Loading...
Sa famille d'Autriche

Charles Joseph de Habsbourg- Lorraine

Charles Joseph de Habsourg-Lorraine

Le 1er février 1745

Naissance de Charles-Joseph de Habsbourg-Lorraine (1745-1761) au château de Schönnbrunn près de Vienne. Il est le septième des seize enfants (et deuxième fils) qu’auront  François Ier (1708-1765), Empereur du Saint-Empire et  Marie-Thérèse d’Autriche (1717-1780), Reine de Hongrie et de Bohême.

François-Etienne de Lorraine et Marie-Thérèse d’Autriche, école autrichienne

Sa naissance est accueilli avec une grande joie par ses parents et l’ensemble des territoires Habsbourg comme second héritier.

Seul son frère aîné Joseph (1741-1790) habitué jusque-là à être le seul garçon et l’enfant chéri de la cour verra rapidement en lui un concurrent.

L’enfant naît en pleine guerre de succession d’Autriche (1741-1748) pendant laquelle sa mère doit se battre à la fois contre la Prusse de Frédéric II qui a envahi ses territoires et la Bavière soutenue par Louis XV, qui malgré sa promesse de la soutenir dans ses droits, fait couronner empereur l’électeur de Bavière au détriment de son époux bien-aimé François-Etienne.

Le 13 septembre 1745

Son père François-Etienne est élu Empereur du Saint-Empire Romain Germanique sous le nom de François Ier.

L’Empereur François Ier par Martin van Meytens

Le 4 octobre 1745

Couronnement à Francfort de son père.

Leur mère ne vient qu’en tant que simple spectatrice, refusant la couronne.

Pour l’occasion elle entame une correspondance qui ne cessera plus avec la princesse Trautson restée à Vienne qui est en charge des enfants.

Le 26 février 1746

Naissance de sa sœur Marie-Amélie (1746-1804).

Le 11 juillet 1746

Marie-Thérèse accompagnée de ses enfants les plus jeunes (Charles 18 mois et Amélie 5 mois) rend visite à sa tante l’impératrice douairière Marie-Amélie, veuve de l’empereur Joseph Ier.

L’Impératrice Wilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg

Le 5 mai 1747

Naissance de son frère Léopold (1747-1792).

Ce sera le frère avec qui Charles-Joseph sera élevé.

Juin 1747

La princesse Trautson, aya de l’Archiduchesse Marianne, doit aussi s’occuper des autres archiduchesses et archiducs si leurs ayas manquent à l’appel. Ce n’est pas une sinécure car Marianne est déjà très souvent malade :

“Le petit Charles menace toujours de consomption (…). L’aya s’est trouvée mal tout d’un coup (…). Elle est mieux aujourd’hui. En attendant je suis directrice Proforma et j’en ai jusqu’aux oreilles.”

Archives de la seigneurie de Schwertberg, BADINTER, Elisabeth, Les conflits d’une mère, Marie-Thérèse d’Autriche et ses enfants, Paris, Flammarion, 2020, p. 54

Le 5 octobre 1747

A l’occasion de la fête de leur père, les petits Archiducs et Archiduchesses montent sur scène à Schönbrunn sur un petit théâtre inauguré pour l’occasion.

De telles représentations dont raffolent les parents seront très courantes tout le long de ces années.

A portrait of Maria Theresa, Francis I and their first son, Archduke Joseph by Franz Xaver Karl Parko. Circa 1747.
L’Empereur François Ier, son épouse Marie-Thérèse et l’héritier du trône l’archiduc Joseph par Franz Xaver Karl Palko

En 1748

Les archiducs et leurs sœurs reçoivent une éducation conforme à leur rang qui se doit d’être avant tout religieuse. Celle-ci commence à leurs trois ans.

Très vite, les petits archiducs et archiduchesses se doivent d’accompagner leur mère à l’église, aux processions et aux pèlerinages dont Marie-Thérèse est très férue.

De part la multiplicité des langues au sein des vastes territoires Habsbourg, ils doivent apprendre l’allemand, en plus du dialecte viennois, le français, la langue maternelle de leur père, l’italien, mais aussi le latin, le hongrois et le tchèque.

Les touts-petits, nés à peu d’intervalle sont logés dans ce qu’on appelle la “Kindskammer” (“la chambre d’enfant”) où ils sont généralement confiés aux soins d’une femme de chambre et de ses assistantes.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est DC798722-703D-4C9D-A34A-0E53D71B5890_4_5005_c.jpeg.
L’Archiduc Charles-Joseph

Comme leur aîné, Charles-Joseph et Pierre Léopold sont régulièrement habillés des costumes traditionnels des différentes provinces des territoires Habsbourg, en remerciement des services rendus en particulier par la noblesse hongroise.

Le 18 avril 1748

La signature du traité d’Aix-la-Chapelle met fin à la Guerre de Succession d’Autriche.

Marie-Thérèse et François-Etienne sont reconnus dans leurs droits mais perdent définitivement la Silésie.

Le 17 septembre 1748

Naissance et mort de sa sœur Marie-Caroline.

Joseph, au centre, facilement reconnaissable parmi ses nombreux frères et sœurs par Martin van Meytens, derrière ses deux frères

Le 21 mars 1749

L’Impératrice douairière Elisabeth-Christine confère à son petit-fils le grade de colonel du régiment Ujvary.

Le 22 mars 1749

Le deuxième archiduc paraît à la messe accompagné de ses parents et vêtu de son uniforme de colonel du régiment Ujvary.

Le 20 mai 1749

D’après Blondel, le chargé d’affaires français, tous les enfants impériaux parlent aussi bien l’allemand que le français.

En 1750

Dès l’âge de cinq ans, chaque enfant se voit attribuer un appartement, composé de plusieurs pièces et pour les archiducs, le personnel féminin est remplacé par des hommes. En plus de l’Ajo, qui est la personne responsable, plusieurs professeurs et un confesseur particulier assument l’éducation des enfants.

L’éducation de l’héritier et de ses frères a pour base le “Fürstenspiegle” (le miroir aux princes”), un ouvrage très répandu dans la noblesse qui dispensent conseils pratiques et formation du caractère.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 99E7BC3F-869F-4EBB-9653-FDFD0F81FA10_4_5005_c.jpeg.
L’Archiduc Charles-Joseph

Une éducation générale leur est donnée, mais ensuite chaque petit prince et princesse développe avec des professeurs particuliers des spécificités propres, en fonction de leurs talents, mais aussi de leur avenir envisagé.

Outre les langues, on y trouve la lecture et l’écriture, l’histoire, la géographie, la géométrie, les mathématiques, la musique et la danse.

Marie-Thérèse et François-Etienne veulent développer le plus possible chez chacun de leurs enfants des talents artistiques. Chaque garçon devra savoir jouer d’un instrument.

En tant qu’héritier du trône et comme tout garçon de la noblesse, le jeune Joseph reçoit une éducation militaire.

Des rapports quotidiens, sur chacun de ses enfants sont donnés à la souveraine qui répond point par point. Ceci permettant de compenser les absences de la mère, trop occupée par les affaires d’Etat.

Elle surveille tout particulièrement l’éducation de Joseph, son successeur.

Si Marie-Thérèse s’occupe de chaque détail de l’éducation de ses enfants, elle n’en est pas moins une mère terrible.

Une miniature qui représente le régime disciplinaire de Marie-Thérèse :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20954010.jpg.
Artiste inconnu (1750) – Musée National de Varsovie

Les enfants sont soumis à un strict emploi du temps, rédigé de la main de l’Impératrice :

Huit heures du matin, réveil et prière “élévation à Dieu” et se lever du lit.
Neuf heures, prière du matin, toilettes et petit déjeuner.
Neuf heures et demie : la kammerfrau (la femme de chambre) fait répéter et apprendre par cœur le catéchisme
De neuf heures et demie à dix heures, permission de jouer.
Onze heures : une demi-heure d’écriture et de nouveau récréation
De onze heures à onze heures et demie: confession
Midi : heure du déjeuner et de la liberté
A deux heures après midi :  de nouveau récréation
A quatre heures après midi : cours de français
A cinq heures du soir : amusement avec les jeux de cartes, livres et enseignement des mots français par des images ou danse.
A six heures du soir : réciter le Noster Pater pour rappeler toujours la présence de Dieu.
A sept heures et demie du soir : dîner
A huit heures et demie du soir : nettoyage du soir et lit.
Quand le temps le permettra, nous modifierons les horaires afin qu’on puisse sortir en calèche en hiver et se promener dans le jardin en été.”

Les heures d’études sont complétées par les professeurs de musique, de dessin et de langues. Chaque matin, l’impératrice reçoit le rapport médical du Dr Van Swieten, qui lui rapporte l’état de santé de ses enfants. L’Impératrice voit les enfants tous les huit ou dix jours.
La demoiselle de chambre (rang en dessous de l’aya) puis les ayos après le passage aux hommes sont autorisés à punir et à fouetter les jeunes princes et princesses.

Charles-Joseph sera très vite réuni à son petit frère Pierre Léopold.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FBDD9519-FE8C-41E7-B314-80E1DCA8C34B_4_5005_c.jpeg.
L’Archiduc Charles-Joseph

Ce qui ne fera que renforcer le sentiment d’isolement de Joseph et son ressentiment à l’égard de ses frères cadets.

Les trois Archiducs sont confiés au fled-maréchal comte de Batthyani (1697-1772).

Le 4 février 1750

Naissance de sa sœur Marie-Jeanne-Gabrielle (1750-1762).

Le 19 mars 1751

Naissance de sa sœur Marie-Josèphe (1751-1767).

Portrait de la famille impériale par Martin Van Meytens, 1752 : Joseph se trouve auprès de sa mère, presqu’au centre, en rouge, de façon à être distingué tout de suite au milieu de tous ses frères et sœurs.

Le 13 août 1752

Naissance de sa sœur Marie-Caroline (1752-1814).

Le 5 avril 1752

L’ayo de l’Archiduc héritier Batthiany écrit ses instructions au vice-ayo Philippe de Künigl qui sera plus particulièrement attaché aux archiducs cadets :

“Entretenir une tendre liaison d’amitié et union entre toute l’auguste famille. (…) Inspirer aux deux princes le respect et la déférence qu’ils doivent à leur aîné, comme celui-ci l’est sans cesse pour les ressouvenir du ménagement qu’il leur doit à son tour.

(…) Ménager le jeu entre eux deux, de façon qu’il n’y entre jamais de jeu de mains, ni de familiarité ni de jalousie outrées, mais bien toute la cordialité fraternelle.

BADINTER, Elisabeth, Les conflits d’une mère, Marie-Thérèse d’Autriche et ses enfants, Paris, Flammarion, 2020, pp. 70-71

Ces recommandations semblent avoir été une réussite avec l’archiduc Charles qui paraît réunir toutes les grâces et gentillesses, qui font plutôt défaut à ses frères.

A un point tel que ses éducateurs doivent aussi faire attention à ce que l’archiduc ne soit pas trop complaisant envers ses inférieurs :

L’archiduc Charles incline naturellement à la politesse et à l’attention envers tout le monde. Ce en quoi il faut soigneusement l’entretenir, en lui faisant cependant comprendre, à mesure qu’il avance en âge, la différence des attentions pour les personnes de différents rangs et caractères.

Instructions de Batthiany pour le vice-ayo Philippe de Künigl, archives privées de la famille Goëss, BADINTER, Elisabeth, Les conflits d’une mère, Marie-Thérèse d’Autriche et ses enfants, Paris, Flammarion, 2020, p. 71

Etre doux tant mieux mais point trop n’en faut pour un prince.

Et encore :

“Description de l’archiduc : coeur bon et bienfaisant, généreux (…) mais aussi d’un tempérament bileux, sanguin, incline à la colère, extrêmement enfant et badin pour son âge (…). L’archiduc doit être persuadé qu’il ne peut ni par opiniâtreté et résistance, ni par caresse (…) vous ébranler.”

Instruction pour M. Wynands pour l’éducation de S. A. R. Charles, sans date, BADINTER, Elisabeth, Les conflits d’une mère, Marie-Thérèse d’Autriche et ses enfants, Paris, Flammarion, 2020, p. 72

1753

On parle d’un mariage de l’héritier du trône avec la fille du Roi de Naples qui deviendra par la suite Charles III, roi d’Espagne. Finalement, cette princesse, Marie-Louise d’Espagne (1745-1792) épousera plus tard Léopold, après avoir été également promise à Charles-Joseph.

L’infante Marie-Louise tour à tour promise aux trois premiers fils de Marie-Thérèse, par Raphael Mengs.
Les Archiducs Joseph, Charles-Joseph et Léopold en tenue de régiments par Martin van Meytens

Le 1er juin 1754

Naissance de son frère Ferdinand (1754-1804).

Portrait de la famille impériale par Martin Van Meytens, 1754, même pose.

Si l’impératrice adore ses enfants, elle ne leur accorde que peu de temps, peu de place dans sa vie. Les affaires d’état passent avant tout. Et ensuite, son mari. Après viennent les enfants. Et selon ses prédilections marquées.

Le 17 mars 1755

Examen en histoire et géographie des deux Archiducs cadets en présence des principaux ministres, Bartenstein et Kaunitz.

Le 2 novembre 1755

Naissance de sa sœur Marie-Antoinette (1755-1793).

Portrait de la famille impériale par Martin Van Meytens, 1755, même pose.

Le 12 février 1756

A l’occasion de l’anniversaire de leur père, tous les archiducs et archiduchesses sont déguisés, y compris la plus jeune, Antonia, trois mois, recouverte de fleurs.

Le 1er mai 1756

Signature à Versailles du traité d’alliance entre la France et l’Autriche, mettant fin à plus de deux cent cinquante ans de rivalité entre les deux puissances.

Le 25 mai 1756

Ratification du traité à Vienne.

Début de la Guerre de Sept ans.

Le 8 décembre 1756

Naissance de son frère Maximilien (1756-1801).

Portrait de la famille impériale par Martin Van Meytens, 1756, même pose.

Le 19 janvier 1757

L’héritier du trône est atteint de petite vérole. On craint pour sa vie et on craint que l’épidémie se répande au sein de la famille impériale.

Selon l’évolution de la maladie, Charles-Joseph peut voir sa situation changer du tout au tout.

Finalement, Joseph s’en sort très amaigri et le visage grêlé.

Malgré l’épidémie, Marie-Thérèse ne perd alors aucun de ses enfants.

Réunion intime de la famille impériale, par Martin van Meytens (?)    L’héritier du trône est reconnaissable car habillé de rouge au premier rang. Il joue du violoncelle.

Octobre 1760

Mariage de son frère l’Archiduc héritier Joseph avec Isabelle de Bourbon-Parme (1741-1763), petite-fille du Roi de France Louis XV et premier mariage scellant l’alliance de 1756 entre les Bourbon et les Habsbourg.

Réunion de la famille impériale à l’occasion des fêtes du mariage de l’archiduc héritier Joseph et d’Isabelle de Parme ; le couple impérial est au centre, entouré par les nouveaux mariés, Joseph près de son père, Isabelle près de sa belle-mère. Les quatre autres archiducs se répartissent ensuite, deux par deux, puis les archiduchesses se divisent en deux groupes de quatre, chaque série commençant par une des aînées, soit Marie-Anne, soit Marie-Christine, suivies ensuite de leurs cadettes par ordre décroissant.

L’artiste place aussi le jeune prodige Wolgang Gottlieb Mozart que l’on peut repérer dans la foule. Il n’était au moment des faits qu’un simple bambin de quatre ans parfaitement inconnu mais qui était depuis devenu une célébrité internationale.

Détail montrant le jeune Mozart devenu en quelques années une véritable “star”.

Le 26 décembre 1760

Nouvelle épidémie de variole au sein de la famille impériale.

L’Archiduc Charles-Joseph tombe malade.

Le 18 janvier 1761

Mort de Charles-Joseph.

Ce décès est un des trois qui causeront le plus de chagrin à Marie-Thérèse.

L’Archiduc Charles-Joseph

Sources :

_BADINTER, Elisabeth, Le pouvoir au féminin, Marie-Thérèse d’Autriche (1717-1780), Paris, Flammarion, 2016, 800 p.

_BADINTER, Elisabeth, Les conflits d’une mère, Marie-Thérèse d’Autriche et ses enfants, Paris, Flammarion, 2020, 270 p.

_BLED, Jean-Paul, Marie-Thérèse d’Autriche, Paris, Fayard, 2001, 448 p.

_BOURBON-PARME, Isabelle, Je meurs d’amour pour toi, lettres à l’archiduchesse Marie-Christine 1760-1763, édition établie par Elisabeth Badinter, Paris, Tallandier, 2008, 206 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!