Loading...
Ailleurs dans le monde...L'Histoire de Marie-AntoinetteLe XVIIIème siècle

La Guerre d’Indépendance américaine

Marie Antoinette | Okinawa Assault
Évocation de cette guerre dans Marie-Antoinette de Sofia Coppola (2006)

La guerre d’Indépendance des États-Unis, ou guerre d’Indépendance américaine, opposa les Treize colonies d’Amérique du Nord au royaume de Grande-Bretagne de 1775 à 1783.

Mais revoyons ce qui provoqua cette guerre …

En 1764

L’Angleterre impose des taxes sur les sucres et les mélasses importées dans ses colonies d’Amérique du Nord.

Mai 1765

Résolutions virginiennes de Patrick Henry (1736-1799) contre la Loi du timbre votée en mars 1765 sur le Parlement anglais. Les Virginiens décident de n’accepter que les impôts votés par eux-mêmes.

Été 1765

Émeutes contre la Loi du timbre.

Octobre 1765

Congrès de la Loi du timbre à New York . Neuf colonies y sont représentées.

Février 1766

Abrogation de la Loi du timbre.

Abrogation de la Loi du timbre

Mars 1766

Declaratory Act permettant de taxer les colonies dans tous les cas, sans exception.

Juin 1767

Lois Townshend. Droits d’imposition sur les marchandises anglaises aux colonies (thé, verre, papier, …). Les colons continuent à refuser d’acheter.

Le 5 mars 1770

Lors du “Massacre de Boston”, des soldats anglais tirent sur la foule.

Le 16 mai 1771

Lors de la bataille d’Alamance, le gouverneur de Caroline du Nord, William Tryon (1729-1788), fait tirer sur les colons.

Images du combat d’Alamance dans la série Outlander Aucune description disponible.

Tryon est souvent décrit par les Américains comme un tyran, même si les Cherokee l’honore avec le nom de « Loup » pour ses négociations pour établir une frontière sur la partie occidentale de la colonie.

William Tryon | Outlander Wiki | Fandom
Tim Downie incarne le général William Tryon dans Outlander

En 1772

Création de comités de correspondance, à l’initiative du Massachusetts, dans toutes les colonies pour définir une attitude commune face au pouvoir anglais.

En juin 1772

Les colons du Rhode Island brûlent le schooner Gaspel et les autorités locales refusent d’envoyer en Angleterre les coupables pour qu’ils y soient jugés.

En mai 1773

L’East India Company reçoit la liberté de vendre directement son thé en Amérique sans passer par les intermédiaires locaux, à un prix beaucoup plus bas que le thé hollandais auquel les colons ont recours depuis les lois Townshend.

Le marquis Townshend (1723-1807)

Le 16 décembre 1773

La cargaison de thé du Darthmouth est jetée dans le port de Boston par des colons déguisés en Indiens.

En avril 1774

Les “cinq lois intolérables” contre les colons du Massachussets. Le Roi George III (1738-1820) fait voter par le Parlement que la capitale du Massachussets sera transférée de Boston à Salem ; que le port de Boston sera fermé au commerce extérieur ; que la charte du Massachussets sera annulée ; que les coupables seront jugés en Angleterre ; que les troupes pourront être légalement cantonnées partout ; que la province du Québec s’étendra désormais jusqu’aux Alleghenies, et à la haute vallée de l’Ohio, ce qui est perçu comme une provocation par les colons anglais.

George III d’Angleterre

Les autres colonies se déclarent solidaires du Massachussets.

Le 10 mai 1774

Louis XV meurt de la petite vérole, son petit-fils, Louis-Auguste (1754-1793), monte sur le trône,

Le 5 septembre 1774

Réunion à Philadelphie d’un congrès composé de délégués de douze colonies ( il n’y en a pas pour la Georgie). Il siège sept semaines et rédige une adresse destinée au Roi. Il décide alors la création de comités sur tout le territoire, alors que le Massachussets ne reconnaît plus l’autorité du Roi et prépare la constitution d’un gouvernement provisoire.

D’octobre à décembre 1774

Le congrès de Concord ( localité située à l’ouest de Boston) prévoit l’organisation de milices.

Le 19 avril 1775

Rataille de Lexington par William Barnes Wollen (1910)

Combat de Lexington après la tentative des forces anglaises d’arrêter John Hancock (1737-1793) et Samuel Adams (1722-1803).

John Hancock
Samuel Adams

Quelques jours plus tard

Seize-mille hommes sont rassemblés à Boston.

Le 10 mai 1775

Capitulation de Ticonderoga. Ouverture du IIe congrès continental de Philadelphie. Désaveu de tout projet d’allégeance au Roi.

Emission de papier monnaie.

George Washington

George Washington (1732-1799) est nommé chef de l’armée qui entoure Boston.

Le 17 juin 1775

Le combat de Bunker Hill, finalement favorable aux Anglais malgré le magnifique comportement des volontaires américains, dépourvus de munitions, leur permet de conserver Boston.

Fin octobre 1775

Réponse de George III, qui a refusé de lire l’adresse du Congrès. Le Roi enrôle des troupes hessoises. William Howe (1729-1814) succède au général Thomas Gage (1719-1787) à la tête de l’armée britannique, alors que Richard Howe (1726-1799) est amiral de la flotte.

William Howe

D’octobre à décembre 1775

Les insurgés conduisent une expédition au Canada, prennent Montréal, mais échouent devant Québec.

En novembre 1775

Le New Jersey et la Caroline du Sud rédigent des constitutions.

En janvier 1776

Parution du Sens commun de Thomas Paine (1737-1809).

Thomas Paine

Le 1er janvier 1776

Incendie de Norfolk par la flotte du gouverneur Dunmore (1732-1809), qui en a été chassé par les Virginiens.

En février 1776

Victoire des insurgés en Caroline du Nord à l’embouchure de la Moore’s Creek.

Le 4 mars 1774

Washington fait fortifier les hauteurs de Dorchester et tient ainsi Boston sous le feu de ses canons, obligeant Howe à évacuer le port et à se réfugier à Halifax.

En mars 1776

Les Américains apprennent que le Parlement a voté une loi fermant tous les ports américains. Le Congrès décide alors d’armer des corsaires qui lutteront contre le commerce anglais.

Le 12 avril 1776

La Caroline du Sud invite ses représentants au Congrès à “déclarer l’indépendance et à former des alliances étrangères“.

Le Rhode Island, le Massachussets et la Virginie l’imitent.

Le 15 mai 1776

Le Congrès autorise les diverses colonies à créer des gouvernements indépendants de la Couronne sur une proposition de John Adams (1735-1826).

John Adams

Virginie et New Jersey se proclament tout de suite indépendants.

Le 7 juin 1776

Le député virginien Richard Henry Lee (1732-1794) fait une proposition présentant les colonies comme des Etats libres et indépendants.

En juin et juillet 1776

Préparation de la déclaration d’indépendance par Thomas Jefferson.

Le 4 juillet 1776

L’Indépendance est votée par les représentants de toutes les colonies. New York s’abstient, mais la votera le 9 juillet.

Été 1776

Clinton, Parker et Cornwallis échouent devant Charleston et les Anglais renoncent à réoccuper le Sud.

En août 1776

Les Anglais veulent, à partir de New York, conquérir la vallée de l’Hudson. L’armée de Carleton descend du Canada pour reprendre Ticonderoga et les rejoindre. Le général William Howe, descendu de Halifax, est rejoint par son frère, l’amiral Howe, par Clinton, Parker et Cornwallis remontés du Sud. Concentration des forces anglaises à New York ( 32 000 hommes contre 18 000hommes de Washington).

Stirling et Sullivan, lieutenants de Washington, installés dans Manhattan et sur les hauteurs de Brooklyn, sont battus.

Dans la nuit du 29 au 30 août 1776

Washington évacue Brooklyn et échappe ainsi à une défaite qui aurait pu être définitive.

Echec des négociations en Howe et les représentants du Congrès ( Franklin, Rutledge et John Adams).

Fin 1776

Howe prend le fort Washington, défendu par Greene, conservé sur ordre du Congrès, malgré la volonté du général de l’évacuer. Abandon du fort Lee sur la rive occidentale de l’Hudson. Washington retraite à travers le New Jersey. Trahison du général Charles Lee (1732-1782), qui refuse de se joindre à lui. Des fermiers du New Jersey se rallient à l’Angleterre. Le Congrès crée Washington dictateur militaire pour six mois.

Le général Charles Lee

Le général Charles Lee est fait prisonnier.

Fin 1776

Voyage de Benjamin Franklin (1706-1790) à Paris.

Benjamin Franklin

Le 25 décembre 1776

Victoire de Washington sur les Hessois à Trenton.

The long lost original painting of Genie crossing the Delaware. I wonder what George Washington’s three wishes were?
[credit: @Aladdin]
George Washington traversant le Delaware les 25-26 décembre 1776

Le 2 janvier 1777

Victoire de Princeton sur les troupes du Cornwalls.

Pendant l’hiver 1776-1777

Washington prend ses quartiers d’hier à Morristown. Howe à New York.

En 1777

Les Anglais mettent au point un plan par lequel les troupes de Burgoyne (1722-1792), venues du Canada, et celles de Howe, venues de la vallée de l’Hudson, doivent se retrouver à Albany.

John Burgoyne

En juin 1777

La Fayette (1757-1834) débarque à Georgetown en Caroline du Sud.

Gilbert du Motier, marquis de La Fayette

Fin juin 1777

Reprise de Ticonderoga par les force de Burgoyne.

Le 6 août 1777

Victoire des insurgés à Oriskany.

Le 13 août 1777

Victoire des insurgés de John Stark (1728-1822) à Bennington

John Stark

Le 21 août 1777

Reprise du fort Stanwik par le général Benedict Arnold (1741-1801).

Le général Benedict Arnold

Les Anglais de Saint Léger doivent l’évacuer.

Le 31 août 1777

Howe refoulé par Washington ne peut prendre Philadelpie et s’embarque pour la baie de Chesapeake d’où il gagne Elkton dans le Maryland.

Le 11 septembre 1777

Howe vainqueur à la bataille de Brandywine, où La Fayette est blessé.

Le 17 décembre 1777

La France reconnaît l’Indépendance de l’Amérique.

Le 19 septembre 1777

Première bataille de Saratoga entre les troupes d’Arnold et de Burgoyne. Elle reste sans résultat.

Le 26 septembre 1777

Les Anglais prennent Philadelphie évacuée par le Congrès qui se réfugie à Lancaster.

Washington est de nouveau nommé dictateur pour deux mois.

Le 4 octobre 1777

Bataille de Germantown : défaite de Washington.

Le 7 octobre 1777

Seconde bataille de Saratoga : victoire américaine.

Le 17 octobre 1777

Capitulation de Burgoyne.

Hiver 1777-1778

Henry Clinton (1730-1795) succède à William Howe (1729-1814).

Henry Clinton

1777-1778

Washington prend ses quartiers d’hiver à Valley Forge.

Cabale du comte Thomas Conway (1734-1800) visant à déconsidérer Washington au profit de Gates, le vainqueur de Saratoga.

Le 30 janvier 1778

En prévision du conflit qui s’annonce, Louis XVI ordonne le rappel des milices provinciales. 75 000 hommes vont ainsi être disponibles pour servir dans les garnisons de métropole, patrouiller comme garde-côtes, et fournir des volontaires à l’armée régulière.

Le 6 février 1778

Convention secrète franco-américaine signée avec Benjamin Franklin

C’est l’occasion de pouvoir se venger de la défaite de la guerre de Sept Ans (1756-1763) ; de plus, convaincu par la victoire américaine de Saratoga, la France signera deux traités d’engagement avec les colonies, le 6 février 1778. Le premier engagera une amitié réciproque et une alliance commerciale. Le second, tenu secret, consistera en une alliance militaire. Ainsi, les Américains recevront des aides financières et matérielles considérables ainsi que des renforts terrestres et le concours de la flotte. Les Insurgents reprendront espoir puisqu’avec le soutien naval des Français, il sera désormais possible de mettre en déroute la flotte britannique.

Le 17 février 1778

Frederick North (1732-1792) , Premier ministre anglais, se déclare prêt à céder aux demandes des insurgés, sauf sur l’indépendance.

Frederick North

En mars 1778

Louis XVI reçoit à Versailles une délégation américaine avec, à sa tête, Benjamin Franklin.

Indépendance - Versailles et l’Indépendance américaine 27752810
Tableau de Jean-Léon Gerome Ferris
Orson Welles est Benjamin Franklin dans Si Versailles m’était conté de Guitry (1954)

En 1778

Louis XVI s’engage dans la guerre d’Indépendance de l’Amérique.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Louis-XVI-marin.jpg.
Louis XVI

Le coût de cette aide au combat pour la liberté d’un peuple : un milliard!

Pour emprunter, Necker (1732-1804), son ministre des finances, doit inspirer confiance. Il va jouer la transparence. Il imagine de publier sous le nom de compte rendu le tableau des recettes et des dépenses de la monarchie pour 1781. Les recettes sont de 264 millions et les dépenses de 254 millions. L’excédent est de 10 millions. Voilà qui devrait rassurer les prêteurs. En réalité, Necker a dissimulé les dépenses de la guerre d’Amérique sous prétexte qu’elles relèvent de la conjoncture. Le déficit est de 90 millions.

Les caisses sont vides et des emprunts deviennent désormais impossibles!

Le 6 février 1778

Louis XVI remet à Benjamin Franklin les traités signés entre la France et les États-Unis.

NIDERVILLER, vers 1780/1785
Statuettes de Charles-Gabriel Sauvage dit Lemire qui se trouvent au musée Carnavalet, Paris

Le 17 juin 1778

La Belle-Poule, commandée par Chadeau de la Clocheterie, appareille de Brest pour observer les mouvements des Anglais. À l’entrée de la Manche, elle est sommée de se rendre par la frégate anglaise HMS Arethuse.
Sur le refus du commandant français, un combat est engagé. HMS Arethuse, démâtée de son grand mât, abandonne en se repliant sur son escadre.

Auguste Louis de Rossel
Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel 311
Combat de la Belle-Poule contre l’Arethuse,
par Auguste Louis de Rossel

Il s’agit du premier combat entre la marine française et la marine anglaise pendant la guerre d’Indépendance américaine …on connaît bien cette célèbre victoire héroïque de la Belle Poule de Chadeau de la Clochetterie surtout pour les répercussions dans la Mode qui avait enthousiasmé les dames jusqu’à leur faire jucher des frégates sur leurs coiffures poudrées :

Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel Consul10

Il semble que Marie-Antoinette n’a jamais porté de bateau sur la tête, mais on s’est plu à La mettre en scène ainsi parée :

Jefferson in Paris, avec Charlotte de Turckheim (Ivory) 1119_o10
Charlotte de Turckheim qui est Marie-Antoinette dans Jefferson à Paris de James Ivory (1995)

Le 18 juin 1778

Les Américains reprennent Philadelphie.

Le 28 juin 1778

Bataille indécise de Monmouth.

Ce même jour

Fersen dit adieu à Marie-Antoinette.

Résultat de recherche d'images pour "Marie-Antoinette Michèle Morgan"
Michèle Morgan et Richard Todd dans Marie-Antoinette (1956) de Jean Delannoy

Le 1er juillet 1778

Fersen quitte Paris pour rejoindre son régiment au Havre.

Le 4 juillet 1778

Loyalistes et Indiens perpètrent le massacre des colons de la vallée du Wyoming.

Le 27 juillet 1778

Le combat d’Ouessant est l’un des premiers engagements qui opposent Français et Anglais dans la guerre d’Indépendance américaine.

Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel Batail10
Combat d’Ouessant par Théodore Gudin

Le 11 septembre 1778

Au large d’Ouessant, la frégate de 32 canons la Junon commandée par le vicomte de Beaumont, rencontre la frégate anglaise de 28 canons HMS Fox, commandée par Lord Windsor.
Après quelques heures de combat le HMS Fox, démâté, cesse de tirer. La Junon le remorque jusqu’à Brest.

Auguste-Louis de Rossel
Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel 210
Combat de la Junon contre le Fox
par Auguste Louis de Rossel

Le 20 septembre 1778

A la hauteur de Lisbonne, le vaisseau français le Triton commandé par le comte de Ligondès, est chassé par le vaisseau anglais HMS Jupiter et la frégate HMS Médée.
Cerné par les deux bâtiments anglais, le capitaine de Ligondès met ses adversaires sur le même bord avant d’engager le combat. HMS Médée abandonne en premier, suivi du HMS Jupiter qui profite d’un grain violent pour échapper à la poursuite du Triton.
Ce dernier, dont le gréement est endommagé, relâche à la Corogne.

Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel 411
Combat de Lisbonne
par Auguste Louis de Rossel

En automne 1778

George Washington est installé aux Plaines blanches, à l’est de l’Hudson, pendant que Henry Clinton est à New York.

En novembre 1778

Loyalistes et Indiens perpètrent le massacre de Cherry Valley.

En décembre 1778

Les Anglais prennent Savannah, puis conquièrent la Georgie.

Le 23 décembre 1778

Retour de Fersen à Versailles, consécutif à l’abandon du projet d’invasion de l’Angleterre.

En 1779

Trahison et fuite d’Arnold.

Le 15 juillet 1779

Prise de Stony Point par les insurgés d’Antoine Wayre.

Le 17 août 1779

Auguste-Louis de Rossel conte les actions de la Junon et de la Gentille devant Plymouth, qu’il représentera aussi :

Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel 511
Combat de la Junon et la Gentille contre l’Ardent (1791)

Pendant que l’armée combinée de France et d’Espagne surveille l’entrée de la Manche, la frégate française la Junon navigue jusqu’à Plymouth. Elle rencontre la vaisseau anglais HMS Ardent le 17 août 1779 et engage le combat.
Le capitaine Bernard de Marigny, commandant la Junon, observant que les sabords du vaisseau anglais ne sont ouverts que d’un seul côté, attaque l’autre bord en supposant qu’il n’est pas armé.
La Junon est ensuite ralliée par la Gentille, et le HMS Ardent ne résiste pas longtemps.

Auguste-Louis de Rossel

de la Minerve à la Dominique, l’engagement de l’escadre de La Motte-Picquet en vue de Fort-Royal de la Martinique.

En septembre 1779

Bombardement de Savannah par la flotte du comte d’Estaing (1729-1794), celui-là même qui sera cité comme témoin au procès de Marie-Antoinette en octobre 1793.

Le 6 octobre 1779

Le 4 octobre 1779, la frégate française de 32 canons la Surveillante, commandée par M. du Couëdic de Kergoualer, et le côtre de 10 canons l’Expédition appareillent de Brest pour observer les mouvements de la flotte anglaise.
Le 6 octobre , au large d’Ouessant, ils aperçoivent la frégate anglaise de 36 canons HMS Québec, commandée par Georges Farmer, ainsi que le cutter de 10 canons HMS Rambler.
Un combat s’engage entre les quatre bâtiments. Totalement démâtées, les deux frégates s’abordent.
Le HMS Québec prend feu, mais la Surveillante arrive à se dégager avant que la frégate anglaise explose.
L’Expédition et le HMS Rambler cessent le combat pour secourir les hommes à la mer. La Surveillante prise en remorque, rentre à Brest le 8 octobre au matin.
Le tableau représente la fin du combat : la frégate anglaise, à gauche de la composition, est en train d’exploser, tandis qu’à droite la frégate française, dématée, tente de s’éloigner. Au premier plan une chaloupe recueille les naufragés.

Auguste-Louis de Rossel
captur98.jpg
Combat de La Surveillante contre le Québec (1789), 6 octobre 1779, par Rossel

Le 18 décembre 1779

Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel 611
Combat dans la rade de Fort Royal de la Martinique (1788) de Rossel

Le 18 décembre 1779, le comte de la Motte-Piquet appareille de Port-Royal à la Martinique, à la tête de trois vaisseaux. Il va couvrir l’entrée d’un convoi français poursuivi par une escadre anglaise dans le canal de Sainte-Lucie.
Après un rude combat, La Motte-Piquet remporte une magnifique victoire sur les treize vaisseaux anglais de l’Amiral Hyde Parker.

Auguste-Louis de Rossel
Image de Barry Lyndon (1975) de Stanley Kubrick

Le 12 mai 1780

Prise de Charleston. Henry Clinton peut contrôler la Caroline du Sud et la Georgie. Les partisans de Marion, Sumter et Pickers mènent la guérilla contre l’occupant.

Le 1er mars 1780

Le duc de Lauzun est nommé Brigadier de Dragons,  sous les ordres de Rochambeau (1725-1807). Il rencontre alors Axel de Fersen ( 1755-1810) dont il va devenir une référence militaire.

Jean-Baptiste-Donatien de Vimeur de Rochambeau
Portrait du maréchal de Rochambeau

Le 23 mars 1780  

Axel de Fersen part enfin pour les Amériques , où il participe à la guerre d’Indépendance américaine sous les ordres du comte de Rochambeau.

En avril 1780

Le 13 avril 1780, le comte de Guichen prend le commandement des forces navales françaises aux Antilles. Il appareille avec vingt-deux vaisseaux et six frégates pour couvrir un convoi qui se rend à Saint-Domingue.
Le 16 avril au matin, alors que l’escadre de Guichen atteint le canal de La Dominique, vingt-et-un vaisseaux anglais sont signalés au sud-est. Le 17 avril , un combat de ligne est engagé entre la flotte française et la flotte anglaise commandée par l’Amiral Rodney.
Profitant d’une manœuvre des Français pour rectifier leur ligne, les Anglais reprennent leur route.
Le combat prend fin sans que l’on puisse déterminer laquelle des deux forces navales est victorieuse.

Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel Captur94
Le Combat de la Dominique du 17 avril 1780 (1789), par le chevalier de Rossel

Le 16 mai 1780  

Fersen, à bord du Jason depuis plusieurs semaines, part avec la flotte française pour l’Amérique.

En juillet 1780

Rochambeau débarque dans le Rhode Island avec six mille Français, parmi lesquels on compte le Suédois Axel de Fersen qui est nommé interprète du général, maîtrisant aussi bien le français que l’anglais.

Hans-Axel comte de Fersen

Fersen se fait apprécier de Rochambeau qui l’appelle son « premier aide de camp», se lie avec le duc de Lauzun qui lui promet le brevet de colonel commandant sa légion, et le marquis de Ségur, qui lui promet également de le nommer colonel en second. Fersen se conduit brillamment au siège de Yorktown en Virginie.

Image de Barry Lyndon (1975) de Stanley Kubrick

Le 16 août 1780

Rawdon et Cornwallis battent Gates à Camden.

Le 7 octobre 1780

Victoire des patriotes sur les Anglais au Mont du Roi.

Fin 1780

La Hollande déclare la guerre à l’Angleterre.

En décembre 1780

Morgan bat les Anglais de Tarleton à Cowpers.

Nathanael Greene (1742-1786) est chargé par Washington de commander dans le Sud.

Nathanael Greene

En 1781

Greene est vainqueur de Cornwallis à Guilford Court House.

Les Anglais se replient sur Charleston et les Carolines sont reprises.

Le 16 avril 1781

Faisant route vers les Indes, l’escadre française commandée par Suffren décide de ravitailler aux îles du Cap Vert.
Le 16 avril 1781, cherchant à gagner le mouillage de la Praya, l’Artésien est envoyé en reconnaissance. Il signale une escadre anglaise au mouillage. Suffren engage le combat avec deux de ses vaisseaux, le Héros et l’Annibal.
Ce dernier démâté est pris en remorque par le Sphinx ; Suffren rompt le combat en reprenant sa route vers le Cap de Bonne Espérance.

Auguste-Louis de Rossel
Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel Captur93
Combat de la Praya par le chevalier de Rossel (1786)

En été 1781

Le marquis de Grasse Tilly (1722-1788) est vainqueur de Hood dans la Chesepeake : toute fuite est désormais interdite à Charles Cornwallis (1738-1805).

Le comte de Rochambeau par Augustin de Saint-Aubin

Les troupes françaises de Rochambeau  attaquent sur la gauche, tandis que La Fayette et Washington sont à droite. Les options de Cornwallis s’épuisent, il tente d’envoyer des nègres atteints de la variole pour contaminer les troupes ennemies.

Le 21 juillet 1781

Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel Captur95
Le combat de Louisbourg (1788), du 21 juillet 1781, par Rossel

Le 5 septembre 1781

Combat de Chesepeake.

Indépendance - Versailles et l’Indépendance américaine F3038810
Le Combat naval devant la baie Chesapeake par Théodore Gudin 
 RMN-Grand Palais (Château de Versailles)/ Daniel Arnaudet/ Gérard Blot

Cornwallis signe finalement la reddition le 19 octobre 1781 :

Le 19 octobre 1781

Résultat de recherche d'images pour "La bataille de Yorktown"
La bataille de Yorktown

Capitulation de Yorktown.

Reddition de Cornwallis face à Washington
Résultat de recherche d'images pour "La bataille de Yorktown"
La bataille de Yorktown: on y voit le général Rochambeau avec George Washington d’un côté et son aide de camp de l’autre. qui n’était autre qu’Axel de Fersen.

En 1782

Négociations secrètes entre Benjamin Franklin et lord Shelburne (1737-1805), sous-secrétaire d’Etat aux colonies.

William Petty FitzMaurice , comte de Shelburne

En janvier 1782, le comte de Grasse décide de s’emparer de Saint-Christophe avant de tenter une grande attaque sur la Jamaïque.
Le 11 janvier, il fait débarquer 6000 hommes dans l’île. L’escadre anglaise commandée par Hood arrive de la Barbade et réussit à attirer l’escadre française au large : virant de bord, elle vient ensuite occuper le mouillage que les français viennent de quitter.
Malgré tout, les troupes débarquées maintiennent leur position et assurent la possession de l’île à la France.

En février 1782

Le ministère de lors North est remplacé par celui de lors Ruckingham.

Le 12 avril 1782

Le marquis de Grasse est vaincu à la batailles des Saintes.

Le 6 juillet 1782

Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel Captur96
Le Combat de Negapatam (1791) par le chevalier de Rossel

Pendant la guerre d’Indépendance américaine, une escadre française est envoyée dans l’Océan Indien pour récupérer les comptoirs perdus au cours de la guerre de Sept Ans. L’un des objectifs du Bailly de Suffren, chef de l’escadre, est de prendre Négapatam : la plus importante colonie hollandaise sur la côte de Coromandel.
Profitant d’un séjour de l’escadre à Gondelour, Suffren s’allie au sultan Hyder Alî – l’un des principaux opposants à l’installation du pouvoir britannique en Inde – afin d’augmenter son effectif.
Le 5 juillet 1782, l’escadre arrive en face de la rade de Négapatam où est mouillée l’escadre anglaise sous le commandement de l’amiral Hugues. Le 6 juillet au matin, les anglais sortent de la rade et engagent le combat.
Le Bailly de Suffren échoue, en partie à cause de l’indiscipline de ses troupes

En août 1782

Daniel Boone (1734-1820) est vainqueur des Peaux-Rouges à la bataille des lue Licks.

Le 18 octobre 1782

Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel Captur99
Le Combat du Scipion contre le London (1788) par Rossel

Le 17 octobre 1782, dans les parages de Saint-Domingue, le vaisseau français de 74 canons le Scipion est attaqué par le vaisseau anglais HMS London.
Le capitaine Grimouard, commandant le Scipion, arrive en dépit de son infériorité d’armement à provoquer de sérieuses avaries chez son adversaire. Puis il gagne la baie de Samara le 18 octobre au matin.

Auguste-Louis de Rossel

Le 30 novembre 1782

Traité préliminaire anglo-américain.

Le 17 février 1783

Le 17 février 1783, les frégates la Nymphe de 36 canons et l’Amphitrite de 32 canons, sorties de la Guadeloupe pour croiser au large des îles, aperçoivent le vaisseau anglais HMS Argo de 50 canons, qu’elles prennent en chasse. Après plusieurs heures de combat, le HMS Argo doit amener son pavillon. Les frégates françaises conduisent leur prise vers la Martinique.

Auguste-Louis de Rossel
Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel Captu100
Le Combat de la Nymphe et l’Amphitrite contre l’Argo (1790) par Rossel

Le 19 avril 1783

Washington proclame la guerre terminée et licencie l’armée.

Le 20 juin 1783

Il s’agit du cinquième et dernier combat de Suffren aux Indes, livré le 20 juin 1783.
Après une courte et violente bataille, Suffren met en fuite l’escadre anglaise de l’Amiral Hughes et délivre Gondelour.
Quelques jours plus tard, les préliminaires de paix ayant été signés, Suffren quitte l’Océan Indien à destination de la France.

Auguste-Louis de Rossel
Indépendance - Indépendance des Etats-Unis d'Amérique, les combats sur mer illustrés par Auguste-Louis de Rossel Captur97
Le Combat de Gondelour (1791) par le chevalier de Rossel
Résultat de recherche d'images pour "Pierre de Suffren"
Suffren (1722-1788)

Le 3 septembre 1783

Traité de paix définitif de Versailles. L’Indépendance des Etats-Unis est reconnue.

Indépendance - Versailles et l’Indépendance américaine Indepe10

Le 25 novembre 1783

Publication du Traité de Versailles devant le palais des Tuileries (1837) par Anton van Ysendyck

Au cours de l’été 1784

Arrivée à Paris de Thomas Jefferson (1743-1726) , comme ambassadeur et il le restera jusqu’en novembre 1789.

Thomas Jefferson a toujours défendu l’idée d’une république : dans la Déclaration d’Indépendance de 1776, il affirme que le pouvoir royal est tyrannique. En fréquentant la Cour de Versailles, il critique la monarchie absolue de Louis XVI.

Jefferson - Jefferson à Paris, de James Ivory Image_11
Charlotte de Turckheim et Michael Lonsdale sont Marie-Antoinette et Louis XVI dans Jefferson à Paris (1995) de James Ivory

Il soutient les valeurs de liberté et d’égalité dans ses œuvres et dans sa correspondance. Jefferson veut limiter les pouvoirs du président : en 1787, il souhaite restreindre son mandat à sept ans non renouvelables.

Aucune description disponible.
Nick Nolte est Thomas Jefferson dans le film d’Ivory. Gwyneth Paltrow est sa fille, Patsy Jefferson à Paris — Wikipédia

Il est opposé à tout faste cérémonial qui rappellerait la monarchie : lorsqu’il sera président, il refusera toujours de prononcer en personne le message annuel au Congrès, parce que cela lui rappellerait le discours du trône du Roi d’Angleterre.

Thomas Jefferson (1743 - 1826) - L'inspirateur de la démocratie américaine  - Herodote.net
Thomas Jefferson

En 1801, Jefferson sera élu troisième président des Etats-Unis d’Amérique.

En 1786

Louis XVI conçoit le projet de perpétuer sur la toile les principales victoires navales remportées de 1778 à 1783  lors de la guerre d’Amérique, et il confie le projet au chevalier de Rossel.

Auguste-Louis de Rossel et sa fille (1784)

Auguste-Louis de Rossel (1736 – 1804) est un aristocrate, officier de marine et peintre français du XVIIIe siècle. Il est connu pour la série de tableaux sur la guerre d’Indépendance américaine qui servent d’illustrations dans ce sujet. Le chevalier de Rossel navigue pendant vingt-huit ans, dont quatorze en campagne, quand il se retire malade en 1779 et se lance dans la peinture (le Roi l’autorise à prendre sa retraite et le nomme capitaine de vaisseau).

En 1787

Convention constitutionnelle de Philadelphie.

Résultat de recherche d'images pour "Convention constitutionnelle de Philadelphie"
Scène à la signature de la Constitution des États-Unis, par Christy. Ce tableau représente les trente-trois délégués qui signent la Constitution: on reconnaît Franklin au centre…
La famille royale de France et la Cour de Versailles fête l’Indépendance américaine , image de “Versailles: Countdown to Revolution” (2011) BBC

La France est le premier pays à avoir reconnu l’existence d’une nouvelle nation, les Etats-Unis d’Amérique.

Versailles et l’Indépendance Américaine :
Le candélabre de l’Indépendance.

Œuvre de Pierre-Philippe Thomire (1785).

Peut être une image de texte qui dit ’KENEN Versailles Passion Christophe D. Château Versailles 26 2021’
Le candélabre de l’Indépendance

Exécuté pour le Cabinet Intérieur de Louis XVI, ce candélabre comporte sept supports en bronze ciselé et doré, avec un soubassement triangulaire en porphyre vert.

Peut être une image de texte qui dit ’TC 323 Versailles Passion- Christophe D. Château de Versailles juin 2021’
Le candélabre de l’Indépendance

Le socle est orné de trois plaques en biscuit de Sèvres à fond bleu.

Peut être une image de texte qui dit ’Versailles Passion Christophe D. Château de Versailles 21 décembre 2016’
Le candélabre de l’Indépendance

Le léopard symbolise les anglais vaincus par le coq Gaulois.

Peut être une image de texte qui dit ’Versailles Passion ChristopheD. Château de Versailles 21 décembre 2016’
Le candélabre de l’Indépendance

Il semble que la gratitude américaine allait principalement à La Fayette qui s’y est grandement illustré…

Le général Pershing débarquant en France

Car le 4 juillet 1917

Le général Pershing (1860-1924) et le colonel Stanton (1858-1933) ont rendu hommage au général La Fayette, au cimetière de Picpus, où il est enterré . John Pershing improvise un discours. Le jeune journaliste du Petit Parisien, Aristide Véran, résume l’événement en cette phrase qui restera célèbre bien qu’elle n’a pas forcément été prononcée par le général lui-même… :

La Fayette, nous voici !”

Indépendance - Versailles et l’Indépendance américaine Portra10
Portrait du marquis de La Fayette par Louis-Léopold Boilly
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!