 24 juin 1787

Séjour de la Reine à Trianon pour quelques jours.

Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot) - Page 2
Diane Krüger dans Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot (2012)

Le 1er juillet 1787

La Reine préside un bal donné à Trianon.

Actus Blu-Ray/DVD « Marie-Antoinette, reine de France » : Michèle Morgan  royale…
Michèle Morgan dans le film de Jean  Delannoy (1956)
Le Hameau du Petit Trianon de la Reine – Marie-Antoinette Antoinetthologie

Quiconque sera “vêtu honnêtement” pourra entrer à Trianon a décidé Marie-Antoinette en annonçant les portes ouvertes de Son domaine le dimanche.

Du 1er au 25 août 1787

Séjour de la Reine à Trianon.

Diane Krüger dans Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot (2012)

Les 5, 7 et 11 août 1787

Bals à Trianon.

Du 15 juillet au 14 août 1788

Séjour de la Reine à Trianon.

Le 24 juillet 1788

Le dernier dîner à Trianon du couple royal.

Le 4 juin 1789

Mort du Dauphin, Louis-Joseph-Xavier-François, à Meudon.

Mort du Dauphin dans le film Les Années Lumières (1989)

Le 5 octobre 1789

Diane kruger in 'Les Adieux à la Reine' | Marie antoinette, Costume drama, Diane  kruger
Diane Krüger dans Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot (2012)

Marie-Antoinette est au Petit Trianon et le Roi à la chasse lorsqu’on apprend que des femmes du peuple venues de Paris marchent sur Versailles pour demander du pain.

GRAND ENTRETIEN AVEC L'HISTORIENNE ÉLIANE VIENNOT : « On continue  aujourd'hui de payer cette idée de 1789 que les droits sont ceux des hommes  et pas des femmes » – Journalisme pensif

Marie-Antoinette quitte alors Trianon pour n’y plus jamais revenir….

Image du Versailles Secret de Marie-Antoinette

Le 6 octobre 1789

Vers cinq heures du matin, les appartements privés sont envahis. La Reine s’échappe en jupon par une porte dérobée.

Aucune description disponible.
Le matin du 6 octobre 1789

La famille royale se replie dans le château…

Portraits de Marie-Antoinette par Joseph Navlet Zparis10
Le Départ du Roi de Versailles par Joseph Navlet

Le Roi accepte de suivre la populace à Paris et de s’installer au palais des Tuileries.

Dès le départ de la famille royale

Trianon est quasiment laissé à l’abandon, aux seules mains du personnel qui continue d’y loger. Les travaux sont interrompus.

En 1792

Très attaché au domaine, l’ancien jardinier de la Reine, Antoine Richard, est nommé conservateur du jardin et des pépinières de Trianon par le Jean-Marie Roland (1734-1793), ministre de l’Intérieur.

En août 1792

Après la chute de la monarchie, l’intégralité du mobilier et des objets du Petit Trianon est réuni à celui du domaine de Versailles.

Le 10 juin 1793

Le mobilier est vendu au rabais, sur décret de la Convention.

La tourmente révolutionnaire épargne le domaine qui est livré au public.
Le Petit Trianon est beaucoup plus dévasté que le Grand Trianon, bien que ses boiseries aient subsisté.

Le 3 octobre 1793

Le jeu de bague est vendu aux enchères pour le prix de 20 000 livres.


En 1793

On envisage d’y installer une école botanique et d’agriculture.
Rien n’est entrepris de tout cela et le petit château est loué sous le Directoire à un limonadier nommé Langlois qui en fait un lieu de divertissement, hôtel au château où les chambres se louent fort cher, débit de boisson et salle de bal au Pavillon Français où l’on danse.

Charles Langlois

Quand vient le Directoire et son besoin de fêtes, de lieux de plaisirs et de réunion, Charles Langlois, qui voyt l’Elysée transformé en hôtel garni et ses jardins changés en guinguettes ; Bagatelle devenir aussi un centre de plaisirs et un café, a une idée qu’on doit trouver admirable autour de lui.

À deux pas, un local superbe, le petit Trianon, s’offre à sa spéculation ; les pièces, coquettes et peu abîmées, s’ouvrent sur d’admirables terrasses, et non loin, dans les allées capricieuses du jardin anglo-chinois, toutes les pittoresques constructions du hameau de Marie-Antoinette se prêtent à merveille à de fructueuses opérations.
Il loue le petit Trianon, et, comme il ne veut ou ne peut en assurer seul l’exploitation, il le sous-loue à un nommé Brunet pour cinq mois, du 1er floréal au 30 thermidor an IX, en se réservant certains droits.

Il lui cède, d’après le bail, « dans le château du petit Trianon, l’appartement de la reine, l’appartement du roi, trois chambres au-dessus ; l’appartement dit Bonnefoy et les chambres des femmes, donnant sur l’avenue ; une écurie, une remise, une pièce pour serrer le fourrage, la cuisine qui est sous le château, le garde-manger, l’office, trois caves ; deux salles par en bas et un salon donnant sur le jardin ».

Langlois conserve la jouissance du « Boudoir de la Reine, ses deux cabinets de garde-robe » et celle d’une partie de la cave « qui donne sur le palier de l’escalier ».

Il laisse à Brunet « tous les ustensiles de cuisine qui s’y trouvent, ainsi que la verrerie, la faïence, bouteilles, chantier, tables et autres objets » à lui appartenant ; ce qui prouve que Langlois a commencé l’exploitation du Petit Trianon, ou, tout au moins, l’a meublé à cet effet. Brunet reconnaît que tout était en bon état, « tant par la fermeture que papier de tentures, que le marbre des cheminées », sauf « dans l’appartement du roi où il y a un chambranle de mutilé ».

Le prix du bail et de la location du mobilier n’est point très élevé, « 1.000 livres pour cinq mois, pour faire au dit Petit Trianon l’état de restaurateur, et louer les appartements garnis », — douze ans après que Marie-Antoinette l’a habité pour la dernière fois !

En homme pratique, Langlois se fait garantir par son bail « tous les jours son dîner, savoir : le potage et deux plats, et du vin… Le soir, une demi-bouteille de vin et un petit morceau ». Il a, en outre, le droit d’amener, sans payer, un invité avec lui. De plus, sur chaque personne « venant manger » chez Brunet, et entrant au jardin, il prélève la somme de 12 sous, car il n’a pas aliéné l’usage des jardins. « Il ne pourra entrer aucun individu dans le jardin, est-il dit dans l’acte, que du consentement du citoyen Langlois », et ce consentement c’est un droit d’entrée, le grimoire stipulant que « toutes personnes seront tenues de payer tous les jours » pour pénétrer dans le jardin « ou s’abonneront ».

Durant cette exploitation, Langlois a de nombreux visiteurs. Il en est quelques-uns d’illustres.

L’ambassadeur de Russie y fait un séjour assez prolongé ; puis il a des hôtes officiels. Le 30 messidor an IX, Goulard, « directeur national du domaine national de Versailles et dépendances », avise le « locataire du Petit Trianon » que le ministre de l’Intérieur lui ayant adressé « Son Éminence le cardinal Consalvi et Monsieur le comte Braschi », il lui enjoint de « lui donner tous les moyens de voir en détail l’intérieur des appartements du Petit Trianon et les jardins ». Consalvi et Braschi ne sont pas des clients pour Langlois. D’ailleurs, le temps n’est pas éloigné où tout « le domaine national » redeviendrait le domaine de la couronne impériale.

Les appartements que Langlois s’est réservé, il les loue à son tour, faisant ainsi concurrence à Brunet ; il les loue fort cher et les étrangers qui trouvent ses prix excessifs font quelquefois appel à la justice pour les modérer. C’est ainsi qu’il advient avec un Anglais qui a conté lui-même sa mésaventure.

Il est d’abord émerveillé du logis qu’on lui donne :

« Nous dinâmes, dit-il, dans une petite chambre, qui était le boudoir de la Reine (c’est donc bien de l’appartement demeuré en propre à Langlois qu’il s’agit et c’est bien à lui qu’il eut affaire, bien que son nom ne fut pas prononcé), jouxtant immédiatement sa chambre à coucher. Elle est maintenant tout à fait dépouillée de son splendide ameublement d’autrefois, et n’a plus rien du palais que le nom ; en même temps, elle est extrêmement jolie… Nous dinâmes au Petit-Trianon et nous y couchâmes ; la chambre qui m’échut en partage était celle que l’infortuné Louis XVI occupait jadis, et la clef de la porte avait une étiquette attachée à son anneau sur laquelle on pouvait encore déchiffrer, bien que les lettres fussent à demi effacées, les mots : « appartements du roy. »

Quand vint le moment de régler, on lui fait présenter par la fille de l’hôtelière, « une fort jolie personne » (est-ce Pauline Langlois ?), une note fort élevée qui se décompose ainsi : « trois appartements de maître : 36 fr. ; bougie, 6 fr. ; bois, 9 fr. ; quatre lits de domestique, 12 fr. : total, 63 fr » . L’Anglais pousse les hauts cris ; l’hôte refuse de rien rabattre ; on va devant le juge de paix de Versailles, qui modère l’addition et la réduit à 36 fr.

Le Cabaretier de Trianon (1911) de Maurice Dumoulin


On trouve un bon restaurant tenu par Brunet ( est-il apparenté à Mademoiselle Montansier (1730-1820) qui s’appelle Marguerite Brunet?) :

Au Petit Trianon, Versailles, Monsieur Brunet y tient un excellent restaurant et y loue des appartements et chambres garnis, il y a des écuries et remises“.

“Le Journal de Paris”, le 21 Mai 1804
PressReader - Point de Vue: 2017-10-11 - Mlle Montansier
Mademoiselle Montansier

Toutes ces gens seront congédiées après les visites de Napoléon et Joséphine en mars 1805.

Du 25 août 1793 au 11 août 1794

Les enchères commencent. Les biens sont éparpillés dans le monde entier.

Le 20 avril 1794

Le sculpteur Amable Boichard, nouvellement nommé après la démission des frères Rousseau , est chargé de « supprimer les emblèmes de la royauté et féodalité » .

Trianon est déclaré propriété nationale et le terrain est partagé en dix lots.

Finalement, Antoine Richard obtient de l’administration que les biens nationaux des environs de Paris ne soient pas vendus, mais conservés par la République naissante. Il obtient le soutien du représentant du peuple envoyé en mission à Versailles et la vente est annulée par arrêté du 4 pluviôse an III.

En 1796

Ne procurant jusqu’alors aucun revenu à l’administration, le Petit Trianon est loué à un cabaretier et aubergiste du nom de Charles Langlois.

Si Versailles m'était conté par Sacha Guitry - Page 2 Ehkhxv10
Annie Cordy est la citoyenne Langlois dans Si Versailles m’était conté (1953) de Sacha Guitry

En 1801

Le citoyen Mettereau succède à Charles Langlois. Les bals et fêtes populaires qui y sont tenus dégradent la résidence et les jardins. Les jardins sont délabrés, par manque d’entretien, et deux maisonnettes du Hameau menacent de s’écrouler.

En 1805

Le Petit Trianon reprend son rang de palais et il est affecté par l’Empereur Napoléon Ier (1769-1821) à sa sœur Pauline, princesse Borghèse (1780-1825).

Les travaux de réfection sont rapidement engagés : les couvertures sont refaites, les conduites révisées, le palier du premier étage est redallé de marbre, les cheminées sont restaurées, les peintures sont refaites à neuf, de gris pour l’attique ou les huisseries et de « couleur pierre à forte colle » pour les pièces secondaires. Les salles principales sont repeintes de couleurs grisées teintées de bleu ou de mauve. Les miroirs ayant tous disparu sont remplacés et de nouvelles toiles sont commandées.

Le projet de l’Empereur de réunir les deux Trianons dans un même enclos les séparant du parc entraîne la création d’un pont métallique, dit « de la Réunion », qui enjambe un chemin creux.

Napoléon Ier et Marie-Louise se promenant au Hameau de la Reine en 1811. Gouache de Louis Gadbois.

En 1810

Le domaine revient à l’Impératrice Marie-Louise (1791-1847) qui fait alors restaurer l’ancienne résidence de sa grand-tante, malgré le passé douloureux des lieux. Elle se plaît dans cette demeure qui lui rappelle le château de Laxenburg, en Autriche, dans lequel elle a résidé durant son enfance. Le coût trop élevé de réhabilitation du Pavillon frais ou de certaines chaumières du Hameau entraîne leur destruction.

Quand Marie-Louise était Impératrice…

( Texte et photos de Christophe Duarte – Versailles Passion )

En 1810, Napoléon entreprend une restauration radicale du Petit Trianon car l’Empereur l’octroie à sa nouvelle épouse Marie-Louise, petite nièce de Marie-Antoinette. On craint que le souvenir de cette tante guillotinée ne suscite chez elle un certain dégoût du château mais il n’en est rien.

La chambre de l’Impératrice Marie-Louise (1791-1847) occupe l’emplacement de celle de Marie-Antoinette au premier étage du Petit Trianon. Elle présente un décor à l’antique.

Peut être une image de 1 personne
L’Impératrice Marie-Louise

Au plafond, est suspendu un grand voile de satin blanc bordé en or et en soie bleue, ornée en son centre d’une rosace en or.

Aucune description de photo disponible.

Les rideaux de croisée sont confectionnés avec le même tissu, mais les rideaux de vitrage sont en mousseline brodée d’or.

Aucune description de photo disponible.
La chambre de l’Impératrice Marie-Louise

Le lit, en bois sculpté, orné de cols-de-cygne, est en mousseline brodée d’or, la courtepointe et les rideaux extérieurs sont en satin bleu ciel à galons or et blanc. Ces derniers sont supportés par deux candélabres en bois doré surmontés de figures ailées.

Fichier:Petit Trianon - Attique - Salle évoquant la chambre de Marie-Louise.jpg
La chambre de l’Impératrice Marie-Louise Petit Trianon : Entresol et Attique | Intérieurs cottage, Petit trianon,  Trianon

Ce décor, trop riche sans doute pour la pièce, de petites dimensions, peut être comparé à celui qui aujourd’hui compose la chambre de Marie-Louise à Compiègne.

Épinglé sur Maisons de Caractere
La chambre de l’Impératrice Marie-LouiseKenneth Peeters (griekse_mythologie) – Profile | Pinterest

C’était une sorte d’extravagance qui devait mal se fondre dans l’esprit du Petit Trianon, d’autant que tout le mobilier de Marcion, couvert de satin bleu ciel bordé d’or, était également doré.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 87104730_1426882430806103_2081209966160510976_n.jpg.
La chambre de l’Impératrice Marie-Louise

Outre la commode, on trouve aussi dans cette chambre un secrétaire en forme de commode dont le tiroir du haut s’abat en écritoire et un guéridon à pied central doré.

Pin on Marie Antoinette
La chambre de l’Impératrice Marie-Louise

Plusieurs flambeaux et candélabres prennent place sur la cheminée et les meubles, dont deux candélabres en forme de femmes ailées portant des girandoles.

Les sièges en bois doré réalisés par Pierre Benoit Marcion sont livrés en 1810. Recouverts d’un satin de soie bleu de ciel galonné blanc et or.

Le Petit Trianon | Chambre de l'impératrice Marie-Louise, à … | Flickr
La chambre de l’Impératrice Marie-Louise

Le lit de l’Impératrice est aujourd’hui conservé au château de Compiègne. Il a été modifié et élargi sous Louis-Philippe pour le Palais des Tuileries avant de retourné à Compiègne sous le Second Empire pour l’Impératrice Eugénie, complété d’un ciel de lit.

Aucune description de photo disponible.
Chambre de l’Impératrice au château de Compiègne

Le pot à eau et sa cuvette en porcelaine de Sèvres, est également dans la chambre et est de la couleur bleu de ciel de la même couleur que la chambre.

Le 25 août 1811

L’apogée de la vie impériale à Trianon est marqué par la « fête de l’Impératrice », prétexte à de grandes illuminations dans les jardins, à des scènes champêtres féeriques en musique et à des spectacles divers provoquant l’enthousiasme de la cour et du couple impérial.

Le cabinet de Toilette

( Texte et photos de Christophe Duarte – Versailles Passion )

Un nouveau mobilier très luxueux dû à l’ébéniste Marcion est mis en place.

Aucune description de photo disponible.
Etat actuel du Cabinet de Toilette

La pièce à l’Attique du Petit Trianon évoque le Cabinet de toilette de l’Impératrice Marie-Louise, puis de la duchesse d’Orléans. Il est tendu d’un damas de soie jaune restitué d’après les documents de Lyon, qui avait remplacé en 1837 la toile de Jouy “fond vert et médaillon” livré en 1811.

Peut être une image de intérieur
Etat actuel du Cabinet de Toilette

Le mobilier forme gondole est livré en 1810 par le tapissier du Garde-Meuble Impérial, Darrac, pour le Cabinet de Toilette au premier étage.

Peut être une image de intérieur et texte qui dit ’Versailles Passion Christophe D. Petit Trianon 3janvie 3janvier2020 2020’
Etat actuel du Cabinet de Toilette

A l’origine recouvert en toile de Jouy, il reçoit un damas jaune en 1837, semblable à celui qui a été tendu sur les murs.

Peut être une image de intérieur
Evocation du Cabinet de Toilette

Le guéridon est livré en 1810 par l’ébéniste Pierre Benoit Marcion pour le Boudoir de Marie-Louise au Petit Trianon (actuel Cabinet des Glaces Mouvantes).

Peut être une image de mobilier et intérieur
Evocation du Cabinet de Toilette

Sur la cheminée, le buste en biscuit de Sèvre de l’Impératrice Marie-Louise, envoyé par Sèvre à Versailles en 1962, est un tirage moderne d’après le buste de François Nicolas Delaistre réalisé en 1813.

Peut être une image de mobilier et intérieur
Evocation du Cabinet de Toilette

Il est encadré par deux vases de Sèvres fond vert antique, peints par Béranger, livrés en 1810 avec la table de quadrille, pour le premier Salon de Marie-Louise (actuel Salon de billard).

Peut être une image de 1 personne et intérieur
Evocation du Cabinet de Toilette

La paire d’applique Empire en bronze doré à deux lumières provient de la Galerie du palais de Saint-Cloud. Elle fut placée à Versailles en 1855, puis au Grand Trianon en 1888.

Peut être une image de intérieur
Evocation du Cabinet de Toilette

Le feu est livré en 1809 par le bronzier Claude Galle pour le Premier Salon de Marie-Louise.

Peut être une image de intérieur et texte qui dit ’Versailles Passion Christophe D; Petit rianon 3janvier 3janvier2020 2020’
Evocation du Cabinet de Toilette

À la Restauration

 La duchesse d’Angoulême (1778-1851), fille de Louis XVI et Marie-Antoinette, hérite du Petit Trianon, mais en raison des souvenirs douloureux qui s’y rattachent, elle n’y fait qu’une promenade et se contente de participer au dîner du mariage du duc de Berry (1778-1820) avec Marie-Caroline (1798-1870) en 1816.

Dans l’hypothèse de séjours de Louis XVIII ou Charles X, souvent évoquée, mais jamais réalisée, tout est quasiment laissé en l’état.

Dès son arrivée au pouvoir

Louis-Philippe (1830-1848) fait retirer les portraits de la famille royale, seule modification apportée au château par son prédécesseur. Il fait appel à son architecte Frédéric Nepveu qui achève de repeindre l’ensemble du premier étage de couleur grise, remplaçant l’ancien vert pâle qui rappelait les jardins entourant le château.

Louis-Philippe s’installe au Grand Trianon pour surveiller la transformation du château de Versailles en « Musée dédié à toutes les gloires de la France ».

En juin 1837

Il attribue à son fils Ferdinand (1810-1842) et sa belle-fille la duchesse d’Orléans, Hélène de Mecklembourg un appartement à l’attique du Petit Trianon, quelques semaines après leur mariage. Hélène, après y avoir passé des jours heureux en compagnie de son époux, revient l’y pleurer (1842) et se consacrer à l’éducation de ses enfants. Elle y séjourne souvent, même si elle qualifie sa présence à Trianon d’exil. On conserve l’ameublement de 1810 non sans remanier la disposition des appartements. Les sièges sont recouverts par Jean-Louis Laflèche selon la mode du moment de même que les rideaux sont changés. Ces remplois alliés à de petits achats et des récupérations, épargnant des dépenses superflues avec la disparition des véritables « palais royaux » d’antan, participent à créer un style disparate, fantaisiste et déroutant, élégant et précieux, parfois rocaille ou gothique ; le pratique prend le pas sur la finesse et le raffinement dans ce nouveau mélange des genres historiciste. Les jardins, s’étendant jusqu’au hameau, sont aussi reconstruits ou rétablis selon la disposition du domaine de Marie-Antoinette.

En 1837

Aménagés en musée, les châteaux de Versailles et de Trianon perdent dès lors leur rang de résidence officielle.

En 1867

L’Impératrice Eugénie (1826-1920) ordonne de replacer au Petit Trianon les meubles et objets des collections de l’État ayant appartenu à Marie-Antoinette et ayant été dispersés à la Révolution lors des ventes de plus de 17 000 lots sur l’ensemble du domaine de Versailles.


Le rêve de l’Impératrice Eugénie à la mémoire de Marie-Antoinette
(texte et photos de Christophe Duarte – Versailles Passion)

Outre les Souverains eux-mêmes et le Garde-Meuble, plusieurs collectionneurs s’investissent dans le projet.

Peut être une image de 1 personne
Peut être une image de 1 personne
Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’Versailles Passion Christophe Ta D. Chateau Versailles 3javie 2020’
Aucune description de photo disponible.

On a choisi d’y exposer un portrait de Marie-Antoinette, un pastel représentant Louis XVII.

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’Versailles Passion Christophe D. Chateaud Versailles 3janvier20 2020’
Peut être une image de 1 personne

Sur le plan de l’ameublement, la seule œuvre originelle de la chambre est la pendule aux aigles. Elle retrouve sa place sur la cheminée puisqu’elle a été livrée en 1788 par Thomire.

Aucune description de photo disponible.
Peut être une image de 1 personne et bougeoir

Le lit, de style Louis XVI et provenant du Garde-Meuble, est sans doute un achat récent, couvert d’un lampas des Indes fond jaune broché blanc.

Peut être une image de texte qui dit ’Versailles Passion- Christophe D. Château de Versailles 3janvier 2020’
Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.

Il comprend sommier, matelas et traversin et est couronné d’un baldaquin de bois sculpté peint en blanc.

Les nombreux sièges sont choisis parmi les livraisons à des membres de la Famille Royale.

L'Impératrice Eugénie en costume du XVIIIe siècle - napoleon.org
L’Impératrice Eugénie costumée en Marie-Antoinette

Les deux chaises à médaillon, de Nadal l’Aîné, sont anciennement dorées et font partie d’une série livrées en 1775 pour la bibliothèque et le cabinet du comte d’Artois à Versailles.

Peut être une image de texte qui dit ’Versailles Passion Christophe D. Petit Trianon 20juin2017’

Si la princesse Mathilde (1820-1904), cousine de Napoléon III (1808-1873), émet le souhait de prendre possession du Petit Trianon, il n’en est rien.

Aucune description disponible.
Tête à tête des bustes de Marie-Antoinette et Eugénie

Il faut néanmoins attendre le XXe siècle et les travaux de Pierre Verlet (1908-1987), historien du mobilier royal, pour voir appliquer une identification précise et scientifique des meubles selon les inventaires des archives de la Maison du Roi.

Le 10 août 1901

Annie Moberly, enseignante britannique, lors de sa venue à Paris propose à Eleanor Jourdain de l’accompagner. Elles profitent de leur bref séjour pour visiter Versailles. Il fait chaud et orageux. Elles se perdent en cherchant le Petit Trianon et commencent à se sentir oppressées, mais aucune ne fait part de son sentiment à sa compagne. Elles aperçoivent sur le bord du chemin deux hommes portant un long manteau et un tricorne, bêches à la main, qui leur indiquent le chemin ; des jardiniers, pensent-elles. Arrivées près d’un cottage, Eleanor Jourdain remarque à l’intérieur une petite fille et une femme ; toutes deux portent un costume suranné. Enfin, elles arrivent à un pavillon chinois qu’elles prennent pour le Temple de l’Amour. L’atmosphère devient de plus en plus pénible. Annie, en particulier, se sent prise d’angoisse lorsqu’un homme assis au pied du pavillon tourne vers elle un visage menaçant et vérolé. C’est alors qu’un autre homme, grand et beau, cheveux bouclés sous un chapeau à larges bords, passe en coup de vent enveloppé dans une cape noire ; il s’arrête et leur sert un laïus dont elles ne comprennent qu’une chose : il faut tourner à droite. Les visiteuses arrivent près d’une petite maison aux volets clos. Sur la pelouse, Annie voit une femme en train de dessiner portant une robe de style particulier, un fichu vert et un chapeau blanc ; la femme lève la tête et de nouveau Annie ressent une impression désagréable. Les deux femmes arrivent à la hauteur de la maison suivante. Une porte s’ouvre, un jeune homme en sort qui leur donne l’impression d’être un serviteur. Elles veulent s’excuser, pensant être sur une propriété privée, mais l’homme les mène jusqu’à Trianon proche où elles sont brusquement environnées par une noce.

Trianon - Eleanor Jourdain, Charlotte Anne Moberly et les fantômes de Trianon ... Lesfan10
Annie Moberly et Eleanor Jourdain

Quelques jours plus tard, Miss Moberly, toujours en proie à l’impression d’angoisse et d’irréalité de Versailles, en fait part à Miss Jourdain en lui demandant si elle n’a pas l’impression que les lieux sont « hantés ». Eleanor confirme son impression de malaise lors de la visite. Elles s’interrogent alors sur la cape portée bizarrement par l’homme aux cheveux bouclés en ce jour de grande chaleur ; son attitude, son air amusé leur semblent maintenant étranges et non-naturels. Mais c’est seulement en novembre, lorsque Eleanor Jourdain se rend à Oxford où Annie a depuis trois mois repris ses fonctions de directrice, qu’elles discutent plus longuement de leur expérience. Le fait que seule Eleanor ait vu la femme et la petite fille et que seule Annie ait vu la dessinatrice les trouble. Miss Moberly, justement, a vu un portrait de Marie-Antoinette par Wertmüller ; la Reine lui a paru étrangement ressemblante, pour le visage et les vêtements, à la femme de la pelouse. Elle se renseigne auprès d’une Française qui confirme que des rumeurs courent depuis longtemps sur la présence du fantôme de Marie-Antoinette à Versailles.

Images de La dernière rose ou les fantômes de Trianon, diffusée le 10 février 1968

Au cours de leurs recherches, elles pensent se rappeler la présence d’une charrue qui n’existe pas en 1901, de même qu’un pont qu’elles ont franchi et qui a disparu ; elles découvrent que les « jardiniers » portaient un costume similaire à celui des gardes suisses de la Reine et que la porte d’où est sorti le serviteur est condamnée depuis longtemps ; elles identifient l’homme au visage vérolé comme étant le comte de Vaudreuil.

Résultat de recherche d'images pour "La Dernière Rose ou les Fantômes de Trianon""
Les deux anglaises dans La Dernière Rose ou les Fantômes de Trianon  (1968) de Roger Kahane

https://www.youtube.com/watch?v=HOVzegaMZ9w

Cependant le pavillon chinois que les deux anglaises ont vu et qu’on a cru être une invention de leur part ( cf une analyse des faits de l’historien Léon Rey ) a effectivement existé, mais sous Louis XV. Des journalistes du paranormal ont donc récemment conclu que leur voyage spatio-temporel se serait effectué non pas en 1789, comme elles le pensaient, mais en 1774 … et la dame en blanc serait donc le fantôme de Madame du Barry plutôt que celui de Marie-Antoinette.

Madame du Barry, 1770's by a follower of FRANCOIS HUBERT DROUAIS | Madame  de pompadour, Madame du barry, Art
Madame du Barry
Palais de Petit Trianon, Versailles, Yvelines, c.1910 - Bourdier ...
Le Petit Trianon en 1910

En 1954

Sous la direction de Gérald Van der Kemp (1912-2001), conservateur en chef du château de Versailles, les travaux de restauration du Petit Trianon commencent…

Le 29 mai 1970

Réouverture du Petit Trianon 

Les premiers résultats de la restauration sont inaugurés (seule la salle à manger est ouverte). Ils sont le résultat d’un travail de fond réalisé par tranches depuis 1954 : mise hors d’eau, consolidation de l’escalier (1957), dépose, décapage des boiseries, etc.

En 2008

Le Petit Trianon renaît au temps de Marie-Antoinette

D’importants travaux de rénovation ont restauré les décors du XVIIIe siècle et triplé les surfaces ouvertes aux visiteurs de ce bijou néoclassique, conçu par Gabriel

Après un an de fermeture, le Petit Trianon rouvre ses portes à Versailles, dans le décor restauré de Marie-Antoinette, à la fin du XVIIIe siècle. Les 250 artisans mobilisés pour les travaux ne se sont pas contentés d’embellir ce qui se visitait jusqu’alors – le seul étage noble –, mais ont restauré à destination du public la totalité des espaces intérieurs, du rez-de-chaussée jusqu’à l’attique, sans oublier les jardins et le «Pavillon français» tout proche.

Louis XV rêvait d’un petit domaine lui permettant de se dépayser non loin du château, et sans mobiliser le lourd appareil de la Cour. Destiné à la marquise de Pompadour qui décédera avant la fin des travaux, habité par Madame Du Barry jusqu’à la mort de Louis XV, le Petit Trianon porte surtout l’empreinte de la Reine Marie-Antoinette qui se le fit offrir par Louis XVI, dès son accession au trône.

Le lieu se visite grilles fermées, comme si la reine venait juste de quitter les lieux
Son architecture extérieure est novatrice et son organisation intérieure fonctionnelle, puisqu’un jeu de couloirs permet au Roi, installé à l’attique, et à la Reine, logée à l’étage noble, de ne jamais croiser le personnel de service, affecté au rez-de-chaussée.

La restauration a pris soin de conserver cette disposition, tout comme elle a veillé à présenter un lieu vivant. Le Petit Trianon se visite grilles fermées, comme si la Reine venait juste de quitter les lieux, le 6 octobre 1789, alors qu’elle ignore qu’elle ne reviendra jamais à Trianon.

Rendue possible grâce au mécénat des Montres Breguet et à la passion de leur PDG, Nicolas Hayek, qui y ont investi 5,3 millions d’euros, la rénovation a consisté à restaurer ou rétablir les décors d’origine, dont les tapisseries avec leur décor de fleurs et de fruits ou la bibliothèque de la Reine avec ses livres, à regarnir les appartements avec certains de leurs meubles d’origine (de Louis XV à Napoléon III), à mettre l’installation technique aux nouvelles normes de sécurité.

Cette restauration s’inscrit dans la dynamique du Grand Versailles, vaste campagne de modernisation et d’aménagement du château et des jardins, et présente le Petit Trianon comme l’un des joyaux du domaine.

Pascale TESSIER

En 2014

À Versailles, la résurrection du Petit Trianon
par Claire Bommelaer

Trianon - Règlement de Trianon  Aaaaaa10

La chambre de Marie-Antoinette et son extraordinaire mobilier dit « aux épis », signé Georges Jacob.
La chambre de Marie-Antoinette et son extraordinaire mobilier dit « aux épis », signé Georges Jacob. Crédits photo : AFP
La totalité des espaces intérieurs est désormais restaurée et remeublée dans l’ambiance de l’époque de Marie-Antoinette.

Après un an de fermeture, le Petit Trianon de Versailles ouvrira à nouveau ses portes le 2 octobre. Une date toute symbolique, puisqu’elle est à trois jours près la date anniversaire du départ de Marie-Antoinette, en 1789 : «Quand les émeutiers arrivent à la grille, la Reine se promène, un valet l’informe qu’il faut rentrer, puis partir», rappelle Pierre-André Lablaude, architecte en chef des Monuments historiques. « Nous avons voulu arrêter l’histoire à ce moment-là, comme si on disait aux visiteurs : la Reine n’est pas là, profitons-en. » Pour la première fois, la totalité des espaces intérieurs du bâtiment, du jardin et du Pavillon français est accessible. Il était possible jusqu’alors de visiter les appartements de la Reine, à « l’étage noble », ainsi que certaines pièces de l’étage du Roi, sur rendez-vous.

Grâce au concours d’un mécène, les montres Breguet – déjà horloger de la cour, et fournisseur de Marie-Antoinette -, le Petit Trianon, ainsi que le Pavillon français situé à quelques mètres, ont été entièrement recouverts.

L’ensemble des décors, des peintures ou des papiers peints a été restauré, les différents appartements remeublés avec des mobiliers d’origine. L’escalier d’honneur et sa rampe en fer forgé ont été remis à neuf. « Ce bâtiment, très novateur à l’époque, n’a été habité que par des femmes. Nous avons essayé de retrouver l’atmosphère de confort et d’intimité qui y régnait » , explique Pierre-André Lablaude. Construit à l’origine par Louis XV pour Madame de Pompadour – laquelle est décédée avant d’avoir pu y loger -, le Petit Trianon a d’abord accueilli Madame du Barry. Après Marie-Antoinette, il est vidé, puis mis en location. Napoléon y logera sa sœur Pauline Borghèse, puis l’impératrice Marie-Louise. La duchesse d’Orléans s’y installera en 1836. Mais Marie-Antoinette reste la figure emblématique de ce lieu, dont elle a fait sa retraite privée, loin des bruits de la Cour.

Un engouement pour la Reine martyre

Au rez-de-chaussée, désormais tel qu’il était à la fin de l’Ancien Régime, on trouve la salle de garde, la salle de billard, un réchauffoir avec son fourneau, et la salle dite de l’argenterie, où l’on peut voir deux ensembles de la manufacture de Sèvres, dont celui « à perles et barbeaux », commandé par Marie-Antoinette en 1781.

Dans les étages, c’est surtout la chambre de la Reine ainsi qu’un petit cabinet « des glaces mouvantes » – permettant de masquer les fenêtres afin de créer une intimité totale – qui attirent l’œil. Les travaux ont permis de refaire à l’identique la bibliothèque de la reine, marquée d’un PT (« Petit Trianon »). Au fil du temps, Versailles s’est efforcé de retrouver des meubles d’époque, disparus ou vendus pendant la Révolution, afin de faire du Trianon un espace « habité ». La restauration de nombreux petits cabinets de toilette renforce cette impression.

Ce sont des artisans français dont l’Atelier Mériguet-Carrère pour les peintures, Aubert Labansat pour les parquets, Garnier pour les bronzes et serrures qui ont travaillé à la renaissance du petit palais. Les couleurs d’origine ou les copies de papiers peints d’époque ont été travaillés à partir de lambeaux découverts lors des travaux. Les appartements de la Reine regorgent ainsi de décorations de fleurs et de fruits, rappelant les jardins. Les fenêtres d’origine, avec des grands carreaux, ont été rétablies.

Dans l’attique, aux côtés des pièces de Louis XV – qui n’y a de fait jamais dormi -, on peut désormais voir les chambres de Madame Royale, de l’impératrice Marie-Louise ou le boudoir de la duchesse d’Orléans. Une pièce est réservée « au petit musée » de l’impératrice Eugénie, qui s’était entichée de Marie-Antoinette. La plupart des objets exposés n’ont de fait pas appartenu à la reine. Mais on doit à l’Impératrice Eugénie d’avoir lancé un engouement pour la Reine martyre qui, depuis, n’a pas cessé.

» Cette restauration exceptionnelle est financée par l’horloger Bréguet.

Le potager de la Reine,
Le jardin d’Alain Ducasse

( texte et photographies de Christophe Duarte – Versailles passion )

A proximité du Petit Trianon, à l’abris des regards, se situe un jardin destiné à faire pousser quelques légumes.

Aucune description de photo disponible.
Le potager de la Reine

Laissées en friche pendant quelques décennies, ces terres ont retrouvé leur vocation nourricière. Depuis un partenariat scellé il y a deux ans entre Alain Baraton, Jardinier en chef du Trianon et du Grand Parc de Versailles et le chef Alain Ducasse, le potager produit chaque saison de fin avril à janvier 150 kg de légumes et fruits de saison qui alimentent les cuisines du Plaza Athénée.

Le potager de la Reine
Le potager de la Reine

Le Général Georges Truffaut y faisait pousser des légumes pour approvisionner les Poilus de la guerre de 1914-18.

Le potager de la Reine
Le potager de la Reine
Le potager de la Reine

Sources :

  • ARIZZOLI-CLEMENTEL, Pierre, L’Album de Marie-Antoinette: vues et plans du Petit Trianon à Versailles, Editions d’Art Gourcuff Gradenigo, 1999, réédition en 2008, Montreuil, 99 p.
  • BERLY, Cécile, Le Versailles de Marie-Antoinette, éditions Artlys, Paris, 2013, 110 p.
  • BERTIERE, Simone, Les Reines de France au temps des Bourbons, tome 4 : Marie-Antoinette L’insoumise, éditions de Fallois, Paris, 2002, 735 p. + 32 p. de planches illustrées
  • BONCOMPAIN, Jacques, Quand Marie-Antoinette jouait la Comédie, Historama N°310 , septembre 1977, 129 p. (dernier article)
  • BOYER, Marie-France, Les Lieux de la Reine, Thames & Hudson, Paris, 1995, 112 p.
  • CAMPAN, Henriette, Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, reine de France et de Navarre, suivis de souvenirs et anecdotes historiques sur les règnes de Louis XIV, de Louis XV et de Louis XVI, 3 volumes, deuxième édition, Bauduin frères, Paris, 1823, 402 p. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2050396.texteImage
  • CASTELOT, André, Marie-Antoinette, Perrin, Paris, 1953, 588 p.
  • CHANTERANNE, David, Marie-Antoinette – Reine des Arts, Château de Versailles (magazine) Hors série N°25 ; avril 2017, 82 p.
  • CHAPMAN, Martin, Marie-Antoinette and the Petit Trianon at Versailles, Fine Arts Museum of, Etats-Unis, 2007
  • DA VINHA, Mathieu, MASSON, Raphaël, Versailles pour les Nuls, First & Château de Versailles, 2011, 344 p.
  • DELALEX, Hélène, MARAL, Alexandre, MILAVANOVIC, Nicolas, Marie-Antoinette, Château de Versailles, 2013, 240 p.
  • DESJARDINS, Gustave, Le Petit Trianon, histoire et description, L. Bernard, Versailles, 1885, 550 p.
  • DUARTE, Christophe, Versailles passion , groupe Facebook
  • https://www.facebook.com/groups/345409295656055
  • HERMARY-VIEILLE, Catherine, Les années Trianon, Albin Michel, Paris, 2009, 432 p.
  • IMBERT DE SAINT-AMAND, Arthur-Léon-Georges, Les beaux jours de Marie-Antoinette, Edouard Dentu, Paris, 1879, 358 p.
  • JALLUT, Marguerite, HUISMAN, Philippe, Marie-Antoinette L’impossible Bonheur, Edita, Lausanne, 1970, 247 p.
  • LOPEZ-VIDAL, Ignasi Le Petit Trianon, le Domaine d’une Reine, groupe Facebook https://www.facebook.com/groups/1609595035995713
  • LENOTRE GOSSELIN, Louis Léon Théodore, Versailles au temps des rois, Grasset, Paris, 1934, trois nouvelles éditions depuis 2006, 308 p.
  • LEVER, Evelyne, Marie-Antoinette, Fayard, Paris, 1991, 746 p.
  • MAIOR-BARRON, Denise, Marie Antoinette at Petit Trianon: Heritage Interpretation and Visitor Perceptions, Routledge, Royaume-Uni, 2017, 348 p.
  • MASSON, Raphaël, Marie-Antoinette – Dans l’intimité d’une Reine, Château de Versailles (magazine) Hors série N°1, novembre 2013, 100 p.
  • MAZE, Jules, Les coulisses de Versailles – Marie-Antoinette fait ses débuts de Reine de France, éditions L.E.P. Monaco, 1958,
  • NOLHAC, Pierre, Le Trianon de Marie-Antoinette , Hachette Livre BNF, Paris, 1914, 426 p.
  • NOLHAC, Pierre, Le Château de Versailles au temps de Marie-Antoinette, imprimerie de E. Aubert, Versailles, 1889, 108 p.
  • https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6543008r.texteImage
  • NOLHAC, Pierre, Les Consignes de Marie-Antoinette au Petit Trianon 1890
  • NOLHAC, Pierre, Marie-Antoinette à Trianon, 1893,
  • NOLHAC, Pierre, Le Trianon de Marie-Antoinette Manzi, Joyant et Cie, Paris, 1914, 426 p.
  • https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6523077f.texteImage
  • PEROUSE DE MONCLOS, Jean-Marie (texte), POLIDARI, Robert (photographies), Versailles, Menges, Paris, 1991, 422 p.
  • RAVELLE, Françoise, Marie-Antoinette Reine de la Mode et du Goût, Parigramme – Carnet de Style, Paris, 2018, 128 p.
  • REY, Léon, Le Petit Trianon et le Hameau de Marie-Antoinette, Librairie Ernest Leroux, Paris, 1936, 84 p.
  • SAINT-CHARLES, Les Belles Années de Marie-Antoinette, oeuvre et librairie Saint-Charles, Belgique, 1920, 327 p.
  • SAVINE, Albert, BOURNAND, François, Les Jours de Trianon, Louis-Michaud éditeur, Paris, 1908, 188 p.
  • VALICOURT, Emmanuel d’, Les Favoris de la Reine. Dans l’intimité de Marie-Antoinette , Taillandier, Paris, 2019, 384 p.
  • VIDAL, Elena Maria, Trianon : A Novel of Royal France, Mayapple Books, Etats-Unis, 1997, 188 p.
  • ZWEIG, Stefan, (traduction : HELLA, Alzir ), Marie-Antoinette, Grasset, Paris, 1933, 506 p.
  • Redécouvrez Versailles, Détours en France Hors-série Collection, 2008
  • Versailles – Parc, Jardins, Trianon ; Le Figaro collection N° 6, mai 2006
  • Les Derniers Secrets de Versailles dans Le Point Historia Hors Série, 2012, 108 p.
  • Marie-Antoinette et le Petit Trianon, La Revue de l’Au-Delà N°158, Numéro spécial, , juin 2011
  • Le hameau de Marie-Antoinette, Château de Versailles (magazine) N°6 ; septembre 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!